750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 07:30

Sortie nationale aujourd'hui de Julie & Julia, le film ! Annoncée ici il y a un sacré moment, il me tarde de m'enfermer dans une salle obscure pour goûter et savourer ce que j'avais déjà lu avec jubilation ! Mais en images, par Nora Ephron, et avec Meryl Streep dans le rôle de Julia Child, je me régale d'avance !



Pour fêter l'événement, je ne pouvais pas faire autrement que de publier une recette de Julia Child ! Et quoi d'autre que cette déjà célèbre brioche que l'on doit - notamment - à Anne (P&P), son anglais étant meilleur que le mien (et lpeut être le vôtre), je la remercie de nous avoir transmis et traduit cette merveille de viennoiserie !
A la deuxième levée, la tête de la brioche s'est décalée sur le côté, elle n'était sans doute pas très bien centrée...
Cette recette coincide avec une autre première : de la boulange au robot. J'ai enfin un Kitchen Aid, une mini révolution (de palais !), celles et ceux qui me connaissent un peu savent que je cuisine avec trois fois rien, limite femme des cavernes...

Ingrédients
pour "l'éponge"
- 85ml de lait entier tiède
- 20 grammes de levure fraîche ou un sachet de levure de boulanger déshydratée
- 1 oeuf
- 360
grammes de farine T55
pour la pâte à brioche
- l'éponge
- 80
grammes de sucre
- 1/2 cuillère à café de sel
- 4 oeufs battus
- 200
grammes de farine
- 170
grammes de beurre à température ambiante

Préparation
Dans un saladier, verser le lait tiède, la levure et l'oeuf. Mélanger. Mettre cette préparation dans votre robot boulanger (ou dans votre machine à pain) avec 180
grammes de farine (suivant l'ordre préconisé par le fabricant, mettre les liquides ou la farine d'abord). En utilisant l'option pâte, pétrir 4 ou 5 minutes.
Une fois le pâton amalgamé, verser 180
grammes de farine sur le pâton en pluie laisser reposer ainsi 30 à 40 minutes.
Au bout de 30 à 40 minutes, l'éponge est prête : le pâton doit avoir poussé et la farine est "craquelée" (voir en images chez Anne).
Verser le sucre, le sel, les oeufs battus et 180
grammes de farine sur l'éponge. Mettre en marche votre robot pétrisseur (ou votre machine à pain, programme pâte en route). IPétrir au moins 20 à 25 minutes. Si la pâte ne se décolle pas des bords de la cuve, ajouter 20 grammes de farine supplémentaire en saupoudrant petit à petit avec une cuillère à soupe.
Ajouter le beurre dans la cuve de votre robot ou MAP au fur et à mesure et pétrir en incorporant la totalité mais en plusieurs fois.
Beurrer (ou huiler) un grand saladier et y déposer votre pâton.
Faire lever à température ambiante pendant 2h à 2h30 dans le saladier couvert à l'abri des courants d'air : il faut que le pâton double de volume, pas plus. Ou faire lever toute la nuit dans la partie la moins froide de votre réfrigérateur (pousse lente) pendant au moins 4 à 6 heures et au maximum une nuit. L
Façonner la brioche et laisser lever environ 1 heure à température ambiante.
Dans un petit bol, mélanger un jaune d'oeuf + une cuillère à café d'eau.  Dorer au pinceau la brioche avec ce mélange.
Enfourner pour 45 à 50 minutes environ
à 180°C (pour une tresse compter 35 à 40 minutes). Si la brioche colore trop, couvrir à mi cuisson avec un papier aluminium.

La brioche à tête a été décapitée et dévorée !

Partager cet article

Repost0
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 06:21
Pas prémédité pour deux sous cette baguette viennoise sans PLV (produits au lait de vache), 3 lettres que connaissent hélas trop bien les allergiques ! J'avais entamé une brique de lait d'amande et du coup, j'ai voulu tester son utilisation (je l'avais déjà fait pour du pain de mie) dans une recette de baguette viennoise revisitée en VG ! Du coup, remplaçons le beurre par de l'huile. D'olive ? Ce serait un peu trop fort... L'huile d'Argan m'est apparue plus appropriée.
Evidemment, ma recette de base est celle de Muriel, je l'ai juste adaptée sans PLV... Avec un joli glaçage au sirop d'érable (il aurait pu être au miel), la baguette est brillante, glacée d'un sirop gourmand, comme une parure éclatante. Ca colle aux doigts mais qu'est ce que c'est bon !
L'art de renouveler le goûter en mangeant des tartines de confiture !

