Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 11:29

Car tout est bon en toi : chair, graisse, muscle, tripe !
On t'aime galantine, on t'adore boudin,
Ton pied, dont une sainte a consacré le type,
Empruntant son arome au sol périgourdin.
 
Eût réconcilié Socrate avec Xanthippe.
Ton filet, qu'embellit le cornichon badin,
Forme le déjeuner de l'humble citadin ;
Et tu passes avant l'Oie au frère Philippe.
 
Mérites précieux et de tous reconnus !
Morceaux marqués d'avance, innombrables, charnus !
Philosophe indolent, qui mange et que l'on mange !
 
Comme, dans notre orgueil, nous sommes bien venus
A vouloir, n'est-ce pas, le reprocher ta fange ?
Adorable Cochon ! Animal Roi ! - Cher Ange ! 
Charles Monselet

Ode au cochon - Charles Monselet


Partager cet article

Repost 0
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 05:54

Prendre une petite Marie bien ferme, de 7 à 8 mois environ, si possible élevée au lait sans hormones, afin d’éviter le goût de poisson. L’œil doit être vif, le cuisseau dodu. Compter 500 grammes par personne, avec os.
«Plongez votre petite Marie dans une cocotte pleine d’eau froide (si elle se sauve, faites-la revenir avec des échalotes.)
«Ajoutez sel, poivre, thym, laurier, hochets, tétines, etc.
Quand l’eau frémit, la Marie aussi.
«Liez alors avec 50 grammes de farine Gallia premier âge, ou 30 grammes de moutarde à moutard.
«Après une demi-heure de cuisson à feu modéré, votre Marie ne doit plus se débattre, et la chair doit être d’un beau rouge vif. Il ne vous reste plus qu’à servir en robe des champs, avec une sauce poulette façon bonne femme, ou en croque-bébé avec sauce biquette.
«Ce plat est connu également sous le nom de "Petite Sucrée". On peut aussi le confectionner avec un Jean-Marie : on obtiendra alors un "Petit Salé".

Pierre Desproges (in Encore des nouilles)

Pot-au-feu Marie-Croquette, par Pierre Desproges

Partager cet article

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 07:21

Ce qui caractérise le baba,

C'est l'intempérance notoire.
A-t-il dans l'estomac
Une éponge ? On le pourrait croire,
Avec laquelle on lui voit boire,
— En quelle étrange quantité —
Soit du kirsch, de la Forêt-Noire
Soit du rhum, de première qualité.
Oui, le baba se saoule sans vergogne
Au milieu d'une assiette humide s'étalant,
Tandis que près de lui, dans leur boîte en fer-blanc
De honte et de dégoût tout confus et tremblants,
Les gâteaux secs regardent cet ivrogne.
« Voyez, dit l'un des gâteaux secs, un ancien — à ce point ancien qu'il est même un peu rance —
Voyez combien l'intempérance nous doit inspirer de mépris
Et voyez-en aussi les déplorables fruits :
Victime de son inconduite,
Sachez que le baba se mange tout de suite.
Pour nous qui menons au contraire
une vie réglée, austère
on nous laisse parfois des mois. »
Cependant, une croquignole,
jeune et frivole, et un peu folle,
Une croquignole songe à part soi :
— On le mange, mais lui, en attendant, il boit.
Je connais plus d'un gâteau sec
Dont c'est au fond l'ambition secrète
Et qui souhaite d'être baba.


