Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 06:58

Nouvelle édition de la Fête du Miel au Naturoptère, à Sérignant du Comtat (Vaucluse), les 27 et 28 novembre 2015. Comme chaque année, entourée d'amis apiculteurs, l'équipe du musée sérignanais vous proposera pour cet événement familial divers ateliers pour petite et grands, causerie, conférence autour des abeilles et du miel. Comme l'an passé, j'aurai le plaisir d'y animer deux ateliers de cuisine (14h30-15h30 et 16h-17h) à base de cet ingrédient précieux qu'est le miel. Et universel ! Cette année, le thème sera donc le "miel voyageur", trois recettes d'Asie et d'Afrique pour voyager le temps d'un atelier gourmand !
NB chaque atelier est limité à 10 personnes, adultes/enfants (à partir de 7 ans), sur réservation au 04 90 30 33 20 (tarif 18€/personne).

Fête du miel au Naturoptère (Sérignan-84) : si vous veniez cuisiner le miel ?

Voici le programme intégral de la Fête du Miel :

vendredi 27 novembre, à 20h : projection du documentaire "entre miel et terre" par Sylvère Petit :
Ils avaient vingt ans. Ils voulaient "vivre autrement", vivre loin de la folie des hommes, vivre en harmonie avec la nature. Pour cela, Sam, Manu, Florent et Thimothée avaient choisi l'apiculture. Dix ans plus tard, ils sont apiculteurs. Dix ans plus tard, ils composent avec les contraintes économiques, familiales, font face à la mortalité toujours plus grande des abeilles, et, déjà, sans le savoir, inventent une nouvelle ruralité...
 
samedi 28 novembre :
- de 14h à 17h : mini-animations gratuites "un jardin pour les abeilles"
- 14h à 15h30 et 16h30 à 17h : rencontre avec Hélène Le Du, qui présentera son travail artistique autour des champignons : "hommage à Jean-Henri Fabre, mycologue".
- de 14h30 à 19h : marché gourmand de producteurs locaux (accès gratuit)
 - 14h30-15h30 et 16h-17h : atelier de cuisine "autour du miel" avec Nathalie Merceron. Tarif unique : 18€/personne
 - 15h30 à 16h30 : projection d'un documentaire, suivie d'un goûter offert. Places limitées : réservation au 04.90.30.33.20
 - 17h30-18h30 : visite guidée des expositions du Naturoptère (accès gratuit). 
 - 20h : table ronde "démarrer sa ruche". Entrée offerte, sur réservation au 04 90 30 33 20
L’entrée aux expositions sera exceptionnellement au tarif réduit pour toutes et tous !
Possibilité de restauration sur place, le soir, grâce au camion-restaurant Cuis'in truck.
Manifestation organisée en partenariat avec les Compagnons de l'Harmas et du Naturoptère et avec France Bleu Vaucluse

 
Fête du miel au Naturoptère (Sérignan-84) : si vous veniez cuisiner le miel ?