A venir, des gourmandises confiturières, des desserts glacés, une "japonaiserie" fruitée revisitée, un fruit de saison à découvrir, des accords mets-vins, de la pizza, des livres à dévorer des yeux. Pour ne rien manquer, n'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter (colonne de droite) !


Ingrédients
- 250 grammes de farine T65
- 8 grammes de levure fraîche
- 150 ml de lait d'amande
- 15 grammes de sucre blond bio
- 1 cuillère à soupe d'huile d'Argan
- 1 cuillère à café de sel
dorure/glaçage
- 1 cuillère à soupe de lait d'amande
- 1 cuillère à soupe de sirop d'érable

Préparation
Dissoudre la levure dans le lait d'amande tiède. Mettre la farine, le sucre dans un saladier, ajouter le lait d'amande puis le sel et pétrir pendant 5 minutes jusqu’à obtenir une pâte souple et homogène.
Incorporer l'huile d'Argan et pétrir 5 à 10 minutes (la pâte ne doit pas être grasse).
Former une boule et laisser lever dans le saladier recouvert d’un torchon pendant 1 heure.
Dégazer (chasser l’air du pâton en appuyant sur la pâte avec la paume de la main).
Façonner deux baguettes et laisser lever 40 minutes sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé.
Préchauffer le four à 200°C pendant 20 minutes avec une coupelle remplie d’eau.
Dorer les baguettes avec le mélange lait d'amande/sirop d'érable.
Faire des incisions sur les baguettes et enfourner environ 20 minutes.


Partager cet article

Repost0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 07:47
Quelle est donc la spécificité de la gâche, cette "brioche" dense et à la croûte un peu molle, originaire de Vendée, différente de la brioche tressée du même terroir ? L'ajout de crème fraîche certes, une quantité égale de sucre et de beurre, sa forme de bâtard fendu, une pousse lente (on trouve couramment une fermentation au frais durant une nuit entière) mais aussi apparemment la cuisson : le secret résiderait dans une cuisson en deux temps et deux températures, avec l'entaille du bâtard réalisée entre ces deux temps de cuisson, selon un échange trouvé sur ce forum. Le recette dévoilée était celle-là, mais la première testée ici (chrolologiquement mais ici présenté en 2ème position...) est cette autre tandis que ma première tentative de gâche avait été celle de Sandra Avital (le pétrin), plutôt exquise de mon point de vue.
J'ai donc testé cette double température et pas de doute, cette recette-là est fameuse, plus moelleuse en bouche. Je ne suis toutefois pas convaincue par l'entaille qui se fait, je trouve, trop tardivement. A moins que mon four ne soit trop chaud...

Voilà pour la recette "moderne", mais jadis, on utilisait de la pâte à pain déjà levée, fermentée, pour l'élaboration de la gâche. Cette tradition d'un pain enrichi, confectionné durant la période pascale, date du Moyen-Age. La recette a évolué d'une mie très dense à une mie plus aérée aujourd'hui...
Pour faire honneur à la recette traditionnelle originale (même si évidemment, d'une famille à l'autre, les proportions différaient), j'ai testé la recette d'un livre d'une collection que j'aime beaucoup pour ses recettes de terroir autant que ses photos d'époque : Recettes vendéennes de nos grands-mères d'Yves Bielinski (Editions CPE). Je l'ai revue et corrigée en diminuant les proportions par deux, en remplaçant le rhum par moitié cognac, moitié eau de fleur d'oranger, et en ajoutant quand même de la crème fraîche qui ne figurait pas (2 cuillères à soupe).
La mie est un peu plus dense et la gâche a séché plus vite, je trouve. Mais j'ai eu le mérite d'essayer (c'est un peu plus physique). Je vous donne quand même la recette même si ma préférence va à la seconde...
NB Pour la cuisson et les temps de fermentations, j'ai fait ici deux essais : l'un en fermentation "froide", toute la nuit, puis repos 4 heures à température ambiante, le second, repos 6 heures avant cuisson (comme  dans la seconde recette), sans différence vraiment notable. Ensuite j'ai opéré selon la cuisson double. En revanche, j'ai laissé peu de temps à "haute température" avant d'entailler les gâches. Le résultat (si vous plissez les yeux sur la photo ci-dessous) est une entaille plus marquée, plus jolie...

