Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 06:29

– La Valence, la belle Valence, la fraîche orange. » Les modestes poireaux eux-mêmes : « Voilà d'beaux poireaux », les oignons : « Huit sous mon oignon », déferlaient pour moi comme un écho des vagues où, libre, Albertine eût pu se perdre, et prenaient ainsi la douceur d'un « suave mari magno ». « Voilà des carottes à deux ronds la botte. – Oh ! s'écria Albertine, des choux, des carottes, des oranges. Voilà rien que des choses que j'ai envie de manger. Faites-en acheter par Françoise. Elle fera les carottes à la crème. Et puis ce sera gentil de manger tout ça ensemble. Ce sera tous ces bruits que nous entendons, transformés en un bon repas.

– Ah ! je vous en prie, demandez à Françoise de faire plutôt une raie au beurre noir. C'est si bon ! – Ma petite chérie, c'est convenu, ne restez pas ; sans cela c'est tout ce que poussent les marchandes de quatre-saisons que vous demanderez. – C'est dit, je pars, mais je ne veux plus jamais pour nos dîners que des choses dont nous aurons entendu le cri. C'est trop amusant. Et dire qu'il faut attendre encore deux mois pour que nous entendions : « Haricots verts et tendres, haricots, v'là l'haricot vert. » Comme c'est bien dit : Tendres haricots ! vous savez que je les veux tout fins, tout fins, ruisselants de vinaigrette ; on ne dirait pas qu'on les mange, c'est frais comme une rosée. Hélas ! c'est comme pour les petits coeurs à la crème, c'est encore bien loin : « Bon fromage à la cré, à la cré, bon fromage. » Et le chasselas de Fontainebleau : « J'ai du beau chasselas. » Et je pensais avec effroi à tout ce temps que j'aurais à rester avec elle jusqu'au temps du chasselas.

Marcel Proust (A la recherche du temps perdu, extrait)

Partager cet article

26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 10:46

Retour des cookies ! Il y avait bien longtemps que je n'en avais plus fait. J'ai pris ma base habituelle à base de purée d'oléagineux et en doublant les quantités pour avoir de la marge ! Car ces cookies noisettes et chocolat ont un goût de reviens-y...

Ingrédients
- 50 grammes de beurre doux ramolli

- 50 grammes de purée de noisette
- 50 grammes de sucre complet bio type rapadura
- 1 oeuf
- 190 grammes de farine
- 1/4 cuillère à café de bicarbonate de soude
- 2 poignées d'éclats de chocolat 
- 1 ou 2 poignées d'éclats de noisette

Préparation
Dans un saladier, mélanger le beurre ramolli et la purée de noisette.
Ajouter le sucre et mélanger énergiquement, puis l'oeuf. Incorporer la farine et le bicarbonate de soude.
Une fois que la pâte est homogène, ajouter les éclats de noisette et chocolat.
Former des boules de pâte et  les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.
Enfourner 10 minutes environ à 180 °C. Laisser refroidir sur une grille.

Cookies noisettes et chocolat

Partager cet article

24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 15:58

Comme souvent le dimanche soir, je vous propose une idée gourmande et facile, sur le pouce ou presque. Ce soir, des pommes de terre sautées aux artichauts, câpres et basilic qui demandent un peu plus de temps de cuisson mais rien de bien compliqué. 2 grosses pomme de terre ou 4 moyennes et 5 artichauts poivrades coupés en petits morceaux, 1 gousse d'ail émincée, le tout dorés dans de l'huile d'olive auxquels on ajoute en fin de cuisson, 6/8 câpres et 6/8 feuilles de basilic. Bon appétit !

L'idée du dimanche soir : pommes de terre sautées aux artichauts, câpres et basilic

Partager cet article

21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 06:34

Après la version brioche salée feuilletée au parmesan avec des asperges, voici la brioche salée à l'encre de seiche et aux algues. Elle est ici servie avec un oeuf, cuit cocotte dedans mais vous pouvez aussi le pocher d'abord.  Poudré de paillettes de wakamé et de citron noir d'Iran, on peut également ajouter quelques grains de caviar pour une touche plus luxueuse ! Ici du caviar "Réserve" de la maison Caviar de Neuvic.

Oeuf en brioche noire aux algues, avec ou sans caviar...

