Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 06:10

Le beurre de caviar de Neuvic est vraiment un bon produit, avec une saveur de caviar marquée, c'est une alternative moins coûteuse mais très goûteuse ! Tartiné sur des toasts en mouillette par exemple, ou comme ici, dans une galette avec un jeune d'oeuf coulant, c'ets délicieux et ludique. Pour aujourd'hui, je propose un croque-monsieur au saumon fumé et au beurre de caviar, en version mini.
Ingrédients
- tranches de pain de mie
- beurre de caviar
- tranches de truite fumée
- 1 trait de jus de citron
Préparation
Ecrouter éventuellement le pain coupé en tranches pas trop épaisses, emporte piécer éventuellement les tranches (carré, rectangle, cercle..). Tartiner l'intérieur de beurre de caviar, déposer une tranche de truite fumée et griller dans un gaufrier (ou beurrer l'extérieur et faire dorer à la poêle). Accompagner de mâche.

 

Ma sandwicherie du mercredi (version luxe) : mini croque au saumon fumé et au beurre de caviar
Ma sandwicherie du mercredi (version luxe) : mini croque au saumon fumé et au beurre de caviar

Partager cet article

Repost 0
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 06:37

La Bakewell tart est-elle originaire de Bakewell, Derbyshire, Angleterre ? Ou est-ce le Bakewell pudding ? Il semblerait que la première soit une variante, dérivée du second qui est plutôt une tarte au flan sur pâte feuilletée tandis que la première est une tarte à la crème d'amande avec une couche de confiture (généralement de fruits rouges, plutôt acidulée, ici gelée de coquelicot), sur pâte brisée. A noter qu'il existe une troisième version amandine glacée au sucre et décorée d'une cerise confite, également dénommée "Bakewell tart", ce qui complique l'identification de ces desserts. NB Les anglais nomment la garniture "frangipane" selon le nom français mais c'est un nom générique pour "crème d'amande", non une frangipane à base de crème pâtissière...
La recette provient de chez Hélène. Elle est assez riche, donc à réserver aux grandes tablées au risque de faire durer le plaisir !

Bakewell tart, gourmandise made in England

Ingrédients
- 250 grammes de pâte brisée maison
- QS de gelée de coquelicot
- 175 grammes  de beurre mou coupé en morceaux
- 175 grammes de sucre en poudre
- 4 œufs
- 175 grammes de poudre d’amandes
- QS de sucre glace
- environ 40 g d’amandes effilées
Préparation
Étaler la pâte brisée de 0.5 cm d’épaisseur, sur un plan de travail légèrement fariné.
Garnir un moule à tarte de 25 cm de diamètre. Presser le bord et piquer, avec une fourchette, le fond de tarte. Laisser au réfrigérateur 15 minutes. Recouvrir la tarte d’une feuille de papier sulfurisé et ajouter des légumes secs. Enfourner 15 minutes à 190°C.
Ôter la feuille de papier sulfurisé et les légumes secs. Remettre la tarte au four 8 à 10 minutes jusqu’à ce que la pâte soit dorée. Laisser refroidir.
Fouetter au robot le beurre mou avec le sucre. Ajouter les œufs un à un. Bien mélanger puis incorporer la poudre d’amandes.
Étaler la gelée ou la confiture sur le fond de tarte refroidi. Ajouter la frangipane et lisser. Saupoudrer de sucre glace et répartir les amandes effilées préalablement dorées à la poêle. Enfourner 25 à 30 minutes. Servir tiède avec de la crème fraîche épaisse (clotted cream) ou totalement refroidi.

Partager cet article

Repost 0
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 06:37

Un peu de fraîcheur en ce début de semaine avec une assiette vitaminée et colorée qui associe du fenouil, de la betterave (si vous trouvez de la jaune ou de la chioggia, elles sont aussi les bienvenues), de l'avocat et de l'orange sanguine, une sauce à l'orange et quelques éclats de pistache pour la gourmandise !
Ingrédients
- 1 bulbe de fenouil
- 1 betterave
- 1 avocat
- 1 orange sanguine
- QS éclats de pistache
- huile d'olive, jus d'orange douce ou sanguine, sel pour la vinaigrette
Préparation
Emincer fenouil, betterave à votre gré, prélever les suprêmes d'orange sanguine, des lamelles d'avocat, disposer dans l'assiette, arroser de sauce à l'orange et parsemer d'éclats de pistache.