Ingrédients
- 5 oeufs battus
- 1 kilo de farine
- 300
grammes de sucre
- 250 grammes de beurre
- 250 grammes de pâte à pain fermentée*
- 20 g de sel
- 10 cl de rhum
*250 grammes de farine, 10 grammes de levure fraîche, 1/2 cuillère à café de sel, eau tiède, pétrie et mise à lever environ 2 heures couvert d'un torchon.

Préparation
Mélanger les ingrédients et pétrir avec force pendant 15 minutes. Laisser fermenter 3 heures en rabattant la pâte au milieu de la fermentation. Donner à la pâte la forme d'un pain court et laisser lever dans un lieu abrité. Badigeonner la surface à l'oeuf, inciser le pâton et enfourner à 180°C.

Seconde recette

Ingrédients
- 550 gr de farine
- 1/2 càs de sel fin
- 2 petits oeufs + 1
(ou du lait...) pour dorer
- 110 gr de sucre en poudre
- 110 gr de beurre
- 1,5 càs de crème fraîche
- 120 ml de lait tiède
- 25 gr de levure de boulanger
- 1/2 gousse de vanille
- 1 càs d'eau de vie
- 1 càc d'eau de fleur d'oranger


Préparation
Faire bouillir le lait avec la 1/2 gousse de vanille fendue en deux et laisser tiédir.
Verser la farine tamisée dans un grand récipient et creuser un puits dans lequel on ajoutera le sel, les oeufs, le sucre en poudre et le beurre ramolli coupé en morceaux.
Délayer la levure dans un verre de lait tiède.
Travailler la pâte en ajoutant peu à peu le reste du lait. Pétrir plusieurs minutes.
Dans un autre récipient, verser et amalgamer la levure délayée, l'eau de vie, la crème fraîche et l'eau de fleur d'oranger.
Incorporer cette préparation à la pâte et travailler jusqu'à ce qu'elle soit souple et élastique.
Couvrir le plat avec un linge et laisser lever pendant 6 heures dans un endroit tiède.
Fariner la plaque du four et façonner la pâte en forme de miche. Laisser lever encore 1 heure directement sur la plaque. Dorer la surface de la gâche avec du lait.
Enfournez à 200°C (th.6), à mi-hauteur en utilisant deux températures de cuisson : en effet au début celle-ci doit se faire à température élévée pendant environ 20 minutes (ce qui est trop long pour une entaille bien marquée, je vous conseille de tester 10 minutes),  tandis que la fin se fera à température douce (150°, th.4).
On entaille la gâche dans la longueur, avec un couteau à mi-cuisson, au moment où l'on abaisse la température du four.


Conclusion : la seconde recette est la meilleure à mon goût mais on peu toujours perfectionner, notamment pour la cuisson, en conservant la double température et en raccourcissant la première phase de cuisson de façon à avoir une entaille plus marquée... A retester donc !

Partager cet article

Repost0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 08:57
Chez Vanessa (Confiture Maison), côté boulange j'ai toujours envie de tout tester ! Mais les recettes sont souvent au levain naturel et comme mon unique essai a été un flop, en attendant de récidiver, j'ai craqué pour ses cinnamon rolls à base de levure sèche de boulanger (là aussi, la levure fraîche, bizarrement j'ai plus de mal à en trouver ces derniers temps, ne fréquentant pas forcément les mêmes points de vente ; et en bio, ils ne sont pas approvisionné...).
Vous pouvez retrouver sa recette là (clic). Car il existe aussi un glaçage, que je n'ai pas réalisé, et Vanessa ajoute des raisins secs, moi pas car tout le monde n'aime pas...
Bon dimanche avec un joli soleil en Provence !


