Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 08:28
Je vous avais annoncé un second dessert avec la base de moelleux du dessert chocolat/pamplemousse/gingembre. Le voici, même présentation, même base chocolatée mais cette fois, la partie haute est un cheesecake sans cuisson au miel, façon nougat, truffé de pistaches et d'amandes grillées. Une façon et des saveurs différentes d'utiliser cette base chocolatée mais elles sont innombrables et je suis certaine qu'il va vous venir tout plein d'idées de desserts faciles ! A vous de jouer !



Ingrédients
pour le moelleux au chocolat, voir la recette ici
pour le cheesecake façon nougat (pour deux ou trois personnes selon la taille du dessert...)
- 100 grammes de fromage frais (ici du "Caprice des Anges")
- 2 cuillères à soupe de miel + 1 pour la finition
- 1 cuillère à café d'agar-agar
- 5 amandes (non mondées)
- 12 pistaches + 8 pour la finition

Préparation
Préparer une couche de moelleux au chocolat, comme pour ce dessert. Découper à l'emporte-pièce et réserver.
Battre le fromage pour l'assouplir. Torréfier les fruits à coques.
Faire chauffer le miel avec l'agar-agar durant 2 minutes. Mélanger avec le fromage frais. Incorporer les fruits à coques grossièrement concassés ou hachés.
Cercler les bases de moelleux, protéger avec du papier sulfurisé. Verser l'appareil fromager et faire prendre à température (ou au frais).
Quand le cheesecake est pris, arroser de miel et décorer de pistaches torréfiées et concassées.



Partager cet article

Repost 0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 08:42
Pas la meilleure soupe du monde, sûrement pas la soupe du siècle, juste une soupe sympathique et qui change, avec une très jolie couleur... Cette soupe de navet au ras el hanout et à la coriandre se mange seule, végétarienne (attention, il faut alors remplacer la graisse de canard par de l'huile d'olive !), ou "décorée" de lamelles de magret de canard séché...


Ingrédients (pour deux)
- 2 gros navets longs
- 1 cuillère à soupe de ras el hanout
- 2 cuillères à soupe de coriandre ciselée
- 1 cuillère à soupe de graisse de canard
- quelques lamelles de magret de canard séché maison au piment d'Espelette (recette ici)
- 3 gousses d'ail
- 1 échalote
- piment d'Espelette
- sel, poivre

Préparation
Cuire les navets dans environ 500 ml d'eau avec l'échalote et les gousse d'ail, mixer en ajustant la consistance selon votre goût. Ajouter le ras el hanout, saler, poivrer et maintenir au chaud. Ajouter la coriandre ciselée juste en fin de cuisson. Dresser en "décorant" éventuellement de magret de canard séché, d'une feuille de coriandre et saupoudrer de piment d'Espelette.


Partager cet article

Repost 0
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 16:52
Certains le trouvent sans intérêt mais ce champignon cultivé se trouve sur les étals toute l'année, quel atout ! C'est le plus consommé et ses mystères souterrains en font a contrario un produit passionnant !


Si la cueillette des champignons sylvestres est un modèle millénaire (voir précédent article), la culture des champignons est, elle, plus récente. Pratiquée en Asie depuis environ 900 ans, elle était aussi connue des Grecs et des Romains, qui récoltaient déjà des pholiotes. Quant au shii-také, il était considéré par les empereurs japonais comme éminemment vitalisant et cultivé, sous haute surveillance, comme aphrodisiaque. Des qualités qui lui vaudront également le surnom d' "Elixir de vie" en Chine.

Lire la suite sur Fureur des Vivres, ici (clic)...

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Potager et verger
commenter cet article
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 08:34
Je n'ai jamais eu, comme Lavande, dont c'est le chef favori, le plaisir de manger chez Michel Bras mais j'aime la poésie champêtre qi s'en dégage, la sobriété mêlée d'une grande maîtrise et surtout le choix de produits de sa belle Auvergne, y compris, ceux, sauvages, qu'il glane dans la nature environnante.


J'ai eu en revanche le grand plaisir de gagner son livre lors d'un précédent concours de 750g, où j'avais tenté de rendre hommage au chef, avec cette recette de printemps, toute en transparence, entre légumes et fleurs... Merci encore de ce très beau cadeau à Chef Damien et Vincent !
Mais c'est un livre qui m'intimide, je n'ose me lancer, également parce que certains ingrédients sont introuvables...
En revanche, il a donné l'inspiration à ce "foie gras des prés". Chez Michel Bras, on est verdure, verdeur, feuilles, un concept que j'ai repris mais j'ai ajouté la touche craquante totalement originale des graines (si vous suivez Saveur Passion, vous avez sans doute croisé ma période "graines"...) qui surplombent le foie de canard poêlé : pavot et graines de lin blond ou brun. La sauce est un coulis d'épinards cuits et crus...

