Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 15:58
Après une "délibération rondement menée" par le juré de choc, j'ai nommé Irisa (Cuisine et couleurs), Flo (Bretzel et café crème), Lolotte (Le blog-notes de Lolotte), Vanille (La cuisine des trois soeurs) et Sophie (Dans la cuisine de Sophie), le résultat de la 6ème édition du jeu "quand le sucré devient salé et vide-versa" est proclamé !

3èmes ex aequo :

 Annellénor
(Passion gourmandise) et son île flottante au lait de coco et aux épices

et Birgit
(Un an pour faire son Cooking out) et son île flottante très colorée à la betterave et à la citronnelle


2 ème place :

 
Mirabelle (Instant gourmand) et son île flottante champignons, cranberries, poivre


La gagnante du jeu est :

 
Mounet (cerises et clafoutis),

 qui qui nous a séduites avec son île flottante au poivron jaune et son caramel de vinaigre de cidre
; toute l'apparence d'une île flottante sucrée et beaucoup de finesse !

Petit message à la lauréate en charge de l'édition n°7, Lolotte prendra contact avec toi pour l'organisation du prochain thème qui se déroulera dans plusieurs semaine, après le retour de Lolotte des Etats-Unis...

Bravo à vous trois et encore merci à tous les participants !


Partager cet article

Repost 0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 06:50
Capsule ou liège, le débat est houleux entre partisans de la "praticité" et amoureux du vin vieilli... La première est sans doute parfait pour des vins à boire jeunes, une tendance lourde sur le marché mondial, mais pour q'un cru acquiert son fameux "bouquet" (c'est à dire fragrances dues au vieillissement), mieux vaut le liège...
Jusqu'à aujourd'hui, car des étudiants de l'université de Californie viennent d'inventer, d'après Findawine, une capsule révolutionnaire capable de laisser vieillir le vin !
Cette capsule serait dotée d'un disque métallique qui laisse passer suffisamment d'oxygène pour favoriser les échanges indispensables au vieillissement ; qui plus est, la taille de ce disque serait adaptable aux cépages, certains ayant davantage besoin d'oxygène que d'autres, toujours selon Findawine.

Cette capsule résoudra-t-elle le fameux problème du goût de bouchon ? A voir dans 20 ans, la durée indispensable pour un test comparatif avec le liège. Qui dispose donc d'un répit, d'un sursis même, mais ensuite ? Les forêts de liège sont réputées pour leur impact favorable sur l'environnement, notamment l'absorption du CO2, mais qu'en serait-il alors du point de vue écologique si le vin n'était plus bouché que par des capsules métalliques ?

Partager cet article

Repost 0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 06:21
Amusante coïncidence, Maya a sorti de son rucher hier même cette brioche aux petits suisses. La différence, c'est qu'ici, cette matière première est assez courante, les filles aimant en manger, surtout avec du miel ! La recette repérée chez Fidji alors que j'étais à la recherche de nouvelles recettes de brioches. Puis c'est chez Flo que j'ai suivi les indications de cuisson, mais en réduisant chaleur et durée qui m'étaient apparues trop importantes. Autre changement, l'utilisation de levure fraîche au lieu de la sèche prescrite chez les unes et les autres, et pas de raisins pour moi, juste de l'eau de fleur d'oranger...



Ingrédients
- 3 oeufs
- 90 grammes de lait + un peu pour coller le sucre
- 60 grammes de sucre
- 2 ptits suisses de 60 grammes
- 500 grammes de farine (T65 ici)
- 1,5 cuillère à café de sel
- 12 grammes de levure de boulanger fraîche
- 2 cuillères à soupe d'eau de fleur d'oranger
- gros sucre ou sucre perlé
 
Préparation
Faire fondre la levure et le sucre dans le lait tiède. Mélanger la farine avec le lait, les petits suisses, l'eau de fleur d'oranger, le sel et les oeufs battus. Pétrir 5 minutes (sans doute ne l'ai-je pas fait assez longtemps, je pense que la mie pourrait être plus aérée...). Laisser lever sous un linge environ 1 heure et demi. Dégazer, former la brioche et laisser lever à nouveau une bonne heure. Enduire de lait, coller les grains de sucre et enfourner à 210°C environ 20/25 minutes.



