Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 16:30
Le rendez-vous était pris depuis les Journées Gourmandes de Vaison La Romaine, nous nous retrouverions pour fêter l'huile nouvelle, à l'Alicoque de Nyons avec Irisa (Cuisine et couleurs),chez qui vous avez déjà pu découvrir un reportage très complet,  sa soeur Evelyne (Ewa du blog les horizons d'Ewa ), Nat (le jardin de Nat) et Christine (La cuisine de Christine).
Etait-ce l'absence de soleil, j'ai eu plus de plaisir de participer l'an dernier à l'Alicoque de Buis les Baronnies qui m'est apparue plus pittoresque que celle de Nyons cette année...

Arrivée la première sur place, je flâne sous les Arcades et je tombe sur les pains du Pré Chorier ! Pour ceux du coin, le Pré Chorier fait de la boulangerie bio, exclusivement à base de levain naturel, j'en achète régulièrement dans mon magasin bio d'Orange, notamment le "5 graines", fabuleusement bon ! J'apprends qu'il existe une boutique à Nyons ; je discute un moment mais il faudra que j'aille faire un reportage sur place ! A suivre...


Arrivent Irisa et Ewa, on fait le tour et je reconnais des producteurs croisés l'an passé à Buis les Baronnies, notamment celui de petit épeautre, mais aussi bien sûr celui à qui j'avais acheté les olives piquées au sel l'année dernière : Gisèle et Maxime Correard à Plaisians (26).


Les olives fraîches sont triées, piquées et saupoudrées de sel, les olives sont ainsi "confites" et l'amertume diminue progressivement. "Les olives piquées ont un fruité prononcé et puissant qui s'atténue au fil des jours". Elles ne sont pas moins salées que les olives en saumure mais le semblent, elles sont plus goûteuse, légèrement sucrées et se conserve facilement au frais. On conseilles 3/4 mois au réfrigérateur mais l'an dernier, je les ai gardées 1 an (même si au bout de 9 mois, elles étaient moins agréable en bouche mais tout aussi délicieuse en cuisine !).


Du coup, cette année, je suis repartie avec 1 kilo d'olives. De quoi faire ! A moi les tapenades, confits d'olives, desserts et plats variés !

Entre autre curiosité j'ai retrouvé la scourtinerie de Nyons qui produit selon les techniques d'antan, les scourtins, filtres tissés en fibre de noix de coco qui servaient jadis pour filtrer l'huile d'olive et le vin. Les scourtins sont aujourd'hui recyclés en paillasson 100% naturel !

Comme dans nombre de fêtes locales et flokloriques, place aux métiers anciens, avec le forgeron ou le maréchal ferrant qui se situent en bonne place dans ce genre de festivités !



C'est l'heure enfin de découvrir l'huile nouvelle, le Confrérie des Chevaliers de l'Olivier fait son entrée ; les discours et intronisations passés, la fête se poursuit en musique, en dégustation d'huile et de vin de la région !


Pour déguster l'huile, on frotte un croûton d'ail, on verse un peu d'huile et on croque !



Irisa en fait tout autant...




Sous les regards attentifs et concentrés d'Ewa et de Christine (Nat a disparu un temps de la circulation..) !

Déjeuner  ensemble dans une table sympathique de Nyons, la farigoule (cf reportage d'Irisa), ça papote à tout va !
Puis, une autre halte devant le podium où se produisent musiciens et danseuses provençales. Pas de doute, nous sommes bien ici au pays de Frédéric Mistral !


Autre ensemble musical...
Et ses danseuses !


Cela sautille au son du fifre et des tambours ! Cela virevolte dans les cotons chamarrés de Provence !


Dernier regard vers ce qui symbolise le soleil au sortir de l'hiver, de jolies branches de mimosa, à défaut d'avoir vu l'astre lui-même...


Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Ballade
commenter cet article
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 06:40
Comme l'an dernier, cette excursion cantalienne s'est déroulée à vitesse "V", nous y allions en fait pour récupérer une grande scout. Ayant laissé les deux petits monstres à une amie, nous avons levé les voiles de Piolenc pour nous retrouver immanquablement dans les bouchons annoncés. Voyage forcément fatigant, St Flour "zappé", nous y retournerions vraisemblablement le lendemain...

Juste une petite salade au passage, rien d'extraordinaire, un truc vite prêt et relevé pour tenir le choc du voyage !


