Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 06:58
C'est au Mas des Aigras (entre Orange et Piolenc) que j'ai pris mon second cours de cuisine, avec le chef de cuisine et propriétaire Alain Davi. Ce dernier vient de Savoie où il a fait ses classes, il q ensuite quitté sa région natale pour la Bourgogne et enfin la Provence : il est resté 8 ans à la Mirande à Avignon, dont 2 en tant que chef de cuisine, avant de se lancer avec sa femme dans la crétaion de son propre hôtel et restaurant. Il y décline une cuisine agréable, aromatique et colorée, souvent à base de produits issus de l'agriculture biologique.
Je vous y avais déjà emmenés pour un dîner spécial truffe l'an passé... mais place au cours de cuisine !

Nous étions sept, dont un homme. Le programme était très chargé pour une matinée démarrée à 9h00 largement passées ! Au menu : terrine de lotte, crème légère au gingembre ; émincé de longe de veau et gambas rôties au curry ; galette des rois à la frangipane (avec le feuilletage bien entendu !). De fait Alain Davi et son second ont fait tout le travail, nous n'avons fait que noter, regarder, questionner, ce qui n'est déjà pas si mal, et cerise sur le gateau, dégusté ! Car la formule du cours est l'élaboration du menu puis sa dégustation, avec les conjoints si on le souhaite. c'est ainsi que je me suis retrouvée à table avec mon médecin, dont la femme assistait au cours...

Je vous laisse découvrir notre arrivée avec un petit café, servi près d'un hérisson fétiche qui m'avait déjà tapé dans l'oeil l'an dernier. Avez-vous remarqué ces légumes magnifiques ? Du bio, il n'y a pas de doute ! Au passage, un invité à quatre pattes qui aimerait sans doute bien entrer et glaner quelques miettes voire un morceau substantiel... Car son maître (et le nôtre par la même occasion) est en pleine action avec son bouillon de crustacés.
masaigrascourscuisinejanvier08visiteur.jpg
Alain Davi, sérieux dans ses explications, parfois vif comme l'éclair quand il parle de sujets qui le passionnent, rieur comme un enfant tout au long du cours. Quelqu'un d'attachant..
masaigrascourscuisinejanvier08chef.jpg Les élèves : une mère au foyer comme moi, la femme d'un fournisseur de melon du restaurant, venue en voisine,( et à qui j'irai en acheter en saison, il paraît qu'ils sont délicieux), deux personnes plus âgées arrivées tardivement et "non identifiées", l'ancienne directrice de la foire au vin d'Orange (à laquelle j'ai participé en tant que dégustatrice à plusieurs reprises), et un homme passionné de cuisine qui nous a parlé de charlotte de pommes de terre au foie gras, ce qui me met encore en transe à l'heure à laquelle j'écris ces lignes !
Attentifs, à l'écoute, de l'échange, de la passion, toujours de savoureux moments... Et enfin le repas, tout aussi savoureux !

masaigrascourscuisinejanvier08avantapres.jpg Je passe sur les tours de main de l'entrée et du plat de résistance, classiques, juste un truc que je ne faisais jamais pour les fonds et fumets : faire revenir carcasses ou arêtes dans de la matière grasse avant de mouiller ! J'ai fais, chef ! Et c'est sûrement meilleur ainsi...
Mais en toute honnêteté je venais surtout pour ça : la galette des rois à la frangipane et la pâte feuilletée !
J'en avais vu passer des "lance-toi, c'est long mais pas si compliqué !" mais je n'avais toujours pas passé le pas. Après le cours, bien obligée ! Voi les gestes d'un professionnel, cela dédramatise un peu.

Commencer d'abord par la détrempe, juste de la farine, du sel, de l'eau, souvent du beurre fondu (ici en tout cas), ne pas trop pétrir la pâte pour qu'elle ne soit pas trop élastique et difficile à travailler au moment du tourage ! Placer sous film plastique environ 2 heures.