Partager cet article

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 07:18

Il y a les inventeurs lumineux dont la gloire fracassante résonne longtemps après eux dans les plaines infinies de la connaissance humaine, et puis il y a les inventeurs obscurs, les génies de l’ombre qui traversent la vie sans bruit et s’effacent à jamais sans que la moindre reconnaissance posthume vienne apaiser les tourments éternels de leur âme errante qui gémit aux vents mauvais de l’infernal séjour, sa désespérance écorchée aux griffes glacées d’ingratitude d’un monde au ventre mou sans chaleur ni tendresse.
Parmi ces besogneux du progrès, ces gagne-petit de la connaissance qui ont contribué sans bruit à faire progresser l’humanité de l’âge des cavernes obscurantiste à l’ère lumineuse de la bombe à neutrons, comment de pas prendre le temps d’une pensée émue pour nous souvenir de Jonathan Sifflé-Ceutrin, l’humble et génial inventeur du pain pour saucer?
Jonathan Sifflé-Ceutrin dont le bicentenaire des 200 ans remonte à deux siècles, est né le 4 décembre 1782 à Casuffit-les-Gonesses, au coeur de la Bourgogne gastronomique dans une famille de sauciers éminents. Son père était gribichier-mayonniste du Roi et sa mère, Catherine de Mets-du-Sel, n'était autre que la propre fille du Comte Tinue-de-Touiller-Connard qui fit sensation le soir du Réveillon 1779 à la Cour de Versailles en servant la laitue avec une nouvelle vinaigrette tellement savoureuse que Marie-Antoinette le fit mander le lendemain à trianon pour connaître son secret. "C'est tout simple, Majesté, pour changer, j'ai remplacé le chocolat en poudre par du poivre". "Voilà qui est bien,  Comte Tinue-de-Touiller-Connard, continue je te dis, mais continue... Oh oui c'est bon, Oh-la-la-la-la".
Bien évidemment, l'enfance du petit Jonathan Sifflé-Ceutrin baigna toute entière dans la sauce. Debout sur un tabouret près des fourneaux de fonte où ronflait un feu d'enfer, il ne se lassait jamais de regarder son père barattant les jus délicieux à grands coups de cuillère en bois tandis que sa mère, penchée sur d'immenses poêlons en cuivre rouge, déglaçait à petites rasades de vieux Cognac le sang bruni et les graisses rares des oies de Périgord dont les luxuriantes senteurs veloutées se mêlaient aux graciles effluves des herbes fines pour nous éblouir l'odorat jusqu'à la douleur exquise des faims dévorantes point encore assouvies. Hélas, au moment du repas, la joie préstomacale de Jonathan se muait invariablement en détresse. Quand il avait fini d'avaler en ronronnant l'ultime parcelle de chair tendre que son couteau fébrile arrachait au cuissot du gibier, il restait là, médusé, pantelant de rage et boursouflé d'une intolérable frustration devant le spectacle insupportable de toute cette bonne sauce qui se figeait doucement dans son assiette, à quelques pouces de ses papilles, mouillées de désir et de sa luette offerte frissonnante d'envie au creux de sa gorge moite, dans l'attente infernale d'une bonne giclée de jus de la bête entre ses lèvres écartées !
En vérité je vous le dis mes frères, il faut être végétarien ou socialiste pour ne pas comprendre l'intensité du martyre qu'endurait quotidiennement les malheureux gastronomes de ces temps obscurs... Soumis aux rigueurs d'un protocole draconien qui sévissait jusqu'au tréfonds des campagnes où le clergé avait réussi à l'imposer en arguant comme toujours la valeur rédemptrice de la souffrance, les malheureux dégustaient leur plat de viande en sauce à l'aide de la fourchette et du couteau après qu'un décret papal de 1614 eut frappé d'hérésie l'usage de la cuillère. Pour bien imaginer la cruauté d'une telle frustration, essayez-vous mêmes, misérables profiteurs repus de la gastronomie laxiste de ce siècle décadent, essayez de saucer un jus de gigot avec un couteau ou à la pointe de la fourchette. C'est l'enfer ! C'est atroce ! C'est aussi définitivement intolérable qu'une nuit passée dans un poumon d'acier avec Carole Laure à poil couchée dessus ! 
Curieuse coincidence, c'est le jour même de son vingtième anniversaire que 
Jonathan Sifflé-Ceutrin  eut l'idée de sa vie, l'idée géniale qui allait transformer enfin le supplice tantalien du festin para-saucier en délices juteux inépuisables. C'était le 4 décembre 1802. Ce siècle avait deux ans. Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte, et déjà Bonaparte perçait sous Joséphine.
Jonathan soupait au Sanglier chafouin, le restaurant en vogue du gratin consulaire, en compagnie d'une jeune camériste bonapartiste de gauche qu'il comptait culbuter au pousse-café. C'était un gueuleton banal : hors d'oeuvres variés, sangliers variés, fromage OU pain. Je dis bien "fromage OU pain". On sait qu'il aura fallu attendre 1936 et le Front Populaire pour que les travailleurs obtiennent conjointement au prix de luttes admirables les congés payés et les cantines d'usine avec fromage ET pain. En mai 68, les responsables CGT qui s'essouflaient dans leur cholestérol gorgés de Ricard à la traine des étudiants, voulurent ne pas être en reste et exigèrent des patrons la seule réforme logique après celle du fromage ET pain, le remplacement du fromage OU dessert par le tant attendu fromage ET dessert, qui aurait normalement du déboucher sur le vrai changement, c'est à dire l'abolition pure et simple de l'odieux dessert OU assiette en un nouveau dessert ET assiette, stade ultime du progrès socialiste avant la réforme des réformes, qui offrira aux travailleurs le véritable choix populaire que le grand frère soviétique a déjà mis en place : goulag ou lavage de cerveau !
Or, donc, 
 Jonathan Sifflé-Ceutrin finissait son sanglier melb
a sauce grand veneur, quand le seveur, un ancien hippie de la campagne d'Egypte gorgé d'herbes toxiques et de Calva du Nil, laissa malencontreusement choir sa corbeille à pain sur la table où Jonathan commençait à baiser des yeux sa camarade pour oublier la sauce qui se figeait déjà et dans laquelle une énorme tranche de pain de campagne vint s'enliser dans un grand floc-floc grasseyant. Bon sang mais c'est bien sûr ! s'écria le jeune homme et s'emparant d'une autre tranche moelleuse, il la tendit à sa compagne qui n'était autre que Marie Curie, créatrice de la sauce du même nom, et lui dit "Marie, trempe ton pain, Marie, trempe ton pain". (...)

