Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 06:23

C'était il y a quelques jours le second opus  2012 du Concours de jeunes chefs à Chateauneuf-du-Pape : les "Rencontres Gourmandes de Vaudieu", sises Château du même nom. Organisateurs de l'événement, le généreux chef Eric sapet de la Petite Maison de Cucuron (à droite) et le sympathique vigneron Laurent Bréchet.vaudieujan2012_lbrechet_esapet.jpgEt le thème du concours en ce mois de janvier était, je vous le donne en mille : la truffe ! Je vous rappelle brièvement le concept du concours : prenez trois jeunes chefs créatifs, talentueux, généreux et ravis de sortir de leur cuisine l'espace d'une journée pour aller à la rencontre des journalistes et de leurs futurs clients ! Choisissez un panier  de produits de saison imposé pour chaque plat et un vin à accorder : pour l'entrée, le carrelet, l'endive, le poireau et la truffe à associer avec un Condrieu Les Terrasses du Palat 2010 de François Villars ; pour le plat, la caille, le salsifis et le topinambour, toujours avec la truffe pour accompagner le Châteauneuf-du-pape rouge 2004 du Château Vaudieu ; pour le dessert, un fruit d'hiver et la truffe, traité chaud ou en chaud-froid, avec le Gigondas rouge 2009 du Domaine des Bosquets. Chaque chef tire au sort plat et vin environ 1 mois à l'avance et propose son meilleur accord. Une grille de notation prend en compte différents éléments (présentation, originalité, timing-chaleur, assaisonnement, harmonie gustative..), mais l'accord avec le vin est essentiel.
Ci-dessous, la "photo de famille", car telle est l'ambiance de ce "concours"... De gauche à droite, Emmanuel Leblay, Julien Drouot, Eric Sapet (le "parrain") et Quentin Gentil.vaudieujan2012_3chefs_esapet.JPG

Etait donc en lice cette fois-ci un très jeune chef de 22 ans, Quentin Gentil, mais qui a commencé à l'âge de 14 ans ! Le chef du restaurant A la maison à Baume de Transit (Drôme), un site plein de charme qui accueillera prochainement des chambres d'hôte, était en charge de l'entrée. Il a travaillé sur un tartare de carrelé au combawa, purée de carmine caramélisée et son sablé à la tuber melanosporum.vaudieujan2012_tartarecarrelet.JPG

Quelques craintes quant au mariage combawa-truffe mais c'est un accord plutôt intéressant. L'huile parfumée à la truffe "maison" est fameuse (hélas servie dans une pipette) et l'accord avec la carmine est excellent. En revanche, le combawa est bien trop présent, trop puissant et écrase totalement et irrémédiablement le Condrieu. Sur un vin d'une telle finesse, cela ne pardonne pas.

Julien Drouot a repris en 2010 le restaurant Au fil du temps à Pernes-les-Fontaines (Vaucluse) qu'il tient avec sa femme, lui en cuisine, elle en salle et parfois aux desserts ; c'est elle encore qui gère la sommellerie. Ils ont fait le choix de travailler seuls, en couple (NB ils ont obtenu un Bib gourmand en 2011). 
Julien a "pioché" le plat et a proposé une caille sur canapé, croquette e confit, topinambours et salsifis, jus truffé, très joliment présentée ! 

vaudieujan2012_caille.JPGLa caille est travaillée en mousseline. La cuisson des légumes est superbe, les salsifis sont délicieux sous leur fagot de poitrine fumée, la purée de topinambour en espuma est délicieusement légère en bouche, la croquette de caille divine. En revanche, je n'adhère pas au côté "corned beef" de la mousseline, entre deux très fines tranches de pain toastées, pour contrebamancer les textures fondantes moelleuses qui dominent ; le cehf a même ajouté quelques chips de légumes qui sont les bienvenues ! L'ensemble est toutefois un peu sec et manque d'une sauce qui a peu la saveur de truffe (mais nous dira-t-on l'approvisionnement a fait défaut). En revanche, l'accord avec le vin est magnifique.
Chapeau bas à Emmanuel Leblay (déjà présent en 2010) qui a remplacé au pied levé le chef qui devait se charger du dessert et qui n'a pu se libérer. De fait, Emmanuel, chef du restaurant Basilic-Citron à Avignon, n'a pas eu un mois pour se consacrer à cette recette, tout au plus quelques jours. Or, il a réalisé un dessert d'une grande technicité, bien maîtrsié et gourmand. Un grand bravo ! Il a donc présenté un coeur de truffe glacé en beignet chocolaté, pomme golden confite aux agrumes et piment d'Espelette.vaudieujan2012_dessert.JPG

