Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 05:29

Des rencontres avec des vignerons il y en a eu quelques unes mais c'était avant... Avant l'installation dans le Vaucluse, la formation en vin... Des vignerons marquant il y en a eu durant la formation, notamment à Gigondas Claude et Pierre Amadieu (Domaine Amadieu) d'une part, Louis Barruol (Château Saint Cosme) d'autre part et puis Jean-Pierre Serguier (Château Simian) à Piolenc. ce sont quatre vignerons à qui je dois beaucoup et auprès de qui ma passion du vin a grandi. Mais quand je pense à une "Rencontres du Troisième Type", puisque tel est le thème choisi par Patrick pour de ces Vendredis du Vin #67, je pense plutôt à Guy Benin, une sorte d'extra-terrestre passionné et passionnant... Du moins à l'époque car cette rencontre marquante date de 2003 déjà ! C'est surtout son fils, Marc Benin, très sympathique également, qui mène la barque et que vous aurez des chances de rencontrer désormais.

les-gravieres-du-taurou-2006.jpgNous avions alors découvert un peu par hasard quelques vins du Domaine de Ravanès, notamment la cuvée Diogène et, surtout, les Gravières du Taurou pour laquelle nous avions eu un coup de coeur et beaucoup d'émotion. C'est le fameux vin que des professionnels britanniques avaient comparé à Petrus, lui octroyant le surnom de Petrus du Languedoc ; quelques années plus tard, le vin de Marc et Guy Benin dépassait d'une courte tête le prestigieux bordelais, lors d'une dégustation à l'aveugle...


Donc, de passage non loin de Thézan les Béziers (avec certes un détour certain de notre route première mais nous étions motivés), nous nous sommes arrêtés avec un bébé, par une chaleur torride (il était alors bien agréable de gagner le caveau frais), au Domaine de Ravanès, de façon totalement spontanée. Je ne me rappelle même plus avoir appelé avant... Quoiqu'il en soit, nous avons été accueilli par un homme d'une soixantaine d'années, à l'accent pied-noir, avec une grande simplicité et une grande gentillesse. Et puis il a commencé à raconter son histoire, son arrivée dans la région, ses innovations, notamment l'implantation de cépages "bordelais" comme le Merlot dès 1972 à la base de son , plus tard Petit Verdot et le vin éponyme ainsi que la cuvée Prime Verd, les vins atypiques comme les
 vendanges tardives issues de baies passerillées pour l'Ille et Qvinteszencia de l'Ille, baies d'ugni blanc botrytisées.
J'ai surtout le souvenir précis et ému d'un
rouge en vendanges tardives suggestivement nommé Cinq Seaux d'Oeillade (100% Cinsault, et l'Oeillade cépage très proche du premier) car il n'y avait eu que très peu de récolte cette année-là en 2001, taille stricte, baies passerillées sur souche lors d'une fin de saison particulièrement belle, un octobre chaud et ensoleillé, tout était réuni pour réaliser ce vin unique. Unique ? Je ne mâche pas mes mots, mais bien ce vin suave, très parfumé, teinté de fraise écrasée et confiturée, qui me reste en mémoire. Car hélas en cave, plus. Il n'y avait eu que 300 bouteilles, je m'estime donc chanceuse d'en avoir eu une, mais peu clairvoyante de ne pas en avoir pris davantage. Unique, donc également car ce fut le seul millésime de ce vin hors norme. Il n'y en a plus jamais eu au domaine de Ravanès. Comment naissent des légendes...

le renard blanc 2006 75clGuy Benin est un "personnage", avec lequel il est difficile de ne pas discuter pendant une demi journée entière, surtout quand on est soi-même passionnée ! Il s'intéresse autant aux cépages rares qu'aux huiles essentielles, à la vinification qu'aux médecines alternatives, parle de productions irradiées autant que de biodynamie... Marc Benin, croisé récemment à Vinisud, est une personne agréable mais moins un ovni que son père, il est néanmoins à l'origine d'un certain nombre de cuvées témoignant d'une certaine créativité et d'un talent évident. NB Le domaine est passé en conversion bio en 2010.

Parmi les découvertes plus tardives, le Renard Blanc, assemblage à 70% de grenache gris et 30% de grenache blanc, à mi chemin entre les blancs de Loire et ceux de Rhône Nord, a fait l'objet d'un repas décliné sur le vin et présenté sur ce blog en 2008...

Sur ce, je vous laisse découvrir les autres Rencontres du Troisième Type des copains-copines oenophiles sur le facebook du groupe des Vendredistes et sur la page événement de ce vendredi-ci ; je vous donne rendez-vous très vite puisque je prends la prochaine présidence des Vendredis du Vin, une annonce début juillet pour laquelle vous aurez deux mois ! Copie à rendre le 29 août, bachotage ou révision, à vous de voir... A très vite !

 

Partager cet article

commentaires

Article ? Recette ?