Ingrédients
- 3 cuil à café de levure de boulanger déshydratée
- 1/4 de tasse d'eau tiède (60 ml)
- 100-120 grammes de beurre
- 1/3 tasse de sucre (50 grammes)
- 1,5 cuillère à café de sel
- 1 tasse de lait tiède (240 ml)
- 1 oeuf légèrement battu
- 4 tasses de farine, ou 560 grammes, et un peu plus si besoin
- sucre blond (en ce qui me concerne)
- cannelle en poudre

Préparation
Verser la levure dans le verre contenant l'eau tiède, fouetter et attendre que la levure s'active, environ 10 minutes (des bulles apparaîtront, là j'ai eu un doute mais comme la pâte a bel et bien levé ensuite...).
Chauffer le lait jusqu'à frémissement. Ajouter le beurre coupé en morceaux, puis le sucre et le sel. Laisser tiédir pendant que le beurre fond.
Quand le lait n'est plus chaud (sinon cela tue la levure), ajouter la levure et l'oeuf battu.
Ajouter la farine, enplusieurs fois et mélanger jusqu'à ce que la pâte soit assez ferme pour être manipulée.
Fariner un plan de travail et pétrir la pâte jusqu'à ce qu'elle soit bien souple et élastique. Ajouter un tout petit peu de farine à la fois, si besoin. Transférer dans un récipient légèrement huilé, couvrir de film alimentaire et laisser doubler de volume. Cela peut prendre environ 1 heure et demi, et varie en fonction de la température de la pièce.
Fariner légèrement un plan de travail. Appuyer sur la pâte dans le saladier afin de chasser les bulles d'air, puis abaisser en un rectangle ni trop fin ni trop épais.
Faire fondre 1,5 cuil à soupe de beurre et l'étaler sur le rectangle. Saupoudrer de sucre (ni trop ni trop peu), et de cannelle en poudre, à votre goût.
Rouler la pâte en un boudin, sur la longueur. Découper des tronçons de 1  1/2 inch à 2 inches, soit 4 à 5 cm. Les poser debouts dans un plat beurré. Il se peut que vous ayez besoin de 2 plats, en fonction de la grandeur des moules. L'idée est d'avoir des rolls assez rapprochés les uns des autres, mais sans se toucher, ni toucher les bords du moule. Laisser pousser jusqu'à ce que les rolls remplissent bien le plat.
Enfourner pour 15 à 20 minutes à 175° C.

Partager cet article

Repost0
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 08:24
Ce n'est certes pas la première recette de croissants au beurre que je vois mais je n'avais pas eu le courage jusqu'à maintenant... En voyant celle de Gatococo, je savais que j'allais m'y coller assez rapidement !
Il y aura certes des ajustements à faire mais elle fut très satisfaisante, suffisamment pour que je renouvelle l'expérience ! Attention, elle fait 20 croissants sur cette base (j'en ai fait un peu moins, mais ils étaient peut être plus gros car j'en ai mis difficilement 7 ou 8 quand elle en met 10 par plaque !).
Bref, si vous n'êtes pas nombreux, prévoyez de la place dans votre congélateur. Apparemment, ils se congèlent très bien, et après décongélation retrouvent tout leur croustillant en les passant quelques minutes au four à 180°C ! Qu'on se le dise !



Ingrédients
- 400 g
rammes de farine
- 230 grammes d'eau
- 50 g
rammes de sucre
- 6 grammes de lait en poudre
- 185 grammes de beurre
- 8 grammes de sel
- 2 cuillères à café de levure sèche instantanée

