Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 07:20

Hommage à Gotlib qui a enchanté mes jeunes années (j'en remercie mon frère, de 16 ans mon aîné, qui m'a initié à cette bd truculente). Le clin d'oeil du jour dans la bouche de Super Dupont, sans doute pas mon personnage préféré : "sauvons la nouille française !" (après tout c'est "nouille française que du bon 98% sel 2%).

Clin d'oeil à Gotlib, la nouille sauce Super Dupont

Partager cet article

Published by tiuscha - dans Zoom hommage Gotlib bd
commenter cet article
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 10:17
Le berawecka, pain aux poires alsacien, se prépare entre la Saint Nicolas et Noël.  Il se compose de fruits secs surtout (et notamment des poires, donc), mais également de fruits confits et d'épices de Noël. Je ne connaissais pas cette spécialité avant de bloguer et comme la plupart des gourmandises alsaciennes de saison, je l'ai découverte chez Anne (Cannelle et Cacao), une spécialiste en matière de tradition alsacienne...

Un genre berawecka pour habiller des scones, c'est marier l'Alsace et l'Ecosse (ben voui, parce que les fruits ont macéré dans du scottish whisky, cela aurait aussi pu être de l'irish, notez...) et célébrer le KKVKV #28 qui prend sa saison hivernale chez Iza qui a opté pour les scones !

Une poire Williams séchée (avec deux/trois autres choses), quelques lamelles de pommes séchées, des raisins secs, de la cannelle en poudre, le tout macérant dans de l'eau "aromatisée" de whisky écossais, voilà ce qui compose les scones façon berawecka, scones de Noël s'il en est ! Et là encore, merci la blogosphère, je suis tombée sur cette "vieille" recette de scones londoniens, mais largement éprouvée et recommandée par Guillemette (Chocolat et caetera). L'auteur initial, Benoît (mon petit blog de gourmandises) a un truc : découper la pâte à l'emporte pièce, avoir une découpe nette permettrait une meilleure levée !
Alors j'ai utilisé un emporte pièce de bonhomme, mes scones ressemblent donc à des mannele. Je n'ai pas respecté la quantité de levure préconisée mais je trouve que mes "scones-mannele" ressemblent suffisamment à des bibendums !
Réédition d'un billet publié le 13/12/2008


Ingrédients
- 225 grammes de farine
- 2 cuillères à soupe de levure chimique (là, panne, ce serait plutôt 2 cuillères à café...)

- 25 grammes de beurre
- 25 grammes de sucre
- 10 cl de lait
- 1 petit oeuf entier
- 1 pincée de sel
- 40 grammes de poires séchées
- 20 grammes de raisins secs
- 10 grammes de pommes séchées
pour les poires séchées
- 1 poire Williams
- 100 grammes de sucre
- 100 grammes de miel



Préparation
La veille, dissoudre sur le feu le sucre et le miel dans 100 grammes d'eau.  Porter à ébullition puis laisser refroidir. Peler et couper la poire en dés, la baigner quelques instants dans ce sirop de miel. Puis les sécher au four, chaleur tournante à 110°C.
Couper les poires et pommes séchées, les laisser mariner 1 heure avec le raisins secs dans 10 cl d'eau tiède, 1 cuillère à soupe de whisky écossais et 2 pincées de cannelle. Egoutter les fruits secs.
Mélanger la farine et la levure chimique. Ajouter le beurre en morceau et mélanger la pâte avec la main jusqu'à obtenir un "sable". Ajouter alors le sucre et le sel, le lait et l'oeuf. Vous devez alors obtenir une pâte plutôt ferme. Ajouter enfin les fruits secs (et le cas échéant, un peu de farine, si les fruits ne sont pas assez égpouttés).
Etaler la pâte sur une épaisseur de 2 à 3 cm (3 à 4 dans la recette initiale).
Découper des formes avec un emporte-pièce.
L'idéal est d'avoir une vraie "coupure" de la pâte. Cela permet de mieux faire gonfler les scones. Il faut donc éviter de former de petites boules avec la main, dixit Benoît.
Saupoudrer de farine et poser les scones sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Enfourner à 200°C pendant une douzaine de minutes.

