750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 07:18

Après le crumble matcha/amande de pommes et mûres, voici une très jolie brioche pistache/confiture de mûre (mais pas que), sur une brioche tressée et garnie qui m'avait fait forte impression quand je l'avais croisée ici chez Marie-Claire (du miel et du sel), pour son esthétique et sa gourmandise. J'ai eu l'occasion de la tester avec différentes garnitures, celle-ci (qui date de l'an dernier) est encore bien de saison. Presque plus une brioche de goûter que de petit déjeuner ! Un peu comme celle de St Genix aux pralines roses...

Ingrédients
- 375 grammes de farine
- 20 grammes de levure de boulanger
- 125 grammes de lait tiède
- 50 grammes de sucre
- 50 grammes de beurre
- 2 œufs + 1 pour la dorure
- 1/2 cuil. à café de sel
pour la farce
- 80 grammes de pâte d'amandes blanche
- 80 grammes de confiture de mûres
- 80 grammes de cerises séchées

- 80 grammes de pistaches grossièrement hachées

- 1 cuillère à café de thé vert matcha

pour le "lustrage"
- 1 cuillère à soupe de sucre + 1 cuillère à soupe d'eau

Préparation

Verser la farine dans un récipient,  y émietter la levure et ajouter le lait, un peu de sucre, mélanger avec un petit peu de farine pour faire une pâte "molette" (dixit Mari Claire). Saupoudrer un peu de farine dessus et  laisser reposer 15 minutes.

Faire fondre le beurre, mélanger avec les œufs, le sel et le reste de sucre. Verser sur le levain et pétrir jusqu'à ce que la pâte soit bien lisse et élastique, non collante. Laisse lever 1 heure au chaud, sous un torchon. Abaisser la pâte avec un rouleau sur 2 cm d'épaisseur, en un rectangle. Marquer 3 bandes verticales de même largeur sur la pâte, avec le dos d'un couteau.

Mélanger dans un bol la pâte d'amandes et la confiture. Etaler  cette préparation sur la bande du centre uniquement et parsemer dessus les cerises séchées et les pistaches. Puis couper la pâte des deux bordures en bandes de 2 cm environ, en biais. Tresser en rabattant alternativement chaque bande vers le centre : celle de gauche, celle de droite, et ainsi de suite. Laisser lever encore au moins une heure ou deux, jusqu'à ce qu'elle triple de volume. Dorer à l'œuf battu et enfourner à 225°C, environ 30 minutes. Après 20 minutes de cuisson de la brioche, badigeonner avec le sirop de sucre.

Partager cet article

Repost0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 06:18

Il serait peut-être temps d'offrir un nouvel opus à ce jeu culinaire, il reste des figues sèches et j'en ai refait. Et j'en referai vraisemblablement sous peu, de nouvelles figues pointent leur nez ! 

Alors si vous êtes partants, voici un nouveau jeu autour de la figue sèche : après "la figue sèche part en pique nique", voici "la figue sèche fait le tour du monde". Principe simple donc, réinventer ou adapter des recettes d'autres pays, avec de la figue sèche ! A la clé, des figues sèches du jardin bien sûr (NB elles sont séchées moitié au soleil, moitié au four, et proviennent d'un figuier généreux, non traité !).logojeu.jpg

La règle du jeu, comme d'habitude : vous créez une nouvelle recette que vous publiez en mentionnant le jeu avec un lien vers ce billet, avec ou sans le logo ci-dessus ; si vous n'avez pas de blog, vous pouvez m'envoyer votre recette et une photo que je mettrai en ligne sur ce blog. Vous avez jusqu'au 15 octobre 2010 pour imaginer une recette "voyageuse" à base de figue sèche. Deux recettes maximum par blog et un jury composé pour partie des lauréates du précédent jeu autour de la figue sèche, sauf Mirabelle qui a laissé son blog Instants Gourmands, mais que vous pouvez toujours consulter : j'ai nommé Irisa (Cuisine et Couleurs), Anne-Sophie, alias Ptit bouchon et Isa-Marie (Grelinettes et Cassolettes) Pour avoir une présence masculine, j'ai demandé à Benco (Lou Paladar Lepet) d'être le cinquième juré.