Après la détrempe, le tourage :
Son truc à lui : battre le beurre entre deux feuilles de papier sulfurisé pour le ramollir. Il faut qu'il ait une forme carrée.
masaigrascourscuisinejanvier08beurre.jpg
La détrempe est sortie du réfrigérateur après y avoir passé deux heures. Former un carré et marquer un repère pour le centre (le monticule au milieu, vous voyez ?), on rabattra ensuite les 4 coins vers ce centre, en y enfermant le beurre. Comme dans une enveloppe.
masaigrascourscuisinejanvier08detrempe.jpg
Ensuite, on abaisse sur la longueur.
masaigrascourscuisinejanvier08abaisse.jpg
On va replier en trois comme montré ci dessous.
masaigrascourscuisinejanvier08pliage.jpg
Une fois le pliage effectué, on effectue un quart de tour (on tourne toujours dans le même sens !)
masaigrascourscuisinejanvier08suite.jpg

On abaisse à nouveau sur la longueur comme précédemment, puis pliage  à nouveau des trois pans... masaigrascourscuisinejanvier08tour1.jpg
Là, on stoppe et on place au rérigérateur pour 2 heures : éventuellement marquer un repère pour connaître le nombre de tour (ici, deux doigts pour deux quarts de tours par exemple).
masaigrascourscuisinejanvier08finpremiertour.jpg
La pâte feuilletée c'est 3 fois deux quarts de tours. En suite la pâte est prête. Pour la galette à la frangipane la garniture se coposait très traditionnellement d'une crème pâtissière et d'une crème d'amande mêlées. On abaisse deux cercles, sur le premier on étale la crème jusqu'à 2 cm du bord à peu près, on dore la pâte au jaune (un peu détendu d'eau) pour souder avec le second cercle.On appuie bien avec les doigts puis avec le dos du couteau. On dore sur le dessus après avoir décoré avec le dos du couteau et créé une petite "cheminée" dans la pâte. Au four, à 180°C pour 20 minutes environ...

masaigrascourscuisinejanvier08galette.jpg
Reproduction de la pâte sans problème parfaite réalisation (ou presque) en revanche la galette, un flop, la même déconvenue qu'Anso : la soudure ne s'est pas faite, la crème frangipane a fuit et la galette n'a pas cuit comme elle aurait du, quelle déception ! Mais après, il y a eu ça, et là, c'était franchement bon !

Et puis avec les chutes il y a eu ça :
roulefeuilletemiso.jpg
Des tortillons de pâte feuilletée au miso ! Rigolo non ? Sur la photo, on voit bien le feuilletage, les différentes "couches" que fait la pâte.
roulefeuilletemiso2.jpg
Et enfin, j'ai récidivé avec la fin  de la pâte feuilletée mais du total n'importe quoi : j'ai soudé et même "doré" au blanc d'oeuf, garni d'un mélange crème pâtissière/crème de noisette/poudre de noisette et ensuite passer un sirop de betterave ! Bref, ce n'est pas l'intérieur mais l'extériur qui était rose ! Amusant mais franchement pas mal du tout. Mais j'ai quand même assuré la soudure avec un petit, tout petit bourrelet. Résultat pas de crème qui a fichu le camp, la garniture était plutôt bonne (même à la sauvage) : une réussite, les filles étaient ravies et moi aussi !
galetteroisnoisette.jpg
La morale de l'histoire : suivre les recettes mais les trucs culinaires sont souvent à inventer !

Allez, la recette de la pâte feuilletée testée (peut être un peu trop de beurre mais un très joli feuilletage !)
pour 500 grammes de pâte (j'avais réduit les proportions de moitié)

Ingrédients
400 grammes de farine T45 ou 55 (oups c'était de la T65 ! Comme quoi...)
14 grammes de sel
500 grammes de beurre
20 cl d'eau

Préparation
Faire une détrempe en mélangeant la farine avec l'eau froide salée, incorporer ensuite 75 grammes de beurre fondu, mélanger sans trop malaxer. Rouler en boule cette détrempe et placer sous film alimentaire 2 heures au frais.
Sortir le beurre et le travailler pour le ramollir (chacun sa technique), il doit avoir la mâme température et la mâme consistance que la détrempe.
Abaisser la détrempe et former un carré, placer le beurre au centre et replier comme une enveloppe les 4 coins de le détrempe par dessus. Abaisser le pâton en un rectangle 3 fois plus long que large. Replier en 3, donner un quart de tour, abaisser, replier et mettre au frais pour deux heures. Rafaire la manipulation 2 fois. La pâte peut ensuite être utilisée.


