Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 08:24
Ce n'est certes pas la première recette de croissants au beurre que je vois mais je n'avais pas eu le courage jusqu'à maintenant... En voyant celle de Gatococo, je savais que j'allais m'y coller assez rapidement !
Il y aura certes des ajustements à faire mais elle fut très satisfaisante, suffisamment pour que je renouvelle l'expérience ! Attention, elle fait 20 croissants sur cette base (j'en ai fait un peu moins, mais ils étaient peut être plus gros car j'en ai mis difficilement 7 ou 8 quand elle en met 10 par plaque !).
Bref, si vous n'êtes pas nombreux, prévoyez de la place dans votre congélateur. Apparemment, ils se congèlent très bien, et après décongélation retrouvent tout leur croustillant en les passant quelques minutes au four à 180°C ! Qu'on se le dise !



Ingrédients
- 400 g
rammes de farine
- 230 grammes d'eau
- 50 g
rammes de sucre
- 6 grammes de lait en poudre
- 185 grammes de beurre
- 8 grammes de sel
- 2 cuillères à café de levure sèche instantanée

Préparation
Mélanger la farine, le sucre, le lait en poudre, 10 grammes de beurre et l'eau. Pétrir pendant environ 5 minutes.
Laisser reposer 30 minutes.
Ajouter la levure et le sel et bien amalgamer, pétrir durant 10 minutes au moins. Si la pâte est un peu sèche, on peut rajouter 10 à 20 g de beurre nous dit Gatococo (je ne l'ai pas fait).
Laisser lever au chaud jusqu’à ce que le pâton double de volume. Puis, mettre au frais 90 minutes.
Abaisser la pâte et y déposer au milieu 175 grammes de beurre mou mais froid. Replier la pâte en 4, en portefeuille comme pour la pâte feuilletée, puis en deux dans la longueur. Abaisser dans la longueur et replier en 3. Faire un quart de tour, abaisser et replier à nouveau en 3
Remettre au frais environ 15 minutes, puis tourner d'un quart, abaisser et replier.
Abaisser la pâte à 3/4 mm et couper des triangles, puis les rouler pour former des croissants.
Dorer à l’œuf. Ici, à refaire, je dorerais à l'oeuf un peu détendu d'eau, j'ai trouvé la coloration trop brune...
Laisser lever au chaud jusqu’à ce que le volume double.
Dorer à nouveau et cuire à 190 degrés pendant une vingtaine de minutes en surveillant !

Partager cet article

Repost 0
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 07:00
Le pain est bien plus ancien puisque les chercheurs savent que les Egyptiens faisaient du pain à base de levain (clin d'oeil à Guylaine qui nous conviait à utiliser cette "fermentation" naturelle). Les Grecs anciens produisaient de leur côté de délicieux pains dans leurs boulangeries, selon Caton l'Ancien. Le tour de main et la profession y étaient déjà bien organisés... Quant aux Romains, leurs premiers tests se limitaient à des bouillies de blé concassé grossièrement, séchées et mises à cuire au four. Ils identifiaient cette fermentation comme une erreur, apparemment...


C'est au moment des invasions de l'Empire Romain qu'ils s'initièrent à l'art de la panification en utilisant à leur tour des moulin à vent ou à bras pour moudre le blé en farine fine, et en utilisant du levain. Mais cet art restera encore longtemps ménager, réservé aux domus... En 170 avant JC, des artisans grecs (assistés de mitrons gaulois !) s'installèrent à Rome, donnant naissance au "vrai pain civilisé romain" et à l'essor du pain produit par des boulangers professionnels !
Dans la composition des pâtes à pain, on intègre parfois du miel, de la graisse (saindoux), des oeufs et on ajoute des fruits comme la jujube ou la figue...

Quant aux
Gaulois, ils fabriquaient du pain à base de levain ordinaire ou de levure de bière 500 ou 600 avant notre ère...
3rd World Bread Day hosted by 1x umruehren bitte aka kochtopf

Voici donc une recette, trouvée ici, de pain gaulois, comprenez du pain complet, à la façon d'il y a quelques milliers d'années dans l'Hexagone Antique (avec certes, la farine d'aujourd'hui et un four électrique !). Un pain réalisé avec de la farine complète, de l'eau de source, du gros sel et du miel, qui lui laisse d'ailleurs au passage une petite saveur fort agréable...
Je le dédie bien entendu à Zorra pour le World Day of Bread 2008 ! Elle nous invite, comme chaque année, à participer à cette fête du pain !

J'en profite également pour l'offrir à
Flo-Bretzel pour un petit déjeuner idéal. Le mien se compose de pain (parfois grillé), de confiture ou de miel, souvent avec du beurre demi-sel, un grand bol de café, un jus de fruit ou un fruit frais, à partager en famille, le samedi et le dimanche matin, si tout le monde se réveille en même temps. Souvent, je patiente jusqu'à ce que tout le monde le soit pour profiter de ce petit déjeuner familial...
Voilà Flo, à quoi ressemble mon meilleur petit déjeuner, c'est french, c'est simple et traditionnel, c'est de l'Ouest (beurre salé/tartinade sucrée)...



