Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 06:45

L'éclade de moules, vous connaissez ? C'est la façon de cuire les moules en enflammant des aiguilles de pin, en Charente Maritime, une façon héritée des boucholeurs (éleveurs de moules de bouchot) : le principe est a priori simple : on dresse les moules en cercles concentriques, pointe vers le haut, sur une planche en bois, parfois couverte d'aluminium, on couvre d'épines de pin bien sèches que l'on enflamme, on brûle et dès que c'est éteint, on ôte la cendre. "L'éclade" se faisait jadis sur la plage, elle se fait maintenant dans les jardins, comme le barbecue, avec à la clé des moules juteuses à la saveur délicieusement fumée (enfin si on aime le fumé). Le principe est simple mais quid de sa réalisation ? Vous pouvez aller voir chez Lilizen, par ici. Quant à moi, après avoir essayé il y a plusieurs années avec des aiguilles de pin d'ici, j'ai voulu tenter une éclade de moule façon provençale, avec des épines de romarin au lieu de celles de pin.

Vous me suivez ?

ecladeprovencaletest.jpgJusque là tout va bien !ecladeprovencaletest2.jpgJusque là tout va bien !

Mais une fois, les moules entièrement recouvertes d'un beau tapis de romarin, craque, une allumette ! Une 2ème, une 3ème, mais ces cr&#@?! de brindilles ne veulent pas s'enflammer. J'entreprends après plusieurs essais, de faire flamber le bois du romarin dont j'avais récupéré les "épines".ecladeprovencaletest3-copie-1.jpgCa flambe, pas de doute ! Je poursuis donc ma quête de la moule fumée... Résultat, intéressante saveur fumée mais quand même de la cendre et les brins de romarin carbonisés dans les moules ouvertes (bof), et quelques coquilles ont éclaté sous la chaleur ! Vous l'aurez compris, cette tentative est un relatif ratage. Help ! Que s'est-il passé en fait ? ecladeprovencaletest4.jpg

Partager cet article

Published by Tiuscha - dans Inclassable
commenter cet article

commentaires

lilizen 28/10/2010 15:51



Shame on me Tiusha et à ce courrier en souffrance !


 


les moules se montent verticalement, on part du centre en réalisant un trépied de moules en trichant avec un petit clou planté au milieu de la
planche en bois pour aider la première moule à tenir !


Voilà, l'idée sinon du romarin est bonne, peut-être à mélanger avec les aiguilles de pin pour ne pas que ce soit trop fort en goût...A tester
l'année prochaine avec des aiguilles bien sèches donc ! As-tu pensé à engranger ?


BISES


lili



Marie-France 18/08/2010 10:37



Je n'avais pas eu le temps de venir plus tôt voir ton essai... J'ai un formidable souvenir de coquillages cuits ainsi sur un lit d'aiguilles de pins ramassées dans la forêt de
Saint-Hilaire-de-Riez. C'était l'année dernière avec les amis belges (Fabienne, Mark et Micky). Nous avions cuit ainsi au barbecue des Avignons, sortes de palourdes, beaucoup plus plates mais
surtout à la coquille beaucoup plus fines. Du coup ils s'étaient cassés à la cuisson et les petites noix de fruits de mer étaient imprégnées d'aiguilles de pins. Il n'empêche que tout le monde
s'était régalé, le goût fumé était vraiment extraordinaire, et on s'est juré de recommencer avec des coquillages aux coques plus dures.


... Tout ça pour dire que si je connais bien la cuisson aux aiguilles de pin, je n'ai pas essayé avec le romarin donc ne pourrait t'éclairer, mais Jupiter me semble le mieux placé pour ça.
Question goût, par contre, ce doit être extra.


J'ai mangé des éclades de moules, en vacances à l'Ile d'Oléron, quand j'étais adolescente, mais je ne me souviens plus comment elles étaient disposées, charnières en haut ou en bas.


Tu recommenceras ? Et tu nous diras ?



