Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 16:23
Vous aviez vu ceci :















La plupart des réponses ont été... chocolatées ! C'était à prévoir. A une myrtille et un étrange carotte/betterave près. Vous auriez aussi pu penser à la prune noire ou au pruneau... Mais c'était bien du cheesecake !

En réalité, il s'agissait de cheesecakes individuels aux deux thyms et tapenade noire, d'où la couleur... Aux deux thyms car j'ai pléthore de thyms dans mon potager, mais ici, deux ont rempli leur office, le bleuté est une plantation d'un pied sauvage du coin, l'autre est tout bêtement du thym commun.














Ingrédients
- 5 biscottes aux céréales Claire avait trouvé peu ou prou la base céréaliére)
- 20 grammes de beurre
- deux cuillères à soupe de thym séché
- une cuillère à soupe d'huile d'olive
- 140 grammes de tapenade
- deux cuillères à soupe de thym frais (les deux thyms en question...)
- 5 kiris
- 2 petits suisses
- 1 oeuf

Préparation
Mélanger les biscottes réduites en miettes, le beurre, l'huile d'olive et le thym. Beurrer des nonnettes (ici rondes) posées sur une plaque couverte de papier sulfurisé et tasser la pâte dans les moules en essayant d'enduire aussi les bords. Réserver au réfrigérateur.
Mélanger les kiris et les petits suisses avec la tapenade et l'oeuf. Déposer la préparation sur les fonds de pâte en alternant couches de crème et herbes.
Enfourner à 190°C environ 20/25 minutes. Laisser tiédir avant de démouler et servir encore tiède...


Partager cet article

Repost 0
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 11:56
Si vous êtes joueur (joueuse), dites-moi un peu à quoi cela vous fait penser...


Sucré, salé, chaud, froid, hiver, été ? Testons un peu votre perspicacité : qu'est-ce que c'est ?

Partager cet article

Repost 0
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 10:15
Il y a quelques temps, j'avais cueilli des violettes parfumées auxquelles j'avais écrit une ode (à la façon de tara...) et dont j'avais parsemé une salade hésitant entre hiver et printemps... Mais le véritable objet du désir est celui-ci !


De la gelée de violette à base d'agar-agar... Même si j'ai eu la main un peu lourde sur ce dernier (le mieux est parfois l'ennemi du bien et je n'ai toujours pas reçu la bible de Cléa...).

Ingrédients
- 165 grammes de fleur de violette (c'est tout ce que ma première cueillette m'a permis de récolter...)
- 30 dl d'eau
- 170 grammes de sucre en poudre (environ)
- 1 gramme d'agar-agar (c'est trop bien évidemment, mais après cela se complique pour la pesée ! une demi cuillère à café devrait suffire...)

Préparation
Faire infuser les fleurs de violette dans de l'eau bouillante 24 heures. Mettre sur le feu avec le sucre et l'agar-agar, faire bouillir deux minutes et mettre en pot.

Cette gelée, je l'ai voulue très concentrée, rien n'empêche après de la diluer selon l'usage... Pas de couleur mais la saveur y est, elle, vraiment !


Vue du fonds d'un pot de gelée

Partager cet article

Repost 0
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 15:57




















Pas besoin de pousser la porte pyrénéenne pour trouver du tempranillo ! Le cépage espagnol (le plus planté en territoire hispanique), typique du Rioja, est cultivé en Provence depuis une trentaine d'années...
Un vin acheté moins de 5 euros chez mon caviste qui le tenait d'un domaine "paysan"
également producteur d'huile d'olive (le domaine offre de surcroît au touriste agricole un gîte confortable au coeur des vignes).
 

Le domaine de la Camarette est en réalité surtout une pépinière viticole qui multiplie les ceps (grenache, syrah, cinsault, mourvèdre...) pour son activité commerciale et qui possède également une remarquable collection ampélographique de 39 cépages ! Le domaine produit également du Côte du Ventoux ainsi que des vins de cépage, tels que le tempranillo...

Cultivé sur un sol profond de type argilo-calcaire au pied du Ventoux, le tempranillo a été vinifié en cépage isolé pour la première fois en 2005, c'est le millésime dégusté. C'est donc une nouveauté toute fraîche, comme ce vin, aux tannins fondus, très fruité, qui gagne à être ouvert à l'avance (24 heures après ouverture, il s'était enfin "ouvert"). Une longueur en bouche honnête et un bon équilibre font de ce vin facile à boire un excellent rapport qualité-prix.
Conclusion : le tempranillo s'accomode bien du climat sec et du terroir rude du Mont Ventoux !