Pierre Desproges (Tribunal des flagrants délires)

 


 

L'inventeur du pain pour saucer, par Pierre Desproges

Partager cet article

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 07:06

C'est une pâtisserie de ménage que je prépare régulièrement à la saison des coings, à base de compote de pomme utilisé comem liant et pour remplacer le beurre, avec un seul oeuf. Parfait quand les ingrédients de base font défaut pour une raison ou une autre dans la cuisine. On peut préparer ce gâteau moelleux aux pommes, morceaux de coings et pavot avec de la farine de blé, de petit épeautre ou encore de châtaigne. Les premières photos sont anciennes (quelques années) je n'avais jamais publié la recette. Chose faite aujourd'hui.

Ingrédients
- 200 grammes de compote de pomme
- 1 petit coing
- 80 grammes de sucre blond
- 2 cuillères à soupe de pavot
- 180 grammes de farine
- 1 oeuf moyen
- 3 cuillères à soupe d'huile végétale* (huile d'olive)
- 1/2 sachet de poudre à lever
*Les premiers temps, j'utilisais l'huile de tournesol mais bio et non désdorisée, avec une saveur typée qui allait pas mal mais qui ne plaisait pas à tout le monde. Opter pour la désosodorisée ou pour une autre huile : olive, amande, pépin de raisin. par exemple

Préparation
Cuire le coing coupé en morceaux avec un peu d'eau et un cuillère à soupe de sucre blond.
Mélanger sucre, farine, pavot, poudre à lever et y incorporer la compote de pomme, l'huile d'olive, l'oeuf en mélangeant bien. Déposer les coings dans le fonds d'un moule (ici souple, sinon, moule graissé et/ou chemisé*) et enfourner environ 30 minutes à 180°C, jusqu'à ce que le gâteau soit cuit.
Laisser tiédir avant de démouler. Déguster tiède, avec un peu de crème éventuellement, ou refroidi.
*moule à manqué sur les premières photos, souple en forme de fleur pour la dernière, avec une légère sous cuisson comme parfois dans ce genre de moule...

 

Moelleux aux pommes, morceaux de coings et pavot

Partager cet article

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 09:25

S'il est une leçon après ce week-end de deuil national, c'est qu'il faut vivre. Pleinement, avec nos convictions et aussi nos plaisirs. La cuisine en est un, mais c'est aussi un art de vivre, une culture - à transmettre à nos enfants, tout comme les notions essentielles qui régissent notre société laïque et libre -, et une passion véritable ainsi qu'une grande part de ma vie. Je cuisine pour les miens et je poursuis ce blog pour vous qui me lisez de façon plus ou moins assidue, lecteurs habituels, réguliers ou occasionnels. C'est une notion de partage, de plaisir entre vous et moi que seuls la maladie ou la mort pourraient interrompre, il me semble. Et encore perdurerait-il après... Du moins je l'espère. 
Je continuerai donc à partager idées culinaires, informations, recettes, astuces, petits plaisirs etc... Ce jour, cela ne plaira peut-être pas à tous puisqu'il y a de l'andouille, une spécialité forte en saveur très typée. Je vous propose en l'occurrence une assiette de pomme et andouille de Vire, purée de panais, moutarde à l'ancienne. Et pour les becs sucrés, revenez demain, comme chaque mardi. Et pour la note d'humour ce sera mercredi, avec le grand Pierre Desproges. Prenez du plaisir, riez, vivez, profitez des êtres chers. On ne sait pas de quoi demain sera fait...

Pomme et andouille de Vire, purée de panais, moutarde à l'ancienne

Ingrédients (pour deux)
- 6 rondelles d'andouille (ici de Vire)
- 1 panais
- 1 pomme (ici Golden, ou une autre pomme qui se tienne)
- 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre (+ un trait)
- 4 cuillères à soupe de bouillon de viande ou de légume
- 1 cuillère à soupe de moutarde à l'ancienne
- huile d'olive
- sel
Préparation
Peler et couper le panais, mettre dans une casserole et couvrir d'eau, saler et cuire doucement jusqu'à ce que le panais soit tendre. Mixer et réserver.
Faire revenir dans un peu d'huile d'olive les rondelles de d'andouille et 6 rondelles de pomme pelée. Donner un trait de vinaigre de cidre en fin de cuisson. Déposer sur la purée de panais, tenir au chaud. Verser le vinaigre de cidre dans la poêle, ajouter le bouillon, la moutarde et une cuillère à soupe de purée de panais (ou un peu plus), déposer la sauce à la moutarde, décorer de persil ou comme ici de pourpier. Servir aussitôt.