Préparation
Mélanger la farine, le sucre, le lait en poudre, 10 grammes de beurre et l'eau. Pétrir pendant environ 5 minutes.
Laisser reposer 30 minutes.
Ajouter la levure et le sel et bien amalgamer, pétrir durant 10 minutes au moins. Si la pâte est un peu sèche, on peut rajouter 10 à 20 g de beurre nous dit Gatococo (je ne l'ai pas fait).
Laisser lever au chaud jusqu’à ce que le pâton double de volume. Puis, mettre au frais 90 minutes.
Abaisser la pâte et y déposer au milieu 175 grammes de beurre mou mais froid. Replier la pâte en 4, en portefeuille comme pour la pâte feuilletée, puis en deux dans la longueur. Abaisser dans la longueur et replier en 3. Faire un quart de tour, abaisser et replier à nouveau en 3
Remettre au frais environ 15 minutes, puis tourner d'un quart, abaisser et replier.
Abaisser la pâte à 3/4 mm et couper des triangles, puis les rouler pour former des croissants.
Dorer à l’œuf. Ici, à refaire, je dorerais à l'oeuf un peu détendu d'eau, j'ai trouvé la coloration trop brune...
Laisser lever au chaud jusqu’à ce que le volume double.
Dorer à nouveau et cuire à 190 degrés pendant une vingtaine de minutes en surveillant !

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 07:00
Le pain est bien plus ancien puisque les chercheurs savent que les Egyptiens faisaient du pain à base de levain (clin d'oeil à Guylaine qui nous conviait à utiliser cette "fermentation" naturelle). Les Grecs anciens produisaient de leur côté de délicieux pains dans leurs boulangeries, selon Caton l'Ancien. Le tour de main et la profession y étaient déjà bien organisés... Quant aux Romains, leurs premiers tests se limitaient à des bouillies de blé concassé grossièrement, séchées et mises à cuire au four. Ils identifiaient cette fermentation comme une erreur, apparemment...


C'est au moment des invasions de l'Empire Romain qu'ils s'initièrent à l'art de la panification en utilisant à leur tour des moulin à vent ou à bras pour moudre le blé en farine fine, et en utilisant du levain. Mais cet art restera encore longtemps ménager, réservé aux domus... En 170 avant JC, des artisans grecs (assistés de mitrons gaulois !) s'installèrent à Rome, donnant naissance au "vrai pain civilisé romain" et à l'essor du pain produit par des boulangers professionnels !
Dans la composition des pâtes à pain, on intègre parfois du miel, de la graisse (saindoux), des oeufs et on ajoute des fruits comme la jujube ou la figue...

Quant aux
Gaulois, ils fabriquaient du pain à base de levain ordinaire ou de levure de bière 500 ou 600 avant notre ère...
3rd World Bread Day hosted by 1x umruehren bitte aka kochtopf

Voici donc une recette, trouvée ici, de pain gaulois, comprenez du pain complet, à la façon d'il y a quelques milliers d'années dans l'Hexagone Antique (avec certes, la farine d'aujourd'hui et un four électrique !). Un pain réalisé avec de la farine complète, de l'eau de source, du gros sel et du miel, qui lui laisse d'ailleurs au passage une petite saveur fort agréable...
Je le dédie bien entendu à Zorra pour le World Day of Bread 2008 ! Elle nous invite, comme chaque année, à participer à cette fête du pain !

J'en profite également pour l'offrir à
Flo-Bretzel pour un petit déjeuner idéal. Le mien se compose de pain (parfois grillé), de confiture ou de miel, souvent avec du beurre demi-sel, un grand bol de café, un jus de fruit ou un fruit frais, à partager en famille, le samedi et le dimanche matin, si tout le monde se réveille en même temps. Souvent, je patiente jusqu'à ce que tout le monde le soit pour profiter de ce petit déjeuner familial...
Voilà Flo, à quoi ressemble mon meilleur petit déjeuner, c'est french, c'est simple et traditionnel, c'est de l'Ouest (beurre salé/tartinade sucrée)...