La structure du beignet est très réussie, avec différentes textures, une coque très craquante, des morceaux de chocolat que l'on croque, d'autres qui fondent sous la langue en même temps que la glace délicieusement parfumée à la truffe. Celle-ci est ferme et bien glacée à l'intérieur du beignet. La pomme fondante est très bonne, on peut déplorer la discrétion du piment d'Espelette... Côté accord avec le vin, cela fonctionne parfaitement avec le chocolat, un peu moins évidemment avec la glace, très moyennement avec la pomme (l'absence du piment ?). Le chef Eric Sapet a souligné le désaccord du vin avec la note de levure que je n'ai pas relevé, mais j'ai un palais moins exercé que le sien... Ci-dessous, une vue de l'intérieur du beignet :vaudieujan2012_dessert2.JPG

Verdict ? Julien Drouot est lauréat, pour son plat très bien présenté, goûteux et avec cet accord excellent avec le vin, suivi du très méritant Emmanuel Leblay, pour qui j'ai eu un vrai coup de coeur (enfin pour son dessert, n'est-ce pas) et Quentin Gentil, à qui vont les encouragements du jury. La fougue de la jeunesse, pleine de promesse... Prochain rendez-vous, le printanier mois d'avril... 

Lire aussi les précédentes Rencontres Gourmandes de Vaudieujanvier 2010, finale 2010, nouvelle session octobre 2010, avril 2011 et finale 2011. je crois bien que je suis une des fidèles de ces rencontres...

 

Partager cet article

Repost 0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 07:01

Ce matin, direction Besançon "à la fraîche", au sens comme au figuré, en compagnie de Mamina, Isa-Marie, Philou et Dorian. Nous gagnerons Malbuisson au coeur des montagnes jurassiennes (chic, nous y retrouverons Olif, "l'hédoniste jurassique" !), pour un concours de cuisine organisé par l'un des fleurons du Haut-Doubs, le vacherin Mont d'or ; nous oeuvrerons dans les cuisines du restaurant le Bon Accueil du chef étoilé Marc Faivre, et je cuisinerai ceci. grosmacaronitopinambourgratinemontdoremulsionsavagninPour en savoir plus sur le fromage Mont d'or et sur le concours, je vous invite à visionner le sujet ci-dessous.


Cette compétition gastronomique est également placée sous le signe du sport puisque deux sportifs figureront parmi les jurés : Michel Vautrot, ancien arbitre international de football, et Florence Baverel, médaillée olympique de biathlon. De Malbuisson (réputé pour sa course autombobile), le concours de cuisine se clôturera à Chaux-Neuve, en plein championnat du monde de combiné nordique ; autant dire que nous serons entourés de la crème des skieurs mondiaux ! Quand l'art culinaire rencontre l'univers du sport... 

tremplinsaut.jpg

Tremplin de saut de Chaux-Neuve que nous visiterons en nocturne, ce soir... 

Partager cet article

Repost 0
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 15:28

Non, ce n'est pas celui du blog qui a 5 ans depuis quelques jours, mais celui que s'apprête à fêter Gilles Goujon demain en compagnie de 110 étoiles réunies parmi les chefs de cuisine et restaurateurs conviés ! Consacré par 3 étoiles Michelin, 5 toques Gault&Millau et le titre de chef de l'année 2010, Gilles Goujon fêtera à la fois ses 50 ans et les 20 ans de son établissement  de Fontjoncouse. Parmi les invités, citons Alain Dutournier, Serge Vieira, Georges Blanc, Régis Marcon, Jacques et Laurent Pourcel, Michel Bras, entre autres grands noms de la gastronomie, des amis avant tout. Très bon anniversaire, chef !

