Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 06:40

Le Vendredi du Vin, 32ème du nom, me conduit sur les pentes, ici douces et sinueuses, de la littérature et du vin, puisqu'Hub, auteur de l'Oenothèque, nous convie aux mots du vin (et non aux maux...). Pour les curieux de "lettres et litres", rendez-vous aussi sur la page Facebook des Vendredis du Vin...

D'Homère à Rabelais, de Beaudelaire à Zola, il y a l'embarras du choix pour aborder le sujet. Pour ma part, je suis encore sous l'emprise du Champagne, ce vin pétillant, festif et léger, qui me fait immanquablement penser à Marcel Proust. proustEsthète, un peu dandy, gourmet, il fréquentait les tables de la "belle société" autant que celles du peuple : salons littéraires, cafés, cabarets, voire maisons closes, mêlant une curiosité un peu  vicieuse, l'intérêt véritable pour les âmes (celles des demi-mondaines autant que des aristocrates) et surtout, le paysage social étendu dont il avait besoin pour écrire son oeuvre...

veuveclicquotetiquette.jpgLe Champagne était alors une boisson un peu sulfureuse, celle que l'on retrouve tant dans le "Nana" d'Emile Zola, celle que l'on buvait au spectacle, en galante compagnie ou entre amis fréquentant les mêmes cercles.

Certes, Marcel Proust était grand buveur de thé, largement mis en scène dans Du côté de chez Swann", de café dont il buvait des litres, l'eau minérale lui tenait souvent lieu de petit déjeuner au sortir de soirées auparavant "arrosées",  tandis que le lait était pris comme une nourriture ordinaire et quotidienne (jusqu'à 1 litre par jour). Et c'est bien une bière glacée que l'on courut lui chercher au Ritz tandis qu'il était sur son lit de mort. Il appréciait le vin et le Champagne, mais n'en buvait plus à la fin de sa vie, pas plus qu'il ne mangeait vraiment. Il en faisait acheter en revanche : vins fins aux repas et Champagne Veuve Clicquot, son préféré. "En dehors des dîners, c'était du Champagne - Veuve Clicquot uniquement - ou du porto", rapporte Céleste Albaret qui l'assista dans sa vie quotidienne en 1914 et 1922, dans Monsieur Proust. C'était aussi, semble-t-il, une médication contre ses violentes crises d'asthmes qui, depuis l'enfance, le tenaient prisonnier de son corps. Il écrit dans A la recherche du temps perdu : "Depuis longtemps déjà j’étais sujet à des étouffements et notre médecin, malgré la désapprobation de ma grand’mère, qui me voyait déjà mourant alcoolique, m’avait conseillé outre la caféine qui m’était prescrite pour m’aider à respirer, de prendre de la bière, du champagne ou du cognac quand je sentais venir une crise".

C'est ainsi que je l'imagine le mieux, non pas enfermé dans sa chambre, brassant ses milliers de papiers, écrivant sans relâche ou faisant la lecture à ses amis. Non, j'aime l'idée d'un Marcel Proust élégant, distingué, un peu en retrait et observateur, un verre de Champagne à la main. Idéalement au Ritz, sa "résidence secondaire" - où il a laissé son nom à l'une des chambres raffinées -, après un fameux dîner de 1907 qui lui coûta 700 francs. "Puis je devins « le Proust du Ritz » (je me suis toujours demandé pour qui était la réclame que semble contenir cette formule) ; j’avais « mon » « numéro 12 » mais j’aimais aussi la salle à manger à condition qu’on fermât la galerie et que le chauffage y fût suffisant." Ou lors des dîners élégants organisés chez ses parents naguère, rue de Courcelles.

