750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 06:22

champspissenlit.jpgOn fêterait plutôt le muguet mais il n'est pas comestible, alors je me rabats aujourd'hui sur une autre fleur...

Ici, les champs sont fleuris de pissenlits et de coquelicots, une période de transition où les seconds vont peu à peu chasser les premiers.

Il est temps encore pour le "miel" de pissenlit ou la cramaillote comme on surnomme dans l'Ouest cette gelée sirupeuse obtenue à partir des fleurs jaunes ; mais le nom est d'origine franc-comtoise,"cramaillots" est l'autre nom des pissenlits. Il vous faudra les cueillir dans un coin à la fois propre et sauvage, attention à la vigne tout près, n'est-elle pas traitée et les fleurs voisines pleines de pesticides ? A moins de connaître les vignerons, bien sûr, qui cultivent de la vigne bio. Bref vous cueillerez les fleurs bien ouvertes vers midi ou en début d'après midi, pour qu'elles restent ouvertesfleurpissenlit.jpg, épanouies, tout au long de la préparation. car il faudra les rincer pour éliminer les intrus, puis les faire sécher au soleil. Prêt pour une cueillette ?


La recette se trouve évidemment chez les blogueuses de là-bas, comme Lilizen, ici, ou Mijo, . Revue et corrigée à ma "sauce", en ajoutant notamment un peu de miel en fin de cuisson...

 

Et pour les coquelicots, me direz-vous ? Vous pourrez en faire de la gelée, ici (clic).


Ingrédients

- 100 fleurs de pissenlit
- 1 orange non traitée

- 250 ml d'eau
- 1 cuillère à soupe de jus d'un citron.

- 200 grammes de sucre

- 1 cuillère à soupe de miel


Préparation

Cueillir les fleurs et bien rincer sous l'eau. Laisser sécher en plein soleil. Enlever la "corolle verte" pour ne garder que les pétales bien jaunes.

Déposez les fleurs, l'eau, les agrumes coupés en morceaux (idéalement, orange et citron coupés en morceaux).
Faire cuire les fleurs avec
les agrumes une bonne heure à feu modéré (petite ébullition) en prenant soin de bien immerger les fleurs.
Presser et filtrer, pour recueillir un maximum de jus.

Ajouter le sucre et cuire pendant 45 minutes. Mettre en pot.


cramaillote


Partager cet article

Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 06:58

L'estragon est enfin bien sorti, florissant, il commence à grandir dans ma potée ! Pour lui souhaiter la bienvenue, voici enfin la recette de la sauce béarnaise, qui avait été réalisée en début d'automne, quand l'estragon était encore bien portant, tendre et bien vert.


Je profite de ce billet pour rappeler à ceux que cela intéresse et qui ne sont pas trop loin du Nord Vaucluse, l'édition 2010 des Journées "Plantes Rares" de Sérignan, que j'ai narré ici, les 17 et 18 avril. Une merveille de biodiversité florale, fruitière et potagère que je manquerai pas cette année non plus ! J'y renouvellerai notamment ma citronnelle qui ne tient jamais plus d'une année, des plants de basilic bien sûr, la pimprenelle dont a parlé Isa Marie, si elle est si rustique que ça. La mélisse, l'agastache, les menthes vont bien. En revanche, je crois que mes verveines (en pot et en pleine terre) ne repartiront pas, le gel et la neige leur auront été fatal ! Il faudra probablement les changer également. Je ne vois pas non plus la sarriette que je croyais pourtant aussi résistante.

Bref, cette manifestation est incontournable. Je tâcherai aussi d'y suivre des conférences/ateliers du type "comment ne pas co,nfondre les plantes sauvages comestibles avec des toxiques", "ruches au jardin" ou "un jardin sans traitement", probablement aussi encore une balade "salades sauvages", peut être une sortie "photo macro"... Ce sera selon : un jour pour moi, un jour pour mes filles ! Vous m'accompagnez ? Pour en savoir plus sur le programme de cette édition, cliquez ici (doc pdf).

Mais revenons à notre sauce béarnaise... Un croisement entre celle de Chef Simon, une de mes bibles et celle de Senga, dont j'espère lire bientôt des nouvelles gourmandes et printanières...


Ingrédients

- 1 jaune d'oeuf

- 1 cl de vinaigre de vin vieux

- 1 cl de vin blanc sec

- 1 cuillère à café d'échalote émincée

- 50 grammes de beurre

- 1 cuillère à soupe d'estragon ciselé

- sel, poivre


Préparation

Mettre l'échalote avec le vin et le vinaigre et réduire jusqu'à ce qu'il n'y ait presque plus de liquide. Sur bain-marie, fouetter avec le jaune d'oeuf en faisant mousser, ajouter l'estragon et incorporer le beurre en plusieurs fois. Réserver au chaud sur le bain-marie.