Maurice Étienne Legrand, dit Franc-Nohain

Baba limoncello et agrumes

Baba limoncello et agrumes

Partager cet article

Repost 0
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 06:07

"Je resterai, une fois de plus, dans la tradition de Gouffé en élaborant cette fois un andouillon des îles au porto musqué.
- Et ceci s'exécute ? dit Colin.
- De la façon suivante : prenez un andouillon que vous écorcherez malgré ses cris. Gardez soigneusement la peau. Lardez l'andouillon de pattes de homard émincées et revenues à toute bride dans du beurre assez chaud. Faites tomber sur glace dans une cocotte légère. Poussez le feu, et sur l'espace ainsi gagné, disposez avec goût des rondelles de ris mitonné. Lorsque l'andouillon émet un son grave, retirez prestement du feu et nappez de porto de qualité. Touillez avec une spatule de platine. Graissez un moule et rangez-le au four pour qu'il ne rouille pas. Au moment de servir, faites un coulis avec un sachet de lithinés et un quart de lait frais. Garnissez avec les ris, servez et allez-vous en.
- Je reste sec ! dit Colin, Gouffé fut un grand homme."

L'Ecume des jours, Boris Vian (extrait)

Partager cet article

Repost 0
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 07:17

L'huître, de la grosseur d'un galet moyen, est d'une apparence plus rugueuse, d'une couleur moins unie, brillamment blanchâtre. C'est un monde opiniâtrement clos. Pourtant on peut l'ouvrir : il faut alors la tenir au creux d'un torchon, se servir d'un couteau ébréché et peu franc, s'y reprendre à plusieurs fois. Les doigts curieux s'y coupent, s'y cassent les ongles : c'est un travail grossier. Les coups qu'on lui porte marquent son enveloppe de ronds blancs, d'une sorte de halos.
A l'intérieur l'on trouve tout un monde, à boire et à manger : sous un firmament (à proprement parler) de nacre, les cieux d'en dessus s'affaissent sur les cieux d'en dessous, pour ne plus former qu'une mare, un sachet visqueux et verdâtre, qui flue et reflue à l'odeur et à la vue, frangé d'une dentelle noirâtre sur les bords.
Parfois très rare une formule perle à leur gosier de nacre, d'où l'on trouve aussitôt à s'orner.

Francis Ponge

Nature morte aux huîtres et citron - léo Van Aken

Nature morte aux huîtres et citron - léo Van Aken

Partager cet article

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 07:02

(...) On avait mangé dans des assiettes bordées de noir, des soupes à la tortue, des pains de seigle russe, des olives mûres de Turquie, du caviar, des poutargues de mulets, des boudins fumés de Francfort, des gibiers aux sauces couleur de jus de réglisse et de cirage, des coulis de truffes, des crèmes ambrées au chocolat, des poudings, des brugnons, des raisinés, des mûres et des guignes ; bu, dans des verres sombres, les vins de la Limagne et du Roussillon, des Tenedos, des Val de Penas et des Porto ; savouré après le café et le brou de noix, des kwas, des porters, des stout.

nature morte aux poissons - Nicola Maria Recco

nature morte aux poissons - Nicola Maria Recco

Partager cet article

Repost 0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 06:09

(...) Et à ce moment là, sur ses lèvres, apparut sa langue mouillée de salive, qui se retira aussitôt, comme si elle savourait mentalement quelque chose. je compris qu'Olivia étit déjà en train d'imaginer le menu du dîner.
ce menu - tel qu'il nous fut proposé par un restaurant que nous trouvâmes parmi les maisons basses aux grilles sinueuses - s'ouvrait avec une boisson rose dans une coupe en verre soufflé et travaillé à la main : sopa de camarones, c'est à dire soupe d'écrevisses, démesurément piquantes à cause d'une quantité de chiles que jusque là nous n'avions pas expérimentée, peut-être les célèbres chiles jalapeños. Puis du cabrito, du chevreau rôti, dont chaque bouchée provoquait la surprise car les dentsrencontraients tantôt un fragment croquant tantôt un autre qui fondait dans la bouche. (...) Nous savourâmes attentivement la salade de tendres feuilles de figues de Barbarie bouillies (ensalada de nopalitos) assaisonnée avec de l'ail, de la coriandre, du piment, de l'huile et du vinaigre,puis le gâteau de maguey (une variété d'agave) doux et crémeux, le tout accompagné d'une carafe de tequila con sangrita, et suivi de café à la cannelle.