Partager cet article

Repost 0
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 15:30
Pour la 4ème année, Nice accueille sur la Promenade des Anglais, du 29 mai au 2 juin 2008 l'Italie à Table, un événement organisé par la chambre de commerce italienne locale.  L'occasion pour ceux du Sud Est d'une belle balade en pays niçois, qui puise, ne l'oublions pas, de nombreuses racines culinaires dans la gastronomie italienne... On pourra y découvrir les différentes régions de l'Italie, y déguster leurs vins, dénicher de beaux produits gastronomiques : pâtes, fromages, charcuterie, biscuits et gourmandises sucrées ou salées...

A cette exposition-vente de produits italiens, s'ajoutent des animations, culturelles et gourmandes : au programme, des cours de cuisine autour de produits et recettes phares comme les pasta et les risotti proposés par la Scuola de Cucina Italiana, des conférences sur la culture et l'histoire gastronomique italienne (par exemple, De la virtuosité des banquets d’artistes au jeûne : itinéraire sur les tables d’artistes de la Florence Renaissante, Le “sacro risotto” de Carlo Emilio Gadda, Les emprunts du français à l'italien et vice-versa dans le domaine culinaire, Les grandes bouffes du cinéma italien : morceaux choisis).

Et tous les niçois seront à l'heure italienne puisque 105 cantines scolaires distribueront des repas italiens aux enfants et que plusieurs tables serviront des menus thématiques à cette occasion !

Pour en savoir plus, cliquer ici !

Partager cet article

Repost 0
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 07:25
Il y avait un moment que je voulais faire une épaule d'agneau roulée, et changer ainsi un peu la cuisson et le genre, même si pour autant j'adore le fondant de l'épaule confite à l'étouffée. J'avoue que toute la difficulté réside dans le ficelage de la bête, cela s'est un peu transformé en rodéo inerte ! Il m'aurait sans doute fallu au moins 4 mains pour maintenir la viande sans que la farce s'échappe, tout en passant le fil et en tentant de détacher la chair qui collait sur le plan de travail. Ah, l'expérience... Et flûte, le manque d'expérience !  De toutes façons, si on ne se lance pas... Et c'est comme ça que l'on apprend, pas vrai ?
NB Et quand les allemandes se mettent à l'agneau roulé, ça donne ça !


Pour la farce, toute la Provence était là : origan, thym, romarin, sarriette. On pourrait aussi ajouter la marjolaine ou le serpolet... Toutes ces herbes se trouvent à l'état sauvage mais elles se cultivent aussi. J'ai la chance d'en avoir divers plants dans mon jardin et mes potées. 
Dans cette "farce", il y a surtout le Banon, ce fameux fromage de chèvre qui s'affine dans sa robe de feuilles de châtaignier... L'ensemble apporte une note absolument délicieuse à cet agneau de Sisteron. Et pour servir avec ce plat résolument provençal, je vous recommande le petit épeautre, une très ancienne céréale que beaucoup d'entre vous connaissent désormais...

Contre toute attente, ce plat n'est pas allé mal du tout avec le Renard Blanc du Domaine de Ravanès (après un test "repas autour d'un vin", plutôt mitigé), un vin assez atypique qui a trouvé un accord intéressant et inattendu avec cette recette, sans doute la présence du Banon... Avis aux oenophiles convaincus, si vous connaissez ce vin, avec quoi l'assortiriez-vous ?

Les photos ne sont hélas pas à la hauteur, car la météo n'était pas de la partie dimanche dernier...