 

source Midi Gourmand

A lire sur Saveur Passion :

Un dîner à Fontjoncouse, chez Gilles Goujon
L'escabèche selon Gilles Goujon, ou mini pavés de thon et leur escabèche à boire
Indiscrétions
L'Auberge du Vieux Puits à Fontjoncouse et le restaurant Gilles Goujon

 

Partager cet article

Repost 0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 16:11

Pour la seconde édition du concours de cuisine organisé par les Champagnes de Vignerons, nous étions 4 blogueuses en pré-sélection pour réaliser une recette en accord avec un Champagne dans les cuisines d'Arnaud Lallement, chef doublement étoilé de l'Assiette Champenoise. J'ai retrouvé Mamina, et j'ai rencontré avec plaisir Sandra et Hélène ; toutes 4 lauréates de la première étape, nous avons passé un séjour passionnant et gourmand en excellente compagnie : Sandra, la gagnante de la première édition et l'oenophile&globe-trotter Miss Glouglou, toutes deux membres du jury.

111205_1204.jpgDès notre arrivée à Reims, nous avons admiré la cathédrale habillée de couleurs, dans un son&lumières faisant revivre son architecture et son histoire, une véritable féérie. Nous avons regagné le Château de la Muire (photo ci-dessus), "fief" d'Arnaud Lallement où nous avons été accueillis comme des reines, dans de vastes chambres, refaites à neuf dans l'année et relookées avec ce savant mélange de styles contemporain et classique. A noter les reproductions géantes en tête de lit de grandes oeuvres picturales, telles que ce Radeau de la Méduse... lallement_chambre.JPG

Le lendemain matin, rendez-vous au siège des Champagnes de Vignerons à Epernay, sur la spectaculaire Avenue de Champagne, site des sièges des plus grandes et plus anciennes maisons de Champagne. Nous y retrouvons la "danseuse", grandeur nature, ici encadrée de blogueuses...champagnesvignerons_danseuse.JPGNous en apprenons ici davantage sur le fonctionnement de ce groupement professionnel, sur la communication de la marque Champagne de Vignerons et sur la protection de l'appellation Champagne, comme en témoigne cette inscription, Il n'est Champagne que de Champagne :champagneinscription.JPG

Puis, nous découvrons le terroir champenois sous l'angle géologique avec l'oenologue Geoffrey Orban, passionnant ! Une dégustation du Champagne Tarlant brut nature, un déjeuner, quelques discussions autour des accords mets-champagne et il est temps d'endosser notre tablier et de pénétrer dans le sanctuaire : la cuisine magnifique de l'Assiette Champenoise. lallement_brief.jpgArnaud Lallement nous briefe rapidement ; les adorables seconds d'Arnaud Lallement nous prêteront très gentiment main forte durant l'épreuve qui dure 90 minutes. C'est plus qu'il n'en faut pour la cuisson d'un risotto ! Il y a foule autour : jurés, journalistes, vignerons... on se prête bien volontiers au jeu des questions-réponses. Quatre blogueuses dans une cuisine professionnelle, ça donne quoi ?lallement_4blogueuses.jpgVient le dressage, le service, les commentaires autour du choix des ingrédients (mon risotto est plus champenois qu'Italien, n'est-ce pas Mamina...), celui du choix du Champagne et de l'accord... Voici les quatre plats proposés en dégustation au jury, il y a pire, non ?lallement_4plats.jpg

La lauréate est Sandra, avec de sublimes ravioles thaïes de langoustine, que j'ai eu le privilège de goûter, alors je peux témoigner que c'était très bon !111205_1562.jpgPour clôturer cette journée en apothéose, nous dînons à la table divine d'Arnaud Lallement, de plats en accord avec différents Champagnes sélectionnés spécialement. Au menu, de savoureux gnocchi, émulsion au vin jaune ; des Saint Jacques, jus réduit ; du cabillaud ; du cochon noir, navet rôti ; une poire-caramel, sorbet poire et craquant caramel. Avec une ribambelle de friandise sucrées... et beaucoup de raffinement ! A suivre...-1842.jpg

Partager cet article

Repost 0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 06:29

Samedi 10 décembre aura lieu le Marché de Noël de Roaix, village situé entre Rasteau et Vaison-la-Romaine. Il accueillera, salle du Jas de Provence, des vignerons de cette petite appellation méconnue qui produit des vins AOC Côtes-du-Rhône Villages Roaix de bonne facture ainsi que des producteurs de la région (du Luberon à la Drôme provençale) : nougat, chocolat, miel, liqueurs, miel, confiseries diverses, fromages de chèvre, olives et tapenade, foie gras et produits de canard gras. Largement de quoi prévoir ses courses de Noël !marcheroaix.jpg