Fraîcheur de saison : fenouil, betterave, avocat, orange sanguine

Partager cet article

Repost 0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 07:37

Je vous propose aujourd'hui un tartare de boeuf, huître, caviar, inspiré de celui-ci mais revu au niveau assaisonnement avec quelques paillettes d'algue, et la touche d'un caviar iodé, le "Signature" de Caviar de Neuvic (la boîte "nano" est parfaite pour deux).
En dépit du boeuf, l'ensemble est plutôt iodé, marin, et se marie donc bien avec un vin blanc, en l'occurrence une découverte lors d'un passage chez le caviste Philippe Cuq au Lieu du vin.  Il s'agit d'un chenin sec atyique de l'Aveyron, un vin nature explosif en bouche, avec une incroyable persistance en bouche qui décuple sa puissance aromatique. Minéral, avec une pointe légèrement oxydative de pomme mûre et des notes très fraîches et acidulées d'agrume, Rols blanc du vigneron Patrick Rols se marie étonnamment bien avec ce tartare mais également avec pas mal de fromages. A tester avec un Champagne également...

 

Tartare de boeuf, huître et caviar

Ingrédients (pour deux)
- 180 grammes de boeuf (filet, très tendre), coupé au couteau
- 3 huîtres (Marennes Oléron, fines de claire ou celle de votre choix)
- 10 grammes de caviar (ici Signature Caviar de Neuvic)
- 1,5 cuillère à soupe de sauce soja
- 1 trait de jus de citron
- 1 cuillère à café d'algues en paillettes
- poivre blanc
Préparation
Mélanger le boeuf coupé au couteau avec les huîtres taillées de la même façon. Ajouter les paillettes d'algues, la sauce soja, 1 cuillère à soupe ou un peu plus d'eau des huîtres, un peu de jus de citron, poivrer au goût, ajuster l'assaisonnement. Dresser le tartare avec une petite quenelle de caviar.

Tartare de boeuf, huître et caviar

Partager cet article

Repost 0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 07:45

Le Champagne est souvent mis en scène au cinéma ; bulles fines, légères, on le retrouve dans de nombreux films, entre fête et de séduction ; et il est l'objet de placements produit, comme le partenariat entre le Champagne Bollinger et James Bond, depuis 1973...

Dans Circonstances atténuantes de Jean Boyer, c'est le Mumm brut Cordon rouge qui est à l'honneur.
circontancesattenuantes_jboyer.jpg

C'est le même Champagne que l'on retrouve dans Casablanca...

champagne_casablanca.jpg

Dans High society, Franck Sinatra et Bing Crosby chantent les grâces du Champagne !

 champagne_highsociety.jpg
Plus tard, scène d'amour entre Franck Sinatra et Grace Kelly au bord de la piscine, une douce ivresse les berce : "ils mettent des cloches dans le Champagne" lui dit-il...
champagne highsociety2 

Dans Sept ans de réflexion, le Champagne se boit avec des chips pour fêter les 22 ans de la charmante voisine !
champagne_septansdereflexion.jpg

Tandis qu'il se déguste avec des fraises, selon l'accord parfait dans Pretty Woman. Le Champagne, symbole de raffinement...

champagne_-prettywoman.jpg

Et boire du Champagne avant le petit déjeuner ? En compagnie d'Audrey Hepburn dans Breakfast at Tiffany's...

La première gorgée de Champagne par Ninotchka dans le film éponyme : après une petite grimace, le personnage joué par Greta Garbo s'ennivre au Champagne...

Dans Notorious d'Alfred Hitchcock, le Champagne dispute la vedette au Pommard, mais les deux sont essentiels à l'intrigue.