Ingrédients (pour une personne)
- 1/2 blanc de poulet (cuit à la vapeur)
- 1 petite betterave cuite
- 1/3 chou rave cuit
- 1 cuillère à café de mélisse ciselée
- 1 grosse cuillère à soupe de chutney d'oignons rouges* (maison)

Préparation
Couper les ingrédients en gros dés, ajouter le chutney et la mélisse, mélanger et déguster frais ! Si le soleil d'été vous en laisse la possibilité !
*Il date de l'an passé, j'en avais congelé une partie (rarissime, en général je mets en conserve). Inutile de demander la recette, je ne l'avais pas publiée, elle est aux orties de ma mémoire...

Arrivée dans Murat, où nous avons dormi dans un hôtel charmant, familial, plein d'âme, même si un peu vieillot, il y avait longtemps que je ne m'étais pas sentie aussi bien dans un hôtel de ce niveau. Voici la vue que nous avions de la chambre.


Au sommet, une admirable et gigantesque vierge veille sur le destin de ce petit village médiéval situé sur la route de Riom (le pays de la gentiane)...
Les Breuils est tenu par un couple charmant, un peu âgé, soucieux de calme et de sérénité mais fort accueillant !
Le petit déjeuner eétait simple mais délicieux : pain croustillant, viennoiseries fraîches, confitures savoureuses. Dans le hall, près d'un cofortable salon doté d'une vaste cheminée, des livres et des jeux de société. Familial, vous dis-je. L'hôtel des Breuils est ouvert de mai à octobre, il offre 12 chambres dans le corps principal de cette vieille bâtisse du début du XXème siècle, et une piscine couverte dans les gîtes qui avaient été conçus pour le tourisme mais qui sont depuis réservés à un usage privé. Pour en savoir plus, cliquez ici !

Le soir nous avons dîné au Jarrousset, situé à quelques kilomètres à l'extérieur de Murat (billet à suivre), et le lendemain nous avons pris la route, direction Riom, puis Antignac.


C'est à chaque fois le même enchantement sur cette route entre Murat et Riom, une splendeur, des paysages vallonnés où paissent vaches et chevaux. Une nature que l'on imagine préservée mais Marion s'est chargée de détromper ma naïveté de midinette... On a bien du mal à imaginer l'usage des pesticides dans cet environnement "sauvage", on a même du mal à en imaginer l'intérêt !


On y croise plusieurs variétés mais la reine de ces contrées est assurément la Salers, la belle rouquine, l'Acajou ! Celle de cette pièce de viande délicieuse que l'on dégustera le lendemain dans un "bistrot" de St Flour, les Iles du Cantal, restaurant qui propose une cuisine simple et de terroir.


Accompagné d'un bon aligot, ce fut un excellent repas, et de quoi prendre des forces pour le trajet du retour de cette expédition express. Au passage, nous avons rapporté un peu de charcuterie, du fromage bien sûr et les pois blonds de la Planèze. Ainsi que
, chez l'excellent caviste de St Flour, du vin de Boudes et Saint Pourçain, plus le cidre dégusté chez Jérôme Cazanave la veille...

Mais place aux stars des montagnes cantaliennes !


L'heure du petit déjeuner pour ces dames et leurs petits, et l'unique taureau de ce troupeau. Le nez enfoui dans les hautes herbes, activant leurs mâchoires, levez donc la tête et montrez votre minois !


Venez regarder un peu plus de ces paysages majestueux chez Lilo, elle en vient aussi de ces belles montagnes !

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Ballade
commenter cet article
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 16:00
Tout a commencé en pays cathare, après une halte à l'Hostellerie de la Pomarède (que je vous conterai prochainement), l'arrivée à Hendaye par la corniche après le joli port de Ciboure est un enchantement pour les petits yeux écarquillés qui découvrent l'Océan pour la première fois... Puis, ce sont les joies de la plage, bien sûr ! Curieux comme au même âge les unes ont peur de l'eau quand d'autres y entrent de plein fouet...
 

La sensation des pieds dans le sable chaud, l'odeur des embruns, le chatouillis des vagues sur les pieds, quel bonheur ! Allez, goûtons voir un peu le sable, des fois que ça se mangerait... Mais surtout, ne pas se frotter les yeux, même si ça gratte, même si on est très très fatiguée, Maman a dit que cela fait mal. Et oui, cela fatigue les tout jeunes corps qui courent dans le sable en riant aux éclats, font "plouf" dans l'eau sans retenue, sieste obligatoire, Madame !