Ingrédients

- 6 dl de farine de blé "blanc" (T65 ici)
- 5 dl de farine complète
- 2x2dl d'eau de source
- 1 cuillère à soupe de gros sel (gris de Guérande, ici)
- 1 cuillère de miel (de châtaignier, ici)
- 25 grammes de lévure fraîche

Préparation
Dans une jatte, mélanger 2 dl de farine de blé complète et 2 dl d'eau de source très chaude. Laisser reposer deux heures.
Dissoudre la levure dans 2dl d'eau tiède, ajouter le miel puis verser sur le mélange précédent. Incorporer le reste des farines, le gros sel et pétrir 10 minutes environ (ajouter un peu de farine si besoin). Laisser lever la pâte sous un linge (à l'entrée du four chaud, par exemple), à l'abri des courants d'air, environ deux heures.
Dégazer et poser le pain sur une plaque (couverte de papier sulfurisé, qui n'existait pas à l'époque !). Laisser reposer au chaud encore 30 minutes.
Enfourner à 200°C 1 heure puis laisser refroidir.

Avec beurre demi-sel en période faste, avec ou sans confiture, du miel, surtout en saison fraîche pour prévenir ou guérir les bobos de gorge ! Et là, chapeau à ce miel de sarrasin à la saveur puissante, don je suis tombée amoureuse. Pas question de le fourrer dans du pain d'épices celui-là !
Donc, pour Flo, le petit déjeuner idéal automnal/hivernal ressemble à peu près à ça :


Partager cet article

Repost0
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 09:32
Une brioche "allégée" ? Le terme est sans doute un peu excessif, allégée en beurre donc, légère et moelleuse grâce au fromage blanc, une jolie trouvaille qui vaut bonnombre de brioches déjà testées. A la source, cette brioche se cache ici... Testez-là, elle vaut le coup !


Ingrédients
- 560 grammes de farine
- 100 grammes sucre
- 260 ml lait
- 100 grammes de fromage blanc
- 1 oeuf
 - 30 grammes de levure fraîche de boulanger
- 2 cuillères à soupe d'eau de fleur d'oranger
- 1/2 cuillères à café de sel
- gros sucre et lait (facultatif)

Préparation

Faire tiédir le lait et y faire fondre la levure. Mélanger la farine, le sucre, le lait, l'oeuf et le fromage blanc, ajouter le sel et l'eau de fleur d'oranger. Pétrir quelques minutes et laisser lever deux heures sous un linge.
Dégazer, former des boules et les ranger dans un moule à manqué beurré, laisser lever à nouveau 45 minutes.
Badigeonner de lait et parsemer de gros sucre. Enfourner 25/30 minutes à 180°C.

Partager cet article

Repost0
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 06:36
Pour être exacte, je devrais dire scones aux flocons d'avoine ! La farine y est semi-complète et non d'avoine, pas non plus de lait d'avoine, mais du lait fermenté... Mais tout de même, la présence dans la recette (d'après la recette de Cathy mais sans le sirop d'érable) de flocons et surtout, la croûte délicieuse de flocons d'avoine apporte une petite touche "scottish" à ces scones, doesn't it ? Idéal avec de la marmelade d'orange amère, comme celle-ci...



En route donc pour cette île que
Frédérique a eu la chance de visiter (allez donc voir chez elle le fameux haggis) et dont les accents de cornemuse m'enchantent... Recette d'une île britannique que j'offre à Framboise qui nous invite à la cuisine insulaire !

Ingrédients
- 170 grammes de farine semi complète

- 20 grammes de flocons d'avoine + flocons pour la croûte
- 1/2 cuillère à soupe de levure chimique
- 1 cuillère à soupe de sucre en poudre
- 1/4 cuillère à café de sel
- 80 grammes de beurre ramolli en morceaux
- 4 cuillères à soupe de lait fermenté + lait pour dorer

Préparation

Faire le mélange sec (farines, flocons d'avoine, levure, sucre et sel), ajouter le beurre ramolli et bien malaxer pour obtenir une consistance sableuse
Creuser un puits au centre, et ajouter le mélange lait + sirop d'érable, mélnager au croche pétrissieur pour les flemmards comme moi, ou à la fourchette pour les courageux
Terminer à la main pour  obtenir une boule de pâte souple et pas collante
Etaler sur une épaisseur de 2 - 3 cm, puis découper à l'emporte pièce (diamètre 5 cm) ou former des boules et les aplatir sur la même épaisseur.  Cuire  15-20 minutes à 200°C. Laisser tiédir puis mettre à refroidir sur une grille.