Griller les entrecôtes et servir avec la garniture de votre choix.

NB ici la photo date de la fin de l'été, avec des haricots verts et des tomates de saison, achetées à la ferme Bourchet...

 

Partager cet article

Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 09:01
Marmelade d'orange au whiskey, marmelade de bergamote. Voici mon duo gagnant de cette saison, et encore, j'aurais bien aimé une version orange sanguine comme chez la parigote ou une marmelade de pamplemousse au gingembre, mais il faut que je me calme ! J'ai aussi fait du vin d'orange à l'hydromel et au miel, qui doit reposer encore un moment avant d'être filtré... Et de la bergamote confite dans l'huile, comme le citron (j'en ai refait aussi, vous connaissez mon adiction pour le citron confit !).
 En un mot, je rends hommage aux agrumes de saison ! Surtout la bigarade ou orange amère, que les anglais nomment "orange de Séville". Mais aussi le divin citron bergamote.
Edit 30/03/10 les agrumes utilisés sont tous bio ou non traités, bien entendu !

marmeladeorangeamerewhiskey.jpg
Le vin d'orange se prépare avec des oranges douces et amères, et suivant les recettes, du vin blanc ou rosé, parfois du vin doux naturel, de l'alcool et du sucre. Cette fois, j'y ai mis de l'hydromel et un peu de miel.
Quant aux citrons bergamotes confits à l'huile, rien de plus simple c'est comme la recette de Françoise, alias Carpe Diem, blogueuse disparue à la fin de l'été : des agrumes et du gros sel, dessalés et couvert d'huile d'olive. Vous avez à la fois des agrumes confits, leur huile qui va se parfumer, et du sel parfumé auissi ! Une recette 3-en-1 qui dit mieux. On peut ainsi réaliser d'autres agrumes confits, pour accompagner des poêlées végétariennes, du porc, des produits de la mer etc... Et il y a aussi ces citrons confits au miel et romarin d'après Mavrommatis chez Mamina, mais le procédé est différent.
Quant à la marmelade d'orange amère, c'est toujours la même recette, rédigée ici de façon "poétique", celle de Ségolène. Avec un peu de whiskey dedans en fin de cuisson. Pour la marmelade de bergamote, même recette aussi, en panchant citron jaune et citron bergamote. Allez, je la renote pour la forme.
Sinon, il y en a une terrible : la marmelade d'orange amère aux marrons confits (clic).

Marmelade d'orange amère au whiskey / Marmelade de citron bergamotemarmeladeorangeamerewhiskey1

Ingrédients
- 1 kilo d'orange amère*+eau
- 2 kilos de sucre environ
*proportions à adapter en fonction de votre stock et de votre consommation de marmelade !

Préparation
Couper les fruits plus ou moins finement selon l'effet recherché (plus ou moins "thin cut", pour en savoir plus, allez lire ceci chez Pascale).
Couvrir d'eau et laisser reposer 24 heures.
Le lendemain, cuire ce mélange une demi-heure.
Laisser refroidir, peser le mélange fruit/eau et ajouter le poids égal de sucre en mélangeant bien. Laisser reposer encore 24 heures.
Cuire ce mélange pendant environ une heure. Mettre en bocaux immédiatement.
NB on peut raccourcir le temps de cuisson en augmentant le temps de pause avec le sucre...

marmeladebergamote.jpg

Vin d'orange à l'hydromel

Ingrédients

- 1 orange douce
- 4 petites oranges amères
- 1/2 citron
- 450 grammes de sucre
- 1/2 l d'alcool à 40°
- 1 l de vin blanc sec
- 500 ml d'hydromel
- 30 grammes de miel

Préparation
Couper les agrumes en quartiers, ajouter le vin, l'hydromel, l'alcool, le miel et le sucre, mélanger et laisser macérer
40 jours.
Filtrer et mettre en bouteilles
NB Je n'ai pas encore goûté ma mixture, je vous en reparle dans quelques semaines... je vous tiens "au jus" si je puis dire !

vinorangehydromelmaceration.jpg

Bergamote confite à l'huile


Ingrédients

- 1, 2 ou 3 citrons bergamotes
- autant de citrons jaunes
- gros sel
- huile d'olive