Notorious_champagne.png

Terminons avec une vidéo extraite du film Gigi : "the day they invented Champagne"

 

champagne_casablanca.jpg

Partager cet article

Repost 0
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 08:43

Bientôt la fin de tuber melanosporum, la saison est au giboulées de printemps et n'ets guère favorable à cette truffe d'hiver. Après le repas "truffe" à l'Oustalet, je propose un mode de conservation différent du beurre truffé que j'adore : une tartinade ou pâte de truffe à l'huile d'olive. Très simple et qui permet de faire durer le plaisir... Ici en situation dans un velouté de scorsonère. Avec un truc qui évite de se tâcher les mains en les pelant : les pré-cuire à la vapeur. Comme pour les courges, la peau s'en va ensuite très facilement !
Ingrédients
- 2 scorsonères bio
- QS bouillon de volaille
- 1 trait de crème liquide
- sel, poivre
pour la tartinade de truffe
- 10/15 grammes de truffes (miettes ou un reste de truffe)
- QS huile d'olive
-sel
Préparation
Pour la tartinade, Râper la truffe finement à la râpe microplane par exemple. 
Piler au mortier avec de l'huile d'olive. et réduire en pâte. Réserver dans un petit pot en verre (type confiture).
Cuire les scorsonères à la vapeur, puis les peler. Prélever quelques lamelles de scorsonère, réserver. Mettre le reste dans une casserole, couvrir avec moitié eau moitié bouillon de volaille. Laiser mijoter un quart d'heure, saler, poivrer, crémer légèrement et mixer. Servir avec quelques lamelles de truffes, quelques éclats de truffe noire, avec du pain grillé tartiné de pâte de truffe.

 

Fin de la truffe noire ? Tartinade de truffe et velouté de scorsonère

Partager cet article

Repost 0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 09:42

Elle était à peine là, elle est déjà presque sur la fin... La truffe noire, la belle Mélano, sur un piédestal au restaurant L'Oustalet à Gigondas, chez Laurent Deconinck. Ce n'est pas une première puisque nous y étions allés pour le menu truffe ici ou et en bien d'autres occasions, Laurent est un de nos chefs chouchous. Rien de neuf avec le nouveau Guide rouge, toujours pas d'étoile qui serait pourtant méritée, désolant.
Mais revenons à la Mélano, star de la soirée, bien entourée et accompagnée de bons vins, en accord. 
Pour débuter nous avons dégusté des
huîtres "noisettes", mini mais saveur maxi !

Fin de la truffe déjà ? A L'Oustalet, chez Laurent Deconinck

Place à la truffe dans toute sa splendeur, en tartines. Sobre déclaration de gourmandise. Histoire de n'avoir qu'elle en bouche, racée, parfumée, un brin sauvage...
Premier vin destiné à accompagner ledébut de repas et les ris de veau à venir, un Puligny Montrachet du domaine Jean-Marc Boillot, complexe, minéral, d'une grande finesse et d'une belle longueur.

 

Fin de la truffe déjà ? A L'Oustalet, chez Laurent Deconinck

Suivait donc une fricassée de ris de veau à la truffe noire. Cuisson parfaite des ris, céleri branche taillé en biseaux qui apporte de la fraîcheur, un plat très bien cuisiné qui laisse une impression de légèreté en bouche. Délice ! Un Croze-Hermitage blanc d'Emmanuel Darnaud (100% marsanne) pour Monsieur, je reste au Puligny, mais le vin est magnifique et l'accord est idéal avec les ris.

Fin de la truffe déjà ? A L'Oustalet, chez Laurent Deconinck

La volaille "choux foie gras" à la truffe noire en cassolette estun chou farci à la volaille et au foie gras à la truffe, servi à part une gourmandise de jambon cru. Très bon et un bel accord avec un Marsanay 2005 (mea culpa, incertitude sur le domaine Olivier Guyot ?) : belle finesse au programme, accord superbe avec la volaille au foie gras et la truffe.