Pour illustrer le début du jeu, je vous propose un pain dense et parfumé à la farine de sarrasin et aux figues sèches, pignons et pistaches, idéal pour le petit déjeuner. Cela permet déjà d'écluser une partie de mes figues sèches ! C'est chez Annellenor que j'ai chipé la base, elle qui nous a alléché avec plusieurs versions d'irish bread ! Délicieux si l'on aime la saveur du "blé noir", mais je vous recommande de mettre plus de figues sèches (et ce n'est pas seulement pour les utiliser !).

irishbreadsarrasinfigues.jpg

Ingrédients

- 200 grammes de farine de blé T65

- 150 grammes de farine  T110

- 150 grammes de farine de sarrasin

- 2 cuillères à café de bicarbonate de sodium

- 2 cuillères à soupe de sucre blond

- 1 cuillère à café de sel

- 50 cl de lait fermenté (ou de lait de vache + 2 cuillères à soupe de jus de citron)

- 50 grammes de figues sèches (en mettre plutôt 120g !)

- 1 cuillère à soupe bombée de pistaches torréfiées

- 1 cuillère à soupe bombée de pignons torréfiés

Préparation

Mélanger les farines, le bicarbonate, le sel et le sucre. Ajouter le lait fermenté (remuer le lait de vache additionné de jus de citron environ 5 minutes).

Ajouter les pistaches, les pignons et les figues coupées en petits morceaux.
Verser dans un moule à cake beurré et fariné et enfourner environ 40 minutes à 180°C.irishbreadsarrasinfigues2.jpg

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 06:53

Elle tond, j'arrache (les mauvaises herbes). A dire vrai, la tonte c'est quasiment toujours moi qui m'y colle, contrairement à elle, mais l'épreuve se raréfie en été bien sûr. En revanche, j'ai pris du retard sur le désherbage et vu les "cochonneries" qui poussent dans le potager et les "platebandes", il y a du boulot ! Tâche fastidieuse s'il en est et qui nécessite de l'énergie, d'où ce pain énergétique aux fruits secs de Sab qui m'a fait de l'oeil, rappelant vaguement l'irish bread. J'ai repris la même recette (sans MAP) en aménageant deux trois choses, comme de panacher les noix et les amandes par exemple. Un peu au pif aussi pour la cuisson, Sab étant souvent très bavarde mais sur ce genre de détail, parfois muette... Excellent, une recette facile, assez rapide nécessitant peu de manipulation et finalement délicieux ! Merci Madame !painenergetiquefruitssecssab.jpg

Ingrédients

- 2 cuillères à café de levure de boulanger
- 250 grammes de farine T65
- 50 grammes de son d'avoine
- 150 grammes de farine complète
- 50 grammes de farine de seigle
- 4 cuillères à soupe de miel
- 50 grammes de flocons de céréales en mélange

- 50grammes de raisins secs
- 25 grammes de noix  et amandes
- 50 grammes d'abricots secs en morceaux
- 20 grammes de beurre
- 340ml de lait
- 1 cuillère à café de sel

Préparation

Mélanger tous les ingrédients, bien amalgamer les fruits secs et laisser reposer la pâte une heure ou une heure et demi.