Partager cet article

Repost 0
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 05:46
La dernière brioche de Minouchkah m'avait tapé dans l'oeil, du safran et une mie bien filante, il fallait que je la tente  ! L'après-midi même, en dépit d'une incertitude dans la recette, je réalisais cette petite merveille. Le safran s'y est fait discret mais délicieusement  présent, suffisamment au goût de certains...
Cette brioche au safran a été réalisée alors que la préparation aurait nécessité 50 ml d'eau supplémentaire. Le résultat fut cependant fabuleusement moelleux, une mie filante (elle aurait pu l'être davantage, j'ai du interrompre le pétrissage) et un délicieuse saveur !

briochesafran.jpg
Ingrédients
- 400 grammes de farine
- 150 ml de lait (impasse sur les 50 ml d'eau nécessaire à la recette initiale)
- 100 grammes de beurre
- 80 grammes de sucre
- 1 pincée de safran
- 1 oeuf
- 2 cuillères à soupe de miel
- 20 grammes de levure fraîche
- 1/2 cuillère à cafeé de sel
- gros sucre (facultatif)

Préparation
Mettre la farine dans un saladier, ajouter le sel et la levure.
Faire tiédir le lait avec le sucre, le miel et le safran. Laisser refroidir puis ajouter l'oeuf battu. Incorporer ce mélange à la farine et mélanger, pétrir puis ajouter le beurre légérement mou et coupé, pétrir pendant 15 minutes environ.
Laisser lever 45 minutes dans un endroit chaud à l'abri des courants d'air.
Tresser ou façonner une boule, badigeonner d'un peu de lait et parsemer de gros sucre.
Laisser lever 20 minutes avant d'enfourner 35 minutes à 180°C.

briochesafran2.jpg

Partager cet article

Repost 0
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 08:42
Le panettone est un des Graal pour tout amateur de pâte levée, de brioche... J'avais bien vu défiler des recettes pour MAP, ou pas, à la farine complète, d'épeautre et j'en passe, j'ai retenu les trucs de Vanessa (CM) mais j'hésitais à passer le pas quand Mamina préfère réaliser un Stollen plutôt que LA brioche de Noël de "chez elle" !
Finalement, je me suis lancée, sur la base de cette recette. Au final, une levée plutôt faiblarde... mais un goût divin ! Remarquez qu'en la matière, je n'ai aucune expérience, je n'ai jamais mangé de vrai  panettone italien (je veux dire autre qu'industriel). A noter également : il était bien meilleur deux jours après, un peu plus sec. Aurait-il besoin d'être dégusté rassis comme le Stollen ? Messieurs-dames les italiens, avez-vous une réponse ?

panettone1.jpg
Ingrédients
pour le "levain"
- 250 grammes de farine (T65 ici)

- 200 grammes
- 10 grammes de levure fraîche
- 15 grammes de sucre
pour la pâte
-
250 grammes de farine (T65)
- 15 grammes de sel
- 60 grammes de sucre
- 60 grammes de miel
- 15 grammes de levure
- 150 grammes de lait
- 100 grammes de beurre
- 3 jaunes d'oeufs
- 10 gouttes d'huile essentielle d'orange
- 150 grammes de raisins secs
- 60 grammes d'écorce d'orange confite
- 40 grammes de cerises séchées (maison)