Fin de la truffe déjà ? A L'Oustalet, chez Laurent Deconinck

L'heure du fromage et un petit souflé au Mont d'Or, salade frisée à la truffe noire. Ludique, même si je préfère le Mont d'Or chaud, coulant... La frisée à la truffe est une belle idée. Dégustés avec un Côtes-du-Rhône blanc de Bertrand Stehelin "les Grès" (100% clairette). Le moment où le sommelier nous fait goûter quelques "ovnis", trouvailles, curiosités comme un Bandol rouge de 2003 "Tari" du domaine de La Bégude, une sublime expression de Mourvèdre, du fruit, des tanins etencore beauoup de fraîcheur !

Fin de la truffe déjà ? A L'Oustalet, chez Laurent Deconinck

En dessert, pomme fondante et beurre de truffe que l'on fait fondre en salle, au chalumeau. Servi avec un Poiré d'Eric Bordelet, excellent accord et dessert fruité exquis.

La truffe noire, c'est bientôt la fin, alors profitons de ces derniers instants !
L'Oustalet
PLace du village à Gigondas
Site web et page facebook

Fin de la truffe déjà ? A L'Oustalet, chez Laurent Deconinck

Partager cet article

Repost 0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 07:57

Le Têt, nouvel an vietnamien, se fête sur plusieurs jours, en famille. Les mets dégustés sont le très traditionnel thit kho ou porc au caramel qu'accompagne le banh chung, gâteau de riz gluant au haricot mungo. Mais dès le petit déjeuner on se régale d'une soupe de poulet aux vermicelles de soja, mièn gà (mièn signifiant vermicelles). Traditionnellement, on y met des champignons noirs ou autres champignons asiatiques comme des shiitake. Je n'en avais pas, j'ai fait sans ! Juste de la ciboule, un peu d'échalote frite, un peu d'herbes (coriandre c'est parfait ou rau ram par exemple). C'est tout ! Voici donc une recette de mièn gà à ma façon. On accompagne d'une sauce au nuoc mam : nuoc mam cham (ou nuoc cham).
Ingrédients
- 1 petit bol de poulet cuit (reste de poulet rôti)
- quelques os de poulet
- 1 poignée de vermicelles de soja
- gingembre (facultatif, 1 cm)
- 4 ou 5 ciboules
- 1 oignon
- 1 ou 2 échalotes
- nuoc mam
- coriandre fraîche ou rau ram
- poivre (facultatif)
et champignons si vous en avez...

Préparation
Brûler l'oignon à la flamme, ajouter des os de poulet, puis couvrir d'eau. Arroser de nuoc mam ajouter le gingembre brûlé et laisser bouillonner une bonne demi heure. Passer le bouillon, assaisonner et hydrater les vermicelles. Les hacher et les remettre avec la chair de poulet dans le bouillon. Emincer les ciboules, ciseler les herbes. Frire l'échalote dans une petite poêle.
Servir dans des bols, des vermicelles et du poulet, de la ciboule, des herbes, de l'échalote frite et verser le bouillon.


 

Mièn gà, soupe de poulet aux vermicelles de soja pour le Têt

Partager cet article

Repost 0
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 07:35

Pourquoi choisir entre Mardi gras et l'année du singe de Feu ? Je vous propose de réaliser des beignets asiatiques, à base de pâte de riz gluant et de pâte de soja, couverts de sésame : des bánh cam (il existe aussi des bánh rán, parfumés à l'essence de jasmin. A tester une prochaine fois... J'ai testé cette recette en ajoutant davantage d'eau chaude. Je crois qu'il faut que l'eau soit très chaude et que la pâte se travailla à chaud également. Mieux vaut également que la pâte de soja soit très compacte, ce qui n'était pas forcément le cas. J'ai donc un peu "galéré" pour réaliser ces bánh cam. Qui plus est je les ai fait plutôt petits, un peu trop sans doute... 
La prochaine fois, je testerai cette recette dont la pâte doit reposer 30 minutes mais qui semble si simple !
Ingrédients
pour la pâte de soja
- 60 grammes de haricots mungo (soja jaune)
- 100 grammes de sucre (ajuster au goût mais la pâte des beignets est peu sucrée)

pour la pâte de riz gluant
- 130 grammes de farine de riz gluant
- 50 grammes  de fécule 
- 1 cuillère à café de levure (ici de maïs mai mieux vaut de pomme de terre)
- 50 grammes de sucre
- 1 pincée de sel
- QS d'eau chaude 
- 50 grammes  de grains de sésame environ

 

 

Bánh cam, beignet vietnamien pour Mardi Gras !

