Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 09:50

Les croquetas espagnoles sont des tapas très populaires, boulette de pomme de terre farcie de différents appareils, certaines au fromage (filant type mozzarella), à déguster avec les doigts en grignotage apéritif ou dans l'assiette (selon la taille des boulettes). Voici ma troisième proposition pour utiliser un reste de purée de pomme de terre !
Les boulettes seront un peu plus molles et fragiles sinon (le cas ici, mais l'objet était avant tout de liquider cette purée). Mieux vaut juste de la pomme de terre écrasée qu'une purée onctueuse pour les réaliser, à moins de dessécher la purée sur feu doux au préalable... Et sinon, en faire de la focaccia !
Ingrédients
- reste de purée (un peu ferme c'est mieux)
- QS mozzarella
- 1 oeuf battu
- chapelure
- sel, poivre
- huile de friture
Préparation
Former des boulettes de pomme de terre et y inclure un peu de mozzarella (poivrée éventuellement ou parfumée d'herbes, d'épices..), passer dans l'oeuf battu puis dans la chapelure.  Frire dans l'huile puis déposer sur papier absorbant. Saler, poivrer. C'est prêt !

 

Reste de purée de pomme de terre : croquetas au fromage, comme en Espagne

Partager cet article

22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 06:51

Toujours en Espagne pour le Tour d'Europe des biscuits de l'Avent, les roscos de vino sont des couronnes parfumées au vin doux et aux épices. Il en existe plusieurs recettes, avec saindoux ou à l'huile d'olive, dont les mélanges d'épices varient, on les fait parfois frire, notamment durant la semaine sainte, moins à Noël. La recette que je propose est celle d'un blog espagnol. Très bon au goûter avec un verre de vin cuit ou de vin doux...
Ingrédients
- 300 grammes de farine
- 50 grammes de graines de sésame blond
- 120 grammes de sucre glace (+ un peu pour saupoudrer)
- 120 grammes de saindoux
- 125 grammes de vin doux
- 1/4 cuillère à café de cannelle en poudre
- 1 cuillère à café de graines d'anis vert pilées
Préparation
Torréfier la farine et le sésame environ 30 minutes à 150/160°C, laisser refroidir.
Mélanger le saindoux, le sucre glace, les épices, la farine et le vin. Bien mélanger. Réserver au frais 2 heures au moins.
Abaisser et emporte-piécer en formant des couronnes (ou donuts). Enfourner 20/25 minutes à 160°C. Laisser refroidir sur une grille avant de poudrer de sucre glace.

Tour d'Europe des biscuits de l'Avent  : roscos de vino (Espagne)

Partager cet article

19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 08:22

Après les yemas et les mantecados, voici des mazapán et empiñonadas andalous, constitués de pâte d'amande cuite, un peu comme notre massepain... Très anciennes spécialités de friandises, il en existe de différentes variétés, formes et textures diverses, parfois farcies de pâte d'abricot. L'un des dérivés du mazapán est le pan de Cadiz, très joliment décoré et truffé de deux garnitures colorées. Les empiñonadas ou panellets en Catalogne, sont agrémentés de pignons de pin. Deux friandises à picorer durant l'Avent...
Ingrédients
- 250 grammes de poudre d'amande
- 250 grammes de sucre glace
- 1 oeuf clarifié
Préparation
Mélanger la poudre d'amande, le sucre glace et le blanc d'oeuf, mélanger et réserver au frais, ainsi que le jaune d'oeuf. Au moment de préparer les mazapán et empiñonadas, sortir la pâte d'amande, façonner à votre gré, egn forme de boules pour les empiñonadas à incruster de pignons) et dorer à l'oeuf. Enfourner à four chaud (environ 210/220°C quelques minutes en surveillant.