Partager cet article

5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 16:03

Après avoir testé l'aubergine laquée au miso, puis le cèpe et la prune, voici un test fait l'an passé mais que je n'avais jamais pris le temps de poster : le foie gras de canard laqué au miso. Il en va de même d'une autre recette de foie gras à venir prochainement. D'ailleurs, j'en profite pour remettre le lien vers les modes de cuisson du foie gras, billet récapitulatif précieux que je réédite régulièrement...
J'ai choisi de laquer au miso clair, miso blanc soit japonais soit coréen, selon ce que vous trouverez. Pour mémoire, vous pouvez découvrir ici ce qu'est le miso ici et quels sont les différents miso existants.  Le fois gras est posé sur du pain qui va absorber le gras que perdra le foie au laquage et parsemé de cébette et de cacahuètes concassées ; je l'ai accompagné de cébettes sautées mais vous pouvez trouver une autre façon de le servir...
Cette recette de foie gras laqué au miso est doublement inspirée de Hiroki Yoshitake, chef de Sola, et de Bruno Verjus, chef de Table, où j'ai déjeuné cet été.

 

Foie gras laqué au miso

Ingrédients
- 2 escalope de foie gras
- 2,5 cuillères à soupe de miso blanc

- 1 cuillère à soupe de sucre complet (ou mélange sucre/mirin)
- 2 cuillères à soupe de tamari (sauce soja)
- QS cassonade
- QS cacahètes et cébette 

- sel, poivre ou piment

Préparation
Escaloper le foie gras. Poêler d'un côté, puis déposer sur les tranches de pain.
Dissoudre le sucre avec le miso et la sauce soja, badigeonner le foie gras, poudrer de cassonade et caraméliser au chalumeau. Parsemer de cacahuètes et cébettes. Accompagner de cébettes sautées dans gras du foie, déglacer à la sauce soja.

Foie gras laqué au miso

Partager cet article

1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 07:24

Premier jour de décembre, vous retrouverez ici des recettes de bredele et autres biscuits de l'Avent à travers l'Europe, là des recettes de pain d'épices ; des idées pour la maison en pain d'épices, sculptée, assemblée, admirée avant d'être dévorée : la maison d'Hansel et Gretel, version "classique""Tim Burton", le moulin d'Alphonse Daudet ou le traineau du Père Noël... Ou préférez vous dévorer un carrousel ou un igloo ?

Bon début de période de fêtes !

Le marchand de pain d'épices de Reims (1774)

Partager cet article

27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 07:54

Départ ce jour pour Reims. Demain, la finale du concours Champagne en cuisine organisé par les Champagnes de vignerons. Pour l'occasion, je vous offre un poème de ma plume gourmande...
 

Mystères en bouteille
Plaisirs se devinent
Quand vient à l'oreille
Promesse divine
Murmure en sommeil

Bulles cristalines
Mille gouttelettes
Explosent, si fines
Remontent en paillettes
D'or pur qui fascinent

Elles flûtent et scintillent
Dans une douce ivresse
Mousse qui pétille
Sur la langue caresse

Dentelle et mantille

 

Lueur opaline
Souffle d'une penne
Et bouche saline
Boisson souveraine
Champagne en cuisine !

Champagne !

Partager cet article

23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 07:29

La galère ou squille dite aussi mante ou cigale de mer (squilla mantis) est un crustacé de Méditerrannée entre une crevette et une langoustine, avec une queue pâle, translucide et toute plate, ainsi que d'une petite tête dotée de deux yeux globuleux et mobiles.
A titre d'expérimentation culinaire, elles ont juste été poêlées dans un peu d'huile d'olive, rien de plus afin de préserver la saveur prononcée de la bestiole.
Peu de chair mais très parfumée, elle remplace parfois les écrevisses dans les recettes, et elle est bienvenue dans la réalisation d'une bisque, d'une soupe de poisson, d'une bourride...

Galère de Méditerranée
Galère de Méditerranée
Galère de Méditerranée

Partager cet article

22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 08:58
J'avais déjà réalisé des cookies classiques aux cacahuètes, j'ai récidivé en allégeant un peu en beurre et en remplaçant par du tahiné (purée de sésame), qui parfume délicieusement le salé comme le sucré. Ces cookies aux flocons d'avoine, tahiné et cacahuètes ont une durée de vie très courte (haro aux gourmands de tout poil !), alors je vous engage à doubler les proportions !