Préparation
Préparer la pâte se soja à l'avance : faire tremper les graines de soja jaune une nuit, cuire à feu moyen dans une rande quantité d'eau, puis dépelliculer. Remettre avec un peu d'eau (ou du lait de coco) sur le feu et réduire en pâte avec le sucre. La pâte se soja doit être un peu compacte. Idéalement, donc, former des boules de pâte de soja, réserver au frais.
Pour la pâte mélanger les poudres et ajouter l'eau chaude. La pâte doit être lisse 
Prélever un peu de pâte (environ 2 cuillères à soupe), étaler et déposer la pâte de soja au milieu, souder la pâte et former une boule. Humidifier et rouler dans le sésame. 
Garder la pâte bien humide le temps de préparer les boules de pâte farcies.
Chauffer l'huile à feu moyen et laisser cuire les boules à feu doux environ 15/20 minutes en les tournant afin qu'elles dorent partout. Attention, les boules vont gonfler, ne pas en mettre trop à la fois.
NB les miennes sont un peu trop colorées, j'ai laissé moins longtemps dans une huile un peu plus chaude. Laisser tiédir avant de déguster (l'intérieur est très chaud).

Bánh cam, beignet vietnamien pour Mardi Gras !

Partager cet article

Repost 0
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 07:53

On fête aujourd'hui le Nouvel an chinois, le Têt au Vietnam. Dans ce pays de l'Asie du Sud-Est, on prépare traditionnellement le Bánh chưng ou le bánh Tét, du riz gluant à la pâte de soja (haricot mungo) et à la poitrine de porc cuit longuement dans des feuilles de dong ou des feuilles de bananier, plus aisées à trouver. Le premier est moulé dans une forme carrée et se prépare ainsi plutôt au nord, le second, au sud Vietnam, est rond ou ovale, comme dans la photo ci-dessous. Ce mets est servi avec le traditionnel thit kho ou porc au caramel.
 

Bánh chưng ou bánh Tét, plat du Têt, nouvel an vietnamien

J'ai rencontré des difficultés à enfermer les différentes préparations dans les feuilles de bananier qui se déchiraient bien trop aisément (probablement pas assez fraîches), j'ai donc suremballé dans du papier cuisson. Mais mon banh chung s'est un peu effondré lors de cet emballage. Attention donc à vérifier l'état des feuilles de bananier un peu avant de réaliser ces "pâtés vietnamiens"... Voici néanmoins la recette, mix entre plusieurs trouvées sur le net.
Ingrédients
- 500 grammes de riz gluant
- 150 grammes de haricots mungos (graines de soja jaune)
- 150 grammes de poitrine de porc découennée
- 50/60 ml de nuoc mam
- 1/2 cuillère à soupe de sucre
- 4 feuilles de bananier fraîches
- sel, poivre
Préparation
Faire tremper les haricots mungos 24 heures, puis les cuire dans l'eau bouillante, dépelliculer et mixer en pâte de haricot. Saler, bien poivrer.
Couper le porc en cubes, faire mariner dans le nuoc mam avec sucre et poivre au moins 1 heure.
Faire tremper 24 heures également le riz gluant. Egoutter.
Faire chevaucher les feuilles de bananier deux à deux horizontalement et verticalement sur le plant de travail. Déposer un peu moins de la moitié de riz, puis la purée de graines de soja, le porc, remettre de la purée de graines de soja et terminer par le riz en formant soit un carré, soit un boudin ovale. Replier les feuilles de bananier et ficeler. Cuire au moins 5 heures dans l'eau bouillante. 
Sortir le banh chung de l'eau, découper les liens, déplier les feuilles de bananier. Découper en tranches et servir avec du thit kho.


 

Bánh chưng ou bánh Tét, plat du Têt, nouvel an vietnamien

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?