 

Partager cet article

Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 07:49

Que faire avec un reste de brandade de morue ? Plein de choses, me direz-vous. En effet, plein d'idées comme ce velouté de brandade de morue à la coppa, soupe gourmande, réconfortante, chaleureuse. Pas besoin de crème, la brandade lui confère suffisamment d'onctuosité.
A suivre d'autres idées pour cuisiner un reste de brandade de morue, alors restez connectés !

Ingrédients

- 1 pomme de terre
- 50 grammes de brandade de morue
- 5 cl de lait
- 2 cl d'eau
- 1 tranche de coppa (ou pancetta ou jambon cru basque, ibérique etc..)
- ciboulette (facultatif)
- sel, piment d'Espelette
Préparation
Cuire la pomme de terre dans l'eau et le lait, mixer avec la brandade. Rectifier l'assaisonnement en sel et pimenter au goût.

L'idée du dimanche soir : velouté de brandade de morue à la coppa

Partager cet article

Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 10:31

Vendredi, jour de poisson ? On ne sacrifie pas toujours à la radition, mais une fois n'est pas coutume, je vous propose aujourd'hui des joues de lotte aux crevettes et aux champignons, un terre-mer tout simple et goûteux. On peut crémer le jus de crevette grise mais je ne l'ai pas fait. Juste des saveurs marines et terrestres, pures.
Ingrédients
- 10/12 joues de lotte
- 1 poignée de crevettes grises
- 4 ou 5 champignons de couche (ici de Paris)
- 1 ou 2 blancs de poireau (le vert, pour la soupe !)
- 1 échalote
- 1 trait de vin blanc
- crème liquide (facultatif, pas mis)
- huile d'olive
- sel, poivre blanc
Préparation
Parer et couper les joues de lotte en deux ou trois morceaux.
Décortiquer les crevettes grises et faire revenir les parures dans l'huile d'olive avec une petite cuillère à café d'échalote émincée. Mouiller d'un peu de vin blanc, puis mouiller d'eau, faire réduire au deux tiers pour obtenir un jus bien concentré. Crémer si on préfère.
Faire revenir le blanc de poireau taillé en julienne dans l'huile d'olive avec le reste de l'échalote émincée. Couvrir et faire étuver. Ajouter les joues de lotte. quelques minutes*, puis les crevettes grises et les champignons, juste sautés à l'huile d'olive. Saler, poivrer légèrement. Arroser du jus de crevette grise. Bon appétit !
* il est possible de fariner et de faire dorer les joues dans l'huile d'olive ou le beurre.

Joues de lotte aux crevettes et aux champignons

Partager cet article

Repost 0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 15:20

Il existe les melons d'été, Cantaloup, melon brodé ou melon d'eau, et les melons d'hiver, parmi lesquels le Canari, le Santa Claus et le melon miel, utilisé ici. C'est une variété américaine  très populaire en Italie, honey dew ou rugiada di miele que j'ai trouvée au Jas bio, produite par Mario Salamo. De chair et de peau lisse vert très pâle, la saveur est proche de celle du concombre (rappelons que les melons sont des cucurbitcées !), légèrement sucrée. C'est un melon juteux, désaltérant, idéal compte tenu du temps extrêmement que nous connaissons en ce moment. En mélange ou pas avec les kiwis locaux...

Melon miel et smoothie à la verveine

Pour utiliser ce melon vert certes un peu fade, il convient de le préparer en salade de fruits composée, corsée d'épices ou d'herbes. Ou encore en smoothie comme ici, à la verveine par exemple, ou à la menthe.
Ingrédients
- 1/2 melon miel (rugiaga di miele), soit 700 gramems de chair
- 60 grammes de miel d'acacia (ajuster au goût)
-120 grammes d'eau filtrée (ajuster selon la texture de la boisson)
- 1 cuillère à soupe de verveine ciselée
Préparation
Mixer le melon miel coupé en morceaux avec le miel et la verveine fraîche, étendre d'eau, au goût.