Ingrédients

- 6 dl de farine de blé "blanc" (T65 ici)
- 5 dl de farine complète
- 2x2dl d'eau de source
- 1 cuillère à soupe de gros sel (gris de Guérande, ici)
- 1 cuillère de miel (de châtaignier, ici)
- 25 grammes de lévure fraîche

Préparation
Dans une jatte, mélanger 2 dl de farine de blé complète et 2 dl d'eau de source très chaude. Laisser reposer deux heures.
Dissoudre la levure dans 2dl d'eau tiède, ajouter le miel puis verser sur le mélange précédent. Incorporer le reste des farines, le gros sel et pétrir 10 minutes environ (ajouter un peu de farine si besoin). Laisser lever la pâte sous un linge (à l'entrée du four chaud, par exemple), à l'abri des courants d'air, environ deux heures.
Dégazer et poser le pain sur une plaque (couverte de papier sulfurisé, qui n'existait pas à l'époque !). Laisser reposer au chaud encore 30 minutes.
Enfourner à 200°C 1 heure puis laisser refroidir.

Avec beurre demi-sel en période faste, avec ou sans confiture, du miel, surtout en saison fraîche pour prévenir ou guérir les bobos de gorge ! Et là, chapeau à ce miel de sarrasin à la saveur puissante, don je suis tombée amoureuse. Pas question de le fourrer dans du pain d'épices celui-là !
Donc, pour Flo, le petit déjeuner idéal automnal/hivernal ressemble à peu près à ça :


Partager cet article

Repost 0
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 09:32
Une brioche "allégée" ? Le terme est sans doute un peu excessif, allégée en beurre donc, légère et moelleuse grâce au fromage blanc, une jolie trouvaille qui vaut bonnombre de brioches déjà testées. A la source, cette brioche se cache ici... Testez-là, elle vaut le coup !


Ingrédients
- 560 grammes de farine
- 100 grammes sucre
- 260 ml lait
- 100 grammes de fromage blanc
- 1 oeuf
 - 30 grammes de levure fraîche de boulanger
- 2 cuillères à soupe d'eau de fleur d'oranger
- 1/2 cuillères à café de sel
- gros sucre et lait (facultatif)

Préparation

Faire tiédir le lait et y faire fondre la levure. Mélanger la farine, le sucre, le lait, l'oeuf et le fromage blanc, ajouter le sel et l'eau de fleur d'oranger. Pétrir quelques minutes et laisser lever deux heures sous un linge.
Dégazer, former des boules et les ranger dans un moule à manqué beurré, laisser lever à nouveau 45 minutes.
Badigeonner de lait et parsemer de gros sucre. Enfourner 25/30 minutes à 180°C.

Partager cet article

Repost 0
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 06:36
Pour être exacte, je devrais dire scones aux flocons d'avoine ! La farine y est semi-complète et non d'avoine, pas non plus de lait d'avoine, mais du lait fermenté... Mais tout de même, la présence dans la recette (d'après la recette de Cathy mais sans le sirop d'érable) de flocons et surtout, la croûte délicieuse de flocons d'avoine apporte une petite touche "scottish" à ces scones, doesn't it ? Idéal avec de la marmelade d'orange amère, comme celle-ci...



En route donc pour cette île que
Frédérique a eu la chance de visiter (allez donc voir chez elle le fameux haggis) et dont les accents de cornemuse m'enchantent... Recette d'une île britannique que j'offre à Framboise qui nous invite à la cuisine insulaire !

Ingrédients
- 170 grammes de farine semi complète

- 20 grammes de flocons d'avoine + flocons pour la croûte
- 1/2 cuillère à soupe de levure chimique
- 1 cuillère à soupe de sucre en poudre
- 1/4 cuillère à café de sel
- 80 grammes de beurre ramolli en morceaux
- 4 cuillères à soupe de lait fermenté + lait pour dorer

Préparation

Faire le mélange sec (farines, flocons d'avoine, levure, sucre et sel), ajouter le beurre ramolli et bien malaxer pour obtenir une consistance sableuse
Creuser un puits au centre, et ajouter le mélange lait + sirop d'érable, mélnager au croche pétrissieur pour les flemmards comme moi, ou à la fourchette pour les courageux
Terminer à la main pour  obtenir une boule de pâte souple et pas collante
Etaler sur une épaisseur de 2 - 3 cm, puis découper à l'emporte pièce (diamètre 5 cm) ou former des boules et les aplatir sur la même épaisseur.  Cuire  15-20 minutes à 200°C. Laisser tiédir puis mettre à refroidir sur une grille.