Cette variation verdoyante (vert-joyeuse !), est une première pour le foie gras qui en général s'accompagne d'acidulé, de sucré-salé chez moi (mais mon cher et tendre le préfère dans sa plus simple expression !)




Ingrédients
- 2 belles tranches de foie gras de canard cru d'une épaisseur d'environ1,5 cm
- 1 cuillère à soupe de graines de lin
- 1 cuillère à soupe de graines de pavot
- 4 poignées de feuilles d'épinards
- des herves du jardin (ici verveine, shiso et renouée)
- des graines germées en mélange

Préparation
Torréfier les graines de lin et de pavot, réserver.
Cuire à la vapeur 3 poignées de feuilles d'épinards, les mixer avec la poignée d'épinards crus, saler et poivrer, ajouter un filet d'huile d'olive, réserver à température ambiante.
Poêler les tranches de foie gras dans une poêle bien chaude, déposer sur papier absorbant et dresser aussitôt  en saupoudrant de graines, déposer sur une feuille crue d'épinard et arroser de coulis d'épinard, décorer de feuilles d'herbes potagères ainsi que de graines germées. servir de suite.


Partager cet article

Repost 0
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 16:57
Voici la recette annoncée, présentée le week-end dernier en démonstration culinaire aux Journées Gourmandes de Vaison la Romaine. L'objectif y était multiple dans le cadre d'un plat et/ou de produits emblématiques de la gestronomie provençale : valoriser les-dits produits - rouget, fenouil, amande, anchois ; parler d'une spécialité du terroir, lou saussoun (pour en savoir plus cliquez ici) ; montrer la découpe et le désarêtage du rouget ; expliquer sa cuisson (et surtout ses divers modes de cuisson pour cette recette).
La présentation de ce rouget farci à lou saussoun au fenouil confit, a, je crois, été un succès ! J'en suis ravie car ce plat me tenait à coeur, il était audacieux à présenter pour une non profesionnelle et j'avais travaillé un peu quand même !

NB ce type de découpe du poisson est aussi parfait pour la sardine... qui supporte, elle, quelques arêtes oubliées !



Ingrédients
- 4 rougets vidés et écaillés
- 2 fenouil
- 8 cuillères à soupe de lou saussoun environ (recette ici)
- QS farine
- QS huile d'olive
- sel, poivre

Préparation
Effiler et émincer les fenouils, les faire confire à feu doux et à couvert dans l'huile d'olive environ 30 minutes. saler et poivrer.
Couper les tâtes des rougets, la nageoire ventrale et les dorsales. Enlever délicatement l'arête centrale, en conservant la queue, par laquelle les filets restent attachés. Enlever les arêtes qui peuvent rester dans la chair : passer le doigt pour les repérer et les enlever avec une pince à épiler, ou des ongles longs !
Farcir les rougets avec deux cuillères à soupe de lou saussoun chacun. Les refermer, les passer dans un peu de farine, en enlevant le surplus. Les déposer dans l'huile bien chaude et les frire de chaque côté, cuisson très rapide. Déposer sur papier absorbant. Dresser sur un lit de fenouil confit et décorer de fenouil sauvage ou potager.


Partager cet article

Repost 0
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 08:00
  Cela fait déjà une semaine que vous avez pu découvrir en images et sonorisée la vidéo de Lavande et les divers compte-rendus chez Irisa, Christine, Nat et même Doria qui est passée le vendredi (tu aurais pu croiser Irisa et sa soeur Evelyne qui y étaient déjà...). Je pense que c'est Doria que Christian Paris, le pâtissier qui officie aux côtés d'André Sube à Vaison, a croisé...

Bref, je vous engage à aller voir tout plein d'images chez les autres, car je n'ai malheureusement pu en prendre beaucoup, servant de marmiton aux côtés des copines lors de leurs démonstrations culinaires, enchaînant directement avec ma "prestation de blogueuse" puis, non stop, avec les bouts de choux lors des ateliers culinaires pour enfants. Inutile de vous dire que le samedi soir, après notre sympathique apéro de samedi soir, je suis repartie sur les rotules... Le lendemain a été plus "tranquilou", ma fille aînée m'accompagnait et j'y retrouvais une amie qui m'a prêté main forte durant les ateliers. Qu'elle en soit remerciée !

Les producteurs anciens et connus, andouille de Guéméné, escargots, foie gras, pâtisserie Sube, Nicolas le producteur de pain d'épices, j'en passe, et parmi les nouveaux venus, un viticulteur (et non vigneron), avec une démarche marketing innovante et des flacons habillés façon "cosméto", des producteurs de châtaignes et marrons des Cévennes, une autre de limequats (croisement lime et kumquat), notamment.

