Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 16:04
Le coing, ce fruit jaune et lourd, au parfum capiteux, serait originaire des régions caucasiennes, où il est cultivé depuis des temps reculés. Introduite en Crête, le coing tire son nom latin, cydonia,  d'une ville de l'île grecque, Cydon ; on la surnommait poire de Cydonie ou encore pomme d'or, celle des Hespérides bien sûr... Celle de Pâris et de la Belle Hélène, celle de la dernière épreuve d'Héraclès, le demi-dieu... Tout un symbole !


Les Grecs anciens et les Romains en raffolaient, faisant confire dans du miel ces fruits coupés en tranche, le meli mela* (mot à mot, pomme au miel). Le coing était un symbole d'amour, de bonheur et de volupté. Les promises se voyaient offrir des coings la veille de leur mariage, promesse de la douceur de leurs baisers et de la tendresse de leurs caresse...

Le meli mela est l'ancêtre du cotignac et de la pâte de coing, dont on trouve plus tard la recette dans le Ménagier de Paris. L'Espagne est également friande de ce dulce de membrillo popularisé par Cervantes dans son Don Quichotte, une gourmandise toujours aussi appréciée aujourd'hui côté ibérique, où on la déguste avec le fromage de brebis...
Rabelais évoquait également les délices du "coudoignac", ou "codignac", préparation de coings confits avec du miel et dont le nom viendrait du mot provençal coudougnat (dans la langue de Frédéric Mistral, le coing se dit coudoun).

Provenant du village éponyme, le cotignac serait l'invention d'un pâtissier de ce village varois venu s'installer dans la ville d'Orléans. Il s'agit d'une gelée de fruits (ou pâte de coing un peu molle) coulée dans des boîtes en bois d'épicéa qui lui confère une saveur typée. La recette du Parfait Confiturier édité au XVIIème siècle utilise de la pulpe de coing et des épices : cannelle, macis, clous de girofle... On trouve également de vieille recette à base de vin, et bien tendu le miel, base du cotignac de l'époque. Aujourd'hui, on emploit le jus du fruit et le sucre a remplacé le miel.
Ce fut la confiserie favorite de François 1er et elle eut toujours le succès d'une friandise de luxe à la Cour des Rois de France.


*Vous pouvez retrouver la recette du meli mela ici.

Partager cet article

Published by Tiuscha - dans Mémoire
commenter cet article

commentaires

irisa 14/11/2009 09:57


je ne savais pas que la fameuse pomme d'or était le coing
Le service hospitalier où je travaillais s'appelait le jardin des hespérides , j'en connaissais l'histoire , celle d'Hercule qui mandaté par Athéna , est venu dans ce jardin terrasser les dragons
qui en avaient la garde .... etc, etc .....


Estèbe 12/11/2009 14:32


Ce qu'il y a de palpitant dans le coing, c'est son côté tannique, comme si mille picots vous gratouillaient la glotte. Trop drôle.


Anne (Papilles et Pupilles) 11/11/2009 21:35


J'ai fait un crumble de mes coings avec du miel et des noix mais il n'empêche que ton article est tout à fait passionnant :)


Dada 11/11/2009 21:06


J'aime ce billet, j'adore le coing et sa pâte. on a l'impression d eplonger dans le passé... Bonne soirée


Dada 11/11/2009 21:05


J'aime ce billet, j'adore le coing et sa pâte. On a l'impression de plonger dans le passé, les souvenirs... Bonne soirée


jupiter 11/11/2009 19:25


Il a de la chance d'être mort ce "pâtissier" qui en fait était un colporteurs qui avait "volé" cette recette chez nous pou "l'offrir" à Orléans
Le pire est que la marque Cotignac est déposé par la ville d'Orléans et que nous ne pouvons pas mettre sur les emballage de pête de coing de Cotignac
on nous oblige à mettre pâte de coings de la région de cotignac
on râle, gnigni
remarque que les valensolais sont aussi dans le pétrin avec une directive "européenne" qui sur une étude suédoise à décrété que l'essence de lavandin devait porter une étiquette jaube et la croix
noire et ou la tête de mort car c'est considéré comme produit toxique

à part ça j'adore sentir l'odeur du coing mûr, c'est indéfinissable et très subtil
cette année cela a été une cata à cause du printemps pluvieux

jupi


Article ? Recette ?