panettone2.jpg

Préparation
Préparer le levain : dissoudre la levure dans l'eau tiède, mélanger la farine et le sucre puis le liquide. Couvrir et laisser lever 1 heure et demi.
Faire fondre le lait, le beurre, le sucre et le miel sur feu doux. Laisser tiédir et dissoudre le reste de la levure, puis les jaunes d'oeufs battus. Dans un grand plat mélanger la farine, le lait et le levain, puis ajouter les fruits secs et confits. Là, il faut malaxer jusqu'à ce que la pâte se détache, or, elle y collait, après avoir malaxé, j'ai laissé tel que durant 45 minutes, couvert d'un linge.
Chemiser un moule (on des boîte de conserves en fer) de papier sulfurisé ou foncer avec un sac en papier du commerce (épicerie, fuits et légumes). Y mettre la pâte (plus qu'un "pâton" en ce qui me concerne...), laisser pousser encore 3 heures. Puis cuire 45 minutes à 200°C (éventullement dorer au jaune d'oeuf et parsemer d'amandes effilées).
Mon conseil : attendre 36 heures au moins avant de déguster, c'est mielleur !

panettone3.jpg
PS pour les voeux, vous attendrez bien quelques heures...

Partager cet article

Repost 0
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 06:24
Il y a longtemps que je voulais tester le pain à la bière d'une part, celui cuit en cocotte d'autre part, Petite Lolie a réalisé les deux dans un même pain, je ne pouvais pas ne pas l'essayer ! J'ai zappé les noisettes dans la recette originale de Petite Lolie, et au moment où je rédige, je m'aperçois en plus que j'ai oublié l'oeuf !

painbierecocotte.jpg
Ingrédients
450 grammes de farine t110
25 cl de bière
25 grammes de levure fraiche
1,5 cuillère à café de sel
painbierecocotte2.jpg
Préparation
Mélanger la levure et la bière avec 100 grammes de farine, laisser reposer une petite heure.
Dégazer et placer la pâte dans une cocotte chemisée de papier sulfurisé. Fermer avec le couvercle.
Enfourner de suite à froid, chaleur tournante 240°c pendant 40 minutes.
Oter le couvercle et laissez encore cuire 5 à 10 minutes.

J'ai laissé un peu plus et la croûte (déjà épaisse), m'a semblé plus dure que celle des autres pains que je fais d'habitude. Est-ce le mode de cuisson ou l'excès de cuisson ?
A refaire en tout cas, car la mie était délicieuse !


painbierecocotte3.jpg

Partager cet article

Repost 0
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 06:56
La gâche est chère à mon coeur, comme la tresse vendéenne, mais jusqu'alors, je n'avais pas trouvé LA recette. C'est chez Sandra que je l'ai finalement dénichée et copiée tel que. La première fois que je l'ai réalisée, je suis tombée en pâmoison devant cette texture et surtout, cette saveur, rappelant exactement le goût de celles que j'ai pu goûter, là-bas. Une madeleine de Proust en quelque sorte. Merci Sandra pour cet idéal gourmand, c'est sûrement l'une des meilleures brioches jamais faites !
La seconde fois, je ne suis pas parvenue au même résultat mais les ingrédients n'étaient pas tout à fait les mêmes et les quantités étaient celles de Sandra tandis que la première fois je m'étais contentée de la moitié... Vous connaissez le proverbe, jamais deux sans trois !
NB Cette gâche s'est extraordinairement bien conservée, toute une semaine en réalité !

gachevendeenne.jpg
Ingrédients
- 550 grammes de farine T45 (la première fois c'était T65)
- 125 ml de lait
- 2 cuillères à soupe de crème fraîche
- 2 oeufs
- 1,5 cuillères à café de sel
- 110 grammes de sucre
- 110 grammes de beurre
- 1 cuillère à soupe d'alcool (eau de vie de prune, kirsch...)
- 2 cuillères à soupe d'eau de fleur d'oranger
- 25 grammes de levure fraîche
- 1 jaune d'oeuf pour la dorure