Beurrer un moule à caké et mettre la pâte dedans. Laisser reposer encore 30 minutes.
Enfourner à 180°C environ 30 minutes (en vérifiant la cuisson). Laisser refroidir et démouler. Idéal pour le petit déjeuner !
painenergetiquefruitssecssab2.jpg

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 06:05

J'aurais pu ajouter de l'aneth dans ma brioche, comme dans ce menu tout aneth ! Mais je l'ai plus classiquement et sobrement parfumée à l'anis vert, en utilisantv toutefois de la faisselle de chèvre ce qui a aussi apporté une saveur un peu typée. On aime ou on aime pas, cette brioche n'a pas fait l'unanimité à la maison... Mlle E n'a pas aimé, mais Miss L a adoré !

désolée pour la photo, j'ai déstocké mon dossier "image" et je pense qu'elle a disparu, je vous offre, à la place, une nature morte de Jean-Baptiste Chardin, la Brioche (1765). Sur Trois petits tours et cuisinons ! vous pourrez admirer la brioche d'Edouard Manet (1870).bioche_chardin.jpgIngrédients

- 280 grammes de farine
- 50 grammes sucre
- 130 ml de lait
- 50 grammes de faisselle de chèvre
- 1 oeuf
- 15 grammes de levure fraîche de boulanger
- 1 cuillère à soupe d'eau de fleur d'oranger
- 1/4 cuillères à café de sel

- anis vert

- gros sucre et lait (facultatif)
Préparation

Faire tiédir le lait et y faire fondre la levure. Mélanger la farine, le sucre, le lait, l'oeuf et le fromage blanc, ajouter le sel et l'eau de fleur d'oranger. Pétrir quelques minutes et laisser lever deux heures sous un linge.
Dégazer, former des boules et les ranger dans un moule à manqué beurré, laisser lever à nouveau 45 minutes.
Badigeonner de lait et parsemer de gros sucre. Enfourner 25/30 minutes à 180°C.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 06:31

C'est en faisant une jolie promenade virtuelle pleine de gourmandise (comme à chaque fois sur son blog), que j'ai aperçu une fougasse aux cerises. Ni une ni deux, je me suis mise en tête d'en faire également : deux d'entres mes fougassettes étaient truffées de cerises et parfumées à la fleur d'oranger, et j'ai ajouté de la verveine dans la troisième . La dernière a plu autant que les autres, finalement ! Goûter ou petit déjeuner gourmand, mes trois fougassettes n'ont pas duré très longtemps...

Pour la base, que je crois être celle de Soso, elle vient d'ici. Je pense récidiver avec des fruits frais de saison, pas trop juteux mais un peu quand même. Je testerai bien abricots/lavande (ou pistache), dès que j'en aurai, mes deux premiers abricotiers ayant fleuri sous la neige, il me faudra attendre une récolte plus tardive que d'habitude...


fougassettecerise.jpg

 

Ingrédients

- 1/2 cuil à café de sel
- 60 grammes de sucre en poudre
- 260
grammes d'eau tiède
- 54
grammes d'huile d'olive
- 1 cuillère à soupe de fleur d'oranger
- 550
grammes de farine
- 1 cuillère à café de levure sèche de boulanger

- 15 cerises environ par fougassette

- 7 ou 8 feuilles de verveine (pour une seule fougassette, mon conseil : tripler !)


Préparation 

Dissoudre la levure dans l'eau tiède et laisser reposer 10 minutes.
Ajouter l'huile d'olive, l'eau de fleur d'oranger, le sucre et la farine peu à peu. Pétrir jusqu'à ce que la pâte se décolle du plan de travail.
Rassembler en boule et laisser lever 2 heures environ.
Dégazer et abaisser la pâte en 6 ovales. Sur 3 d'entre eux, déposer des demi cerises fraîches, couvrir avec les autres ovales de pâte et souder les contours.
Faire des entailles et étirer délicatement.
Badigeonner les fougassettes avec un mélange jus de cerise/fleur d'oranger, puis saupoudrer de sucre en grains.

Enfourner à 180°C pendant 20 minutes.

 

fougassetteceriseverveine.jpg

Partager cet article

Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 05:16

Le bretzel (ou pretzel), le vrai, est un pain un peu brioché d'origine alsacienne et allemande en forme de noeud. Sa signification étymologique évoque deux bras entrelacés. La cuisson se fait souvent en deux temps: on plonge le bretzel pour une précuisson dans l'eau bouillante, puis il remonte à la surface et on passe au four chaud pour qu'il prenne cette belle couleur dorée. La même chose que les brassadeaux , "bracelet" provençal que l'on réalise au moment de Pâques, procédé semblable et signification identique... On trouve aussi des cuissons juste au four, c'ets le cas pour ceux que je vous présente aujourd'hui.