Des soupes délicieuses, en grande partie concoctée par un sympathique groupe de bénévoles de l'association des louchiers voconces, avec Yvanne Raffin en chef de file, une jolie expo de cucurbitacées, des démonstrations culinaires de chefs de la région, et puis celles des blogueuses qui se sont jetées à l'eau, avec beaucoup de plaisir...

Lavande et ses navettes salées
pour le baptème du feu...



Et distribution apéritive, c'est parfaitement chronométré, il n'est pas loin de midi !


Plus tard, le duo Irisa-Tiuscha reprend du service...
Regard gourmand devant Irisa et sa tarte aux figues, au muscat de Beaumes de Venise et mendiants...


On ne distribue pas que la tarte, mais aussi les recettes, le public est ravi qu'on ait doublement pensé à lui !



Irisa, un peu fébrile au départ, devient vite très à l'aise et anime sa démonstration de façon gourmande et très "carrée" (comme Lavande...) !


A mon tour de passer aux fourneaux, mais j'ai pris de l'avance car les chefs qui doivent prendre place après nous s'agitent et s'inquiètent : les amateurs vont-elles tenir les délais ? Du coup, j'ai émincé le fenouil un peu avant...

A quelques soucis d'oreillettes près (pas aisé avec les lunettes...) et une mauvaise prononciation de "lou saussoun" (on dit lou saossoun avec l'inspensable accent provençal !), tout se passe bien, avec humour, quelques personnes du public me font l'honneur de rire à mes plaisanteries...
La découpe et le désarêtage du rouget s'effectue sans souci, pas de problème non plus avec lou saussoun, et la cuisson du rouget farci frit est parfaite, bien croustillante.


Quelques amateurs gourmands, me confirment que leur palais et leur estomac ont apprécié. Chouette ! Ravie d'entendre des compliments qui émanent d'autres que les membres de la famille et les amis...

Viennent ensuite les ateliers culinaires dont l'objet était de présenter les fruits et légumes cuisinés, dans leurs divers aspects : historique, botanique, nutritionnel, culinaire... Vous pourrez les retrouver sur Trois petites tours et cuisinons ! Mais voici quelques images des ateliers, avec les mini toques

Avant l'atelier...
Durant l'atelier...

Et après, la dégustation !

Fin de soirée en compagnie de Lavande et Irisa et de deux autres blogueses, Nat (les jardins de Nat) et Christine (la cuisine de Christine), ainsi que Julie Deligne, coordinatrice de la manifestation, et Rose de la ferme de l'Oiselet (à Sarrians), que j'aime beaucoup et qui proposait aux enfants des ateliers de sculptures sur fruits et légumes, et de peinture végétale. Un vraiment bon moment, écourté pour Lavande, dommage... Mais qui permet d'entrevoir ce que pourrait être le rendez-vous de blogueurs l'an prochain à Vaison.

Une chose est sûre, cette nouvelle mouture des Journées Gourmandes est une réussite, bien orchestrée, avec une bonne communication. Il ne manque que l'embryonnaire salon du livre gourmand de l'an passé... Où pourraient trouver place certains blogueurs-auteurs culinaires...

Alors, l'an prochain, on remet ça ! Et vous en êtes ?

Partager cet article

Repost 0
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 19:21

Vous l'avez vu passer cette petite poule qui marque nos recettes préférées, celles qui nous ont interpelés, séduits...
Ce jeu a le mérite de remettre en perspective des recettes qui nous auraient échappé et que certains ont rouvé alléchantes. Je remercie Gladis (au four et à mesure) d'avoir sélectionné la choucroute à la bière de chimay, haddock et carvi, et Jess (la boîte à sucre) d'avoir choisi la blanquette de lotte, crevettes et moules au safran tout comme Virginie (un p'tit tour dans ma cuisine)

Je précise que j'ai peu navigué pour des raisons diverses sur vos blogs et que certaines recettes sont récentes, d'autres un peu moins car j'avais du retard dans mes visites chez vous...

Rappel des règles pour celles et celui qui m'ont tapé dans l'oeil au cours de la semaine :
- Mettre le logo et la règle du jeu
- Mettre le lien de la personne (ou des !) qui vous a taguée
- Mettre le titre de la recette et le lien du blog
- Les avertir sur leur blog

En entrée, j'ai choisi
Les escargots au camembert de Choupette, surtout parce que cela m'intrigue au plus haut point !
la tarte épinards, chèvre, wasabi au saumon fumé... d'Alice

Les plats ?
Le lapin de Manu, son pistou de raisin sec et la tartine qui va bien
L'agneau farci au boudin d'Hélène (qui ne va pas tarder à se transformer en échine de porc au boudin chez moi...)