Tour d'Europe des biscuits de l'Avent : mazapán et empiñonadas andalous (Espagne)

Partager cet article

15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 07:14

Poursuivons notre périple espagnol après les yemas d'Avila. L'un des biscuits les plus populaires d'Espagne est le mantecado (prononcez manteca-o), préparé à base de saindoux, une évidence dans ce pays de tradition porcine. Les mantecados utilisent de la farine toastée qui donne cette note grillée qui souligne encore le caractère un peu animal du saindoux. Dis comme cela, on pourrait avoir des doutes, mais ce gâteau friable est terriblement addictif ! On le parfume à la cannelle, au citron, à l'orange, à l'anis ou au chocolat, entre autres... Quelle différence avec les polvorones ? La quantité d'amandes moulues et sa proportion, mais le caractère addictif et friable rendent ces biscuits espagnols terribles, bien qu'un peu bourratifs et très caloriques. Je vous propose une version de mantecados cacao et orange.
Ingrédients
- 300 grammes de farine
- 150 grammes de sucre glace
- 150 grammes de saindoux
- 1 cuillère à café d'huile d'olive et 10 gouttes d'huile essentielle d'orange (ou zeste d'une orange)
- 15 grammes de cacao
Préparation
Torréfier la farine au four à 150°C environ 30 minutes en remuant régulièrement. Laisser refroidir.
Mélanger avec les autres ingrédients, bien amalgamer jusqu'à obtenir une masse dense. Abaisser en plusieurs fois et emporte-piécer des cercles d'environ 2 cm de diamètre. Enfourner 20/25 minutes à 180°C.

Tour d'Europe des biscuits de l'Avent : mantecados cacao et orange (Espagne)

Partager cet article

13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 10:36

Retour sur le tour d'Europe des biscuits de l'Avent, tournons-nous du côté de l'Espagne où les mantecados (sablés friables à base saindoux) et leurs cousins les polvorones sont rois, on trouve également nombre d'autres spécialités, petits gâteaux et confiseries à base d'amande notamment. A suivre dans la semaine...
Pour aujourd'hui, je vous emmène au coeur de l'Espagne, à Avila où se trouve le couvent de Santa Teresa et où furent historiquement préparés ces confiseries : les yemas de Avila ou de Santa Teresa (d'après cette recette). Idéal pour "passer" des jaunes d'oeufs, mais pas vraiment anti-cholestérol...

Ingrédients
- 5 ou 6 jaunes d'oeufs
- 90 grammes de sucre blond
- zeste d'un citron
- 2 pincées d'épices à pain d'épices ou 1 bâton de cannelle
- sucre glace
Préparation
Passer les jaunes d'oeufs au tamis.
Préparer un sirop avec le sucre 40 grammes d'eau, le zeste et les épices.
Verser sur les jaunes et remettre à chauffer, sans bouillir, jusqu'à épaississement. Les jaunes doivent former une pâte qui se détache des parois. Laisser refroidir en filmant au contact.
le lendemain former des boules et les rouler dans le sucre glace. Stocker au frais.

Tour d'Europe des biscuits de l'Avent : yemas de Avila ou de Santa Teresa (Espagne)

Partager cet article

7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 06:33

Le pouce-pied ou pousse-pied (percebe en espagnol) est un crustacé iodé, ainsi nommé car son pied a la forme d'un pouce. On le trouve en Atlantique, notamment en Bretagne et sur les côtes espagnoles, en Galice entre autres où il vit accroché sur des rochers dévoilés à marée basseSa pêche longtemps sauvage (comme souvent la pêche à pied) a provoqué la raréfaction de l'animal qui n'atteint sa taille adulte qu'au bout de deux ans (4 à 15 cm de long). Sa pêche est donc réglementée : en France elle est ainsi autorisée de janvier à mars et de septembre à novembre (ce qui n'empêche pas le braconnage, cette pêche est réglementée et surveillée !). 

