Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 16:25

Les émissions de téléréalité culinaire ont de bien qu'elles donnent envie d'exercer un joli métier, qu'elle mettent en valeur les produits de qualité, les producteurs et artisans de bouche de talent, et qu'elles donnnent envie à nombre de personnes de se mettre ou de se remettre au fourneau. Mais elles ont un fâcheux travers, qu'elle partagent avec d'autres émissions du même genre : elle donne de la cuisine une image rose bonbon, starifiée et easy-to-live de cet univers.
La revue Grand Seigneur avait mis les pieds dans le plat lors d'un reportage mémorable sur la façon déplorable dont certains chefs de cuisine traitent leurs équipes, les conditions parfois misérabilistes dans lesquels certains exercent, les difficultés les abandons de carrière et j'en passe. A l'heure de la demi-finale de Masterchef saison 3, et à l'heure ou la TVA à 5,5% est remise en question, remettons les choses à leur place : non, être cuisinier n'est pas rose tous les jours : le métier est difficile, les horaires décalés et contraignants, et lorsqu'on est restaurateur, il faire face en plus à la playmobil_chef.jpggestion de son affaire. Stocks, négocation avec les fournisseurs, accueil des clients, gestion du personnel et gestion de son budget. Métier exigeant et investissement personnel. La contrepartie : l'amour de la cuisine, la satisfaction voire la reconnaissance du client. Et parfois, le salaire.

Alors combien gagne un chef de cuisine ?
Un chef de cuisine peut gagner un SMIC ou plusieurs milliers d'euros par mois, selon le restaurant, son emplacement, etc... En 2012, le salaire moyen d'un chef est estimé à environ 2 900 euros par mois, mais 2 400 euros si c'est une femme !
L'Hôtellerie-Restauration précise : en restauration traditionnelle, "le chef de cuisine supervise toute l'équipe, sachant que les effectifs sont variables selon la taille de l'établissement. Il est responsable de la cadence et de la qualité de travail, ainsi que du respect des normes d'hygiène. Cuisinier de formation, il établit la carte en fonction du style de l'établissement (cuisine tenant compte, par exemple, des spécificités régionales), et des prix de vente décidés par la direction. Il élabore les fiches techniques, passe les commandes et gère les stocks. Il négocie parfois avec les fournisseurs. Il travaille en bonne entente avec le patron de l'établissement et doit être capable d'adhérer à l'esprit de la maison." Sa rémunération ? 2500 euros brut en moyenne.
Dans une chaîne, la rémunération peut augmenter de façon très sensible, selon que le chef de cuisine supervise les chefs exécutifs des différents restaurants et décide de la carte qui sera appliquée dans tous, entre autres.

En restaurant gastronomique, le chef de cuisine a les mêmes obligations mais il doit aussi, outre la direction de sa brigade, composée de plusieurs commis, chefs de partie et parfois d'un second, insufler une véritable personnalité, il doit être créatif et composer sa carte en apportant une réelle plus-value. Sa rémunération : 3300 € brut mensuel à 4500 € brut pour 1 étoile Michelin, de 4500 € à 6500 € pour 2 étoiles, et sans limite pour 3 étoiles (fréquemment supérieure à 10 000 €/mois). Le salaire d'un chef 3-étoiles oscille entre 12 000 et 15 000 euros mensuels, salaires qui peut être augmenté de 5 000 à 15 000 euros la journée pour des opérations de relations publiques, hors restauration.
playmoblichef2.JPGCar les à-côtés, du service traiteur à la publicité en passant par l'édition ou les émissions de télé, certains chefs-stars réussissent à doubler ou tripler la mise facilement. En France, impossible de savoir précisément ce que gagne un chef, on parle ici ou là de 150 000 euros par mois pour Yannick Alleno, Thierry Marx et Philippe Labbé seraient également bien placés... On en sait davantage sur un Jamie Oliver dont la fortune est estimée à 75 millions d'euros, ou  Gordon Ramsay, qui pèserait près de 31 millions d'euros, contre "seulement" 9 pour Alain Ducasse (attention, ces chiffres varient d'une source à l'autre)...

Loin de ces considérations pécunaires, la cuisine reste une histoire de passion, avant tout. Et de motivation, d'engagement, selon un mot qu'aprécie la téléréalité... C'est un véritable sacerdoce !
Un chef de cuisine doit faire preuve d'autonomie, de capacités de gestion, d'organisation, de pédagogie et d'un bon relationnel. Iil doit être minutieux, rapide et avoir une bonne résistance au stress et à la fatigue. Enfin, il doit avoir une bonne connaissance des normes d'hygiène et de sécurité. Ces dernières peuvent s'apprendre dans le cursus d'apprentissage, CAP, BEP, Bac pro ou BTS, tandis que certaines sont innées et que d'autres encore s'acquièrent au fur et à mesure des places occupées dans la vie professionnelle : généralement, le chef de cuisine démarre au poste de commis puis chef de partie pour grimper au poste de second, enfin de chef de cuisine, dans une ou plusieurs maisons.

Certains chefs goûtent le plaisir de l'indépendance et d'être à leur compte, propriétaire de leur affaire, mais c'est assurément une cause de stress et de travail supplémentaire !

Partager cet article

commentaires

chef 23/09/2016 11:30

moi je sais cuire des stek

anonymous 27/08/2015 20:35

Bref je ne sais pas si je ferai ça

anonymous 27/08/2015 20:34

Tres bien merci

ZZ 18/06/2015 16:29

TRES BIEN

ZZ 18/06/2015 16:29

vtf

ZZ 18/06/2015 16:29

OK TA MERE

Anne (Papilles et Pupilles) 02/11/2012 21:48


Je ne pensais pas que cela pouvait être aussi élevé 

Tiuscha 05/11/2012 09:39



A la base, il y a le chef smicard qui démarre dans son propre restau, à l'opposé le chef 2 ou 3* qui se fait débaucher pour glaner une étoile dans un palace parisien par exemple... Et à Canne ou
Monaco, les salaires planent haut mais comme la vie est chère...



Babeth De Lille 02/11/2012 19:14


c'est bien de remettre les choses un peu à leur place.....ceci dit, comme tu dis, quand on a la passion, on ne compte pas....

lebon pequery françoise 02/11/2012 18:35


Vaste débat...Je pense que lors de leurs études malgré tout ,les jeunes sont mis au courant .Beaucoup d'inégalités...la télé réalité n est pas la vraie vie non plus..enfin c'est compliqué!


Bon week end!

Isa-Marie 02/11/2012 10:43


Nous avons des amis qui ont un restau dans le 92. ils ne voient quasiment plus personne car ils arrêtent de travailler le dimanche en fin d'après midi et n'ont pas trop d'horaires la semaine...


Hyper contraignant.


Bises d'Isa-Marie

Atahana 02/11/2012 10:39


Je me suis toujours posé la question en regardant ces émissions de savoir comment tant de personnes pouvaient avoir envie de choisir un métier aussi difficile et contraignant. La réponse est
claire: beaucoup veulent plus s'orienter vers les tables d'hôtes, le "traiteur à domicile" ou les cours de cuisine que vers le métier de chef ou de cuisinier...


Merci pour votre article, très instructif.

iza gourmandiz 01/11/2012 19:36


Tu fais bien de remettre les choses à leur place, le boom médiatique culinaire actuel laisse prétendre que les métiers de bouche ne sont que plaisir, or je crois bien que la vie de la plupart des
personnels de cuisine n'est pas aussi rose que nous le font croire toutes ces émissions en vogue...nous n'y voyons que le sommet de l'iceberg bien sûr! 

Article ? Recette ?