Ingrédients
- 1 épaule d'agneau de 1,2 kilo environ
- 2 Banons
- 3 brins de romarin
- 3 brins de sarriette
- 4 brins de thym +1 pour le fond de viande
- 3 brins d'origan
- 1 tête d'ail
- QS d'huile d'olive (QS=quantité suffisante, j'ai du en mettre 2 cl)
- huile de tournesol
- 1 oignon
- sel, poivre

Préparation
Faire désosser l'épaule (à moins d'être suffisamment doué pour le faire soi-même). Garder l'os pour réaliser un fons de viande, utilisé en partie dans cette recette. Faire revenir l'oignon émincé grossièrement avec le thym dans l'huile d'olive, jeter les os, faire revenir à nouveau et mouiller d'eau. Laisser cuire et réduire environ 30 minutes.
Mixer ou, mieux, piler au mortier les herbes avec une gousse d'ail et l'huile d'olive pour obtenir une sorte de pistou. L'étaler sur la viande salée et poivrée des deux côtés, puis déposer les banons coupés en morceaux. Rouler et ficeler, pas trop serré. Dans un plat allant au four, faire revenir la viande dans l'huile de tournesol. Déposer de part et d'autre les gousses d'ail en chemise ou demi gousses car en cette saison, l'ail est trop avancé et le germe qui s'y est développé le rend moins digeste (dans ce dernier cas, on ajoutera l'ail 10 minutes après avoir enfourné la viande). Ajouter environ 40 cl de fond de viande et enfourner à 240°C, pour baisser aussitôt à 180°C. Cuire environ 50 minutes. Couper le four et laisser reposer encore 10 minutes, puis servir avec le jus de cuisson et l'ail, accompagné de petit épeautre de Provence.


Partager cet article

Repost 0
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 15:01
Les voici les téméraires blogueurs qui se sont lancés dans l'aventure de l'île flottante salée pour le jeu lancé par Lolotte (Le blog-notes de Lolotte) "quand le sucré devient salé et vice-versa". Cette 6ème édition marquera un tournant puisque Lolotte quittant les Etats-Unis, le jeu sera mis entre parenthèses durant plusieurs semaines jusqu'à son retour en France.

Voici donc les participations gourmandes :

Celle de la joueuse
Inoule (chez Inoule) et son île flottante  au piment d'Espelette et crème d'asperges vertes
Iles flottantes au piment d'Espelette et crème d'asperges vertes


Celle d'une
Foodie (Foodie à Tahiti) et son exotique île flottante crevette/coco/chèvre
 


Celle d'une "revenante", Mirabelle (Instant gourmand) avec une île flottante champignons, cranberries, poivre
.

ILE_FLOTTANTE_2


Celle d'une "nouvelle", Elofleur (des fleurs à la cuisine) qui nous offre une île flottante tomate/basilic
 iles_flottantes_sal_e

Celle d'une autre "nouvelle", Coralie (dans mon assiette), qui propose une très complète île flottante épicée au poulet et petits légumes



Celle de Birgit (Un an pour faire son Cooking out) et son île flottante très colorée à la betterave et à la citronnelle

Ile_flottante_sal_e_1



Celle d'Annellénor (Passion gourmandise) et son île flottante au lait de coco et aux épices

Ile_flottante_lait_de_coco_curryx1bis



Celle de Mounet (cerises et clafoutis), qui la joue plus sucrée avec une île flottante au poivron jaune et son caramel de vinaigre de cidre

DSCN7514


Celle du seul homme à participer, Mark (
Passion Cuisine) et son île flottante à l'orange, crème anglaise au concentré de chicons, sirop chicorée-orange-soja, boulettes de maquereaux



Celle de Senga, (
les bonheurs de Senga), une île flottante au safran



Celle in extrémis d'une tête blonde (cuisine pour nos têtes blondes), une
île flottante tomate/parmesan, caramel au vinaigre balsamique



Et les participations hors concours :

Celle d'
une foodie froggy (a foodie froggy in Paris) et son île aux cèpes sur crème de châtaigne, déclassée car la base n'est pas une crème anglaise, mais la recette est tout de même superbe !

chestnutvelout_2



Celle de Véronique Chapacou, guest-star en quelque sorte de ce jeu, avec une île flottante bigourdane

ile_bigourdane



Celle de Lolotte, juré d'honneur qui nous présente une "Ile flottante au pesto rouge comme un lemon spinach artichoke dip américain"

ile_flottante_salee_recette



Celle de Vanille (cuisine des 3 soeurs), juré également, et son île flottante à l'ail des ours

Photo - Île flottante ail à ours


Et la mienne, île flottante primavera aux fèves et petits pois, parfums d'Orient



Nous allons maintenant délibérer avec Irisa (Cuisine et couleurs), Flo (Bretzel et café crème), Lolotte (Le blog-notes de Lolotte), Vanille (La cuisine des trois soeurs) et Sophie (Dans la cuisine de Sophie).
A bientôt pour le verdict !