Les festivités commenceront le vendredi 9 au soir avec des assiettes gourmandes concoctées par les associations organisatrices et se poursuivront le lendemain autour de dégustations et d'animations. J'y proposerai deux ateliers, l'un pour les adultes de 11h00 à 12h00, avec des recettes rapides et simples à base de foie gras, de chocolat et de nougat (je ne vous en dit pas plus, vous viendrez cuisiner ou regarder les autres cuisiner !), en accord avec un Roaix rouge et un atypique vin blanc moelleux ciselé par un vigneron du village. Puis, de 14h à 15h00, ce sera au tour des enfants de s'amuser en cuisine : au menu, "nougat" de chèvre et bûchettes salées, et des friandises chocolatées faciles comme tout... A refaire chez soi pendant les vacances de Noël ! A samedi, donc !

Partager cet article

Repost 0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 16:28

Première participation au Salon du Blog Culinaire : il a connu une croissance exponentielle en terme de fréquentation et de notoriété depuis sa première édition il y a 4 ans et près de 400 blogueurs y étaient attendus le week-end dernier à Soissons ! Entre rencontres, partages, démonstrations, avec beaucoup de gourmandise, de rires, de danse (le samedi soir), l'organisation est ardue mais à quelques détails près, ce fut une réussite ; coup de chapeau à  l'équipe de 750g qui a été présente, efficace, avec sourire, gentillesse et système D pour débrouiller nos petits soucis d'organisation...Nous sommes arrivés le samedi matin avec Isabelle, ma cousine, et Jean Marc, son mari, directement au Lycée Hôtelier, sans passer par la case "centre ville", ce qui cause ma principale frustration du séjour : avoir manqué la démonstration par Mamina et Philou de cette recette de homard. sbc_marielaure.jpgMais nous entrons dans le coeur de l'action avec la démonstration de Marie-Laure, j'arrive à la fin, mais c'est pour goûter son poisson au croûte de kasha (sarrasin) et cette délicieuse semoule de chou-fleur, crémeux comme un risotto.

Entre l'interview pour Confidentielles et la mythique photo pour le SBC par l'adorable Paolo, nous nous sommes dirigés vers le buffet, dont voici un très mince aperçu. Le buffet salé, en mosaïque : sbc_buffetsale.jpgA ceux qui ont adoré les (10) belles caillettes, elles ne sont pas de moi, mais de lui, talentueux boucher voisin et ami, le gros pain de campagne qui l'accompagnait vient d'ici et parmi plusieurs vins de la Vallée du Rhône, vous avez pu boire un verre de celui-là, Massif d'Uchaux Jocundaz 2007. J'avais encore apporté des guimauves au pandan, à la bergamote et paillettes de chocolat, à la fleur d'oranger et orange confite. 
Et le sucré...sbc_buffetsucre.jpgL'après-midi, direction le centre ville et l'Hôtel des Francs pour un atelier en duo avec Isabelle sur le thème trio de ganache noire et accords vin-chocolat. Un grand merci au passage au sympathique chef Nicolas Baudon et à sa brigade, au personnel de l'hôtel et à Marie-Charlotte de 750g, qui nous ont aidé lors de la mise en place.sbc_atelierchocvin.jpg 
Au final, seuls deux vins proposés, par manque de matière à déguster en même temps (il y avait "foule" et nos ganaches sont parties d'un seul coup, plus vite que prévu ; dos tourné, pffuit... plus de ganaches !).
Le premier vin servi avec une ganache nature sur croustillant de filo est un Haut Médoc rouge 2009  Château d'Agassac (50% merlot, 47% cabernet sauvignon, 3% cabernet franc) : vin pourpre aux reflets violacés, un nez sur les épices douces et le fruit, une bouche fruitée, souple avec de la fraîcheur. Le second vin dégusté sur une ganache et sa compotée de pruneau à l'orange est un VDN Rasteau rouge 2009 Domaine Charavin (90% grenache, 10% syrah), vin rubis, nez de fruits noirs et de prune, bouche riche, puissante, "friande" sur les fruits secs, le pruneau, la figue avec des notes de torréfaction.
Pour les recettes, c'est par là. NB la ganache et son caramel aux fruits secs était prévue avec un Macvin du Jura du Domaine Tissot. Mais j'en reparlerai...