Italo Calvino (Sous le soleil jaguar)

Frida Kahlo, nature morte aux pastèques

Frida Kahlo, nature morte aux pastèques

Partager cet article

Repost 0
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 18:45

La gastronomie est la joie de toutes les situations et de tous les âges. Elle donne la beauté et l'esprit. Elle saupoudre d'étincelles d'or l'humide azur de nos prunelles ; elle imprime à nos lèvres le ton du corail ardent ; elle chasse nos cheveux en arrière ; elle fait trembler d'intelligence nos narines. Elle donne la mansuétude et la galanterie.

S'attaquant à tous les sens à la fois, elle résume toutes les poésies : poésie du son et de la couleur, poésie du goût et de l'odorat, poésie souveraine du toucher. Elle est suave avec les fraises des forêts, les grappes des côteaux, les cerises agaçantes, les pêches duvetées ; elle est forte avec les chevreuils effarouchés et les faisans qui éblouissent. Elle va du matérialisme le plus effréné au spiritualisme le plus exquis : de Pontoise à Malaga, de Beaune au Johannisberg. Elle aime le sang qui coule des levrauts, et l'or de race, l'or pâle qui tombe des flacons de Sauternes.

Charles Monselet

 

Nature morte aux pêches - Jean-Baptiste Siméon Chardin

Nature morte aux pêches - Jean-Baptiste Siméon Chardin

Partager cet article

Repost 0
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 06:41

(...) Michel Claude a pris la peine de faire cent portraits de petits pois. Photographié sous toutes ses faces : par devant, par-derrière, par-dessus, par-dessous, profil droit, profil gauche et même profil perdu ; en conserve et à la française ; coupe, perspective et élévation ; tout petit pois, très petit pois et assez gros petit pois ; vu de loin de très loin, assez loin et à l'infini. Etc. Il en résulte (car ces portraits sont très ressemblants) que le petit pois comme l'homme, se ressemble à lui-même ; mais plus ressemblant encore que l'homme, il se ressemble à lui-même dans toutes les positions, et quelque point de vue qu'on choisisse. Il a toujours l'air d'un rond vert.
Alexandre Vialatte (Vialatte à la Montagne)

Nature morte aux petits pois de Giovanna Garzoni

Nature morte aux petits pois de Giovanna Garzoni

Partager cet article

Repost 0
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 06:37

À des places désignées par un usage immémorial, les oranges, les grenades, les coings dorés, les sorbes, les melons verts et jaunes s’empilent aux éventaires, en tas, en meules, par milliers ; les pêches, figues, raisins s’écrasent dans leurs paniers d’expédition, à côté des légumes en sacs. Les moutons, les petits cabris, les porcs soyeux et roses ont des airs ennuyés au bord des palissades de leurs parcs. Les bœufs accouplés sous le joug marchent devant l’acheteur ; les taureaux, les naseaux fumants, tirent sur l’anneau de fer qui les tient au mur. Et plus loin, des chevaux en quantité, des petits chevaux de Camargue, arabes abâtardis, bondissent, mêlent leurs crinières brunes, blanches ou rousses. [...] Puis les volailles deux par deux, les pattes liées et rouges, poules, pintades, gisant aux pieds de leurs marchandes alignées, avec des battements d’ailes à terre. Puis la poissonnerie, les anguilles toutes vives sur le fenouil, les truites de la Sorgue et de la Durance mêlant des écailles luisantes, des agonies couleur d’arc-en-ciel. Enfin, tout au bout, dans une sèche forêt d’hiver, les pelles de bois, fourches, râteaux, d’un blanc écorcé et neuf, se dressant entre les charrues et les herses.
Alphonse Daudet (Numa Roumestan, extrait)

Marché de Provence, vue par Alphonse Daudet (Numa Roumestan, extrait)

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?