Ingrédients (pour 4)
- 4 oeufs
- 10 grammes de caviar
- quelques paillettes de wakamé
- citron noir d'Iran
- p
aillettes ou fleur de sel

pour les brioches

- 140 grammes de farine
- 17 grammes de sucre blond
- 1/2 de sachet de levure sèche 
- 6 cl de lait tiède
- 30 grammes de beurre 
- 1/2 oeuf
- 2 grammes d'encre de seiche
- 1 cuillère à soupe de wakamé en paillettes

- 1 pincée de sel + paillettes ou fleur de sel
Préparation

Dans un saladier ou le robot, mélanger la farine, le sel et le sucre.
Tiédir le lait 
et ajouter l'oeuf battu. Mélanger à la farine. Ajouter enfin le beurre coupé en petits morceaux ainsi que l'encre et les paillettes d'algue. Pétrir la pâte pendant 10 minutes environ, ajouter un peu de farine si besoin. Placer la pâte dans un saladier et couvrir d'un linge. Laissez la pâte doubler de volume 1 heure environ dans un endroit chaud. Dégazer. Former des boules et déposer dans des empreintes à muffin graissées, poudrer de paillettes d'algue. Laisser lever à nouveau 30 minutes. Enfourner une vingtaine de minutes à 180°C. Laisser refroidir. Creuser une cavité dans les brioches, déposer le blanc (tout ou partie selon la quantité de blanc...) et enfourner 10/15 minutes à 200/210°C. Puis jouter les jaune d'oeufs, poudrer d'algue et de citron noir,  remettre à 180°C 1 minutes, guère plus. Servir aussitôt avec ou sans caviar.

 

Oeuf en brioche noire aux algues, avec ou sans caviar...

Partager cet article

20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 11:26

C'est mercredi, et ma sandwicherie alors ? Un peu dans l'esprit d'un sandwich, voici des asperges vertes accompagnées d'une brioche feuilletée au parmesan, accompagnée d'un peu de crème à la ciboulette. Croquez ! Et profitez des asperges, c'est la pleine saison ! 

Ingrédients
- 1 ou 2 asperges vertes par personne
- crème fraîche épaisse
- fromage frais (de vache, ici Saint Marcelin)
- ciboulette
- parmesan
- 1 trait de jus de citron
- sel, poivre

pour les brioches
- 140 grammes de farine
- 17 grammes de sucre blond
- 1/2 de sachet de levure sèche 
- 6 cl de lait tiède
- 35/40 grammes de beurre 
- 1/2 oeuf
- 30 grammes de parmesan + un peu plus

- 1 pincée de sel + paillettes ou fleur de sel
Préparation

Dans un saladier ou le robot, mélanger la farine, le sel et le sucre.
Tiédir le lait 
et ajouter l'oeuf battu. Mélanger à la farine. Ajouter enfin le beurre coupé en petits morceaux ainsi que l'encre et les paillettes d'algue. Pétrir la pâte pendant 10 minutes environ, ajouter un peu de farine si besoin. Placer la pâte dans un saladier et couvrir d'un linge. Laissez la pâte doubler de volume 1 heure environ dans un endroit chaud. Dégazer. Former des boules et déposer dans des empreintes à muffin graissées, poudrer de paillettes d'algue. Laisser lever à nouveau 30 minutes. Enfourner une vingtaine de minutes à 180°C. Laisser refroidir. Creuser une cavité dans les brioches, déposer le blanc (tout ou partie selon la quantité de blanc...) et enfourner 10/15 minutes à 200/210°C. Laisser tiédir.
Cuire les asperges à l'anglaise
.
Mélanger moitié crème fraîche moitié fromage frais, ajouter la ciboulette un peu de jus de citron, sel, poivre.
Couper les brioches en deux ou trois selon la taille, disposer des asperges au milieu et servir avec la crème à la ciboulette, parsemée d'éclats de parmesan.

Brioche feuilletée au parmesan et asperge verte

Partager cet article

19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 12:58

Ni beurre ni oeuf dans ce gâteau au cacao qui peut même à l'occasion être totalement vegan. Ici il est élaboré à base de lait entier cru bio mais on peut remplacer par du lait de chèvre ou du lait végétal (comme dans la version originale)

Ingrédients

- 200 grammes de farine
- 200 grammes de sucre blond
- 75 grammes de cacao
- 4 cuillères à café de poudre à lever
- 450 ml de lait (ici entier cru bio sinon végétal ou lait de chèvre)
- 35 grammes (3 cuillères à soupe) d'huile d'olive
- 1 cuillère à café d'extrait de vanille ou de café 
- sucre glace (facultatif)
Préparation
Mélanger les ingrédients ​sans trop pétrir et enfourner 45/50 minutes à 160°C.

 

Gâteau au cacao (sans oeuf, sans beurre)

Partager cet article

17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 16:40

Les spaghetti sont parmi mes favorites en dépit de la difficulté à les manger, en sauce. Ici, elles sont mélangées avec du gorgonzola qui va fondre au contact, accompagnées d'asperges coupées en morceaux, éventuellement quelques éclats de pistache (avec des asperges vertes) ou de noix (avec des blanches). Les spaghetti sont ici colorées en rouge, au piment (un peu relevées) mais vous pouvez utiliser des classiques... 