A l'origine nature et parsemé de grains de sel, il peut être parfumé de graines de carvi ou cumin, de pavot ou encore de sésame. On en trouve également de sucré, sur lesquels on parsème du sucre casson ou perlé. On le mange tel que ou l'on s'en sert comme base de sandwich.

 

Je crois bien que c'est mon premier bretzel sucré, Flo appréciera ! C'est pour elle et ce jeu où l'on doit mêler bretzel*, café et crème que j'ai préparé celui-ci (plus deux autres, juste au sucre perlé pour les filles). Le principe : revisisiter ce pain brioché alsacien façon éclair pâtissier ! Il est farci de crème pâtissière à la cardamome (lait+crème) et est couvert d'un glaçage café.


C'est via le KKVKV spécial bretzel que j'ai atterri sur cette recette de base qui de surcroît propose un bretzel farci, en pas à pas imagé, il y a des jours comme ça... (mon conseil : abaisser la pâte le plus finement possible pour y enfermer le plus de crème possible !). J'ai ajouté des vermicelles de chocolat parce que ça fait joli que ça plaît aux filles et que cela rappelle ceux, salés, aux graines de cumin. Régalez-vous !

 

*ou un truc typiquement allemand, mais j'ai préféré le bretzel, pour faire pleinement honneur à son blog...

 

bretzelgeantcommeeclaircardamomecafe.jpg

 

 

Ingrédients

pour le bretzel

- 80 ml d'eau tiède
- 1,5 cuillères à café de levure sèche de boulanger
- 2 cuillères à soupe de sucre

- 80 ml de lait tiède

- 25 grammes de beurre

- 1 oeuf battu

- 1 cuillère à café de sel

- 350 grammes de farine T65

pour la crème pâtissière

-170 ml de lait

- 10 grammes de fécule de maïs

- 40 grammes de sucre

- 1 oeuf

- 3 gousses de cardamome

- 2 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse

pour la glaçage

- café très fort

- sucre glace

- vermicelles de chocolat (facultatif)

 

bretzelgeantcommeeclaircardamomecafe3.jpg

 

 

Préparation

Dans un bol, mélanger l'eau, la levure sèche et le sucre. Laisser reposer jusqu'à ce que le mélange mousse (5 à 10 minutes). Incorporer le lait, le beurre fondu, le sel et l'oeuf. Ajouter la farine et pétrir en une pâte souple peu collante (ajouter un peu de farine si nécessaire). laisser lever le pâton environ 1 heure ou jusqu'à ce qu'il double presque de volume.
Pendant ce temps, préparer la crème pâtissière : faire infuser la cardamome dans le lait.

Mélanger l'oeuf avec le sucre et la fécule. Verser le lait bouillant dessus, remettre sur le feu et faire épaissir.

Laisser refroidir avant d'ajouter la crème épaisse. Réserver au frais.

Dégazer le pâton puis diviser en deux parties égales (l'autre moitié a servi à réaliser ces deux petits bretzels "bibendum").

Étaler en un long rectangle de 65 cm x 8 cm. Mettre un peu de crème pâtissière sur la longueur du rectangle et rouler en colmatant les bords pour éviter que la crème ne coule lors de la cuisson. Former le bretzel géant sur la plaque du four couverte de papier sulfurisé.
Laisser lever environ 1 heure à l'abri des courants d'air et couvert d'un linge propre.
Préchauffer le four à 180ºC. Badigeonner les bretzels de lait et enfourner 25 à 30 minutes, jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés.

 

 

bretzelgeantcommeeclaircardamomecafe2.jpg

Partager cet article

Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 06:37

J'avais testé une recette de brioche à base de floraline, lorsqu'il m'en restait encore un peu. Cette semoule très fine est utilisée pour épaissir les soupes et bouillies pour bébé. Alors cette recette ne date pas d'hier !