Photo recomposée Gérard Bertrandmarcel_proust_au_ritz.jpg

J'ai donc choisi un Champagne élégant digne de l'écrivain, et de sa marque favorite : Veuve Clicquot rosé Vintage 2002, excellent millésime. "Le Vintage Rosé est une véritable symphonie dont Madame Clicquot écrit la partition en 1818, en assemblant, pour la première fois, une sélection de nobles raisins noirs et blancs". Le Champagne Veuve Clicquot Vintage Rosé est un assemblage subtil, le millésime 2002 est composé de 60 % de Pinot Noir, de 7 % de Pinot Meunier et de 33 % de Chardonnay, auxquels ont été ajoutés 15 % de Pinot Noir de Bouzy). "Le choix de l'origine des raisins est primordial et donnera ses lettres de noblesse à la cuvée" : 17 Crus, classés en "Grands et Premiers crus" composent cette cuvée, situés dans la Montagne de Reims, (avec par exemple des Pinot Noir de Verzenay Grand Cru ou des Pinot Meunier de Ludes en Premier Cru),  dans la Grande Vallée de la Marne (Pinot Noir d'Aÿ Grand Cru) et enfin au sein de la Côte des Blancs où Le Mesnil / Oger constitue l'un des plus beaux vignobles de Chardonnay (Grand Cru).

Il s'agit d'un Champagne de gastronomie, aux notes épicées et de fruits rouges, une bouche pleine de fraîcheur et de vinosité, suffisamment puissante pour des viandes rouges (la Maison Veuve Clicquot suggère une marinade de boeuf épicée). A suivre, une découverte d'un repas décliné autour du Champagne Veuve Clicquot rosé Vintage 2002...veuveclicquotrose2002.jpg

Partager cet article

commentaires

Hub 08/02/2011 22:39




Pour la petite histoire, mon club de dégustation se réunissait il y a quelques années dans un restaurant, situé au 1er étage dans la rue Saint-Honoré : le Tadoussac, dont on disait que c'était
un ancien b..... que fréquentait Marcel Proust. je ne sais pas si l'histoire est véridique, mais la déco, qui a pas mal changée depuis, pouvait laisser croire une partie de l'histoire.


 


Quoi qu'il en soit, voici (enfin) le compte rendu de cette 32ème rencontre :


http://www.oenotheque.net/article-vdv-32-compte-rendu-66740096.html


Merci pour cette très belle contribution !




Hub 08/02/2011 22:37



Pour la petite histoire, mon club de dégustation se réunissais il y a quelques années dans un restaurant au 1er étage d'un restaurant de la rue Saint-Honoré : le Tadoussac, dont on disait que
c'était un ancien b..... que fréquentait Marcel Proust. je ne sais pas si l'histoire est véridique, mais la déco, qui a pas mal changée depuis, pouvait laisser croire une partie de l'histoire.


 


Quoi qu'il en soit, voici (enfin) le compte rendu de cette 32ème rencontre :


http://www.oenotheque.net/article-vdv-32-compte-rendu-66740096.html


Merci pour cette très belle contribution !



Anne Hélène 28/01/2011 22:33



Le Champagne..... , j'ai eu la chace de partiiper il y a peu de temps à une dégustation à l'aveugle de Champagne. Les résultats ont étonnants. 
Bele soirée.  



Isa-Marie 28/01/2011 16:59



Hello Tiusha,


C'est dans la recherche que tu as tiré cette étude ou bien dans des bios ? Quels sont les auteurs ?


J'aime bien aussi le champagne rosé, je l'ai découvert la première fois que Pierre nus a emmenés chez Nelly Cathala. Elle avait une cave fabuleuse et une gallerie de tableaux tout aussi fournie.


Bises d'Isa-Marie



Tiuscha 28/01/2011 17:17



Dans la recherche, le livre La cuisine selon Proust co-écrit par Anne Borrel, et une lettre de Marcel Proust adressée au Ritz, entre autres...


Le Champagne rosé n'est pas forcément mon préféré mais je lui trouve quelque chose de raffiné et d'élégant qui va bien à l'auteur (rien à voir avec le rose de son homosexualité...)



Hub 28/01/2011 14:53



Marcel Proust et le champagne.. trois mots et c'est, tout comme avec une certaine madeleine, tout un univers qui vient à vous !



Article ? Recette ?