Préparation

Il existe plusieurs techniques, soit on entrouvre juste les citrons en les coupant en 4 (mais pas jusqu'au bout) de façon à les garder entiers, soit on coupe en rondelles ou en quartiers. Poser dans un bocal et couvrir de gros sel en alternant les couches d'agrumes. Laisser reposer 24 heures.
Débarasser les agrumes du sel (le conservant dans le bocal pour le faire sécher). Les mettre dans un autre bocal, en séparant le cas échéant citrons jaunes et bergamotes (ec que j'ai fait), couvrir d'huile d'olive et conserver au frais.
On peut les garder très longtemps en s'assurant que les agrumes sont toujours bien couverts d'huile.


bergamoteconfithuileolive.jpg

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 07:29
Parce que la pâte à tartiner, ce n'est pas que pour les enfants, en voici une douce au palais, onctueuse à souhait, et délicatement parfumée au chocolat et au citron, un duo que j'adore ! A décliner avec du citron vert, ce doit être exquis aussi. Ou du gingembre râpé, ou du piment d'Espelette, ou...  vous de voir !
Il n'y a que des bonnes choses dedans en plus : chocolat, zeste de citron, miel, lait de coco ; une pâte à tartiner saine, vous votez pour ? Cette pâte à tartiner se garde au frais, tant pour la conservation que pour la maintenir ferme et facile à étaler.
NB Mlle E en est folle de cette pâte à tartiner "pour adultes" !

Après les roulés de pasta pour l'apéritif, je renouvelle ma participation auprès de Dumé et Nawal pour l'édition de septembre de "manger des yeux ne nuit pas à la santé" dédiée au chocolat.


Ingrédients

- 100 grammes de miel
- 160 grammes de lait de coco
- 50 grammes de chocolat (moitié lait, moitié noir)
- zeste d'1/2 citron (ou huile essentielle...)

Préparation
Faire bouillir le miel 5 bonnes minutes. Ajouter le lait de coco et le zeste de citron et cuire à feu moyen encore un quart d'heure environ. Ajouter le chocolat hors du feu et laisser fondre. Bien mélanger et laisser refroidir. Stocker au réfrigérateur.


Partager cet article

Repost0
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 07:38
J'ai eu l'habitude (avec ma mère) de faire des confitures à la pectine, mais je suis revenue peu à peu vers des recettes plus traditionnelles, notamment en chinant des livres de cuisine presque "amateur" de mamés d'ici ou de grands-mères d'ailleurs, car la confiture est une vraie passion (oui, une passion dans la passion). Mon jardin étant un verger, voici 10 ans que je mets en pots chaque été des fruits à tartiner !
Ce qui ne veut pas dire que je n'essaierai pas les produits de confiture sans cuisson qui se multiplient actuellement, je pensais "fraise" mais la saison a été moins prolifique que les années précédentes (si je trouve un kilo à prix raisonnable, je ferai l'essai...), sinon  ce sera peut être fruits rouges, mais pas la mûre sauvage ! Celle-ci a besoin de cuisson pour développer ses arômes !
NB La mûre est riche en pectine naturelle, pas nécessairement besoin donc d'en ajouter ! Pour en savoir plus, cliquez ici.

Et après mes élucubrations à l'agar-agar (et à l'estragon) de l'an dernier, je vous propose une recette de gelée de mûre à l'ancienne, sans pectine. Juste des fruits cueillis dans la garrigue, du sucre blond bio et du jus de citron ! Un arôme concentré de mûre garanti par une cueillette à maturité optimale de fruits gorgés de soleil...

Ingrédients (3 pots de 200 ml)
- 1 kilo de mûres
- 400 grammes de sucre
- jus d'un demi citron

Préparation
Laver rapidement les mûres sous l'eau froide, les mettre dans une cocotte avec environ 20 cl d'eau, couvrir et faire cuire à feu vif un quart d'heure environ. Presser le jus (et la pulpe) sur un tamis. Mélanger les 500 grammes obtenus avec 400 grammes de sucre et le jus de citron. Faire bouillir le mélanger une vingtaine de minutes jusqu'à ce que la gelée soit pris. mettre en pots stérilisés, visser et retourner les pots.