Le tahiné en sucré, ce peut être aussi dans ces tartelettes gourmandes...
Edit cette recette a été publiée pour la première fois le 18 novembre 2009.


Ingrédients

- 50 g de beurre mou
- 100 grammes de tahiné
- 2 oeufs
- 125 grammes de cassonade
- 100 grammes de flocons d'avoine
- 150 grammes de farine (T65)
- 1 cuillère à soupe de levure (poudre à lever)
- une poignée de cacahuètes

Préparation
Fouetter le beurre pommade avec la cassonade. Ajouter les oeufs et le tahiné. Incorporer les flocons d'avoine, la farine et la levure. Confectionner des petites boules en ajoutant les cacahuètes, aplatir légèrement avec la paume de la main,  et déposer sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
Enfourner environ 10 minutes à 200/210°C.

 

Partager cet article

20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 16:53

L'idée du dimanche soir : gratin de pomme de terre violette à la moutarde violette de Brive. Jouons sur la couleur du gratin, mais aussi sur la saveur de moutarde, pour changer...
Les pommes de terre sont ici de la variété Rouge des Flandres qui changent de la vitelotte ou de la plus rare violine de Borée, entre autres. 
Mélanger une cuillère à soupe environ de moutarde à la préparation lactée d'un classique gratin dauphinois et, cuire au four jusqu'à ce que le dessus soit gratiné, les rondelles de pomme de terre croustillantes comme des chips.

L'idée du dimanche soir : gratin de pomme de terre violette à la moutarde violette de Brive
L'idée du dimanche soir : gratin de pomme de terre violette à la moutarde violette de Brive

Partager cet article

19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 09:50

La moelle de boeuf est une gourmandise dont je ne laisse pas la part au chien, qu'il ronge l'os, laissez moi son contenu, cette substantifique moelle animale, grasse, fondante, qui coule et emlit la bouche d'une texture moelleuse et charnue.
Moelle de boeuf, betterave, raifort : un plat dense et dépouillé à la fois, éminemment terrien-terreux, la betterave, en plusieurs façons, apportant sa fraîcheur juteuse, le raifort, le juste coup de fouet pour "puncher" l'ensemble.
Ingrédients 
- 1 betterave
- 2 os à moelle
- raifort en pâte
- 1 cébette (ou jeune poireau, fin)
- 1 trait de jus de citron
- huile d'olive
- sel, poivre
Préparation
Emincer le tiers de la betterave, arroser d'huile dolive, sel, poivre, réserver.
Tailler un autre tiers en brunoise, faire confire dans l'huile d'olive à feu très doux, saler.
Rôtir les os comme indiqué ici et extraire la moelle.
Tailler quelques rondelles et frire à l'huile pour en faire des chips.
Servir les betterave, la moelle, parsemer de cébette ciselée, avec un peu de raifort, mêlé d'un trait de jus de citron. 

Moelle de boeuf, betterave, raifort
Moelle de boeuf, betterave, raifort

Partager cet article

18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 07:13

La semaine passée, le chef du restaurant l'Oustalet à Gigondas, Laurent Deconinck, était à Alba pour le marché à la truffe blanche, tuber magnatum pico. A son retour, il proposait un très joli menu à base de cette truffe particulièrement parfumée. Une expérience gustative unique avant la maturité de la truffe noire melanosporum, soit pas avant février en général, voire début mars (en fin de saison, c'est alors qu'elle est la meilleure, la plus concentrée).
Mais revenons à la truffe blanche d'Alba. Pour faire honneur à ce produit de luxe et à la très belle cuisine du chef, nous avons choisi de prendre les 4 plats proposés à la carte, deux en version entrée, deux en plat principal, afin de les goûter tous ! A chaque fois, l'ajout de truffe finement émincée minute rehausse chacun des mets. 
Une dégustation en accord avec des vins, blancs cela va sans dire, chardonnay (Bourgogne) ou roussanne-marsanne (Rhône nord). Saluons au passage l'équipe fidèle, le sommelier et le maître d'hôtel, excellents tous deux, sachant allier, discrétion et professionnalisme, toujours de bons conseils...