gachevendeenne2.jpg
Préparation
Mettre tous les ingrédients à température ambiante.
Délayer la levure dans le lait, ajouter les oeufs, la crème, le sel puis la farine. Malaxer pour bien amalgamer puis commencer à pétrir: la boule qui se forme est dure, friable, c'est normal, ne pas réajuster!
Ajouter le sucre en pluie (le pâton se ramollit et prend une texture agréable), puis quand tout le sucre est incorporé, ajouter le beurre détaillé en petits morceaux et pétrir jusqu'à ce que la pâte se décolle des parois, au moins 10-15minutes (la toucher de temps en temps pour vérifier qu'elle reste fraîche, sinon arrêter de pétrir)
Ajouter alors les arômes (bassinage) et continuer de pétrir 5 minutes environ jusqu'à l'obtention d'un pâton élastique, non collant, doux et lisse. Transvaser dans un saladier (reformer une boule), filmer et laisser reposer 6heures à température ambiante.
Verser la pâte sur un plan de travail légèrement fariné, diviser en 3 morceaux. Bouler légèrement les pâtons, détente 5 minutes puis façonnage en bâtards que l'on dépose sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.
Dorer délicatement à l'oeuf entier salé. Apprêt à température ambiante pendant 3 heures ou jusqu'à ce que les gâches triplent de volume
Dorer à nouveau, inciser sur la longueur (oublié cette fois-ci) et enfourner à 180°C pendant environ 20-25 minutes en recouvrant d'une feuille de papier alu à mi-cuisson.

gachevendeenne3.jpg

Partager cet article

Repost 0
16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 12:09
C'est aujourd'hui ! Quoi ? La fête du pain... Alors quoi, il faudrait trouver une façon festive, ludique de la lui souhaiter !fetepain2007mainsurpain.jpg
Pas de grosse miche, pas de baguette, juste des petits pains apéritifs à manger tels quels, juste par plaisir... Sur une base de kamut/T65 bio, deux versions : noix/figues et thym/anchois. Un truc à grignoter à l'heure de l'apéritif, avec un bon fromage de chèvre pour le premier, si vous y tenez, ou du beurre salé pour le second. Mais franchement, c'est bon tout seul !
World Bread Day '07
Pour ce World Bread Day 2007, Zorra (Kochtopf) recevra donc ces petits pains apéritifs, gourmands, tout ronds...

Ingrédientsfetepain2007painthymanchois.jpg
- 250 grammes de blé "kamut"
- 200 grammes de farine de blé T65
- 2,5 cuillères à café de levain en poudre bio
- 1,5 cuillère à café de sel
- 1 cuillère à café de sucre roux
- 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
- 2 figues
- 5 noix
- 8 anchois
- une grande branche de thym frais


figue/noix
fetepain2007painfiguenoix.jpg
Préparation
Mélanger les ingrédients, pétrir 5 minutes, couvrir d'un linge et laisser doubler de volume durant environ 1 heure et demi. Façonner des boules (environ 80 grammes), y mélanger les figue et noix hachées grossièrement d'une part, les anchois coupés en petits morceaux et le thym d'autre part. Laisser encore reposer 1 heure. Enfourner 20 minutes à 210°C jusqu'à ce que les petits pains soient dorés.

fetepain2007vraiemainsurpain.jpg

Partager cet article

Repost 0
29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 05:29
C'est une grande première, je me lance dans la création de pain ! Jusqu'à maintenant, je me contentais de suivre des recettes des pros de la blogopshère ou de mes livres de cuisine. Suis-je assez avancée pour ceci ? Je ne suis pas sûre d'avoir toujours le coup de main mais j'ai compris l'essentiel de la technique. Certaines trouveront cela gonflé de ma part et c'est sans doute vrai mais tant pis, je me lance (avec toutefois une base pratique...) !

painpotimarronfloconsquinoa2.jpg
Alors ceci n'est pas un pumpkin bread ("pain" au potiron américain, en fait plus proche du cake que de la miche de pain que l'on trouve en Europe...) mais un véritable pain à base de farine et de purée de potimarron... Pour le croustillant, j'ai opté pour des flocons de quinoa et des graines... de potimarron (entre parenthèses, ces graines grillées et salées sont parfaites pour l'apéritif mais c'est un peu long à nettoyer je vous le concède...) ! Double potimarron, Lavande devrait être ravie, non ? Je fais, je crois, honneur à la semaine consacrée à cette cucurbitacée...

