Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 06:49

Il vous paraîtra étrange que mes Noëls d'enfant - là-bas on dit "Nouël"- aient été privés du sapin frais coupé, de ses fruits de sucre, de ses petites flammes. Mais ne m'en plaignez pas trop, notre nuit du vingt-quatre était quand même une nuit de célébration, à notre silencieuse manière.
Il était bien rare que Sido n'eût pas trouvé dans le jardin, vivaces, épanouies sous la neige, les fleurs de l'ellébore que nous appelons roses de Noël.
En bouquet au centre la table, leurs boutons clos, ovales, violentés par la chaleur du beau feu, s'ouvraient avec une saccade mécanique qui étonnait les chats et que je guettais comme eux.
Nous n'avions ni boudin noir, ni boudin blanc, ni dinde aux marrons, mais les marrons seulement, bouillis et rôtis, et le chef-d'oeuvre de Sido, un pudding blanc, clouté de trois espèces de raisins, Smyrne, Malaga, Corinthe, truffé de melon confit, de cédrat en lamelles, d'oranges en petits dés.
Puis, comme il nous était loisible de veiller, la fête se prolongeait en veillée calme, au chuchotement des journaux froissés, des pages tournées, du feu sur lequel nous jetions quelque élagage vert et une poignée de gros sel qui crépitait et flambait vert sur la braise.
Colette - Paris de ma fenêtre (clin d'oeil à quelques personnes qui seront sensibles à cette lecture et qui se reconnaîtront)

C'est sur ce texte de Colette que je vous souhaite un Joyeux Noël !naturemortepudding.jpg

Johanna Helena Looisen - Nature morte au christmas pudding, houx et vin

Partager cet article

Repost 0
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 15:25

Souvent lorsqu'on a une bonne recette, on la garde sans essayer d'en changer. C'est mal me connaître, j'aime bien tester d'autres versions d'un même plat, en l'occurrence de la pompe à l'huile, élément central des 13 desserts, une tradition qu'en temps que provençale d'adoption depuis plus de 12 ans, j'ai fait mienne. Ce soir il y a aura donc les 4 mendiants, et même plus (amande, noix, noisette, figue sèche, datte), des fruits confits, du nougat noir et blanc, des calissons, et divers fruits frais (pomme, orange, kumquat, clémentine), et donc la fameuse pome à l'huile (que l'on remplace parfois par le gibassié).
Cette recette est celle de Janine, une amie de Pia, qu'elle nous a livrée l'an passé sur facebook. J'ai modifié quelques points par rapport à l'an passé, en mettant plus d'huile d'olive et moins d'oeufs (et pour cause, je n'en avais plus que 3)...pompehuile2013_2.jpg

Ingrédients
- 500 grammes de farine
- 20 grammes de levure de boulangerie fraîche ou 7 grammes de levure sèche
- 3 gros œufs
- 100 grammes de sucre
- 7 cuillerées à soupe d’huile d’olive
- 4 cuillerées à soupe  d’eau de fleurs d’oranger
- 1 pincée de sel
pour le badigeon
- 2 cuillères à soupe bombées de sucre glace
- 2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger

Préparation
Délayer la levure dans l’eau de fleur d’oranger.
Mélanger la farine, le sucre, la levure sèche et le sel dans un saladier. Creuser au centre du mélange et ajouter les œufs battus, l'eau de fleur d'oranger et l’huile d’olive. Mélanger tous les ingrédients au robot ou à la main, quand la pâte se rassemble en boule, la pétrir 10 à 12 minutes. Remettre la pâte dans le saladier, recouvrir de papier film ou d’un torchon propre et laisser lever dans un endroit tiède et  à l’abri des courants d’air jusqu’à ce que la pâte double de volume, soit 1h à 1h30.
Dégazer et façonner en forme de galette ronde, en étalant la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie, sur une épaisseur d’environ 2,5 cm. Faire 4 entailles comme pour une fougasse et les écarter largement.
Laisser lever encore jusqu’à ce que la pâte double de volume (environ 1h). Préparer le badigeon : mélanger l’eau de fleur d’oranger et le sucre glace, et laisser reposer pour que le sucre fonde.
Préchauffer le four à 180°C et enfourner pour 40 minutes de cuisson environ, jusqu’à ce que la pompe à l’huile soit cuite.
Badigeonner dès la sortie du four du mélange d’eau de fleur d’oranger et de sucre glace. Laisser refroidir sur une grille.pompehuile2013.jpg