La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)
La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)

Ci-dessus, la truffe et Laurent Deconinck, au dressage. J'aime l'endroit, la cuisine est zen, très agréable. La brigade n'a rien a envier à l'équipe de salle, vraiment une belle harmonie d'un côté et de l'autre du passe !

Démarrons par un apéritif au Champagne, Jacquesson, citons-le. Avec des huîtres "noisette", miniatures. Parfait pour amuser la bouche. Suivi d'un carpaccio de daurade et avocat, classique et d'une rare finesse. L'empreinte élégante du chef...

La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)
La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)

L’Œuf à « plat » et Polenta à la Truffe blanche d’Alba. Accord de coeur, la truffe explose sur cet oeuf un peu plus fin en goût que celui de poule. La polenta e molto cremosa. Un délice dégusté avec un Hermitage blanc "La Bachole" 2011 des Vins de Vienne. Le vin est d'une grande finesse, aromatique, complexe, plutôt floral, gourmand mais d'une belle fraîcheur. Superbe accord, avec l'oeuf et la truffe, what else ?
 

La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)
La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)

Tartare de Veau à la Truffe blanche d’Alba. Coupé au couteau, de belle mache, la chair s'enrobe d'une émulsion parfumée à la truffe, volupté gustative. A déguster avec un Mercurey Champs Martins 2012 du domaine Theulot Juillot, beaucoup de noblesse et d'élégance dans ce vin tout en subtilité.
 

La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)
La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)

Tagliatelles (tajarin) et Potiron à la Truffe blanche d’Alba. Le fondant des pâtes et le parfum de la truffe, la surprise-outsider du potiron, ce plat est d'une simplicité désarmante de perfection. Il vero italiano ! En accord avec  un excellent Meursault 1er cru "Sous le dos d'Ane" du domaine Leflaive, valeur sûre, riche, long en bouche.

La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)
La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)

Ravioles de Céleri au Jus de Roquette à la Truffe blanche d’Alba. Le céleri et la truffe est un mariage que Laurent Deconinck affectionne, je trouve qu'il fonctionne idéalement avec la blanche d'Alba, cette note végétale lui va bien, comme s'accorde bien éagelement le piquant de la roquette. Bel accord avec un Saint Péray 2012 de la maison Nicolas Perrin, vin plus nerveux, minéral, qui se marie bien avec le végétal du plat.
NB rappelons que l'Oustalet est propriété de la famille Perrin (domaine de Beaucastel).

La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)
La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)

Le fromage, un Selles du Cher, confit d'oignon au citron proposé en accord avec un Pouilly Fumé Aubaine 2013, du Domaine Jonathan Didier Pabiot, gourmand, rond, avec la trame minérale propre à l'appellation, et une joie façon de rédcouvrir cette dernière. Bel accord quand on associe bien le fromage, le confit et le pain grillé.

La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)
La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)

En dessert : la figue badiane sous le figuier, un dessert à la figue avec un fromage blanc parfumé à la feuille de figuier, du fenouil ete de la badiane, dessert envoûtant, très peu sucré, assez bel accord avec le Rivesaltes 81 du domaine Gardiès, aux notes subtiles de figue et d'épices.

La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)
La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)

Le soufflé au chocolat et coulis de mûre, accompagné d'un Porto Ramos Pinto 2004, capiteux, profond, épais, avec de la fraîcheur encore. Un mariage d'amour..

La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)
La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)

Fin sucrée sublime avec ce mascarpone mousseux aérien, caramel et truffe blanche d'Alba, ainsi que des mignardises désormais classiques à l'Oustalet : bouchée de rhubarbe (à peine sucrée, encore croquante), petit chou et sucette chocolat-genièvre que j'aime beaucoup.

Chapeau bas encore pour le repas et les accords. La perfection n'est pas de ce monde, mais on en approche. Et on ne saisit pas pourquoi cette table n'a pas d'étoile...

Restaurant l'Oustalet
Place du Village
84190 Gigondas
Site Internet

La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)
La truffe blanche d'Alba à l'Oustalet (Gigondas)

Partager cet article

Article ? Recette ?