sbc_buffetfraichattitude.jpgRetour au Lycée Hôtelier, on croise encore de nouveaux visages, on papote, on jette un oeil sur une ou deux démos, on parle "lapin" avec une représentante du partenaire Lapin de France. Au passage, soulignons que le SBC ne pourrait exister sans le soutien de partenaires institutionnels, comme la commune de Soissons bien sûr mais aussi privés. Cette année, parmi les sponsors actifs présents et qui proposaient démonstrations et ateliers, citons Lesieur, La Fraîch'attitude, BordBia (ses moules et ses fromages irlandais*, produits dégustés sur place par les blogueurs)...
C'est d'ailleurs le soir même que nous avons apprécié le travail des chefs de la Fraîch'attitude avec un buffet bien pensé, haut en couleur etsbc_oreillelapin.jpg en saveur, comme ces faux choux de Bruxelles (des boulettes de pomme de terre et crevette enrobées de chou vert) ou ce camembert au beurre de truffe et pomme. C'est coiffés d'oreilles de lapin que nous avons trinqué au cocktail fruité, comme ces deux charmantes blogueuses, Géraldine avec qui j'ai fortuitement fait le voyage en train, agréable surprise, et Marjolaine, que j'ai été ravie de revoir. Entre un techno-culinaro-show du chef japonais Hisayuki Takeuchi, quelques verres de vin et des fromages irlandais, beaucoup de bonnes choses sucrées et salées (de très bons macarons, je pense que j'ai fait le plein pour plusieurs mois !), on papote dans tous les coins, notamment avec la toute jeune et oenophile Stéphanie (Umdv, n'oubliez pas les bulles du prochain VdV) ; Puis, certain(e)s jourent les dancings queens, pas trop longtemps quand même, histoire d'être à peu près frais le lendemain...sbc florencethierryUn double petit déjeuner, le premier, celui de l'Hôtel des Francs où j'ai passé la nuit (je vous le recommande), le second est le brunch concocté par Thierry (aka Tit'-Num num birdy que les "vieux" blogueurs connaissent bien) et Florence (Gourmandises Chroniques) : au menu, un chocolat chaud aux épices, un cidre chaud de Noël (genre Glühwein), que j'ai beaucoup aimé car la saveur du cidre restait présente et n'était pas écrasée par les épices -, une salade de fruits, une faisselle gourmande et énergétique aux graines et fruits secs, des blinis à la pâte de sésame noir à déguster avec une confiture de tomate verte. Le plein d'énergie !sbc eddasilvia

Prochaine étape, l'Italie, derrière la nappe de brouillard qui baigne Soissons ! Edda et Silvia nous invitent à un vrai repas express : gnocchi (gnuddi) et pesto rosso, involtini de bresaola à la mozzarella di bufala, mousse de mascarpone à l'orange. Savez-vous quel est le principal instrument des italiennes ? Leurs mains (dixit Silvia !), et pas seulement pour parler, mais pour rouler les gnocchi/gnuddi. Nos deux italiennes se sont adjointes deux marmitons pour faire des boulettes de farce : une fillette et moi !sbc_marmitonsitaliens.jpg Mon regret, être partie avant la fin, car j'avais promis à Isabelle d'être là pour sa démo "lapin". Une bonne raison pour refaire ces gnocchi très vite ! D'ailleurs, à l'heure où je vous écris, j'ai déjà acheté la ricotta en prévision...
Le lapin était largement décliné sur le salon (vous avez déjà vu les oreilles)... Il y avait un intéressant atelier de découpe et bien sûre, les démonstrations des blogueurs. Parmi elles, les "pops" d'Isabelle (merci à Claude d'avoir échangé les horaires !).sbc_isa.JPGA peine de temps de passer le nez par la porte d'un atelier où Létitia préparait des po'e, et c'était déjà l'heure de partir, mais pas les mains vides ! J'en profite donc pour remercier Philou et Marina pour le shopping gourmand effectués auprès d'eux, Isabelle et Jean-Marc pour leur agréable compagnie et le covoiturage, l'équipe de 750g pour l'organisation et tous les sympathiques blogueurs que j'ai pu croiser là-bas, juste croisés ou avec qui j'ai pu discuter : Pascale, Philo, Sandra, Mamina, Dominique, Flo, Malé, Pupuce, Françoise (celle du  nord et celle du sud !), Denise, Christelle, Nawal, Anne, Tiphaine, Sandro, Nanou... leur liste ferait un paragraphe à elle entière... J'espère bien en être à nouveau l'année prochaine ! Et vous ?