En route pour la Rhune (la montagne de la libellule 2.0) sous la brume, via le petit train antidéluvien mais très bien conservé, qui monte à son allure de gastéropode en direction du sommet...

En chemin, nous apercevons tout près ou au loin, biquettes, manex (race locale de moutons) et les pottoks, ces fameux petits chevaux rustiques qui vivent dans la Rhune en semi-liberté, ainsi que deux aigles, curieusement plutôt en bas qu'au sommet (nous ne les aurions pas vus avec cette purée de pois, du coup aller-retour direct, nous sommes remontés aussitôt dans le train à crémaillère). Ces animaux avaient de quoi séduire les minettes !


Mais la forêt brumeuse avait le charme romantique d'un récit médiéval qui a séduit l'aînée comme les parents. Quelque chose de profond, cette brume faisait ressortir les parfums végétaux, cette humidité ambiante avait quelque chose d'anesthésiant et le paysage poussait à la rêverie... Magnifique !



Autre destination touristique et réellement moyen-âgeuse cette fois, Saint-Jean-de-Pied-de-Port, beaucoup de charme, une pente et des pavés difficiles à gravir pour la poussive poussette (vous noterez l'assonance !), mais quelle vue d'en haut ! L'occasion d'une discussion culturelle sur les chevaliers, les croisades et la route de Saint-Jacques de Compostelle (je doute qu'il en reste quelque chose aujourd'hui dans ce cerveau-nain...).


Hélas, nous essuyons un orage et nous prendrons une route de traverse via Iztassou, sans nous y arrêter, ni à Espelette du reste.

Autre visite, plus gourmande, celle de Saint-Jean de Luz, les friandises chez Pariès et Adam, macarons, gâteaux basques et chocolats et tourons (notamment au piment d'Espelette, "ezpeletan" chez Adam).


Cette petite gourmandise n'est pas du goût de tout le monde, en général, on lui préfère le chocolat ! Quel hasard ! Mais nous avons aussi testé le touron vanille, le praliné et évidemment celui de Jijona (à part le piment, c'est quand même mon préféré...)



Pour LUI, la charcuterie s'est trouvé dans diverses boutiques mais sans coup de foudre. En revanche, à Hendaye, chez Jean-Pierre Gastellou, Boucherie-Charcuterie Basquaise à deuxs pas du casino. Ce dernier est éleveur à Saint-Pied-de-Port et produit un chorizo à se damner, incroyablement ferme et d'une saveur riche, subtile et complexe, un délice comme jamais je n'en ai mangé !

Ci-dessus, le chorizo à gauche, une longanisse (spécialité chère aux pieds-noirs) achetée en Espagne à droite...

Les Halles de Saint-Jean de Luz recèlent aussi des trésors avec les producteurs locaux de fruits et légumes, les artisans saurisseurs (poisson fumé), pâtissiers (déjà cité hier, le "corner" de l'hôtel Arraya à Sare qui fait, selon moi, le meilleur gâteau basque), et les fromagers ! Mention spéciale pour Mr Thurin, un producteur de fromage de brebis basque et béarnais (2 ans d'affinage, méthode traditionnelle pour ce dernier) notamment le second (à gauche sur la photo), assez fabuleux.


De mon côté, impossible sans repartir avec les piments verts basques, ceux de la piperade, ainsi qu'avec des "corne de boeuf", introuvables dans mon coin. J'ai aussi bien entendu fait le plein de piment d'Espelette, indispensable dans ma cuisine.



Mais c'est un cauchemard pour s'y garer, surtout les mardi et vendredi, jours de marché. Fort heureusement la municipalité construit actuellement des parkings (ces travaux accentuent l'effet cauchemard, il faut vraiment être motivé !). A la Saint-Jean, c'est évidemment la fête foraine, les manèges et leur flon-flon, les balades enivrantes en voiture de charme ou sur le dos d'une énorme canard... Ca aussi, c'est les vacances !
Et comme parfois, l'APN est aussi en vacances, rendez-vous chez Anne (P&P) pour un
autre reportage, sur Saint-Jean-de-Luz essentiellement...