Partager cet article

Repost0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 06:59
Pas une mais deux sauces fromagères pour la pasta, qui est, il faut bien le dire, ce que nous mangeons le plus en ce moment, entre deux virées à la piscine ! Et pour les pâtes, j'ai adapté la classique tomate/ricotta/basilic, suave et aromatique. Puis, une autre a vu le jour, histoire de faire manger de l'aubergine aux plus récalcitrants : sauce aubergine/bruccio avec un peu de poivron rouge et parfumée à l'origan. Les deux sont très bonnes et permettent de varier notre gourmandise, avec une autre mi-sauce/mi-tartinade (recette à suivre sur le blog...). C'est simple rapide, pas de quoi s'en priver donc, ce qui permet de se concentrer sur d'autres activités ludiques durant l'été !


Sauce tomate/ricotta/basilic

Ingrédients
- 3 tomates moyennes
- 1 grosse cuillère à soupe de ricotta
- 1 cuillère à soupe de basilic ciselé
- 1 gousse d'ail
- huile d'olive
- sel, poivre

Préparation
Peler et épépiner les tomates. Faire revenir doucement l'ail dans l'huile d'olive, ajouter la tomate et faire cuire doucement jusqu'à évaporation du jus. Mixer avec la ricotta et le basilic, saler et poivrrer, servir aussitôt avec les pâtes.

Sauce aubergine/poivron rouge/bruccio/origan

Ingrédients
- 1 petite aubergine
- 1/4 poivron rouge
- 70 grammes de bruccio (ou brousse de vache)
- 1/2 cuillère à soupe de thym et origan mélangés (fleur d'origan pour le décor)
- 1 gros oignon
- huile d'olive
- sel, poivre

Préparation
Passer les demi aubergines et le poivron sous le grill, côté peau sur le dessus. laisser tiédir et peler.
Faire revenir l'oignon dans l'huile d'olive, ajouter les herbes. Mixer avec l'aubergine et le quart de poivron, le bruccio, saler et poivrer. Servir tiède, avec la pasta de votre choix !

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 07:18
La première fois que j'ai préparé de la confiture de melon, c'était il y a 3 ou 4 ans pour une fillette qui m'en réclamait. N'étant pas sûre d'aimer moi-même, j'en avais fait une très petite quantité, l'équivalent d'un ou deux pots... Pas si mal mais le melon a besoin d'être dopé avec des herbes, des épices ou de l'agrume.
Cette confiture de melon à l'absinthe et à l'anis vert a été testée l'an dernier et j'adore ce mariage de saveur (que certains ont pu voir dans sa version "pizza", ici). En prime, une petite dédicace à Tara et sa dernière confiture du jardin...


Ingrédients
- 1 kilo de chair de melon, bien ferme, parfumée et sucrée à souhait !
- 1 kilo de sucre
- 1 cuillère à soupe d'Absinthe (ou anisette)
- 1 cuillère à soupe bombée de graines d'anis vert

Préparation
Couper le melon en cubes et verser le sucre dessus. Mettre au frais durant toute une nuit. Le lendemain, mettre le jus et le sucre dans une cocotte et faire épaissir doucement 20 minutes, jusqu'au point d'ébullition. Puis ajouter les cubes de melon et l'anis vert, poursuivre la cuisson jusqu'à ce que les dés de melon deviennent translucides et soient bien tendres.
Ajouter l'absinthe en fin de cuisson. Mettre en pot aussitôt.



Partager cet article

Repost0
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 07:10

C'est Sab qui a trouvé, il faut dire que vous n'avez pas été très prolixes... C'est en effet coquelicot et cerise : gelée de coquelicot pour être plus précise et gelée de cerise à la verveine, pour faire doublement rougir vos tartines du matin ! Sur la baguette viennoise, version VG d'hier par exemple...
Mais pas que, les minettes en mettent volontiers dans leur petit suisse, de façon plus ou moins sophistiquée (clic)...
La gelée de cerise est quelque chose que je voulais faire depuis un moment. En réalité on entre deux, à mi chemin entre gelée et confiture, car j'ai utilisé plus la pulpe que le jus, mettons un jus épais, mais le résultat est tout de même très agréable. En  revanche, la verveine se sent moyennement, et curieusement, plus ou moins d'un pot à l'autre ! A contrario, avec la chair non utilisée, vous pourrez faire de pâtes de fruits cerise/verveine très gouteuse, comme là !
Quant à la gelée de coquelicot, j'en fais depuis peu, seulement la deuxième année ; mon premier millésime, 2008, avait été réalisé selon cette recette (clic), j'ai renouvelé l'opération pour une très jolie couleur, claire, presque transparente...