Nous entrons ainsi dans la saison du pouce-pied, mets de choix et relative rareté sur les étals, qui atteint en Espagne des prix astronomiques avoisinant les 150 euros le kilo ! Précisons que le crustacé se pêche à pied, au burin, souvent en rappel voire en plongée pour l'arracher aux rochers sur lequel il s'accroche. Pêche délicate donc...
Espagnols et portugais sont les principaux consommateurs de pouce-pieds et la production bretonne s'exporte en grande majorité dans ces pays amateurs.
NB il semblerait que le littoral sud du Portugal soit prodigue en pousse-pieds, vendus à un prix tout à faire raisonnable, loin de ceux pratiqués en Galice espagnole...

Après les avoir bien nettoyés, on les plonge dans un court bouillon salé et parfumé d'herbes, ou pour les puristes comme Jean-Paul, dans de l'eau salée, ou mieux, de l'eau de mer ! Il faut laisser cuire à ébullition 2 ou 3 minutes (Jean-Paul dit 1 minute après la reprise de l'ébullition), pas trop sinon la chair du crustacé durcit. On le déguste tiède ou refroidi en pinçant sur la partie "ongulée" de l'animal pour dégager son corps de l'enveloppe, et l'on savoure alors cette chair souple et marine, savoureuse et richement iodée. On peut accompagner d'une sauce mayonnaise, aïoli ou piri piri (condiment pimenté portugais), on peut les ajouter à un arroz façon paella, dans un ragoût marin façon bourride ou encore dans un bouillon "asiatique" façon dashi... Mais seul, nature pour profiter au maximum de la saveur de ce produit marin (comme ci-dessous, dégusté en Espagne, en "costa vasca"), ou juste avec un peu de pain beurré et un trait de jus de citron, c'est délicieux !

Pouce-pied ou pousse-pied (percebe)

Partager cet article

29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 06:54

J'aime cette saison de transition où les légumes d'été côtoient les premières courges d'automne, les premiers champignons, offrant une richesse, une diversité, probablement la plus importante de l'année. Je profite des derniers instants de quiétude avant la reprise scolaire, pour offrir à mes gourmands une paella au cochon et au potimarron (se rapprochant un peu de cette autre au sanglier et à la patate douce ou de celle-ci au cochon et légumes). L'un des tous premiers du Jas bio, la saison ne fait que commencer ! Début de cuisson au feu à paella, au gaz, fin de cuisson au four pour cause de météo...
Ingrédients
- 4 morceaux de porc un peu gras, dans l'échine par exemple

- 300/350 grammes de riz (ici bomba)
- 1 potimarron
- 1 gros poivron rouge
- quelques tranches de chorizo
- 1 cuillère à soupe de sobressada

- une dizaine de petites gousses d'ail 
- 1 cuillère à soupe de
pimentón de la Vera 
- 1 cuillère à café de curcuma
- 500 ml de bouillon de volaille (environ)
- origan séché

- huile d'olive
- sel
Préparation
Couper le potimarron en fines tranches et cuire au four arrosé d'huile d'olive, poudrer de sel et d'origan séché, environ 25/30 minutes à 180°C.
Dans la paella, frire les gousses d'ail dans l'huile d'olive, réserver.
 Frire le poivron coupé en lanières, réserver. Faire frire le chorizo, réserver. Faire dorer le cochon coupé en gros morceaux. Saler, poivrer, réserver.
Verser le riz dans la paella, une bonne cuillère à soupe de sel, le curcuma. Mélanger et mouiller de bouillon de volaille. Ajouter la sobressada, le pimenton, de l'origan séché, l'ail et le poivron. Ne plus mélanger le riz et ajouter le liquide au fur et à mesure. A mi cuisson, déposer les rondelles de chorizo entière ou coupées en deux.
 En fin de cuisson ajouter les morceaux de cochon et les tranches de potimarron, enfourner à four chaud environ 210/220°C. Le riz doit être cuit et légèrement grillé sur le dessus.
Bon appétit !

Paella au cochon et potimarron - arroz  con cerdo y calabaza

Partager cet article

Article ? Recette ?