Envoyés spéciaux au service de mes beaux-parents, nous sommes allés en Espagne, d'où nous avons rapporté une multitude de "tapas" bizarres que LUI adore, des olives vertes pour les filles, la fameuse longanisse, des perdrix en escabèche (une curiosité...), du riz pour l'inévitable et traditionnelle paella marinera annuelle (de demain soir en fait !) ainsi que de l'huile d'olive : picual, arbequina, et une que je ne connais pas, la cornicabra de La Manche.

Siestes, baignades, balades, selon l'humeur et la forme des demoiselles, mais aussi beaucoup (trop ?) de moments gastronomiques, avec trois belles tables : outre la Pomarède, nous nous sommes installés un soir dans le Grand Hôtel de Saint-Jean-de-Luz vieux palace de la Belle Epoque, très english style, où LUI voulait boire un cocktail au Clipper Bar, et puis finalement nous y sommes restés pour dîner !
Enfin, nous avons dormi au retour à Fontjoncouse, avec une nouvelle belle étape chez Gilles Goujon (cela devient une habitude !).

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Ballade
commenter cet article
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 12:10
La visite a démarré sous les augures poétiques d'une fleur de papier dont les pétales s'ouvrent dans l'eau, tel un nénuphar artificiel : un atelier pour les enfants, qui trouvent aussi leur compte entre les diverses animations dédiées aux plantes et à la sauvegarde de l'environnement, où se mêlent pédagogie et jeu, le gigantesque terrain de jeu qu'est le parc de Sérignan et une mare aux canards vivante et... bruyante ! Mais ma fille de 5 ans m'a suivi avec beaucoup d'intérêt et d'entrain, m'a écouté avec attention et a rêvé de princesses lors de la "balade" consacrée aux salades sauvages et à leurs mythes...

Des hortensias du Nord au bougainvillées, en passant par les sublimes roses, créations nouvelles ou variétés anciennes... Les fleurs sont ici légion, adptées à tout les terrains mais aussi les plantes grasses et cactées, azalées, pivoines (la préférée de Mamina, si mes souvenirs sont exacts...), toutes exposées et vendues comme des oeuvres e collection, ce qu'elles sont puisque les pépiniéristes ont ici charge de mémoire et qu'ils se doivent de collecter de vieilles variétés. C'est aujourd'hui leur rôle car à quelques associations près, l'Etat ne se sent pas concerné !

Pourtant c'est notre patrimoine qui se joue en même temps que la biodiversité ! Toujours le même débat, alors on trouve aussi présentes les associations Kokopelli et Fruits oubliés, comme chaque année, une nouvelle, La Garance voyageuse, ainsi que des intervenants passionnés et des pépiniéristes tout aussi captivants en défenseurs de leurs  plantes rares !

Avant de vous conter un peu plus ces journées, je vous convie à une petite balade verte et fleurie...




Les arbres fruitiers et notamment les agrumes parfumés qui me rendent chagrine car je ne trouve pas de place pour eux et qu'à moins de leur construire une serre, une véritable orangeraie, ils souffrent du froid et notamment du vif Mistral...

Pamplemousse, lime (citron vert), citron jaune, clémentine, mandarine, orange, bigarrade, kumquat, bergamote, cédrat... et j'en passe, ce week-end, ils étaient tous en fleurs et en fruits sur les arbustes voluptueux !


Gros pôle d'attraction et pas seulement pour moi, les simples ou plantes aromatiques, avec une dédicace à Tara Biscotta...


J'ai renouvelé mon stock : j'ai laissé la livèche, j'aime autant les feuilles de céleri, en revanche de la citronnelle à nouveau puisque j'ai du mal à les garder d'une année sur l'autre (mais je ne comprends toujours pas pourquoi...), basilic genovese, thym citron, shiso (le persil japonais), à nouveau de la renouée que j'adore, de l'ail des ours (je sais c'est de la triche, on le trouve à l'état sauvage, pourquoi le planter) dont un pot et un pied en pleine terre, de l'origan (une autre variété que l'an dernier).

Je ne suis pas revenue avec un de ces beaux paniers, je n'ai toujours pas craqué...

A l'intérieur, collection fabuleuse d'orchidées et tous les conseils d'un spécialiste avisé...

Des objets décoratifs issus d'une nature exotique, avec des cabosses de cacao en point de mire...