 

Partager cet article

Repost 0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 06:49

untitledLe Salon du Blog Culinaire a lieu cette fin de semaine, à Soissons. Environ 300 blogueurs y sont attendus pour partager leur passion de la cuisine. Au programme, des démonstrations, des dégustations, des rencontres, autour de l'équipe organisatrice du site de cuisine 750g et de ses partenaires. Dès le samedi matin, et jusqu'au dimanche soir, de nombreuses démonstrations seront proposées par des blogueurs, dans différents sites de la vilel : voici le détail de celles réalisées au lycée hôtelier dont l'accès est réservé aux blogueurs culinaires. Et voici celles ouvertes au public, en centre ville ; c'est à l'Hôtel des Francs le samedi 19 novembre 2011 de 15h00 à 15h50, que j'aurais le plaisir d'animer une démonstration autour des accords vin-chocolat sur un trio de ganaches gourmandes, avec ma cousine Isa-Marie (Grelinette et cassolettes). Voici la recette des ganaches, laissons un peu de suspens sur les vins qui les accompagnent, 3 vins de différentes régions de France. Mais il vous sera donné des pistes pour accompagner vos desserts au chocolat et d'autres vins, d'ici et d'ailleurs...
Ingrédients (dégustation pour 20 personnes)
- 600 grammes de chocolat
- 600 grammes  de crème liquide (ou crème de soja pour la version "alternative", sans lactose)  
pour la compotée de pruneau
- 250g de pruneaux
- 1 orange
- 1/2 cuillère à café de cannelle en poudre 
pour la compote de fruits à coque au caramel
- 100 grammes de sucre
- 20 grammes de beurre
- 100 grammes  de fruits à coque en mélange (noix/noisette)
Préparation

Porter la crème à ébullition et verser sur le chocolat haché ou en pistoles ; réserver 3 à 5 minutes puis fouetter énergiquement pour émulsionner la ganache. Procéder de même avec la crème de soja dans la version "ganache alternative". Réfrigérer les ganaches environ 30 minutes.
Réaliser un caramel blond avec le sucre et un trait de jus de citron (et éventuellement un peu d'eau), décuire avec la crème chaude, puis ajouter le beurre. Ajouter les fruits secs concassés, préalablement torréfiés. Bien mélanger.
Laisser tiédir et servir avec la ganache noire, en mini verrine.

Pour la compotée de pruneau, mettre les pruneaux dans une casserole avec le zeste d'orange et la cannelle, couvrir d'eau et cuire jusqu'à évaporation. Dénoyauter, mixer avec le jus d'orange et servir avec la ganache noire.

Déguster les ganaches avec le vin choisi en adéquation. A découvrir à Soissons (novembre 2011) ! verrinesvinchocolat.jpg