Gelée de coquelicot

Ingrédients
- 100 grammes de pétales de coquelicot
- 1/2 litre d'eau
- 400 grammes de sucre blond bio
- 1,5 paquet de Vitpris

Préparation
Faire bouillir l'eau et y plonger les pétales. Eteindre le feu et couvrir ; laisser infuser 1 heure. Remettre sur le feu avec le vitpris mélangé à deux cuillères à soupe de sucre. Faire bouillir 3 minutes puis ajouter le sucre et cuire à nouveau à grosse ébullition 3 minutes en écumant. Tester la prise avec une cuillère. Si la prise est bonne, mettre en pots stérilisés, fermer les couvercles et retourner les pots.


Gelée de cerise à la verveine

Ingrédients
- 2, 5 kilos de cerises dénouyautées (environ)
- 2 belles branches de verveine (environ 25 feuilles)
- grammes de sucre blond bio
- 1 sachet de Vitpris

Préparation
Mixer les cerises et passer la pulpe. Peser ce jus épais et pour 1,3 kilo de jus récolté, compter 1,2 de sucre.
Faire compoter le jus de cerise avec le tiers du sucre et la verveine, puis ajouter le Vitpris mélangé à 2 cuillères à soupe de sucre, faire bouillir 3 minutes. Ajouter le reste du sucre et faire bouillir encore 3 minutes. Ecumer pour ôter la "mousse de confiture"... Nous on la mange tiède au goûter ou refroidie le lendemain, je ne sais pas si c'est très sain, mais je la mangeais déjà, enfant.
Enlever le verveine et mettre en pot.


Partager cet article

Repost0
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 07:36
Après deux/trois jours de confection d'un gâteau d'anniversaire de rêve pour fillette en plein âge rose bonbon-princesse, un tour de rein et deux soucis de plomberie,  je rêve de repas simples, sans prise de tête et quasiment sans cuisine ! Et oui, même à moi, cela arrive parfois !
Et croyez-moi, quand vous avez un évier bouché, suivi d'une inondation, si minime soit-elle et dont vous pouvez vous dépatouiller seule, au beau milieu de la confection de ce gâteau-lit à baldaquin, avec une douleur lombaire (lié au stress de la douzaine d'enfants attendus dont vous aurez à vous occuper, seule ?!), rien ne vaut un dîner en tête-à-tête, avec des pâtes rapidement cuisinées, un truc à siroter tranquillement affalée sur un siège, à discuter avec LUI jusqu'à total épuisement. Vous connaissez cet état de fatigue extrême où l'on n'a même plus le courage de se lever pour monter se coucher ? Voilà à peu près mon état de mercredi soir...

Alors, voilà la sauce délicieuse au cresson et au chèvre qui permet de se régaler rapidamente (avec l'accent romain...) de pasta diliciosa !


Ingrédients
- 1/2 botte de cresson
- 1 chèvre mi frais
- 10 cl de crème liquide
- piment d'Espelette (facultatif)
- sel, poivre

Préparation
Faire chauffer la crème, y mettre le chèvre à fondre, mixer avec le cresson juste lavé. Réserver sur feu doux en attendant de faire cuire les pâtes al dente, et mangez aussitôt !

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 08:37

Confiture de Noël s'il en est puisque l'orange en est le symbole (ou en était, maintenant ce serait plutôt le litchee...), et le kaki qui résiste aux premières gelées (la première nous a surpris ce matin, il est temps de rentrer la fragile citronnelle) est bel et bien un fruit de saison ! On dit même qu'il est encore meilleur lorsqu'il blettit, tel le raisin des vendanges tardives sous les assauts du froid glacial de décembre. Sauf quand le mistral frappe et fait tomber ces si beaux fruits... Vendangeons donc le kaki, il est encore temps !



Ce test a été réalisé en petite quantité car j'utilise les fruits de mon jardin et qu'ils ne sont pas tous à maturité en même temps... Le pavot est davantage là pour faire joli, il n'apporte pas grand chose en bouche si ce n'est cette texture granuleuse, loin d'être désagréable.


Ingrédients

- 2 à 3 kakis bien mûrs, environ 450 grammes de chair

- 1 orange non traitée (ici, bio) environ 350 grammes

- 2 cuillères à soupe rases de graines de pavot

- 500 grammes de sucre

- 1 cuillère à soupe de jus de citron


Préparation

Couper l'orange en quartier et la mettre dans une casserole, couvrir d'eau et cuire à couvert jusqu'à ce que le fruit soit tendre. Puis mettre à cuire avec la chair du kaki, le sucre et le jus de citron. laisser cuire jusqu'à épaississement (test de la cuillère). Ajouter alors le pavot et mettre en pot aussitôt.



Partager cet article

Repost0

Article ? Recette ?