Côté gourmandise, j'ai discuté avec ce producteur de sirops à qui j'avais acheté un délicieux sirop de fenouil l'an passé, cette année, j'ai opté pour du sirop de fleur d'acacia ! Mais je vais refaire du sirop de rose, de mélisse, de thym et sûrement des sirops épicés aussi...


Puis vint le temps de la balade pédagogique en compagnie de Claude Marco, de l'Association Plantes et racines", spécialiste botanique des plantes sauvages, auteur-pilier de l'ouvrage collectif Salades Sauvages des Ecologistes de l'Euzière. Mon père avait suivi une balade de ce genre il y a quelques années et acheté le livre. Depuis le temps, je n'avais toujours pas réussi à découvrir les salades sauvages dans le cadre des Journées de Sérignan. C'est chose faire avec en plus de savoureuses légendes, histoire de métamorphose, de princesse, des vertus "magiques" des plantes, un plaisir que d'écouter de botaniste-conteur !
Le pourpier, j'en ai eu longtemps dans mon jardin à l'état sauvage, je connais donc ! Les feuilles de coquelicot, on ne peut guère se tromper, et la pimprenelle me semble assez aisée à repérer. Mais saurai-je reconnaître la raiponce, la galinette, le pétarel ou même la roquette sauvage ? Rien n'est moins sûr... Ce fut néanmoins un très agréable moment, à renouveler, comme Dominique, dans le cadre d'un stage en cours d'année !

Quittons donc ce haut lieu de la diversité végétale, jusqu'à l'an prochain, sous l'oeil "acéré" de ces volatiles d'acier , non loin des véritables canards et cygnes de la mare du parc de Sérignan !


Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Ballade
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 08:22
La ferme de l'Oiselet, je vous en avais déjà un peu causé mais c'est un joli coin pour passer une journée de vacances ou un mercredi après midi... Vous aviez déjà vu le coin potager et le verger incroyable, voici en images  les animaux et activités enfantines...

Celles qui ont la faveur de mes filles (en tout cas de la petite dernière...)
oiseletchevre.jpg
oiseletchevre2.jpg
oiseletcochonrose.jpgCochons roses en haut, et gros cochon gris poilu ci-dessous, le cochon chinois...
oiseletcochonchinois-copie-1.jpg
La vache sans son veau qui avait des penchants incestueux, pas très reluisant ni "montrables" à un jeune public, chaste mais curieux (la jument connaissait les mêmes déboires avec son poulain, quelle ferme, presque classée X) !
oiseletvache.jpg
Joli lapin, seras-tu mangé ?
oiseletlapin.jpg
Là-bas, sauf exception liée à la grippe aviaire, la volaille est en liberté sauf les oies, bien entendu est les fragiles poussins, sauf les paons qui font la roue derrière leur grillage, les faisans ou les colombes...
oiseletpoule.jpg
Les canetons adorables sont aussi sous haute protection !
oiseletcaneton.jpg

Le plus farouche de tous ces animaux est sans doute le chat...

oiseletchat.jpg
Cet été, de joyeux et jeunes campeurs (de 5/6 ans à 12/13 ans) investissaient le site enchanteur de Sarrians (Vaucluse) : soigner et nourrir les animaux de la ferme, récolter les légumes, plantes et fruits, puis préparer sa popotte, distractions diverses mais également éveil des conscience et comportement citoyen vis à vis des ressources naturelles, autant d'apprentissages en même temps que la vie en collectivité, c'est une occasion unique pour les enfants ; ma belle fille, la plus grande, y avait passé une semaine avant de se lancer dans le scoutisme, et les deux autres iront sûrement aussi...
oiselettentes.jpg
En attendant, voici une activité ludique autant que culturelle et naturelle : peindre à l'ancienne avec les pigments des fleurs qui nous entoure : on récolte, puis on malaxe une pâte faite de fleurs ou de feuilles, on utilise aussi la betterave ou le citron, et on peint à la plume !
peintureplumeloiselet2007.jpg
Pour un résultat des plus artistiques...
peinture.jpg
Vient ensuite l'heure du goûter (à moins que cela ne soit interverti si vous avez un bébé qui fait sa sieste jusqu'4 heures !), avec du pain, des oreillettes et parfois de la fougasse sucrée ou de la pompe à l'huile, des confitures, du sirop et des sorbets, tous "
maison" ! En voici quelques images...