Je l'avais également testée, avec des variantes, en utilisant de la semoule de blé fine à couscous (on fait bien du pain et des crêpes !), et c'est naturellement que dans ce spécial "polenta", qui a démarré avant-hier avec les grissini di "polenta", j'ai employé la semoule de maïs qui fonctionne également très bien. Cette brioche bien parfumée a eu beaucoup de succès, les petits grains de semoule donne une texture un peu craquante assez agréable...


Une autre gourmandise de plus à base de semoule à polenta. C'est thématique, et que voulez-vous, j'explore à fond le sujet ! Pour le suivi de ce thème "polenta", n'hésitez pas à vous inscrire à la Newsletter pour un récapitulatif en bonne et due forme...

 

briochepolenta.jpg


Ingrédients

- 220 grammes de polenta (semoule de maïs) ou floraline
- 250
grammes de farine T65
- 10 cl de lait

- 5 grammes de levure fraîche de boulanger

- 2 oeufs

- 2 cuillères à soupe de zeste de citron

- 100 grammes de sucre

- 50 grammes de beurre

- 1 cuillère à cafe de fleur d'oranger

 

Préparation

2 heures de repos pour la pâte Temps de préparation : 50 minutes Cuisson : 45 minutes Tout d’abord, m

Dissoudre la levure de boulanger dans le lait tiède. Ajouter 100 grammes de farine pour obtenir une pâte ferme. Laisser reposer couvert d'un linge environ deux heures.

Mélanger la farine restante en y incorporant le sucre, le sel, le beurre fondu, les oeufs. Ajouter la levure pâtissière et la fleur d'oranger. Pétrir 15 minutes environ. Ajouter de la farine si la pâte est trop collante. F

Faconner une tresse ou des brioches individuelles (ici, une couronne composée de 2 brins tressés).

Laisser lever 30 minutes. Dorer au jaune d’oeuf ou juste badigeonné de lait. Poudrer de sucre casson si vous souhaitez.

Enfourner à 190/200°C environ 35 minutes.

 

briochepolenta2.jpg

Partager cet article

Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 06:09

Suite de la série "polenta" avec une foccacia au levain à la polenta et aux graines de sésame et tournesol, croustillante dessus et moelleuse à l'intérieur. Réalisée sur une base de pâte à pain au levain, vous pouvez utiliser aussi une base classique comme dans cette recette-là et en remplaçant un quart de farine par de la polenta environ. Et comme d'habitude en ajoutant la garniture que vous préférez : tomates séchées, herbes, épices, etc... Sans oublier l'huile d'olive et le sel (grosse mouture ou fleur de sel).


foccaciapolentagraines.jpg


Ingrédients

- 300 grammes de pâte à pain (ici au levain Jules)

- 100 grammes de polenta

- 3 cuillères à soupe d'huile d'olive

- 1 cuillère à café de graines de tournesol

- 1 cuillère à café de graines de sésame noir

- un peu de gros sel

- huile d'olive


Préparation

Mélanger farine+levain+ sel+eau (levain ou levure), ajouter l'huile d'olive et la polenta, avec un peu de farine si besoin. Pétrir 10/15 minutes et laisser lever 2 heures minimum sous un linge. Dégazer et abaisser. Creuser la pâte avec votre pouce et arroser d'huile d'olive en filets. Puis, parsemer de graines.

Enfourner à 220/230°C pour 20 à 30 minutes en surveillant la fin de cuisson (la mienne a un peu trop "doré" !).

A demain pour une nouvelle recette à base de polenta !

 

foccaciapolentagraines2.jpg

Partager cet article

Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 06:19

Les grissini, les filles adorent ! Nature, aux sésame, au thym, voilà le trio de leur préférence (dans l'ordre !), j'ai voulu tester avec la polenta pour apporter un peu plus de croustillant encore. Polenta dans la pâte, polenta dessus. Et comme en plus, je me suis rendue compte que les grissini classiques ne figuraient pas sur le blog...