Partager cet article

Repost0
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 06:29
Une recette et un billet pour compléter ceux d'Anaïck, ici, et de Garance, . Evidemment, comme la première, je ne suis qu'une consommatrice lambda (pas comme la seconde qui est une aromathérapeute professionnelle) qui cherche à se nourrir du mieux possible en faisant plaisir, en se faisant plaisir et en s'amusant en cuisine...
Des produits frais, beaucoup de légumes et de fruits,
crus et cuits, des protéines végétales autant que de protéines animales et des céréales variées. Certes pas toujours en bio. Pas toujours possibles pour les produits frais qui ne sont pas toujours de première fraîcheur et comme les légumes bios s'abîment plus vite (et pour cause !)...
Bref, les HE (comprenez huiles essentielles) sont entrées dans ma cuisine au compte-gouttes (c'est le cas de le dire), surtout pas pour les filles ou ponctuellement, les HE agrumes étant tolérées pour les enfants en bas âge. En dessous de 6 ans, abstenez vous globalement de les utiliser !

Même en externe (sur la peau voire dans l'air), il vaut mieux attendre que les enfants aient plus de 6 ans. Ma mère les utilisait mais nous étions grandes, ma soeur et moi...


Le truc à savoir : dissoudre quelques gouttes dans un élément gras : huile, lait, crème... C'est le cas dans cette brioche rapide aux huiles essentielles d'orange douce. Avec l'huile d'olive, cela donne à cette brioche un petit côté
pompe provençale ! Elle est inspirée de celle-ci...

Ingrédients
- 300 grammes de farine
- 30 grammes de sucre doré bio
- 2 œufs
- 5 cuillerées à soupe d’huile d'olive
- 1 pincée de sel
- 1/2 verre de lait
- 1/2 sachet de levure sèche de boulanger
- 6/8 gouttes d'huile essentielle d'orange
- sucre casson

Préparation
Délayer la levure dans le lait tiède, mélanger avec le sucre, puis avec deux oeufs battus. Incorporer à la farine, ajouter le sel. Dissoudre l'huile essentielle d'orange dans l'huile d'olive que l'on mélange enfin à la pâte. Laisser reposer 1 heure à couvert d'un linge propre, au chaud et à l'abri des courants d'air.  Mettre dans un plat couvert de papier sulfurisé, saupoudrer de gros sucre et enfourner à 180/190°C environ 25/30 minutes.

Partager cet article

Repost0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 06:21
Amusante coïncidence, Maya a sorti de son rucher hier même cette brioche aux petits suisses. La différence, c'est qu'ici, cette matière première est assez courante, les filles aimant en manger, surtout avec du miel ! La recette repérée chez Fidji alors que j'étais à la recherche de nouvelles recettes de brioches. Puis c'est chez Flo que j'ai suivi les indications de cuisson, mais en réduisant chaleur et durée qui m'étaient apparues trop importantes. Autre changement, l'utilisation de levure fraîche au lieu de la sèche prescrite chez les unes et les autres, et pas de raisins pour moi, juste de l'eau de fleur d'oranger...



Ingrédients
- 3 oeufs
- 90 grammes de lait + un peu pour coller le sucre
- 60 grammes de sucre
- 2 ptits suisses de 60 grammes
- 500 grammes de farine (T65 ici)
- 1,5 cuillère à café de sel
- 12 grammes de levure de boulanger fraîche
- 2 cuillères à soupe d'eau de fleur d'oranger
- gros sucre ou sucre perlé
 
Préparation
Faire fondre la levure et le sucre dans le lait tiède. Mélanger la farine avec le lait, les petits suisses, l'eau de fleur d'oranger, le sel et les oeufs battus. Pétrir 5 minutes (sans doute ne l'ai-je pas fait assez longtemps, je pense que la mie pourrait être plus aérée...). Laisser lever sous un linge environ 1 heure et demi. Dégazer, former la brioche et laisser lever à nouveau une bonne heure. Enduire de lait, coller les grains de sucre et enfourner à 210°C environ 20/25 minutes.



Partager cet article

Repost0

Article ? Recette ?