Oreillettes
oiseletoreillettes-copie-1.jpg
Confiture de figue
Oiseletconfiturefigue.jpg
En général, l'après-midi se prolonge entre verger et vignes, jusqu'à une heure tardive tant il est difficile de quitter ce hâvre de paix, de sérénité.

On aperçoit même le Mont Ventoux, au dessus des arbres fruitiers...

oiseletvueventoux.jpg
Et quand on part en catastrophe avec une brassée (bon d'accord j'exagère) de fleurs de courgettes, pressé par le temps car LUI nous attend au bord de l'apoplexie...

fleurcourgette.jpg
On renouvelle l'expérience tempuras, qu'on accompagne avec ce ketchup de poivron ou cette confiture épicée de poivron !

tempurafleurcourgetteconfiturepoivron1.jpg

tempurafleurcourgetteconfiturepoivron.jpg
Et voilà encore une belle journée passée à la ferme pédagogique de l'Oiselet à Sarrians dans le Vaucluse... A celles (Dorian compris) qui cherche une activité intelligente, tournée vers la nature, les animaux, la vie de la ferme, précipitez vous dans ce type de structures, il y en a partout en France...

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Ballade
commenter cet article
1 août 2007 3 01 /08 /août /2007 05:03
montagecantal.jpg

Partis du Vaucluse samedi matin, nous avons subi les affres de la circulation juille
ttistes-aoûtiens, pour n'arriver à Saint Flour qu'à 17h00 (n'oublions pas ma vieille 104 qui même sur l'autouroute montagneuse, a énormément de mal à grimper et nous étions souvent abonnés à la file réservée au véhicules lents !).

Saint Flour, direction la ville haute mais peu de temps devant nous, il nous faut arriver à Riom-ès-Montagnes avant 19h00... Surtout une vraie halte pour se dégourdir les jambes, se rafraîchir et trouver les gourmandises repérées sur le Net :

farinelentilleblonde.jpg
- les incontournables lentilles blondes de la Planèze et leurs dérivés : farine et confit (une dégustation croisée aura lieu entre celui parfumé à la cannelle de la SARL référente et celui, aux gingembre et agrume de Régis Marcon...)
- la gentiane sous toutes ses formes : la liqueur et l'eau de vie Couderc (la seule, l'unique !), j'ai raté l'Ouvèze, apéritif de gentiane de Riom mais pas la poudre de gentiane, pour infusions et autres préparations...
- jambon et fromages d'Auvergne (Salers, bleu, tome fraîche, St Nectaire, et une spécialité locale :)
- confiture : de noix verte et gelée de sureau (enfin, je vais connaître cette saveur tant vantée par Claude-Olivier !)

Mais nous avons délaissé ceci :

testiculesdecoq.jpg
Et encore, cela !

cretesdecoq.jpgdes crêtes de coq !

Et en sens inverse, arrêt pour préparer notre pique-nique avec la charcuterie auvergnate et achat de la fameuse viande de Salers, 4 beaux faux-filets qui auront composé l'essentiel de notre déjeuner d'hier, accompagnés de pomme sautées et de crudités (par ce que la chaleur vaulucsienne a repris ses droits sur notre petit appétit !), ajoutons encore la fouace, brioche auvergnate, et pour moi, la tartelette de St Flour : pâte feuilletée, crème d'amande et pralines roses concassées, un délice !

tartestflour.jpg
Pas de brioche à la tome ni à Riom, ni à Saint Flour, nous aurait-il fallu aller jusqu'à Salers ? En revanche de la tarte à la tomme, instransportable ! Mais reproductible...


A noter, l'excellent accueil de la Maison du Massif Central, une jeune femme souriante et agréable... Chez Cathelat, des produits régionaux mais un peu chers, en face, un caviste avec de très beaux produits, une fromagerie bien achalandée, un boucher sympathique et une boulangerie qui ne désemplit pas... De quoi donc trouver son bonheur gourmand !