Partager cet article

Repost 0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 07:07

Ceux qui suivent ce blog régulièrement auront pu remarquer que l'on y parle beaucoup d'Allemagne ces derniers temps, notamment de la Souabe. Et pour cause, Piolenc, petite ville du Vaucluse et "capitale" régionale de l'ail, est jumelée avec Kirchheim am Neckar, petite ville du Bade-Würtemberg, près de Ludwigsburg. Dans le cadre de ce Partnerschaft, nous sommes allés cuisiner pour une centaine d'Allemands conviés à un dîner musical (l'un des artisans allemands du jumelage, Thomas, est musicien et chanteur, son groupe produit du jazz-blues de belle qualité). L'objectif de cette soirée culinaire du 30 octobre 2011  y était de partager des spécialités françaises et allemandes. Une poignée d'Allemands y a donc préparé deux entrées, une kirchheimplat.jpgFlädlessuppe (bouillon garni de viande de boeuf et de lanières de crêpe) et une terrine de saumon à l'aneth, pleine de fraîcheur, ainsi qu'une partie du dessert : une poire pochée, sauce caramel, tandis que nous préparions des tartes Tatin (les deux desserts ont été servis dans la même assiette accompagnés de crème glacée à la vanille). De notre côté, nous préparions le plat principal et son accompagnement : un sauté de porc aux olives à la kirchheimtartetatin.jpgprovençale  et son tian de coucourde (gratin de courge), d'après Frédéric Mistral, selon une recette remaniée par Claude Raoux, Piolençois de souche (et qui parle provençal couramment, mais pas allemand !). A nos côtés, deux autres "chefs" : Geneviève Radel, l'amie qui tient la maison d'hôte les Santolines en Provence et dont je vous parle parfois (ancienne professeur d'allemand !) et Philippe Deveaux, qui a, lui, une vraie formation de cuisinier et qui a déjà eu à préparer des repas en d'aussi grandes quantités ; ses conseils ont donc été précieux, notamment pour estimer les timings de service (à quel moment  on devait enfourner les gratins de courge, en tenant compte des entrées et intermèdes musicaux..).
kirchheimecole.jpgNous avons cuisiné et dîné dans une école flambant neuve et adaptée à toutes sortes d'activité. Ecole hôtelière ? Pas du tout, une école primaire avec une splendide et vaste cuisine, dotée en son centre de plans de travail en croix, chacune des "branches" étant équipée d'un four, d'un point d'eau et d'une plaque de cuisson, avec tout le matériel possible ! En Allemagne, les enfants prennent aussi des cours de cuisine et de nutrition (que certaines d'entre vous ont sans doute connu jadis). Une jeune Française de onze ans a déploré que ce ne soit pas à l'identique chez nous...
Il est par ailleurs remarquable de constater que cette école a été conçue pour accueillir d'autres activités que celles purement scolaires. C'est une constante là-bas, les univers ne sont pas cloisonnés comme chez nous. Imagineriez-vous organiser une soirée dans l'école de vos enfants (ou petits-enfants, neveux-nièces...) en France ? Bref, y passer l'après-midi et une partie de la nuit y a été un plaisir ! 
kirchheimclaudeAu total, nous avons cuisiné près de 15 kilos de potimarrons (ouf, celui qui n'a pas besoin d'épluchage !), 6 ou 7 kilos de porc, 10 kilos de pommes.
 Le "tian" (le mets) n'a évidemment pas cuit dans un "tian" (le plat en terre), mais sur des lèchefrites directement, soit 7 au total. Quant aux tartes Tatin, nous avons eu un souci, n'ayant pas à notre disposition suffisamment de moules à manqué (il n'y avait que des moules décerclables). Les seules Tatin dignes de ce nom ont été celles kirchheimphilippeconnie.jpgeffectivement réalisées dans des moules spécifiques apportés par des Français. Cuisiner pour autant de personnes suppose de la patience et de la constance, mais au bout de ma vingtième courge épluchée, j'avoue qu'il fallait que je change de tâche. Idem pour Claude qui devait peler et écraser les gousses d'ail (que nous avons fini par émincer d'ailleurs, c'est moins pénible). 

Merci à Günther et Andrea qui m'ont prêté main forte sur la fin pour les potimarrons ! Et à Connie pour avoir nettoyer régulièrement nos plans de travail. Cuisiner ne nous a pas empêcher de faire une pause Kaffe-Kuchen ou en levant nos verres de Trollinger (ci-dessus, Philippe et Connie, en pause !).kirchheimphilippegenevieve.jpg
Geneviève et Philippe se sont occupés des tartes Tatin (il y avait deux fournées à cuire, avant le début du repas, puisque les fours devaient être libérer pour la cuisson des gratins de courge), Claude et moi de la coucourde, que l'on a fait dégorger au préalable ! Nous les avons brassées avec sel, ail, persil, à pleines mains dans de grandes bassines !  Puis, Geneviève a terminé seule les Tatin, et nous trois avons démarré la cuisson deKitchheimcuisinecourge.jpg la viande, bien dorée à l'huile d'olive avec un soupçon de beurre. Nous y avons ajouté ail, oignon, herbes de Provence, vin blanc, olives vertes, tomates pelées et épépinées, sel, poivre, et mijotées bien deux heures. Les Allemands ont apprécié ce plan ensoleillé et ce tian de coucourde tellement provençal ! Claude a un peu revisité la recette de Frédéric Mistral ; la cuisine provençale était aussi importante que la langue provençale pour le renouveau de la culture provençale, à tel point que le félibre s'est baptisé lui-même Cousinié Macari, pseudonyme choisi afin de transmettre recettes et traditions culinaires dans l'Almanach Provençal...
En voici la recette, donnée ici pour seulement deux personnes, mais en quantité un peu plus importante !