Partager cet article

Repost 0
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 06:17
C'est une recette fraîche et pleine de saveurs inspirée par le mariage tomate/umeboshi de Vanessa. En plus simple !
L'umeboshi, pour ceux qui ne connaissent pas encore, c'est une petite prune aigre que les japonais conservent en saumure.
 Drapeau du Japon (Ratio 2:3)Très salée, ells est surtout utlisée comme condiment et est incontournable dans l'onigiri (sushi de forme triangulaire). Les Japonais la disposent souvent au milieu d'un plat de riz pour simuler leur drapeau, "l'étendard du soleil" : une perle rouge sur une étendue immaculée...
L'umeboshi est un aliment riche en nutriments préservant la santé (contrairement à la médecine curative occidentale, les asiatiques utilisent une médecine de prévention, notamment par une alimentation de haute qualité nutritionnelle), il semble que la petite prune soit excellente pour prévenir toutes sortes de maux, une sorte de panacée médicinale ! Pour en savoir plus, lire cet intéressant article.

Ce tartare poursuit ma série "graines", après la
pizza blanche aux graines multiples et une salade verte aux graines, voici donc une petite fraîcheur de tomate et d'umeboshi, parfumée au sésame (2 graines et huile !).


Ingrédients (pour 1 personne, il ne faut pas exagérer, je ne vais pas exiger de LUI de tester quelque chose d'aussi exotique !!)
- 1/2 tomate coeur de boeuf mûre
- 3 ou 4 prunes umeboshi
- 1 cuillère à soupe de graines de sésame, blond et noir
- 1 cuillère à café de vinaigre de riz
- 1 cuillère à café d'huile de sésame
- 1 cuillère à soupe d'huile de colza
- 1 cuillère à soupe de graines germées (alfalfa)

Préparation
Couper en brunoise la tomate et les prunes. Mélanger les huiles et le vinaigre en émulsionnant bien. En arroser la brunoise et mettre au frais. Faire griller les graines de sésame quelques minutes, laisser refroidir. Servir le tartare de tomate et d'umeboshi parsemer de graines de sésame et de graines germées. Déguster aussitôt.

Partager cet article

Repost 0
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 06:30
Une merveille de finesse, de délicatesse en bouche, ce dessert a su séduire le Mâle autant que l'Enfant (même le plus petit) : beaucoup de subtilité dans les saveurs et d'opulence en bouche, du moelleux autant que de la grâce, ce bavarois aux fleurs d"hibiscus et au lait de coco, plutôt instinctif (avec une base inspirée de Pierre Hermé tout de même !), fut une très belle surprise ! Car en général je mesure le résultat au fur et à mesure mais là, plongeant dans l'inconnu floral, je ne savais pas, j'imaginais, je supputais, j'espérais... Le tout fut à la hauteur de mes espérances !

Le seul souci reste le démoulage. Avec des cercles à entremets, pas de souci mais avec des moules souples, des empreintes à effet, quelle galère ! Le film alimentaire ne permet pas de respecter la décoration du moule (qui ne présente plus alors d'intérêt). Ou alors, une seule solution, faire prendre au congélateur, démouler et laisser décongeler à température ambiante. Et vous, quel est votre truc ?



Ingrédients (pour deux beaux desserts)
pour les bavarois
-
150 ml de lait
- 150 ml de lait de coco
- 1 feuille de gélatine
- 3 cuillères à soupe de fleurs d'hibiscus
- 125 grammes de crème liquide
- 65 grammes de sucre
- 4 jaunes d'oeufs
pour les fraises au sirop d'hibiscus
- 40 grammes de sucre
- 1 cuillère à soupe de fleurs d'hibiscus séchées
- 150 grammes de fraises