Avec ce pain à la magnifique couleur jaune-orangé (on ne sent pas le potimarron mais on le voit !), à la mie moelleuse et à la croûte goûteuse et croquante, je participe au jeu "1, 2, 3, pains, partez !" de Samania, une des pros de la boulange sur la blogosphère, auteur d'un livre sur le pain. Elle nous invite à imaginer une recette de pain et je suis très fière de celui que je vous présente, notamment parce que, pour moi, la panification et la pâtisserie sont très difficiles, ensuite parce que le pain auquel j'ai donné naissance était plutôt réussi !

painpotimarronfloconsquinoa3.jpg
Ingrédients
- 520 grammes de farine bise
- 300 ml d'eau
- 12 grammes de levure de boulanger (fraîche)
- 100 grammes de potimarron (cuit à la vapeur, épluché, réduit en purée)
- 1 cuillère à café bombée de sel
- 1 cuillère à soupe de sucre complet bio
- 1 grosse pincée de 4 épices
- lait ou eau pour "coller" les flocons
- 4 ou 5 cuillères à soupe de flocons de quinoa
- 1 ou 2 cuillères à soupe de graines de potimarron, lavées et séchées

painpotimarronfloconsquinoa5.jpg
 

Préparation
Faire un levain avec 50 grammes de farine et la levure délayée dans 100 ml d'eau. Laisser reposer 2 heures.
Mélanger le reste de la farine avec le sucre, la purée de potimarron, le sel, les épices, le levain et le reste de l'eau. Pétrir 5 à 10 minutes en ajoutant si besoin de la farine : la pâte doit être souple mais non collante. laisser lever sous un linge environ 1 heure, jusqu'à ce que le pâte ait doublé de volume.
Confectionner deux miches, déposer sur une plaque couverte de papier sulfurisé et laisser encore reposer une petite heure. Humidifier avec de l'eau ou du lait et faire adhérer les flocons de quinoa et les graines de potimarron.

avant cuisson...painpotimarronfloconsquinoa.jpg
Enfourner à 220°C avec un ramequin d'eau durant 15/20 minutes, baisser à 200°C (couvrir éventuellement d'un papier aluminium) et poursuivre la cuisson encore 15 minutes. Laisser à four éteint une dizaine de minutes. Sortir les miches de pain, laisser tiédir et déguster...
Bon encore une fois, c'est super bon et je suis assez contente du résultat, surtout pour une première vraiment pas facile pour moi... Je serais curieuse d'avoir vos impressions, notamment des spécialistes de la boulange !

painpotimarronfloconsquinoa4.jpg

Partager cet article

Repost 0
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 05:15

Irisa, fleur d'Ardèche, à deux pas de la Provence, ne connaissait pas ce fleuron des jours de fête, l'un des treize desserts provençaux : j'ai nommé la pompe à l'huile ! On la sert avec les mendiants et nougats, calissons et fruits confits la veille de Noël.

Mais ce n'est pas crime de lèse majesté que de préparer cette brioche à l'huile d'olive en dehors de la nativité, n'est-ce pas ? Sinon je m'en excuse et me réfugie derrière ma gourmandise et mon manque de pratique religieuse... Car la pompe vaut chez nous pour une brioche délicieuse à servir à tout petit déjeuner, elle s'échange sur notre table avec la tresse vendéenne, croisement de mes origines paternelles et adoptives... Traditionnellement, on parfume avec des zestes de citron ou d'orange mais la plupart du temps je mets de l'eau de fleur d'oranger. Irisa, la pompe, c'est le pied (mille excuses par avance pour cet incontrolable jeu de mot) !