Ingrédients
- 400 grammes de courge musquée, potimarron ou butternut
- 1 gousse d'ail
- 1 cuillère à soupe de persil
- 2 ou 3 cuillères à soupe de crème fraîche (ici de brebis)
- QS de fromage type emmenthal ou parmesan (ici tomme de chèvre d'Ardèche)
- huile d'olive
- sel, poivre
Préparation
Peler si besoin et couper la courge en morceaux pas trop gros, saler, poivrer, ajouter ail émincé et persil ciselé. Bien mélanger et laisser reposer 1 heure pour faire dégorger la courge (elle rendra moins d'eau de cuisson).
Mettre les dés de courges égouttés dans un tian (plat à gratin) beurré, ajouter crème fraîche et fromage.
Enfourner à 180°C environ 25/30 minutes.tiancoucourde.jpg

Partager cet article

Repost 0
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 14:16

"Vin, potiron & cie" est un thème original en matière d'accords mets-vins, proposé par la Cave Lavau aux gourmets curieux et amateurs de bon vin autant que de produits de saison ! Car l'automne arbore des couleurs orangées dans la nature, ornant d'ocres les feuilles des arbres et habillant les potagers de légumes rebondis, joufflus et tentateurs : les courges font leur entrée gourmande, entre potiron, potimarron, butternut, courge musquée de Provence... Elles seront donc les reines de cette soirée ludique et gourmande, le 19 octobre, de 17h45 à 19h45.
Vous en saurez plus sur les courges, potirons, citrouilles, potimarrons, etc... lors d'une "causerie" botanique et gourmande qui se prolongera avec une démonstration culinaire en accord avec des vins Lavau. Entretemps, les enfants présents exerceront leurs talents à réaliser des oeuvres d'art sur le thème du potiron, en grignotant des cookies au potimarron et au chocolat qu j'aurai préparé pour eux. Une fête des papilles en famille !
Entrée : 10€ pour les adultes et 4€ pour les enfants.
Sur réservation auprès d'Aurélie de la cave Lavau au 0
4 90 70 98 71.

VINS-ET-POTIRONS-(3)-1

Partager cet article

Repost 0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 13:21

La semaine prochaine se dérouleront les Journées de l'Environnement à Saint Saturnin les Avignon, l'occasion d'un débat sur le changement climatique, de plusieurs conférences et tables rondes, l'occasion de se sensibiliser et de sensibiliser ses enfants à l'environnement, en nous posant la question de savoir ce qui peut être améliorer... On a parlé récemment de gaspillage alimentaire, essayons à notre échelle de diminuer notre impact (acheter de façon plus raisonnée), de recycler ce qui peut l'être (reste de pain pour faire de la chapelure, quand on ne le donne pas au canard)... Lors de ces Journées de l'Environnement, j'aurai le plaisir d'animer 3 ateliers de cuisine pour enfants, le samedi 15 octobre en matinée (9h30, 10h30, 11h30) sur le thème "fanes et épluchures" : nous les cuisinerons en salé et en sucré et sans tout dévoiler, je peux affirmer qu'il y aura de la pomme et de la carotte !
Pour participer à cet atelier il est nécessaire de s'inscrire par téléphone au 04 90 22 63 16 ou par mail : communication@saintsaturnin.com. Les enfants non inscrits seront acceptés aux ateliers sur place s'il reste des places disponibles. Les ateliers sont gratuits et ouverts aux enfants de 6 à 15 ans.
Pour en savoir plus sur les Journées de l'Environnement de St Sat', cliquer ici.

 

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?