Préparation
Pour le sirop d'hibiscus, dissoudre le sucre dans 50 ml d'eau, porter à ébullition et faire infuser les fleurs d'hibiscus à couvert, feu éteint., environ  30 minutes. Verser le sirop sur les fraises coupées en petits morceaux et réserver au frais.
Préparer les cercles à bavarois en les tapissant de film alimentaire. Réserver
Réaliser une crème anglaise au lait de coco et à la fleur d'hibiscus : faire infuser les fleurs dans le mélange bouillant lait de coco/lait, jusqu'à refroidissement. Remettre sur le feu. Fouetter les jaunes d'oeufs avec le sucre, verser une partie du lait en fouettant, puis remettre sur feu doux, dans le reste du lait. Faire épaissir doucement en mélangeant continuellement.
Faire ramollir la feuille de gélatine dans l'eau froide. Quand la crème anglaise est prête, en prélever 125 grammes et dissoudre la gélatine dedans. Fouetter la crème très ferme et l'incorporer à la crème anglaise collée à la gélatine.
Poser les cercles sur des asiettes et verser la crème bavaroise dedans. Laisser prendre au frais 4 heures minimum. Puis démouler, dresser les fraises dessus et arroser le tour du bavarois de sirop de fraise/hibiscus. Servir aussitôt, décoré de petites feuilles de menthe.


Et bonne fête à toutes les mères !


Partager cet article

Repost 0
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 13:32
Parmi les plus anciens exemples de "street food", on trouve le casse-croûte bucolique des bergers et moissonneurs : on mange alors évidemment sur le lieu de travail !



Parmi tout ce que l'on peut déguster dans les champs au milieu d'une journée de labeur, ce mets, que vous avez découvert il y a quelques jours, était encore de mise dans les années 50 dans le Haut-Poitou... A découvrir sur Fureur des Vivres aujourd'hui même ! Aujourd'hui, revisité, il deviendrait un excellent dessert de plein été !


Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Inclassable
commenter cet article
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 06:19
Encornet rouge et crabe vert, les deux bestiaux attendaient sur l'étal, à l'opposé l'un de l'autre. Et pourtant... Je les ai réunis pour une recette qui manque sans doute quelque peu de couleur (en dépit de leurs dénominations...) mais pas de saveur. La citronnelle et les feuilles de cumbava, le lait de coco et ... Le tout est d'une infinie délicatesse en bouche, pas de goût franc mais beaucoup de subtilité et de légèreté...  Une recette inspirée de plaisirr asiatiques plutôt côté Asie du Sud-Est ou Indonésie, un plaisir voyageur extrême et uen sensation de finesse et de gastronomie sereine... A refaire !



Ingrédients (pour deux petits appétits, pour deux, doubler les proportions, sauf sans doute pour la sauce !)
- 1 encornet rouge
- 4 crabes verts
- 80 grammes de riz basmati
- 100 grammes de lait de coco
- 2 tiges de cébette
- 1 tige de citronnelle
- 5 feuilles de renouée
- 2 feuilles de cumbava
- huile de tournesol
- sel, poivre

Préparation
Faire cuire les crabes avec une cébette émincée, mouillés d'eau. Ecraser les carapaces au pilon puis passer le jus au tamis. Réserver.
Précuire le riz dans un mélange salé de lait de coco et d'eau avec l'écorce de la tige de citronnelle. Quand le riz est presque cuit, ajouter le coeur de la tige de citronnelle coupé en fines rondelles ainsi que les feuilles de renouée.
Nettoyer l'encornet, réserver les tentacules et les ailerons pour une autre utilisation (sautés à l'ail et au citron, par exemple). Le farcir de riz à la citronnelle et au lait de coco. Fermer l'encornet par un bâtonnet de bois. Faire sauter l'encornet dans un peu d'huile avec la cébette émincée, saler, poivrer. Mouiller avec le jus de crabe.
Faire cuire l'encornet environ 25/30 minutes à feu doux et à couvert dans le jus de crabe vert en ajoutant les feuilles de cumbava. Réserver l'encornet et faire réduire la sauce qui doit avoir épaissi juste ce qu'il faut, être délicieusement onctueuse. Rectifier l'assaisonnement et re8mettre l'encornet dans la sauce et servir chaud.


Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?