Partager cet article

Repost 0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 16:24

Pour faire suite à l'article sur le citron caviar, voici une proposition d'amuse bouche équilibrée, saine, légère pour amuser les papilles avant des agapes plus consistantes (ou recycler un reste de poisson fumé, après les fêtes...) : palet de butternut, espadon fumé, coriandre et citron caviar, tout simple dans sa réalisation, c'est l'accord de textures et saveurs qui est ici intéressant.
Ingrédients
- 1 butternut
- 1 tranche d'espadon fumé (un essai de mon boucher, ou autre poisson fumé, saumon sauvage par exemple)
- 1 citron vert
- quelques feuilles de coriandre
- 1 citron caviar
- 6 baies roses, 3 grains de poivre cubèbe
Préparation
Cuire la butternut entière à la vapeur 30-35 minutes environ.
Laisser refroidir, couper en tranches de 6/7 mm, emporte-piécer et citronner légèrement. Emporte piécer également l'espadon fumé. Monter l'espadon sur le palet de butternut, déposer une feuille de coriandre, un peu de citron caviar, une pincée de poivre et baie rose. C'est tout !butternutespafonfumecitroncaviar.jpg

Partager cet article

Repost 0
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 16:57

Le citron "caviar" (microcitrus australasica) est un agrume exotique qui pousse sur un buisson épineux en Australie. Quelques pépiniéristes européens, dont Jean-Paul Brigand de la pépinière Lugar do Olhar Feliz, en Algarve (sud du Portugal), ou Bachès en France, en produisent depuis quelques années, généralement sous serre, mais ceux que Jean-Paul a eu la gentillesse de m'envoyer mûrissent en plein champs.
Il existe plusieurs hybrides/variétés de citron caviar. il existe un très décoratif microcitrus sanguinea, à la pulpe rose pâle ; ceux présentés ci-dessous sont allongés, à l'écorce vieux rose-brun à maturité ; le citron caviar révèle des grains acidulés craquants, dont la saveur de citron se double d'une note épicée d'herbe aromatique exotique, entre citronnelle, coriandre, basilic thaï, selon les variétés, ma fille aînée disait persil...

citroncaviar.jpg

Alors que faire avec ces citrons caviars ? Ils rehausseront d'une note acidulée huître, Saint Jacques, tourteau, divers poissons, notamment fumés... Jean-Paul en mets sur de la brandade, Michel Bachès sur une tartine de beurre salé. Le citron caviar remplace ou renforce le citron en apportant un craquant ludique. Il pourrait être le bienvenu aussi sur une salade de mâche, un dessert  fruité, une crème citronnée... Je lui vois plusieurs accompagnements, associations possibles. A suivre...
citroncaviar2.jpgCe condiment de luxe reste assez cher (environ 70 euros le kilo) mais pourrait être le bienvenu sur vos tables de fête, je vais en proposer à mes convives sur les huîtres et sans doute dans un dessert fruité. Le reste sera congelé, je crois que cela se fait bien sans trop de déperdition de saveur.

 

citroncaviar1.jpgEncore merci à Jean-Paul qui depuis son paradis d'Algarve, nous envoie un peu de son soleil portugais dans ses beaux agrumes, qu'il cultive, comme le reste de son jardin merveilleux, avec passion...
Je vous recommande son blog, riche d'information, tant sur la botanique que la cuisine...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Potager et verger
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 12:51

Le retard s'est accentué dans les biscuits et friandises de l'Avent, voici donc enfin les anisbredele. Les autres suivront, plutôt après Noël. Au menu dans les jours à venir, un focus sur le citron caviar, agrume de luxe qui trouvera peut-être place sur vos tables pour orner une huître, donner du peps à un poisson fumé, à des crustacés ; à suivre également une mise en bouche raffinée et toute légère ; une nouvelle recette de pompe à l'huile, une recette de foie gras, des fudges, et j'en passe...Place aux anisbredele, une recette trouvée sur ce site entièrement dédié aux bredele. Très rapide vous avez encore largement le temps, la durée du "croûtage" vous permet de faire autre chose en attendant ! ansbredele.jpg

Ingrédients
- 2 oeufs
- 165 g de sucre
- 170 g de farine
- 8 g de graines d’anis (graines de fenouil ici)
Préparation
Casser les oeufs dans une casserole et ajouter le sucre. Chauffer et mélanger à l’aide d’un fouet jusqu’à ce que le mélange atteigne la température de 50°C (quelques minutes).
Verser ce mélange dans un bol et fouetter pendant environ 10 minutes. Incorporer la farine et l’anis.
A l’aide d’une poche à douille ou d’une petite cuillère, dresser des petit ronds sur une tôle couverte de papier sulfurisé.
Laisser croûter les anisbredele dans un endroit sec pendant environ 6 heures.
Enfourner à 200°C environ 10 minutes.