Il y a bien ces faux grissini, ou ceux-là, sucrés. Maintenant, il y aura des vrais, à la polenta ! Pour les faire sans polenta, il suffit de ne mettre que de la farine dans les proportions de la recette indiquée ci-dessous.

 

grissinipolenta.jpg


Ingrédients 

- 370 grammes de farine de blé (T65)

- 130 grammes de polenta

- 12 grammes de levure fraîche de boulanger

- 10 grammes de sel

- 10 grammes de sucre

- 10 cl d'huile d'olive

- 15 cl d'eau

- 1 peu de polenta pour le façonnage

 

Préparation

Mélanger tous les ingrédients et pétrir 1 à 2 minutes.
Laisser lever 30 minutes.
Abaisser en rectangles, couper en longues lanières et façonner les gressins. Les rouler dans la polenta

Détailler en lanières déposer sur plaque à four recouvert de papier cuisson.
Couvrir et laisser lever à nouveau 30 minutes. 
Enfourner à 160°C environ 20 minutes, jusqu'à ce qu'il soient dorés.

NB certains sont plus fins et plus cuits, mais ils ont bien plu aussi !

 

grissinipolenta2.jpg

Partager cet article

Repost0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 13:37
LA brioche aux pralines mythique de Saint Genix est née à Saint-Genix sur Guiers en Savoie il y a, dit-on, 200 ans ; on devrait cette création à Pierre Labully, un pâtissier du village qui, en 1880, aura l'idée de fourrer la brioche de pralines roses et en faire un véritable gâteau de fête, dont le chef Fernand Point était friand au point qu'il l'a mise à sa carte au restaurant La Pyramide. Elle est traditionnellement cuite dans un moule en bois de tilleul nommé "coppet", encore aujourd'hui où le "gâteau Lebully" est une marque déposée.
 La brioche de Saint Genix est un peu l'emblème de la région puisqu'elle arbore doublement les couleurs savoyardes, couvertes de sucre blanc et de pralines rouges, elle est emballée dans des papiers sulfurisés rouge et blanc. Depuis 2006 la brioche de Saint Genix possède sa fête annuelle ainsi que sa Confrérie.
J'ai suivi le plus attentivement possible la "vraie" recette de Mercotte, même si elle m'a semblé parfois confuse, ce qui n'est pas dans ses habitudes... Au final, une brioche somptueuse, plus pour le goûter que le petit déjeuner pour nous (quoi de plus normal, c'ets une brioche de fête après tout), mais elle n'a pas duré ! Un pur moment de volupté. Une recette à conserver très précieusement et à refaire évidemment !

briochesaintgenix.jpg
Ingrédients
- 20 grammes de levure de boulanger
- 2 cuillères à soupe de lait
- 170 grammes de beurre clarifié
- 3 œufs
- 20 grammes de sucre
- 350 grammes de farine
- 1 pincée de sel
- 1 peu d’eau de fleur d’oranger  
- 200 grammes de pralines roses
- 3 cuillères à soupe de sucre casson

Préparation
Délayer la levure avec le lait, ajouter le beurre fondu, mélanger bien. Ajouter ensuite les œufs entiers un à un puis le sucre, la farine, le sel et la fleur d’oranger.
Pétrir  au robot à la feuille, ou à la main, juste le temps que le mélange se détache des parois.
Réserver ce pâton une nuit au réfrigérateur, sans pousse préalable.
Le lendemain matin, étaler la pâte sur une surface farinée, plier en quatre et recommencer cette opération à deux reprises. Ajoutez 150
grammes de pralines concassées.
Déposer la brioche dans un moule beurré et laisser lever 2 heures. Dorer au jaune d'oeuf ou au lait. Ajouter quelques pralines entières et du sucre casson. Enfourner 30 minutes à 160°.

briochesaintgenix2.jpg

Partager cet article

Repost0