Partager cet article

Repost 0
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 06:29
Une recette et un billet pour compléter ceux d'Anaïck, ici, et de Garance, . Evidemment, comme la première, je ne suis qu'une consommatrice lambda (pas comme la seconde qui est une aromathérapeute professionnelle) qui cherche à se nourrir du mieux possible en faisant plaisir, en se faisant plaisir et en s'amusant en cuisine...
Des produits frais, beaucoup de légumes et de fruits,
crus et cuits, des protéines végétales autant que de protéines animales et des céréales variées. Certes pas toujours en bio. Pas toujours possibles pour les produits frais qui ne sont pas toujours de première fraîcheur et comme les légumes bios s'abîment plus vite (et pour cause !)...
Bref, les HE (comprenez huiles essentielles) sont entrées dans ma cuisine au compte-gouttes (c'est le cas de le dire), surtout pas pour les filles ou ponctuellement, les HE agrumes étant tolérées pour les enfants en bas âge. En dessous de 6 ans, abstenez vous globalement de les utiliser !

Même en externe (sur la peau voire dans l'air), il vaut mieux attendre que les enfants aient plus de 6 ans. Ma mère les utilisait mais nous étions grandes, ma soeur et moi...


Le truc à savoir : dissoudre quelques gouttes dans un élément gras : huile, lait, crème... C'est le cas dans cette brioche rapide aux huiles essentielles d'orange douce. Avec l'huile d'olive, cela donne à cette brioche un petit côté
pompe provençale ! Elle est inspirée de celle-ci...

Ingrédients
- 300 grammes de farine
- 30 grammes de sucre doré bio
- 2 œufs
- 5 cuillerées à soupe d’huile d'olive
- 1 pincée de sel
- 1/2 verre de lait
- 1/2 sachet de levure sèche de boulanger
- 6/8 gouttes d'huile essentielle d'orange
- sucre casson

Préparation
Délayer la levure dans le lait tiède, mélanger avec le sucre, puis avec deux oeufs battus. Incorporer à la farine, ajouter le sel. Dissoudre l'huile essentielle d'orange dans l'huile d'olive que l'on mélange enfin à la pâte. Laisser reposer 1 heure à couvert d'un linge propre, au chaud et à l'abri des courants d'air.  Mettre dans un plat couvert de papier sulfurisé, saupoudrer de gros sucre et enfourner à 180/190°C environ 25/30 minutes.

Partager cet article

Repost 0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 06:21
Amusante coïncidence, Maya a sorti de son rucher hier même cette brioche aux petits suisses. La différence, c'est qu'ici, cette matière première est assez courante, les filles aimant en manger, surtout avec du miel ! La recette repérée chez Fidji alors que j'étais à la recherche de nouvelles recettes de brioches. Puis c'est chez Flo que j'ai suivi les indications de cuisson, mais en réduisant chaleur et durée qui m'étaient apparues trop importantes. Autre changement, l'utilisation de levure fraîche au lieu de la sèche prescrite chez les unes et les autres, et pas de raisins pour moi, juste de l'eau de fleur d'oranger...



Ingrédients
- 3 oeufs
- 90 grammes de lait + un peu pour coller le sucre
- 60 grammes de sucre
- 2 ptits suisses de 60 grammes
- 500 grammes de farine (T65 ici)
- 1,5 cuillère à café de sel
- 12 grammes de levure de boulanger fraîche
- 2 cuillères à soupe d'eau de fleur d'oranger
- gros sucre ou sucre perlé
 
Préparation
Faire fondre la levure et le sucre dans le lait tiède. Mélanger la farine avec le lait, les petits suisses, l'eau de fleur d'oranger, le sel et les oeufs battus. Pétrir 5 minutes (sans doute ne l'ai-je pas fait assez longtemps, je pense que la mie pourrait être plus aérée...). Laisser lever sous un linge environ 1 heure et demi. Dégazer, former la brioche et laisser lever à nouveau une bonne heure. Enduire de lait, coller les grains de sucre et enfourner à 210°C environ 20/25 minutes.



Partager cet article

Repost 0
8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 06:28
Vous connaissez sans doute le pain de mie tellement moelleux d'Anne (P&P)... J'en ai fait plusieurs fois, à tel point que j'ai quasiment la recette en tête ! Puis j'ai eu envie de varier les farines et les croûtes... Celui-ci  est un pain de mie tout simple mais à base de farine de seigle, idéal pour les sandwiches, notamment celui-là !


Ingrédients
- 300 grammes de farine de blé
- 200 grammes de farine de seigle
- 100 ml d'eau
- 200 ml de lait
- 2 cuillères à café de levure boulangère sèche
- 1,5 cuillère à café de sel
- 2 cuillères à soupe de miel
- 40 grammes de beurre demi-sel

Préparation
Mélanger les farines, le sel, la levure Faire fondre dans le lait et l'eau, le miel et le beurre. Incorporer au mélange sec et pétrir 5 bonnes minutes. Couvrir d'un linge et laisser lever 2 heures jusqu'à ce que le mélange ait doublé de volume. Dégazer et placer dans un moule à cake beurré. Couvrir et laisser lever encore environ 30 minutes. Enfourner à 230°C environ 30 minutes. Laisser tiédir puis démouler. Attendre idéalement 24 heures avant de trancher.

Partager cet article

Repost 0
13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 06:28
Ce billet de Supertouillette avait éveillé en moi des souvenirs émus... