Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 08:01

La coquille Saint-Jacques se trouve encore à un prix intéressant mais elle risque fort de "flamber" dans les jours à venir. Profitons-en ou attendons janvier... Comme pour la truffe.
En accord avec un Irouléguy blanc, j'ai servi des Saint Jacques, parfum de bergamote et sumac, chips d'écorce de pamplemousse blanc. La bergamote a diffusé dans le beurre de cuisson sous form d'huile essentielle, le zeste de amplemousse est blanchi puis "frit" dans le beurre pour une touche craquante de chips à la saveur subtile, légèrement amère, l'ensemble est poudré de sumac, une épice à la saveur citronnée.
L'Irouléguy en accord est un blanc Hegoxuri blanc 2010 (sur grès et schistes) du domaine Arretxea, au nez d'une grande finesse, à la bouche complexe, aromatique, avec des notes de pamplemousse blanc et de pomelo, bouche saline, avec une belle minéralité.

 

Saint-Jacques, bergamote, sumac chips d'écorce de pamplemousse avec un Irouléguy blanc
Saint-Jacques, bergamote, sumac chips d'écorce de pamplemousse avec un Irouléguy blanc

Ingrédients
- 6 coquilles Saint-Jacques (ici les noix)
- 1/2 cuillère à café de zeste de pamplemousse blanc 
- 1 goutte d'HE de bergamote
- QS sumac
- QS beurre
- sel
* blanchi 3 fois et taillé en fine brunoise
Préparation
Sauter au beurre la brunoise de zeste de pamplemousse au beurre, jusqu'à obtenir des chips croustillantes, réserver.
Remettre du beurre dans la poêle, ajouter 1 goutte d'HE de bergamote au beurre fondu et mélanger. Dorer les noix de Saint-Jacques, servir poudré de sumac et parsemé de chips de zeste de pamplemousse.

 

Partager cet article

Repost 0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 14:58

Le Champagne sera-t-il sur vos tables de fête ? Chez nous, oui ! Festif mais aussi parfait en accord, il peut accompagner tout un repas
Les Champagnes de Vignerons ouvrent une boutique éphémère à Paris (16, rue St Merri) avec 48 cuvées de Champagnes différents, sélection provenant de chez 24 vignerons des 4 grandes régions champenoises. La boutique sera ouverte jusqu'au 31 décembre 2016, de 12h30 à 20h, et propose également des événements en soirées : dégustation en compagnie des vignerons, accords mets-Champagnes etc... Pour voir le programme et s'inscrire, cliquez ici.
L'occasion également de revenir sur le concours Champagne en cuisine qui s'est déroulé il y deux semaines à Tinqueux dans les cuisines de la sublime table 3 étoiles d'Arnaud Lallement, l'Assiette champenoise, qui accueillait une fois de plus les 4 blogueuses en lice : Isabelle, Emeline, Alexandra et moi.
Le matin même, nous redégustions les Champagnes pour lesquels nous avions et allions cuisiner, avec Geoffrey Orban. Nous nous sommes rendues compte qu'à nous 4, nous composions un repas : entrée, plat, fromage, dessert. Nous avons d'un commun accord opté pour cet ordre de passage. J'étais donc la première à cuisiner, suivie d'Isabelle, puis Alexandra, enfin Emeline, toutes espacées de 10 minutes. 1h30 de cuisine chacune.

Photos SGV / Alain Julien
Photos SGV / Alain Julien
Photos SGV / Alain Julien
Photos SGV / Alain Julien

Photos SGV / Alain Julien

Voici donc les plats qui sont sortis des cuisines d'Arnaud Lallement lors de cette finale des finales : poulpe confit à l'huile d'olive, carotte, citron confit et cumin, fenouil cru, parfum d'orange en salade tiède ; pintade rôtie, panais crémés, jus réduit, muscat, ananas caramélisé ; tartelette, mousse de chaource, poire, gelée d'orange ; poire en robe d'automne, noisette et cassis.

SGV / Alain Julien
SGV / Alain Julien
SGV / Alain Julien
SGV / Alain Julien

SGV / Alain Julien

La lauréate de cette finale des finales est Alexandra, ci-dessous aux côtés d'Arnaud Lallement et du vigneron et ami Damien Goulard. Bravo à Alexandra qui n'a pas démérité en dépit des soucis rencontrés en cuisine, avec une recette audacieuse et un accord parfait !
Une photo de groupe pour immortaliser l'instant...

A suivre pour les deux repas que nous avons partagés entre amis et gourmets, l'un au Jardin, la brasserie des Crayères, et l'autre bien sûr à l'Assiette champenoise, ainsi que deux sujets, reportage dans une cave/éco-musée et chez un vigneron...

Champagne en cuisine, et la boutique éphémère des Champagnes de Vignerons !
Champagne en cuisine, et la boutique éphémère des Champagnes de Vignerons !

Partager cet article

Repost 0
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 08:28

Repêchée pour participer à la demi-finale du concours Champagne en cuisine organisé par les Champagnes de Vignerons, je me suis rendue il y a une dizaine de jours à Château-Thierry, sur le festival Champagne et vous !
Nous étions 8 demi-finalistes et nous cuisinions sur la base de produits imposés, parmi lesquel nous composions une partition à 4 mains avec un vigneron ou une vigneronne, en accord avec son Champagne. Voici les produits parmi lesquels nous devions choisir : courges, agrumes, carottes jaunes, lentillons de Champagne, pommes, coings... le mets carné étant des filets de volaille.

J'ai participé aux côté de Marie-Jo des Champagnes Alain Mercier, vigneronne très sympathique, dynamique, enjouée et bonne vivante ! Ce fut un réel plaisir d'élaborer avec elle un mets qui s'harmonise avec la cuvée Emile, du  nom de l'aïeul de la famille. Un Champagne 100% Meunier franc, fruité, d'une belle finesse et d'une grande fraîcheur. 

Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons
Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons
Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons

Le plat que nous avons proposé était centré sur l'orange afin de conduire l'accord et sur des produits de saison en diverses cuissons : émincé de volaille parfumé à l'orange, purée de carotte jaune à l'orange, courge patidou rôtie, coing caramélisé à l'orange et zestes croustillants d'orange. La recette a été retenue par le jury et j'aurai donc le plaisir de participer à la finale.
En clin d'oeil à mon adorable partenaire vigneronne, voici ma version poétique et gourmande :

Emincé de volaille parfumée
Sensuellement alangui repose
Sur purée de carotte sublimée
Par l'orange douce et solaire, osmose !

Courge rôtie, coing caramélisé
Douces fragrances et noces vigneronnes
Narines et papilles attisées
Teinte mordorée et saveurs d'automne

L'assiette est dressée au regard gourmand 
Ornée d'écorce d'orange craquante
Auréolée d'un fumet embaumant
Et s'offre au Champagne comme une amante

Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons
Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons
Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons

A la suite du concours nous avons fait un tour sur le festival afin d'y découvrir la taille de la vigne, les principes du dégorgement (ici à l'ancienne) et bien sûr, déguster d'autres Champagnes...

Voici en images, divers moments de Champagne et vous !
Les phases du dégorgement à la pose du muselet, dans sa version manuelle, à l'ancienne :

Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons
Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons
Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons
Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons

La soirée fut gourmande et bien arrosée, joliment éclairée d'une charmante jeune femme en tenue scintillante, couverte de bulles légères...
A suivre dans quelques semaines pour la finale chez Arnaud Lallement à l'Assiette champenoise.

Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons
Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons
Festival "Champagne et vous" et demi-finale du concours des Champagnes de Vignerons

Partager cet article

Repost 0
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 14:09

Le coing est de retour, depuis plusieurs semaines déjà, bien plus tôt que d'habitude. Même les kakis rougissent par ce temps estival ! Il ne tiendront hélas pas jusqu'aux gelées et risquent de pourrir avec les premières pluies d'automne. 
Il y a quelques temps, on causait Champagnes de Vignerons sur ce blog, cette recette de
curry de coing au lait de coco se marie plutôt bien avec un Champagne 100% Meunier millésimé, celui de la recette précédemment proposée de poulpe en salade.
Ingrédients

- 100 grammes de coing
- 8/10 ml de lait de coco environ
- QS de combawa, un peu de zeste râpé
- 1/2 cm de gingembre
- 1 cuillère à soupe de miel doux

- 2 cuillères à soupe de jus de citron

- 1 cuillère à soupe de menthe ciselée
Préparation
Cuire le coing coupé en morceau avec le miel, couvrir d'eau et de jus de citron. Quand le coing est cuit mais encore ferme, ajouter le lait de coco, le gingembre et le combawa râpés. Laisser mijoter jusqu'à ce que le coing soit tendre et parfumé. Laisser tiédirou refroidir. Parsemer de menthe fraîche et servir. A déguster avec un Champagne 100% Meunier.

 

Curry de coing au lait de coco

Partager cet article

Repost 0
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 07:26

Comme évoqué en début de semaine, la collective Champagnes de Vignerons reconduit le concours "Champagne en Cuisine", une "finale des finales", qui réunit donc les finalistes des précédentes éditions, dont je fais partie puisqu'en lice lors du concours 2011, avec cette recette de risotto.
Regroupant près de 5000 vignerons et sociétés de vignerons, la marque Champagne de vignerons reflète la diversité des vignobles champenois, la variété des savoir-faire, la qualité de Champagnes de caractère… Brut sans année, blanc de blancs, blanc de noirs, millésime ou rosé, majoritairement à base des 3 cépages-clés : chardonnaypinot noir, pinot meunier (mais pas que), chacun des Champagnes de Vignerons offre une qualité et un plaisir unique.

Cette "finale des finales" est dédiée au pinot meunier : les blogueurs finalistes/gagnants des précédentes éditions proposent leur meilleur accord avec un 100% meunier ou un Champagne composé à majorité de ce cépage, l'un des trois les plus répandus du terroir champenois. Cépage noir à jus blanc, assez résistant et à débourrement tardif, le Meunier apporte la souplesse et la rondeur en assemblage. En cépage unique, il offre un fruité gourmand qui s'épanouit vers des saveurs plus exotiques, épicées, ainsi que vers des notes de torréfaction.

Salade de poulpe, carotte, fenouil, orange et cumin avec un Champagne 100% Meunier

Le Champagne que j'ai choisi d'accorder est un 100% Meunier "Les Romaines" 2007 Hugues Godmé, une sélection parcellaire sur la Petite Montagne de Reims d'un domaine en biodynamie sur une année correcte dans l'ensemble en Champagne. Le vin vinifié en fûts, non dosé, offre une couleur or, un nez discret de fruits jaunes, des fines bulles évanescentes, une bouche fraîche, acidulée d'agrumes marquée par une finale un peu amère et des notes d'épices douces. Le Champagne est fin, droit, une certaine élégance, agréable. L'accord devra se faire sur des saveurs subtiles, légèrement épicées pour ne pas écraser le vin.
Après quelques essais sur des desserts, je reviens à mes 
poulpissimes amours, version salée donc ! Avec ce Champagne 100% Meunier, c'est une salade de poulpe, carotte, fenouil, orange et cumin que je propose cette année. L'orange soutient en fruité et en acidulé ceux du Champagne, le cumin et l'anisé répondent aux épices douces et la chair du poulpe, ferme et soyeuse à la fois, offre un délicieux contraste avec les bulles fines. Un accord tout en subtilité, en harmonie, qui vient souligner notamment la fraîcheur rectiligne du Champagne.

Edit 14 décembre 2016 : en finale avec cette recette, j'ai retravaillé un peu les saveurs, en ajoutant un peu citron confit à la cuisson des carottes, et en pochant le poulpe dans l'huile d'olive pour lui apporter plus de tendreté et de fondant en contraste avec les bulles de Champagne. La photo du plat lors du concours figure en fin de ce billet.


Je vous invite à voter pour votre recette préférée sur le site à partir d'aujourd'hui ainsi qu'à narrer en commentaire votre meilleur souvenir/anecdote relative à un Champagne de Vignerons, qui permettra à l'un des lecteurs de ce blog de gagner une bouteille de Champagne. A vos claviers !

Salade de poulpe, carotte, fenouil, orange et cumin avec un Champagne 100% Meunier

Ingrédients
- 1 tentacule de poulpe (déjà cuit)
- 1 bulbe de fenouil
- 1 carotte (80 grammes)
- 1 orange
- 1 oignon doux ou paille
- 1 cuillère à café de miel
- cumin en poudre
- piment en poudre (Lombardo ou piment d'Espelette)
- huile d'olive
- sel
Préparation
Couper le poulpe en morceaux, ajouter 2 cuillères à soupe de jus d'orange, 2 cuillères à soupe d'huile d'olive, saler légèrement si besoin, pimenter et mélanger. Réserver au frais.
Tailler la carotte en brunoise, faire revenir avec deux cuillères à soupe d'ouignon émincé dans l'huile d'olive, saler, ajouter 3 cuillères à soupe de jus d'orange, 3 pincées de cumin, 1 de zeste d'orange, le miel, compléter avec de l'eau et laisser mijoter à couvert jusqu'à ce que la carotte soit tendre. Laisser refroidir dans un bol. Ajouter 1 cuillère à soupe de jus d'orange et 30 grammes environ de fenouil taillé en brunoise, pimenter légèrement. Rectifier l'assaisonnement.  Dresser le poulpe sur la salade de carotte et fenouil, déguster avec le Champagne 
100% Meunier "Les Romaines" 2007 Hugues Godmé.

Ci-dessous, la photo prise lors de la finale des finales, de la recette retravaillée...
  

Photo SGV / Alain Julien.

Photo SGV / Alain Julien.

Partager cet article

Repost 0
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 08:50

Consultante et animatrice culinaire, je crée et mets en scène des recettes afin de valoriser un événement, une marque, un produit, un vin... L'une de mes spécialités : les accords mets-vins, pour des vignerons, caves, syndicats d’appellation, divers metteurs en marchés du secteur "vin et spiritueux".  Parce que la gastronomie est un véritable levier de promotion éditoriale et événementielle, les vins méritent un écrin : des recettes sur mesure qui les mettent en valeur dans le cadre d'une communication "particulier", "professionnel" ou "export".

 

Références client "vin"
Vignerons indépendants et caves : Château la Gardine-Vins Brunel, Champagnes F.Cossy, Domaine Dalmeran, Château Simian, Cave Sylla
Syndicats d'appellation : Vins de Rasteau, Vins de Châteauneuf de Gadagne, Vins de Visan, Vins des Côtes-du-Rhône, Vins de Roaix, 
Vins de Gigondas  

Autres clients : Le Naturoptère, Epicurium, Plantes rares et jardin naturel, Saint-Saturnin les Avignon, association Force Cadres, Salon Côté Sud, Boucherie du Comtat...

Activités professionnelles
Activités professionnelles

Egalement conseil en communication, relation publiques, relations presse et création de concept événementiel et de contenu éditorial, en phase avec mon premier métier, 8 ans passés en agence. 
La seconde activité autour de la cuisine et des vins se nourrit de passion depuis 10 ans, passion elle-même vécue au travers plusieurs blogs, dont celui-ci,
Saveur Passion, est le principal et le plus ancien.


"Nathalie is, to me, the best food & wine blogger in the Rhône. Her food culture is tremendous, which explains why her blog is such a gem when it comes to discovering some new ingredients or learning about the history and traditions of a recipe. Living near Châteauneuf du pape, she knows many winemakers and is able to create some fantastic food & wine matchings. I highly recommend her services to create some recipes for your wines or to create some food&wine workshops in a fair, wine estate, etc"
Marion Barral, Export Director at Château La Gardine - Vins Brunel



 

Activités professionnelles
Activités professionnelles
Activités professionnelles
Activités professionnelles

NB j'anime également des ateliers culinaires pour les particuliers, adultes et enfants, ateliers "duo", "trio", groupes (anniversaire, enterrement de vie de jeune fille etc...).

Afin d'en savoir plus sur ces dernières activités, cliquez ici.

Nathalie Merceron
Tel 06 63 19 59 62
mail natmerceron@gmail.com

Activités professionnelles
Activités professionnelles
Activités professionnelles

Partager cet article

Repost 0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 09:42

Elle était à peine là, elle est déjà presque sur la fin... La truffe noire, la belle Mélano, sur un piédestal au restaurant L'Oustalet à Gigondas, chez Laurent Deconinck. Ce n'est pas une première puisque nous y étions allés pour le menu truffe ici ou et en bien d'autres occasions, Laurent est un de nos chefs chouchous. Rien de neuf avec le nouveau Guide rouge, toujours pas d'étoile qui serait pourtant méritée, désolant.
Mais revenons à la Mélano, star de la soirée, bien entourée et accompagnée de bons vins, en accord. 
Pour débuter nous avons dégusté des
huîtres "noisettes", mini mais saveur maxi !

Fin de la truffe déjà ? A L'Oustalet, chez Laurent Deconinck

Place à la truffe dans toute sa splendeur, en tartines. Sobre déclaration de gourmandise. Histoire de n'avoir qu'elle en bouche, racée, parfumée, un brin sauvage...
Premier vin destiné à accompagner ledébut de repas et les ris de veau à venir, un Puligny Montrachet du domaine Jean-Marc Boillot, complexe, minéral, d'une grande finesse et d'une belle longueur.

 

Fin de la truffe déjà ? A L'Oustalet, chez Laurent Deconinck

Suivait donc une fricassée de ris de veau à la truffe noire. Cuisson parfaite des ris, céleri branche taillé en biseaux qui apporte de la fraîcheur, un plat très bien cuisiné qui laisse une impression de légèreté en bouche. Délice ! Un Croze-Hermitage blanc d'Emmanuel Darnaud (100% marsanne) pour Monsieur, je reste au Puligny, mais le vin est magnifique et l'accord est idéal avec les ris.

Fin de la truffe déjà ? A L'Oustalet, chez Laurent Deconinck

La volaille "choux foie gras" à la truffe noire en cassolette estun chou farci à la volaille et au foie gras à la truffe, servi à part une gourmandise de jambon cru. Très bon et un bel accord avec un Marsanay 2005 (mea culpa, incertitude sur le domaine Olivier Guyot ?) : belle finesse au programme, accord superbe avec la volaille au foie gras et la truffe.

Fin de la truffe déjà ? A L'Oustalet, chez Laurent Deconinck

L'heure du fromage et un petit souflé au Mont d'Or, salade frisée à la truffe noire. Ludique, même si je préfère le Mont d'Or chaud, coulant... La frisée à la truffe est une belle idée. Dégustés avec un Côtes-du-Rhône blanc de Bertrand Stehelin "les Grès" (100% clairette). Le moment où le sommelier nous fait goûter quelques "ovnis", trouvailles, curiosités comme un Bandol rouge de 2003 "Tari" du domaine de La Bégude, une sublime expression de Mourvèdre, du fruit, des tanins etencore beauoup de fraîcheur !

Fin de la truffe déjà ? A L'Oustalet, chez Laurent Deconinck

En dessert, pomme fondante et beurre de truffe que l'on fait fondre en salle, au chalumeau. Servi avec un Poiré d'Eric Bordelet, excellent accord et dessert fruité exquis.

La truffe noire, c'est bientôt la fin, alors profitons de ces derniers instants !
L'Oustalet
PLace du village à Gigondas
Site web et page facebook

Fin de la truffe déjà ? A L'Oustalet, chez Laurent Deconinck

Partager cet article

Repost 0
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 15:19

La chaleur écrasante n'a pas empêché les quelques 700 personnes qui se sont retrouvées il y a 3 semaines tout juste sur la place de Gigondas au pied des majestueuses Dentelles de Montmirail. 4ème édition de l'événement mets-vins Gigondas sur Table.

Le rosé de Gigondas a su rafraîchir le début de soirée et plus tard, accompagner certains des mets proposés par les chefs et artisans vauclusiens présents autour de 41 vignerons et négociants de Gigondas : Cyril Glémot de Coteaux et fourchettes (Cairanne), Jean-Paul Lecroq de la Table de Sorgues (Sorgues), Michel Philibert du Gajulea (le Barroux), Philippe Zemour du Bistro Du'O (Vaison) ; 1 fromagère, Josiane Déal (Vaison) ; 1 pâtissier, André Sube (Camaret). Sans oublier Caroline Chochois, chocolatière à Gigondas... Côté rouge, de très jolis flacons ont pu être dégustés et certains "mauvais millésimes" y ont gagné une meilleure considération...

Gigondas sur Table, 4ème !

Les vignerons (ci-dessus Christine et Eric Saurel) du domaine Montirius se sont mis en place au son de l'orchestre, auquel participèrent plus tard les enfants de Louis Barruol du Château de Saint Cosme (le fameux James de cette cuvée...) 
Voici un résumé en images de la soirée.

Gigondas sur Table, 4ème !

Dégustées avec un Gigondas rosé comme celui de Pierre Amadieu par exemple, les moules Suzarelle de Mamie Germaine, par Michel Philibert ; légèrement gratinées, tomatées et safranées, c'est un bel accord pour une mise en bouche type tapa à la provençale. Plus tard, le confit de poitrine de cochon du Ventoux aux épices s'accordera délicieusement avec un Gigondas rouge plutôt épicé, typé Syrah (il y en a !), ou un vin assez jeune et solaire, les tanins et l'alcool étant atténués par le gras du cochon... Parmi les découvertes, un Gigondas nature, sans soufre ajouté au domaine des Grandes Serres, réellement atypique, sans doute plus à l'aise avec un boeuf séché type cecina ou un steack...

 

Gigondas sur Table, 4ème !

Philippe Zemour proposait un tataki de thon rouge, mousseline de carotte et vinaigrette thaï, parfait avec un autre Gigondas rosé, ainsi qu'un crémeux au fois gras de canard, réduction de vin de Gigondas aux épices douces, à accompagner d'un vin jeune et fruité/épicé, ou mieux, un Gigondas rouge très "grenache" comme la cuvée Lieu Dit du domaine des Bosquets par exemple.

Gigondas sur Table, 4ème !

Chez Cyril Glémot, on pouvait déguster un sublime bonbon de boeuf mariné au pistou, rémoulade de chou fleur au magret fumé, exquisément fondant, avec un très bel équilibre de saveur. Mon coup de coeur de la soirée ! Je lui ai trouvé dans le Gigondas rouge 2010 du domaine du Cayron un partenaire idéal, en adéquation avec le fumé du magret et à la saveur du pistou.

Gigondas sur Table, 4ème !

Toujours chez Cyril Glémot, un coeur de carré de veau laqué à la badiane, taboulé de boulghour aux petits pois, dont les notes épicées, notamment la fraîcheur anisée, s'est fort bien mariée avec le Gigondas rouge 2012 "Terre des Aînés" de Montirius.

Gigondas sur Table, 4ème !

Sur le stand de Jean-Paul Lecroq, un classique qui sied à merveille au Gigondas rouge, comme le 2010 de Saint Gayan par exemple, aubergine grillée et confit d'agneau de pays parfum de thym, et un mets plus atypique et plus délicat à accorder : poularde et foie gras façon maki-sushi aux pommes de terre. La note iodée de l'algue nori et le parfum de truffe d'été rendait un mariage bien moins évident mais j'ai trouvé avec le Gigondas rouge 2009 de Raspail Ay, au nez de truffe et à la bouche bien fondue, un accord très satisfaisant.

Gigondas sur Table, 4ème !

Place ensuite aux fromages de Josiane Déal, un picodon de Dieulefit, de la fourme d'Ambert et du Laguiole, dégustés avec un Gigondas rouge 2008 du domaine du Pourra ou le 2008 du domaine de Longue Toque. Millésime jugé en son temps comme insuffisamment taillé pour la garde mais qui a réservé de belles surprises. Et que dire de l'improbable 2002 du domaine du Pourra encore ! Ces vins ont su garder leur capital fraicheur lié au terroir minéral et en alitude, balayé par le mistral, de l'appellation Gigondas, qui réserve plus bien des plaisirs dans ses anciens flacons, y compris sur des "mauvaises" années...

 

 

 

Gigondas sur Table, 4ème !

Les desserts d'André Sube, macaron au chocolat, verrine abricot-romarin, chou Paris-Brest, tartelette aux framboises, et les chocolats de Caroline Chochois, praliné craquant et ganache au thym ont délicieusement clôturé la soirée.
Ci dessous, on reconnaît Julien
Bréchet à gauche et Cyril Glémot à droite.
 

Gigondas sur Table, 4ème !

Merci à Deborah Perrin ainsi qu'aux vignerons et aux chefs. Petite pensée à nouveau pour l'ami Lincoln qui aurait du être présent ce soir là... 
Ne manquez pas l'an prochain si vous êtes dans le Nord Vaucluse, cet événement qui fêtera donc sa 5ème édition avec un succès inégalé et gageons, de belles et bonnes choses à découvrir !

Partager cet article

Repost 0
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 06:57

Au-delà des grandes « règles » d’accords (vins et mets d’un même terroir ou d’une couleur proche : viande rouge et vin rouge, chair blanche et vin blanc…), il est certains mets réputés difficiles à déguster avec des vins, à tels points que certains privilégient alors l’eau minérale…

Parce qu’ils sont l’un et l’autre de saison, évoquons l’asperge et l’œuf de poule.

L’œuf est un casse-tête qui n’aime pas les tanins, ni les vins trop acides. Toutefois, certains rosés pas trop fruités, plutôt secs peuvent donner des résultats corrects. En la matière, c’est surtout l’accompagnement de l’œuf qui fera la différence : un jambon peut fonctionner avec un vin blanc oxydatif comme pour l’asperge (lire ci-dessous), une brouillade crémeuse aux truffes s’accompagne d’un grand vin blanc de la Vallée du Rhône vieilli, comme un Châteauneuf-du-Pape ou carrément d’un Champagne millésimé, un peu évolué également. Quant aux classiques œufs en meurette, la présence d’une sauce au vin autorise du vin rouge mais peu tannique, de Bourgogne, de Loire ou du Beaujolais. Si vous mêlez œuf et produits de la mer (crevette, saumon fumé…), on pourra presque proposer un Riesling. Et sur des entremets riches en œuf, type flan, crème caramel, île flottante, je recommande un vin blanc moelleux dont l’onctuosité et la sucrosité enroberont la texture et la saveur typées de l’œuf… Parce qu’elle contient aussi de l’œuf, terminons sur la mayonnaise qui accompagne un plateau de fruits de mers et optons pour un muscadet qui ira au mieux ! Quant à l’aïoli auquel je ne mets personnellement pas d’œuf, il va bien avec un vin blanc du Sud mais pas trop alcooleux.


L’asperge verte a des notes vertes, un peu amères qui ne facilitent pas la vie du vin. Et si vous l’accompagnez d’une vinaigrette, on court à la catastrophe ! Avec une asperge verte, le Cour-cheverny est un bon compagnon ; le sauvignon et le chenin sont des cépages qui peuvent satisfaire au mariage, surtout si vous accompagnez l’asperge d’une sauce mousseline. Mais un vin blanc de la Vallée du Rhône s’en sortira aussi sur une asperge blanche ou verte cuisinée « meunière », voire parmesane ; privilégions alors roussanne et marsanne sur un blanc sec septentrional, voire un viognier pas trop exubérant et minéral, ou encore un muscat bien frais. Sur un duo asperge/jambon cru, on sélectionnera une cuvée oxydative, savagnin du Jura ou Jerez espagnol

Bon appétit !

L'asperge, Edouard Manet

L'asperge, Edouard Manet

Partager cet article

Repost 0
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 07:00

Le jambonneau est traditionnellement plutôt cuit au bouillon mais pour une fois j'ai choisi de le cuire au four avec du vin rouge et de la moutarde, puis de dégraisser la sauce, la réduire et d'ajouter de la tomate pour un accord avec un Gaillac rouge 2011 du Château de Rhodes. Assemblage en bio de cépages locaux (Duras, Braucol, Prunelard), ce vin est plutôt charpenté, un peu rustique avec un fruit bien présent, et des notes d'épices qui autorisent plus d'un mariage.... Il conviendrait bien à du boudin noir, des chairs relevées comme le canard (en confit pour rester régional ou pourquoi pas un cassoulet), ou en saison, une moussaka... Les saveurs du sud/sud-ouest lui vont bien, le cas de ce mariage avec la sauce tomatée du jambonneau ; le gras de la couenne lisse l'alcool et le cochon s'accorde pas mal avec les saveurs de fruits noirs et d'épices, un peu comme avec la syrah...
Déguster avec l'accompagnement de votre choix, ici du riz blanc, réclamé par une petite miss...
NB je ne suis pas seule, il n'y a donc pas que du cru en ce moment. Mais il y en aura à nouveau dans la semaine. Demain, chocolat et praliné au rendez-vous des gourmands pour les 12 ans de Melle E.

Ingrédients
- 1 jambonneau
- 1 verre de vin rouge (le même)
- 300 ml de bouillon de volaille
- 1 cuillère à soupe de moutarde à l'ancienne
- une poignée d'origan
- 1 cuillère à soupe de sauc soja
- 5 cuillères à soupe de sauce tomate
- poivre
Préparation
Badigeonner le jambonneau de moutarde, réserver une petite heure.
Dans une cocotte, poser le jambonneau, ajouter les herbes, le vin rouge, la saucesoja et le bouillon de volaille. Enfourner à 170°C environ 3 heures, monter à 180°C la dernière heure. Cuire la viande en l'arrosant régulièrement de son jus. Réserver la viande. Dégraisser la sauce une fois refroidi et la graisse figée. Transvaser la sauce dans une petite casserole, laisser réduire et ajouter la sauce tomate. réserver. Remettre la viande et la graisse dans la cocotte et faire réchauffer au four. 

Jambonneau au vin rouge, réduction tomate avec un Gaillac rouge

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?