Partager cet article

Repost 0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 07:52

Les calissons, spécialité d'Aix, élément incontournables des 13 desserts de Provence, est mon péché mignon : une douceur raffinée à base d'amande et de fruits confits pour fondre de plaisir... J'en suis friande et depuis quelques années, je les prépare, en variant les saveurs mais toujours en restant très subtile sur les différents parfums ajoutés à la base de melon confit : à l'amande complète et à l'orange amère, au cédrat et citron confits, à la mandarine, au jasmin et à la  rose, à la limette (cet agrume à la délicieuse saveur de bergamote).montagecalisson.jpg Cette année, je les ai préparés à la clémentine et au safran, inspirés de ceux que prépare le chef Christophe Bonzi (le Mesclun à Séguret) pour l'Or rouge des Trois Rivières (safranier à Entrechaux). Pour rester sur une saveur douce de safran, qui plaise à mes filles autant qu'aux adultes, j'ai gardé la main légère sur cette épice. J'ai utilisé de la liqueur de safran mais vous pouvez préparer une légère infusion de safran associée à du miel d'acacia par exemple, ou du sirop de safran...
Ingrédients
- 120 grammes de melon confit
- 180 grammes de clémentine confite (cette fois celles de Florian)
- 25 grammes de liqueur ou sirop de safran
- 300 grammes de poudre d'amande
- 280 grammes de sucre glace
pour le glaçage
- 1 blanc d'oeuf battu en neige ferme
- 150 grammes de sucre glace
Préparation
Mixer le melon confit, les clémentines confites et la liqueur de safran. Mélanger avec la poudre d'amande et le sucre glace jusqu'à ce que la pâte forme une boule non collante (si elle l'est trop, faire dessécher la pâte dans une casserole sur feu doux).
Mettre la pâte d'amande entre deux feuilles de papier sulfurisé et l'abaisser à 1 centimètre d'épaisseur. Retirer la feuille du dessus et laisser sécher la pâte pendant 2 heures au moins. Découper à l'emporte-pièce les calissons, d'une part, l'azyme d'autre part et déposer chaque calisson sur les découpes d'azyme. Couvrir de glaçage et laisser sécher la nuit, puis stocker dans une boîte métallique.

Partager cet article

Repost 0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 06:23

Les Tables de Campagne est la table attenante au restaurant étoilé le Pré du Moulin de Pascal et Caroline Alonso, à Sérignan-du-Comtat (Vaucluse) ; après l'expérience Alonso' Bistro à Orange, le chef a préféré se recentrer sur Sérignan et proposer une offre bistrottière à ses habitués, avec un prix moyen plus accessible, du vin au verre, et des plats "canailles", comme une fameuse tête de veau avec la sauce qui va bien ! En l'occurrence ce n'est pas la ravigote mais la gribiche (pour autant, ce n'est pas Vincent, chantre de la cuisine de goût, qui ergoterait sur l'une plutôt que l'autre, quoique...)
La tête de veau est un plat qui évoque plus les deux cités de la cuisine de bistro, Paris et Lyon. En Provence, on ne laisserait pas sa part au chat concernant les pieds et paquets par exemple ! Qu'à cela ne tienne, Pascal Alonso l'a mis à sa carte et c'est tant mieux ! Elle est délicieuse et comme il y avait bien 15 ans que je n'en avais plus mangé... le reste est à l'avenant : croustillant de boudin de Mr Parra, grenouilles meunières, rognons de veau., risotto de pigeon...
tablecampagne_grignotages.jpgQuelques grignotages apéritifs ? Le mini croque monsieur surtout est délicieux, fondant, croustillant, généreux.

tablecampagne_oeufcocotte.jpgEn entrée, un oeuf en cocotte aux champignons et parmesan, chaud, gourmand, simplement cuisiné maix goûteux, champignons de Paris et girolles parfumées. Sympathique entrée en matière...tablecampagne_rognons.jpgLui a pris les rognons de veau à l'échalote, rosés, parfaitement cuits, sauce délicieuse qui appelle le pain (au demeurant de bonne qualité, le même qu'au restaurant...).
tablecampagne_teteveaugribiche.jpgJ'ai donc succombé, on l'aura compris, à la tête de veau sauce gribiche, servie avec lentilles al dente et pommes de terre dans leur robe. Un genre de madeleine de Proust, texture fine, ferme et fondante à la fois, avec le peps de la sauce, exquis "revival" !
tablecampagne_vin2.jpgPour qui a faim, fromage et dessert valent le détour, mais pas cette fois... Et côté vin ? J'opte pour un verre de Commanderie des Hospitaliers 2011 (dont la famille Alonso est co-propriétaire), lui pour une bouteille de Côtes-du-Rhône 2011 de la Janasse, bon accord également avec les plats et nous repartirons avec la bouteilles entamée, saine et gourmande habitude à prendre...
NB photos prises avec son téléphone mobile. Alors pas mal mais pas si bien qu'avec mon APN...