Partager cet article

Repost 0
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 11:48





















Après le dessert de grand (inutile de dire que l'avocat soufflé d'Alain Passard n'a rencontré que peu de suffrages auprès de celle de 4 ans !), voici un spécial minette et petite minette (traduisez bébé)...

Remplacer le riz au lait par des petites pâtes au lait (celles en forme d'étoile), la préparation est la même sauf que la surveillance est de mise, les-dites pâtes cuisant très vite ! Sucrer très peu et ajouter le sirop quand le dessert est cuit et refroidi.


Partager cet article

Repost 0
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 08:44
A vos papilles, prêtes, dégustez !

Dans les mois à venir, dégustatrices professionnelles et amateurs vont concourir (sections bien distinctes pas de frayeur !), pourquoi pas vous ?

Ouverts à toutes les femmes, deux concours se succèdent : le premier, "Femmes et Vins du Monde Concours International®
", aura lieu à Monte Carlo du 20 au 23 avril 2007, les inscriptions se clôturant le 17 mars 2007.
Les plus du concours : une partie des fonds sera destinée à donner un coup de pouce à une étudiante en oenologie ou viticulture, une vigneronne qui souhaite se mettre à son compte et une organisation d'action sociale ou humanitaire dans le monde du vin.
Pour toute autre information et pour vos inscriptions, voir ici.

Le second, "Femme du vin 2007", a lieu pour la deuxième fois et vous avez jusqu'au 20 avril 2007 pour vous inscrire (i
l y a dores et déjà plus de 200 participantes issues de 24 pays ! 57% se déclarent professionnelles, les autres étant des "amateurs éclairées"). La dotation est de 3000 euros et la finale aura lieu à Paris, dans les salons de l'hôtel Bristol, le 14 juin 2007.
Le jury compte des oenologue, sommelier, journalistes et critiques, ainsi que les deux précédentes lauréates : Amy Mumma,
directrice du département d’Oenologie de la Washington State University, pour la catégorie "pro" et Flore de Cerval, alors étudiante à l'Université Paris Dauphine et aujourd'hui embauchée par l'un des partenaires de l'événement !
Pour en savoir plus et se pré-inscrire, c'est ici !

Partager cet article

Repost 0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 14:49
J'étais tentée par un dessert à base d'avocat et mon coeur à quelques temps balancé entre un duo mousseux avocat/chocolat (Frédérique que j'ai découverte à l'occasion de cette quête de l'avocat sucré a déjà concocté un tel mariage, courez-y vite si vous ne connaissez pas encore le blog Gourmandises !) et cette recette d'avocat soufflé d'Alain Passard. J'ai finalement opté pour le grand chef, même si je trouve la bloggueuse vraiment talentueuse...
J'ai respecté la recette dans ses grandes lignes mais j'ai réalisé des aménagements gustatifs : la recette originale associait l'avocat et la pistache mais je n'avais pas de pâte de pistache et l'avocat commençait à se ramollir sérieusement ! Du coup j'ai dégainé marmelade d'orange amère (la "recette" est ici) et Cointreau pour lui faire un sort !

Ingrédients
- 1 avocat bien mûr
- 3 cuillères à café de marmelade d'orange amère
- 2 cuillères à café de Cointreau
- 2 cuillères à café de jus de clémentine
- 2 carreaux de chocolat noir
- 2 blancs d'oeuf
- 4 cuillères à soupe de sucre

Préparation
Prélever la chair de l'avocat et réserver la peau des demi-avocats, mixer avec la marmelade d'orange amère, le jus de clémentine et le cointreau.
Préchauffer le four à 180°C. Battre les blancs d'oeuf en neige ferme en ajoutant peu à peu le sucre. Incorporer les blancs battus avec l'avocat mixé et remettre dans les demi-avocats une première couche de l'appareil, déposer le carreau de chocolat et recouvrir de la préparation.
Enfourner 5 à 10 minutes à 220°C, jusqu'à ce qu'une croûte se forme et que les soufflés soient dorés. Servir immédiatement. En fait, j'ai rempli deux moules à soufflés individuels plus la coque d'avocat !

La croûte légère et une subtile dorure au-dessus du soufflé...















Et, le coeur, mélange moelleux d'avocat, d'orange amère et de chocolat...