Mais parlons aussi de la région, ses paysages, les vaches acajou de Salers, et les chevaux, nombreux, qui se mêlent au bétail, pourtant point de cow-boys en ces contrées auvergnates... Ces animaux de traie sont désormais purement décoratifs !
Le paysage entre Saint Flour et Riom est de toute beauté, en particulier entre Murat et Ségur, un véritable paradis terrestre pour qui aime ces paysages gigantesques. En chemin, on y croise les magnifiques troupeaux de Salers acajou, et leurs cornes droites, fières représentantes de leur région agricole. La Haute Auvergne n'est probablement pas la plus connue mais elle ne manque pas de charme !

champvaches.jpgvachechampscantal.jpg
A une semaine près nous aurions pu assister à la Festa del Païs à Saint Flour : ceux qui en ont l'occasion courront les 4 et 5 août à la découverte du patrimoine agricole local et de ses richesses
(présentation des différents types d'élevages, démonstrations diverses, matériel agricole moderne, attelage de chevaux lourds, battage à l'ancienne, espace nature, village des saveurs et marché de l'artisanat), et les 18 et 19 août, Riom célèbrera le bleu d'Auvergne, rendez-vous unique pour ce persillé de la région !

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Ballade
commenter cet article
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 09:15
Suite de la balade dans ce site enchanteur de la ferme pédagogique de l'Oiselet, à Sarrians entre Orange et Carpentras. Tout a commencé ici...

Après les plantes aromatiques, les allées potagères recèlent des trésors cachés sous les feuilles...

Tomates vertes pour confiture savoureuse...
loiselet2007tomatesvertes.jpg

Cucurbitacées dissimulées...
loiselet2007cucurbitacees.jpg
Fleurs de courgette, objet de ma concupiscence...
loiselet2007courgettefleur.jpg
Et bordant les allées, des fruits en devenir...

Exotiques kiwis
loiselet2007kiwi.jpg
Poires, habitées ?
loiselet2007poirier.jpg
Raisins... de table (il y a aussi de la vigne classée en Vacqueyras bicolore...)
loiselet2007raisindetable.jpg
Voici le petit tour auquel je voulais vous convier aujourd'hui, dans ce jardin, pas secret du tout, de l'Oiselet, où la souriante Rose Combe nous accueille à chaque fois avec beaucoup de plaisir et de générosité...
J'en suis repartie, vous le savez sans doute, avec des pieds de mélisse mais aussi avec une dizaine de fleurs de courgette mâles (les femelles donneront les légumes...), plus petites mais sûrement aussi bonnes.

Pour un premier test, je les ai juste cuites à la vapeur (sur les conseils avisés de Garance et Hélène de Cannes) une dizaine de minutes et dégustées sur un lit de pesto rosso "maison" et parsemées de basilic ciselé.
feuillecourgettevapeurpestorosso.jpg

Mais passons aux choses sérieuses... Les fleurs de courgette en tempura sur crème de chèvre à la menthe et sa petite salade de crudités. Frais, pas si calorique que ça et tous simple mais délicieux...
Une assiette dégustée en extérieur à l'heure où le vent fraîchit et vient vous caresser délicieusement le visage...

tempurafleurcourgette.jpg
Ingrédients (pour deux)
- 8/10 petites fleurs de courgettes (mâles ici)
- 125 grammes de farine
- 25 cl d'eau très froide
- 1 jaune d'oeuf
- 25 grammes de chèvre
- 20 grammes de crème fraîche liquide allégée
- 1 tomate
- 5 cm de concombre
- huile d'olive
- menthe fraîche
- huile pour la friture
- sel, poivre

tempurafleurcourgette2.jpg

Préparation
Faire fondre le chèvre dans la crème à feu doux
, laisser tiédir et ajouter une poignée de feuilles de menthe ciselée. Entretemps, battre le jaune d'oeuf avec l'eau glacée et mélanger brièvement avec la farine (tant pis pour les grumeaux !). Faire chauffer l'huile de friture. Tremper les fleurs de courgette dans la pâte et les plonger dans l'huile. Quand elles sont gonflées et dorées, égoutter sur papier absorbant, saler et poivrer. Servir sur la crème de chèvre à la menthe avec la salde de tomate et concombre arrosée d'huile d'olive et parsemée de menthe ciselée. verdict : délicieux, à refaire, je devrais fréquenter plus souvent l'Oiselet !
NB j'ai testé la tempura de tomate, pas si mal mais dangereux en raison du jus contenu dans le légume-fruit... explosif tempura !

tempurafleurcourgette3.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Ballade
commenter cet article
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 07:53
loiselet2007accueil.jpg
Voilà 5 ans que nous fréquentons avec plus ou moins d'assiduité la ferme pédagogique de l'Oiselet, le domaine de Rose Combe, accueillante et acorte femme qui y orchestre (souvent en courant) des activités éducatives et agricoles, ainsi que des événements tels que la "Fête de la biodiversité" (chaque année en août). Une belle idée de balade pour découvrir les animaux de la ferme, les innombrables variétés de plantes aromatiques, arbres et arbustes fruitiers, autant que les légumes du jardin qui composent leur "collection"...