pompehuile2.jpg
Ingrédients
- 500 grammes de farine
- 100 grammes de sucre
- 10 grammes de levure de boulanger (fraîche)
- 2 oeufs
- 1 demi verre à moutarde d'huile d'olive
- 2 cuillères à soupe d'eau de fleur d'oranger
- 1 pincée de sel

pompehuile3.jpg
Préparation
Dissoudre la levure dans un demi verre d'eau tiède et mélanger avec 100 grammes de farine. Laisser reposer ce levain deux heures. Dans un saladier, creuser un puits dans le reste de farine, y verser les oeufs, l'huile, l'eau de fleur d'oranger, le sel et le sucre. Pétrir 5 minutes et laisser reposer encore deux heures sous un linge. Former une couronne, couvrir et laisser pousser encore 2 heures avant d'enfourner à 210°C environ 25 à 30 minutes en surveillant la cuisson et en couvrant éventuellement si la pompe se colore un peu trop. dégsuter tiède ou froid au goûter ou au petit déjeuner. Et bien sûr lors de la veillée de Noël !

pompehuile4.jpg

Partager cet article

Repost 0
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 05:23
Cela s'appelle une "brioche" mais on n'utilise pas de levure de boulanger et donc, il n'y a pas de levée. Cette brioche a été réalisée avec un reste de tomme fraîche d'Auvergne mais pour une vraie grosse belle brioche, tripler les proportions indiquées !
C'est assez étonnant en bouche, on sent la note fromagère et c'est plutôt agréable, pour la texture, c'est à la fois moelleux et frais ; en un sens, cela me rappelle un peu la mie du tourteau fromager... A refaire, dès que je trouverai de la tomme fraîche !

briochetommefraiche.jpg

Ingrédients
- 100 grammes de farine
- 140 grammes de tomme fraiche (j'en trouve sous vide chez un fromager sur le marché)
- 1 oeuf
- 40 grammes de sucre en poudre
- un tiers de sachet de levure
- gros sucre (facultatif)


Préparation
Emietter la tomme et la mélanger avec tous les autres ingrédients. Mettre en boule sur une plaque couverte de papier sulfurisé et enfourner à 180°C jusqu'à légère coloration. Pour ce petit format "test", compter 30 minutes mais pour une grande brioche, il faudra sans doute trois quarts d'heure au moins...

Partager cet article

Repost 0
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 14:06
Ces petits pains, je les avais déjà réalisés il y a quelques temps, une autre recette, mais pas notée ! Misère... Heureusement que Fidji et Sandra, les reines de la boulange sont là ! Du coup j'ai repris la recette trouvée chez Sandra, elle même l'ayant empruntée à Fidji... Sans souci avec ces deux là, à part mon propre tour de main et mes impasses (parfois sans conséquences mais parfois à tort), je n'ai jamais rencontré de problèmes avec leurs recettes...
Désolée pour la photo, j'ai congelé une partie de ma production et les petites se sont ruées sur ces pains, qu'elles ont adorés, voici la photo du seul pain (et encore entamé) que j'ai pu sauver ! Désolée... Je reprendrai des photos à la décongélation.
NB cette recette va me servir pour une autre, à venir !

paintraiteur.jpg
Ingrédients
- 500 grammes de farine bise
- 200 ml de lait
- 100 ml d'eau
- 25 grammes de levure de boulanger fraîche (un peu trop..)
- 5 grammes de sel
- 80 grammes de beurre demi sel (pas très orthodoxe, je vous l'accorde...)
- 30 grammes de sucre

Préparation
Diluer la levure dans le mélange eau/lait, ajouter  le sel et le sucre, incorporer la moitié de
la farine (oups, je ne l'ai pas tamisée), commencer à pétrir en incorporant le reste de la farine en 3 ou 4 fois. Dès que la pâte commence à former une boule, ajouter le beurre ramolli en l'intégrant à la pâte. Pétrir une dizaine de minutes pour obtenir une pâte lisse et élastique. Couvrir d'un linge et laisser reposer 1h30.
Dégazer en repliant la pâte 3 ou 4 fois sur elle même (oups, oublié), former des petits pains d'environ 35 grammes, les façonner pour leur donner une forme ovale et régulière. Couvrir d'un linge humide et laisser lever encore 1 heure (un peu moins pour moi, vu l'excès de levure). Dorer à l'oeuf et cuire environ 10 minutes (il m'en a fallu 15) à 210°C.

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?