Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 06:33

Le pouce-pied ou pousse-pied (percebe en espagnol) est un crustacé iodé, ainsi nommé car son pied a la forme d'un pouce. On le trouve en Atlantique, notamment en Bretagne et sur les côtes espagnoles, en Galice entre autres où il vit accroché sur des rochers dévoilés à marée basseSa pêche longtemps sauvage (comme souvent la pêche à pied) a provoqué la raréfaction de l'animal qui n'atteint sa taille adulte qu'au bout de deux ans (4 à 15 cm de long). Sa pêche est donc réglementée : en France elle est ainsi autorisée de janvier à mars et de septembre à novembre (ce qui n'empêche pas le braconnage, cette pêche est réglementée et surveillée !). 

Nous entrons ainsi dans la saison du pouce-pied, mets de choix et relative rareté sur les étals, qui atteint en Espagne des prix astronomiques avoisinant les 150 euros le kilo ! Précisons que le crustacé se pêche à pied, au burin, souvent en rappel voire en plongée pour l'arracher aux rochers sur lequel il s'accroche. Pêche délicate donc...
Espagnols et portugais sont les principaux consommateurs de pouce-pieds et la production bretonne s'exporte en grande majorité dans ces pays amateurs.
NB il semblerait que le littoral sud du Portugal soit prodigue en pousse-pieds, vendus à un prix tout à faire raisonnable, loin de ceux pratiqués en Galice espagnole...

Après les avoir bien nettoyés, on les plonge dans un court bouillon salé et parfumé d'herbes, ou pour les puristes comme Jean-Paul, dans de l'eau salée, ou mieux, de l'eau de mer ! Il faut laisser cuire à ébullition 2 ou 3 minutes (Jean-Paul dit 1 minute après la reprise de l'ébullition), pas trop sinon la chair du crustacé durcit. On le déguste tiède ou refroidi en pinçant sur la partie "ongulée" de l'animal pour dégager son corps de l'enveloppe, et l'on savoure alors cette chair souple et marine, savoureuse et richement iodée. On peut accompagner d'une sauce mayonnaise, aïoli ou piri piri (condiment pimenté portugais), on peut les ajouter à un arroz façon paella, dans un ragoût marin façon bourride ou encore dans un bouillon "asiatique" façon dashi... Mais seul, nature pour profiter au maximum de la saveur de ce produit marin (comme ci-dessous, dégusté en Espagne, en "costa vasca"), ou juste avec un peu de pain beurré et un trait de jus de citron, c'est délicieux !

Pouce-pied ou pousse-pied (percebe)

Partager cet article

Article ? Recette ?