NB L'horaire n'étant pas favorable (heure du coucher pour certaines), les photos ont été limitées à leur portion congrue, vous ne verrez pas la coque d'avocat et son soufflé, dommage car c'était de loin le plus joli et original... Dommage, car les photos ne sont pas à la hauteur de ce dessert surprenant et délicieux...

A refaire, avec la pâte de pistache cette fois !

Partager cet article

Repost 0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 12:43
A la lettre...
J'ai suivi la recette de Ségolène (boire et manger, quelle histoire !), LA marmelade d'orange amère, so british !

Vite fait bien fait...
J'ai détaillé les zestes en fines languettes et la pulpe en gros morceaux, couvert d'eau et laissé "infuser".

Lentement...
Le temps a fait son oeuvre, en l'espace de 24 heures, mais sans doute était-ce plus que le délai recommandé par la pâpesse de la mémoire culinaire, l'amertume a quitté le fruit. L'osmose, genèse de cette aventure gustative de cette confiture en devenir...

Généreusement...
J'ai couvert de sucre poudreux, à raison du même poids que la préparation obtenue, jus et fruits confondus. Le crissement glacé s'est assoupli au contact de la moelleuse amertume pour donner naissance à un mélange onctueux et gluant.

Sans coup férir...
Le sucre est devenu sirop brillant, luisant de ses feux orangés dans les quartiers fondus de la bigarade, investissant chaque parcelle fruitée. Osmose encore...











A pas de loup...
30 minutes, l'horloge en témoignait, le bouillon a duré, bruissant, grondant comme une cascade sucrée, signal d'une marmelade presque terminée.

Chaud devant !
La confiture s'écoule langoureusement au creux d'une cuillère, qu'elle nappe amoureusement avant de se figer... Dans les pots (préalablement stérilisés au four à 60°C), je l'ai versé, brûlante, collante,  savoureusement parfumée. Les couvercles se sont refermés, les pots retournés... La confiture est terminée !



Partager cet article

Repost 0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 11:33
Des wedges oui mais pas de potatoes... Le panais et sa saveur légèrement sucrée s'est parfaitement bien accommodée de cette préparation 100% USA ! Enrobé dans l'huile (d'olive en l'occurence), l'ail et les herbes, rôtis au four, il a fini par faire de l'ombre à la pomme de terre...

Ingrédients
- 3 petits panais ou 2 moyens
- 1 à 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
- 1 cuillère à soupe de thym
- 1 cuillère à soupe d'origan

- 1 gousse d'ail hachée
- poivre et fleur de sel








Panais crus enrobés d'huile, d'ail et d'herbes

Préparation
Tailler les panais épluchés (les potatoes s'apprêtent généralement avec la peau, pas les panais) en grosses "frites", les faire "mariner" une dizaine de minutes dans l'huile d'olive avec les herbes et l'ail en mélangeant bien. Poivrer. Puis mettre dans un large plat de sorte que les panais ne se chevauchent pas trop pour bien griller. Rôtir environ 25 minutes dans un four chaud (220°C) en retournant les wedges de temps à autre. Servir bien chaud et poudrer de fleur de sel.

Panais juste sortis du four

Partager cet article

Repost 0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 08:19
Ce n'est peut-être pas encore un classique de la blogosphère mais cette recette a déjà circulé un peu... Il m'a tapé dans l'oeil chez Sophie, qui le tenait, elle de Cléa, avec un original dédié à une de ses amies, Maya...

Comme ce sont mes premiers muffins je n'ai pas osé trituré la recette, hormis la ricotta que j'ai remplacé par de la faisselle de chèvre...
Ah, j'oubliais, je n'ai pas pu résister au plaisir d'ajouter des amandes effilées !
Avec en résultat des muffins moelleux, l'acidité légère du citron et le croquant des amandes...


Ingrédients
- 200 grammes de farine
- 1 cuillerée à café de levure
- 100 grammes de beurre
- 1 oeuf
- 150 grammes de faisselle de chèvre
- 150 grammes de sucre
- le zeste d'un citron
- le jus d'un citron
- quelques gouttes d'extrait d'amandes amères
- deux poignées d'amandes effilées

Préparation
Mélanger la farine et la levure dans un bol. Faire fondre le beurre. Dans un saladier, battre l'oeuf, la faisselle égouttée, le beurre, le sucre, le zeste et le jus de citron et l'extrait d'amandes amères. Ajouter la farine, les amandes effilées et mélanger juste ce qu'il faut - pas trop ! Et mettre dans les moules à muffins. Cuisson : 20 à 25 minutes à 200°C.
 


Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?