Les Tables de Campagne

Route de Sainte-Cécile-les-Vignes
84830 Sérignan du Comtat 

Tel : 04 90 70 14 55 

Site Internet

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Gîte et couvert
commenter cet article
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 07:52

S'il ne devait y avoir qu'une brioche de Noël, ne serait-elle pas celle-ci ? Car elle nous vient du grand Nord, la Finlande, le "pays du Père Noël"... Elle se nomme Joulupulla, mot-à-mot "brioche de Noël", quoi de plus explicite ? Je suis partie de cette recette à base de cardamome mais on trouve la Joulupulla au safran, ornée de raisins secs, comme les Lussekatters suédois que l'on prépare à la Sainte Lucie...
Ici, en Provence, la brioche de Noël est bien évidemment la pompe à l'huile ou le gibassié, mais je raffole du Stolen allemand, le classique ou celui au pavot, ou encore du panettone italien...
briochefinlandaisejoulupulla.jpgIngrédients

- 500 grammes de farine
- 250 ml de lait (entier ici)
- 25 grammes de levure fraîche
- 80 grammes de sucre
- 1 cuillère à café de cardamome
- 3/4 cuillère à café de sel

- 1 oeuf

- 150 grammes de beurre
- 60/70 grammes de raisins secs (sultanine dans la pâte + Thompson pour la décoration)
Préparation

Dissoudre la levure dans le lait tiède, ajouter le sucre, la cardamome, le sel et mélanger avec la farine (au robot, ici). Incorporer le beurre en plusieurs fois, ajouter les raisins secs et pétrir une dizaine de minutes. Laisser lever 1 heure au moins dans une étuve.
Façonner les petites brioches en décorant de raisins secs, soit de forme figurative (souvent personnages féminins), soit plus ornementales, faites appel à votre imagination ou allez voir les blogs de cuisine finlandais...
Badigeonner d'oauf battu et poudrer de gros sucre (ou pas).

Enfourner 10 minutes à 220°C pour les petites pièces, 20/25 minutes à 200°C pour les plus grosses.briochefinlandaisejoulupulla2.jpg

Partager cet article

Repost 0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 07:48

La crème de marron et la confiture de châtaigne sont des souvenirs d'enfance, des "madeleines de Proust", pour faire le plein de douceur et de sucre, réconfortant durant les moments difficiles, chaleurexux et énergétique les jours froids d'hiver, crémeux et fondant pour des desserts festifs. La charlotte aux marrons par exemple, qu'adore ma soeur et que je lui préparerai à Noël, ou une bûche comme celle-ci. Ou ce dessert simplissime et de saison, une crème brûlée (ou pas) à la châtaigne et à l'orange. La fine couche craquante caramélisée contraste délicieusement avec la crème fondante mais elle apporte un supplément de sucre. Bon pour un pré-dessert en petite quantité, un peu trop pour une vraie crème brûlée qui sature en sucre assez vite. Sinon, on peut aussi la déguster non brûlée, elle est savoureuse avec ses parfums de châtaigne et orange, bel équilibre en bouche et addictive au possible !cremebruleechataigneorange.jpgIngrédients
- 160 grammes de confiture de châtaigne (ou crème de marron)
- 160 grammes de crème liquide
- zeste d'1/2 orange
- 2 jaunes d'oeufs
- 2 marrons glacés ou confits
- sucre blond ou mieux, cassonnade
Préparation

Mélanger ou mixer la confiture de châtaigne avec la crème, le zeste, les jaunes d'oeufs. Ajouter les marrons hachés grossièrement. Puis verser dans des assiettes ou ramequins allant au four.
Enfourner 1 heure à 100°C.  Laisser refroidir et réserver au frais.
Au moment du service, poudrer de sucre et caraméliser au chalumeau.

Partager cet article

Repost 0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 16:33

Connaissez-vous la Rigotte de Condrieu ? Il s'agit d'un petit fromage de chèvre au lait cru produit dans le Parc régional du Pilat, entre Loire et Rhône, autour du village célèbre également pour son vin, Condrieu. Le fromage est produit à partir du lait de chèvres de races Alpine, Saanen ou d'un croisement des deux. rigottecondrieu1.jpg5 cm de diamètre environ, une moisissure blanche sur la croûte sous une pâte ivoire, offre une saveur douce et fine, légèrement sucrée, aux notes de noisette.
Côté étymologie, la rigotte tire son nom des cours d'eau du Pilat (rigole), et pour la petite histoire, on dit que Louis XIV était friand de ce petit fromage de chèvre du Pilat. Il existe des rigottes (parfois avec ajout de lait de vache) depuis longtemps dans la région mais il n'existe qu'une seule Rigotte de Condrieu, AOC depuis 2009 et tout récemment, certifiée AOP, en novembre 2013.

Que boire avec ? On prône le Condrieu bien sûr en Côtes-du-Rhône nord mais je lui préfère le Saint Joseph blanc...   

rigottecondrieu.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Zoom
commenter cet article

Article ? Recette ?