 

Melon miel et smoothie à la verveine

Partager cet article

Repost 0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 06:49

Ce week-end avait lieu de Hero Festival à Marseille. Au programme : super héros, Star Wars, manga, fantastique médiéval... Nous étions dans le village Steampunk avec la Nef des premiers Ohms. Clin d'oeil au XIXème siècle dont s'inspirent les aventures steampunk de divers personnages dont les nôtres, j'avais apporté quelques douceurs victoriennes ainsi que des pâtisseries d'inspiration plus ancienne, "Tudor" : taffaty tarts et banbury cakes (à ma façon, les deux à base de pâte feuilletée). Il y a longtemps que je voulais préparer les premières, sur la base de cette recette, les seconds sont un mix entre ça et ça. Traditionnellement, les banbury cakes sont à base de pie crust, soit pâte brisée, mais encore une fois, ici c'était sur pâte feuilletée :)
NB sur la photo, au centre de l'assiette, une chouquette car j'en avais aussi apporté...
Taffaty tarts
Ingrédients (pour 10 tartelettes de 4 cm de diamètre)
- QS pâte feuilletée
- 2 pommes
- 1/2 cuillère à café de graines de fenouil (ou d'anis vert)
- zeste d'1/2 citron
- 1 cuillère à soupe de sucre complet bio
- 20/25 grammes de beurre
- 1/2 cuillère à café d'eau de rose
Préparation
Emporter piécer la pâte et compter eux cercles par tartelette. Emporte-piécer des rondelles fines de pomme au même gabarit. 
Mélanger beurre mou et eau de rose.
Mélanger le fenouil pilé avec le zeste de citron et le sucre. Alterner pâte, pomme et sucré parfumé, pomme sucre parfumé et terminer par un cercle de pâte. Enfourner 10 minutes environ à 200°C, puis baisser à 190°C. Poursuivre la cuisson environ 15 minutes, arroser de beurre à la rose puis remettre au four 5/10 minutes.
NB on ajoute un peu de sucre sur le beurre, j'ai oublié...

Douceurs victoriennes et "Tudor" : taffaty tarts & banbury cakes

Branbury cakes
Ingrédients
- QS pâte feuilletée
- 100 grammes de raisins secs
- 1/2 cuillère à café de 4 épices
- 1/2 cuillère à café de cardamome en poudre
- 1,5 cuillère à soupe de miel
- 1 cuillère à soupe d'oeuf battu 
- 3 cuillères à soupe de beurre mou
- 1 cuillère à soupe d'orange confite hachée
Préparation
Hacher les raisins secs et l'orange confite, mélanger avec le beurre mou, le miel, les épices, l'oeuf battu.
Déposer sur des cercles de pâte feuilletée et enfourner environ 25 minutes à 190/200°C.

 

Partager cet article

Repost 0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 17:06

Pour ce soir, je vous propose des rillettes de hareng et choucroute crue au raifort, ultra-rapide si vous avez ce qu'il faut sous la main... A déguster sur du pain grillé, au soleil en journée puisque le temps très clément pour la saison nous y autorise. Profitons-en !
Ingrédients
- 200 grammes de hareng doux ou fumé
- 200 grammes de choucroute crue
- 2 cuillères à café de préparation au raifort (ou wasabi, à doser plus légèrement..)
- 50 grammes de brousse de vache
- 2 pincées de zeste de citron jaune
- 1 cuillère à soupe de jus de citron
- piment d'Espelette et/ou sumac
Préparation
Mixer le poisson avec 150 grammes de choucroute, zeste et jus de citron ainsi que la brousse. Assaisonner, épicer au goût. Poudrer de piment et/ou de sumac. 

 

Rillettes de hareng et choucroute crue au raifort

Partager cet article

Repost 0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 07:10

Grenade et panais sont faits pour aller ensemble, dès lors qu'on leur offre un peu d'acidulé, celle du citron ou comme ici, celle de la mélasse de grenade. Au choix, la version velouté ou purée de panais à la grenade, parez pour la recette ? C'est on ne peut plus simple.

Ingrédients
- 2 panais
- 1 cuillère àsoupe d'arilles de grenade
- 1 trait de mélasse de grenade (à défaut jus de citron ou de lime)
- sel, poivre et ou piment d'Espelette
Préparation
Peler et couper les panais, saler, couvrir d'eau et laisser cuire jusqu'à ce que les panais soient bien tendres. Mixer finement, avec plus ou moins de liquide selon que l'on souhaite une purée ou un velouté (ici sans crème mais vous pouvez adoucir avec lait, crème ou même crème végétale) servir avec des arilles de grenade, un trait de mélasse de grenade et du piment d'Espelette.

 

Velouté ou purée de panais à la grenade

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?