Zaza 17/08/2010 15:51



Alors là moi je peux pas t'aider sur cette question, mes moules je les fait à la cocotte, au moins je suis tranquille, puis bon j'ai pas de jardin....


Bises



Claire 16/08/2010 15:31



Je rêve d'essayer cette recette depuis des années ! Poursuis tes efforts et tiens nous au courant ok ? :)



jupiter 15/08/2010 21:25



je ne voulais pas dire que le romarin ne brûle pas car tout brûle, mais qu'il brûle mal malgré ses essences aromatiques


même l'eau brûle à 3000° (mélange d'essence et d'alu par exemple) environ elle se "cracke" en ses deux atomes essentiels et crée une explosion


 


pour les pigeonneaux aux romarin ils enflamment le romarin déja chaud dans la cocotte et remette le couvercle, heu...je ne fais pas , hi


 


les cendres d'aiguilles de pin sont très légères , tu active la combustion tout au long de la brève cuisson avec une "vieux calendrier des PTT" et les cendres entrent en moins grende quantité
dans les moules ouvertes


 


en tout j'aime bien ce goût de moules et de résineux, mais bon ici interdiction de faire du feux , on attendra l'automne


bonne soirée



senga50 15/08/2010 19:11



Je crois que l'adorerais comme la mouclade dans un autre style... Comme toi j'adore les pressés et les rougets !!!  J'adore tes photos de l'Aubrac



Mamapasta 15/08/2010 18:23



et, si tu avais déjà regardé  comment, ici ,en charente maritime, on fait, tu aurais vu qu'il faut disposer patiemment les moules charnière vers le haut, en cercles concentriques...et rien
ne rentre dedans.....


mais ceux qui les mangent ont les mains noires de suie....


( végé mais observatrice)



Tiuscha 15/08/2010 19:28



Argh, les uns disent charnière ne haut, les autres charnières en bas, je ne sais plus à quel saint me vouer...



Au gré du marché 15/08/2010 15:11



Je suis impressionnée par ce type de cuisson!


Lou



jupiter 15/08/2010 13:44



il faut de très longues aiguilles de pins bien sèches


crois en un ancien pompiers, que tu ne vas sans doute pas croire, le romarin vert qui est tout de même gorgé d'essence brûle très très mal


pour faire une expérience , allume un feu  et à quelques mètres un autre tas de branchettes non enflammées,  casse une branche de romarin  plonge la dans le feu puis essayes
d'allumer le feu de l'autre tas avec ta branche de romarin  "enflammée"


tu verras qu'au bout de deux mètres ta branche de romarin s'éteint et fume


 


les végétaux les plus inflammables ne sont pas ceux que l'on croit, le plus inflammable est le mimosa vert et le genêt sauvage


 


pour faire une bonne éclade il te faut de belle aiguilles de pins sur une épaisseur d'environ 8/10 cm au dessus des moules


la combustion doit être très rapide, prends un carton pour chasser les cendres impalpables de ces aiguilles


les moules doivent être placées en spirale charnière vers le bas, ainsi elle cuisent dans leur eau


tu verras certaines moules seront carbonisées bien sûr , mais la majorité seront un régal


 


et attention au feu de forêt, hihi


 


bonne éclade


 


jupi



Tiuscha 15/08/2010 17:20



Merci Jupi de ce commentaire très intéressant! Romarin ne brûle pas, je le saurai donc (comment font les chefs qui fument de l'agneau au romarin ?) Pour la position des moules, c'était la bonne
mais du coup, comme elles s'ouvrent vers le haut, elles se garnissent de cendre/brindilles...



irisa 15/08/2010 11:36



Je doute que Mr Irisa permette que je tente l'expérience ! avant hier nous avons vu passer mult canadairs qui allaient sur un feu non loin d'ici !
Sinon j'au deux grands pins qui me donnent des aiguilles bien sèches à mélanger peut-être avec quelques épines de romarin ?


je ne connaissais pas cette éclade



Tiuscha 15/08/2010 17:20



Jupiter vient de signaler que le romarin brûlait très mal, mais peut être qu'en mélanger en effet..



Article ? Recette ?