L'idée du dimanche soir : spaghetti, asperge, gorgonzola

Partager cet article

16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 06:04

Les spaghetti sont un souvenir d'enfance, nature, au beurre, en sauce tomate (avec ou sans basilic) ou à l'ail... ce sont l'une de mes pâtes favorites. Pas aisé à manger mais si amusant. Très tôt j'ai appris la technique qui consiste à enrouler les spaghetti sur la fourchette en prenant appui sur une cuillère à soupe. Mais aspirer la pâte sur toute sa longueur est un vrai plaisir régressif !
Et impossible de penser spaghetti sans évoquer la scène du restaurant italien dans la Belle et le Clochard de Walt Disney... 

Spaghetti !

Spaghetto signifie ficelle en italien, c'est une forme qui semble venir de la région de Naples. A l'origine traditionnellement à l'huile d'olive, poivre et fromage (cacio e pepe), puis aux alentours du XVIII/XIXème siècle avec de la sauce tomate, cité notamment dans un livre de cuisine de 1834 par Ippolito Cavalcanti, accommodé avec de la sauce napolitaine.
A noter que les spaghetti à la bolognaise ne sont pas une recette italienne mais qu'elles sont nées à l'étranger, en Europe du Nord (très populaire en Allemagne, Angleterre) tandis que le ragù bolognese (spécialité de Bologne donc) accompagne essentiellement, dans la version traditionnelle, les tagliatelles ou les lasagnes (voire la polenta).

Jadis on mangeait la pasta avec les mains, et même jusqu'à la fin du XIXème siècle, et ce d'autant plus que la pasta appartient dans le sud de l'Italie à une longue tradition de cuisine de rue... Ci-dessous, c'est même sans les mains ! 
Cinq girls de Broadway participent à un concours de "Spaghetti Swooshing" en 1948. Où comment manger une assiette de spaghetti en sauce sans les mains ! 

Spaghetti !

Partager cet article

15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 07:20

Dans l'Angleterre victorienne, Oyster Day était le jour d'arrivée des premières huîtres  de la saison sur le marché de Londres, Billingsgate (toujours le plus grand marché au poisson du Royaume Uni). La tradition de la vente d'huître dans la rue était courante à Londres, à 1 penny les quatre. Les "costermongers" ou vendeurs de rue écoulaient ainsi 124 millions d'huître par an ! 
Ce poème anonyme reflète bien l'enthousiasme à déguster ces premières huîtres, toutes classes confondues :

Greengrocers rise at dawn of sun –
August the fifth – come haste away!
To Billingsgate the thousands run, –
‘Tis Oyster Day! – ’tis Oyster Day!

Illustrated London News, Jul.-Dec., 1851

Illustrated London News, Jul.-Dec., 1851

 

A Oyster Day, le 4 août à Londres, les enfants collectionnaient les coquilles d'huîtres et créaient des "grottos", genre de caves/grottes faites de ces coquilles, pour lesquels ils glanaient ensuite quelques pièces au son de "remember the grottos" ou "please to the grotto". Une coutume qui a duré du début du XIXème siècle jusqu'à la seconde guerre mondiale. Certains tunnels et de nombreuses caves en sont toujours décorés, celles de Margate dans le Kent sont à voir...

Margate grotto

Margate grotto

Angel horseback (anges à cheval) est une ancienne recette victorienne à base d'huître grillée dans une tranche de bacon. Cet amuse bouche est parfois servie sur une tranche de pain.
C'est une curiosité que j'ai revisitée après une discussion avec Patrick, en testant la version huître et boeuf persillé : une fine tranche de viande  grillée enrobe l'huître. Je préfère cette version à l'originale. A déguster avec une point de horseraddish (raifort)...
Et sinon il existe le devil horseback, tranche de bacon entourant un pruneau, une recette qui a plus aisément traversé la Manche et qui était très à la mode dans les années 1980/90, grillé ou non...

Oyster Day in London, grotto et angel horseback revisité

Partager cet article

14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 06:36

Les huîtres étaient jadis énormément consommées, par toutes les classes sociales. La cuisine victorienne propose des recettes de cuisine et surtout de conserve pour en manger toute l'année. Voici une recette de curry d'huîtres tirée du livre de cuisine Tasty dishes publié en 1897.

Ingrédients
- 2 douzaines d'huîtres
- 1 cuillère à soupe de curry (ici Bombay)
1 cuillère à café de farine
- 60 grammes de beurre (j'en ai mis 30)
- 1 citron
- sel, poivre
Préparation
Ouvrir les huîtres et réserver leur eau. 
Mélanger l'oignon émincé avec la farine, les épices et le beurre dans un casserole. Puis ajouter l'eau des huîtres et le jus du citron (au goût...). Laisser épaissir la sauce, mélanger avec les huîtres et servir en plat avec du riz blanc, en entrée ou en amuse bouche.

 

L'huître dans la cuisine victorienne (1) : curried oysters

Partager cet article

Article ? Recette ?