Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 07:00
Qui l'eût cru ! Plus de 1000 tonnes de truffes se vendaient encore au siècle dernier (un record de 1 800 tonnes fut atteint en 1868) contre 30 tonnes aujourd'hui. C'est en tout cas le chiffre attendu par la Fédération Française des Trufficulteurs... Et pourtant, la France reste le premier producteur européen devant l'Espagne et l'Italie. Le Sud-Est fournit près de 80 % de la production nationale (Vaucluse,Drôme, Gard), les 20 % restant proviennent du Périgord. Sur les 20 000 exploitants et récoltants français, seule une poignée en tire son unique source de revenus. Sauf sans doute en Italie où la truffe blanche se négocie à 4 000 euros cet hiver, et parfois même jusqu'à 15 000 euros certaines années ( 500 euros en moyenne cette année sur les marchés de l'hexagone) !

En dépit de plantations d'espèces truffières (300 000 arbres truffiers par an), la truffe se fait de plus en plus rare ; à cela, plusieurs raisons, dont certaines ne sont qu'hypothétiques : un sol "abîmé" par la pollution, la météo plus sèche ces dernières années, et le mélange de variétés nobles et de souches de basse qualité, les secondes empiétant sur le terrain des premières et "phagocytant" leur espace de reproduction et de maturation.

La truffe de nos terroirs perd chaque jour du terrain, surtout face à l'invasion de la truffe chinoise ! Le précieux champignon se muliplie dans les montagnes du Yunnan mais les chinois n'en sont guère friands. En revanche, ils ont bien compris le profit qu'ils pouvaient en tirer et l'exportent de plus en plus en Europe et en Amérique du Nord (de la même façon, la Chine se lance dans la production de foie gras et de caviar...).

Et chaque saison apporte son lot de fraudes. Cette année encore, sur le marché aux truffes de Lalbenque,
des brumales (d'une qualité moindre) ainsi que des truffes chinoises se sont glissées au milieu de la tuber melanosporum du Quercy, de façon tout à fait illégale. Or, chaque semaine se vend environ 100 tonnes, à un prix oscillant entre 300 et 700 euros le kilo. Impossible de vérifier toutes les truffes, seul les gastronomes experts peuvent identifier les contrefaçons !

Une relance de la truffe en France
passerait par l'identification génétique et le "semage" des variétés nobles. Les chercheurs, en partenariat avec les trufficulteurs ont créé des truffières expérimentales afin de mieux comprendre la genèse de la truffe noire dite du Périgord et de la truffe de Bourgogne, et leurs interactions avec d'autres espèces...

En attendant les résulats de la science et pour valoriser le "diamant noir" français, la filière trufficole organisera les 2 et 3 février 2007, la toute première fête internationale de la truffe à Brive. A suivre...

Partager cet article

Published by Nathalie Merceron - dans Economie et législation
commenter cet article

commentaires

Article ? Recette ?