Et en dessert, j'opte pour :
le gâteau au chocolat et citrouille de Vanessa (confiture maison), encore américaine pour quelques temps, maus après ?
le nuage de saison de Lavande et surtout la glace chocolat blanc-wasabi signée Wiliam Ledeuil, que j'adore. C'est un de mes chefs chouchous et j'ai eu le plaisir de recueillir son avis sur les champignons asiatiques pour Fureur des vivres. A suivre...

32032079_p


Au passage, je suis inscrite chez Aftouch pour le concours des meilleurs blogs, comme... nombre d'entre vous !!



J'en profite pour remercier Cook'n blogs pour ce moule Pyrex spécial muffin, anti-adhésif, que je ne vais pas tarder à tester et merci également à 750 g, Vincent et Damien, pour le tablier des blogueurs siglé Mercotte. Gage d'un macaronnage (encore jamais pratiqué) réussi et d'une pâtisserie au top ? Soyons un peu superstitieuse et espérons que ce tablier portera chance. Je reviendrai sur les livres gagnés lors des différents jeux et concours de la blogosphère, voire offerts par pure générosité...

 

Partager cet article

Repost 0
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 07:59
Lou Saussoun (ne vous ridiculisez pas et prononcez le à la provençale : "lou saossoun") qui signifie "le pauvre homme" est une spécialité varoise, sorte d'anchoïade "de terre", celle des paysans lors des moissons, des bergers et surtout des vignerons, qui se préparaient cet en-cas lors des vendanges en pilant des amandes et des anchois avec des herbes sauvages Les plus courantes pour cette recette : fenouil sauvage et menthe fraîche. Lou saussoun se fait traditionnellement au mortier et au pilon, comme la rouille ou l'aïoli mais vous pouvez hacher les ingrédients avant de les mixer...
Il existe plusieurs façons, certaines y mettent du pastis, d'autres y mêlent des pignons...


Ingrédients
- 40 grammes de pignons de pain
- 40 grammes d'amandes mondées
- 45 grammes d'anchois salés
- 2 petite feuilles de menthe
- 1 branche de fenouil sauvage, ou à défaut de fenouil potager
- 5 cl d'huile d'olive

Préparation
Torréfier pignons et amandes, les hacher et mixer avec les herbes emincées/ciselées et les anchois dessalés. Ajouter l'huile d'olive progressivement en mélangeant.
Lou saussoun se conserve près d'un mois au réfrigérateur.

Partager cet article

Repost 0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 17:15
Si l'aventure télévisuelle vous tente, l'émission "Un dîner presque parfait" de M6 recrute des cuisiniers d'une semaine, sur Marseille notamment. Vous êtes joueur et gourmand ? Vous avez entre 20 et 80 ans ? Suivez le guide et si vous souhaitez participer, contactez Karen par téléphone au 01 41 92 66 89 ou par e-mail : dinerpesqueparfait@gmail.com (envoyez une photo de vous, votre âge, vos coordonnées,  et vos motivations !).

Message transmis !

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Inclassable
commenter cet article
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 14:20
Pour accompagner cet excellent "ginger & grapefruit curd", curd allégé aux pamplemousse et gingembre (sans beurre), et pour recycler un reste de crème liquide, j'ai préparé une base de moelleux chocolat, inspirée de celle-ci, décliné en mini "cakes" noisettes et cuit également en grande plaque, façon génoise ou biscuit chocolat sans farine.
Cette base s'est avérée un peu sèche (est-ce du à une cuisson trop longue ?), et paradoxalement, elle s'est conservée telle que, non filmée et sans s'assécher davantage, durant bien 4 jours, en gardant beaucoup de moelleux ! Un peu trop "étouffe-chrétien" quand il était trop épais, le biscuit recoupé est devenu une base tendre et chocolatée pour des desserts, dont voici la première version : chocolat, pamplemousse et gingembre.


Ingrédients (pour 2 adultes)
- 1 pot de curd pamplemousse et gingembre (voir recette ici)
- 1 ou 2 cubes de gingembre confit
pour la base chocolatée
- 6 oeufs entiers
- 130 grammes de sucre en poudre
- 60 grammes de farine
- 50 grammes de pralin en poudre
- 60 g de fécule de maïs
- 20 cl de crème liquide
- 220 grammes de chocolat noir (à refaire, j'en mettrais davantage !)
- 1 sachet de levure

Préparation
Faire fondre le chocolat au bain marie, laisser tiédir et ajouter la crème.
Dans un saladier, battre les oeufs et le sucre. Ajouter la farine et la  fécule de maïs, mélanger.
Ajouter ce mélange chocolat-crème, mélanger 2 à 3 minutes et ajouter la levure. Verser sur un tapis de silicone.
Enfourner pendant 15/20 minutes au four préchauffé à 190°C. Laisser refroidir.
Découper à l'emporte pièce (rond ou carré), puis dans l'épaisseur. Tartiner de curd, ajouter un second étage et décorer de gingembre confit et de copeaux (de miettes...) de chocolat.

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?