Petit rappel : les fermes pédagogiques sont des structures définies au niveau gouvernemental (les termes en sont définis par une commission interministérielle depuis 1992) qui mêlent projet éducatif, valorisation du monde agricole et bien souvent, responsabilisation et éco-citoyenneté, et ce en direction des plus jeunes, petite enfance et adolescence.

loiselet2007jardinpotager2.jpg
Située à Sarrians dans le Vaucluse (entre Orange et Carpentras), la ferme de "l'Oiselet" est un site paradisiaque pour les tout petits qui peuvent observer les animaux et leur donner à manger. En cages ou en enclos, on a vu ou aperçu (et parfois caressé) des cochons roses dégoulinant de boue (vu les chaleurs, ils font bien), un très beau et gros cochon chinois, à poils longs et noirs, des chèvres et des moutons, une "poneytte" et son poulain, une vache, des oies, des lièvres et lapins de garenne, des paons, tourterelles et faisans, les lapinous, les coqs de la basse-cour et les fragiles poussins. Les autres, canards, poules, pintades, courent sur de vastes étendues, en toute liberté ! Mais ce sera pour un futur billet, l'enthousiasme débordant (et à contenir) des minettes ne m'ayant pas permis de prendre des photos !

Côté verger, on grignote en ce moment les abricots (combien d'arbres ?), les amandes fraîches (une bonne dizaine d'amandiers mais des fruits habités hélas par des vers) et les premières figues parmi une vingtaine de variétés : on a croqué hier dans les "marseillaises", les "grises de St Jean" et les "noires de Caromb" ; j'avais d'ailleurs apporté les miennes, ainsi qu'une feuille afin de comparer et de déterminer laquelle j'ai dans mon verger, impossible à définir entre les deux dernières...
Mais j'y reviendrai ! Pour l'heure revenons à nos moutons et faisons un tour du côté du jardin potager...

loiselet2007jardinpotager.jpg
Parmi les aromatiques locales, les multiples variétés de sauge, de menthe, les thyms, le romarin, la ciboulette, le cerfeuil, le serpolet et la marjolaine, la sarriette et l'origan, la mélisse et la verveine, et j'en passe !

la sauge ananas
loiselet2007saugeananas.jpg
Et entre les allées, l'arroche, ancêtre et voisine de l'épinard, prolifère au gré du vent qui sème ses graines...

pied d'arroche
loiselet2007arroche.jpg


Des semis se préparent près de la serre encadrée de vigne
et des jeunes plants prêts à entrer en pleine terre...
loiselet2007plantsaromatiques.jpg
des plants de basilic pourpre, mes amis, quel parfum !
loiselet2007basilicpourpre.jpg
Et après la séance de désherbage (cf billet d'hier), voici la mélisse, ingrédient principal du sirop préparé hier, qui barbote dans son jus sucré...

infusionmelisse.jpg
Ingrédients
- 500 ml d'eau
- 500 grammes de sucre
- 25 grammes de feuilles de mélisse

Préparation
Faire fondre le sucre dans l'eau et porter à ébullition. Couper le feu aussitôt et plonger les feuilles de mélisse dans le sirop. Laisser infuser au moins une heure. Passer et mettre en bouteilles (ébouillantées préalablement). J'en ai conservé une petite quantité dans un pot conservé au réfrigérateur pour les besoins à court terme... Au total, 800 ml de sirop, de quoi voir venir !

siropmelisse.jpg
C'est délicat, subtil avec un goût bien net mais pas trop fort, c'est délicieux, croyez-moi ! Pour imbiber des biscuits (charlotte aux fraises ou autre savarin...). Une vraie réussite !
En savoir plus sur la mélisse, c'est ici...

Et pour en savoir plus, allez voir sur le site de l'Oiselet... Et pour découvrir la suite de cette balade, rendez-vous demain, avec une recette de fleur de courgette !

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Ballade
commenter cet article

Article ? Recette ?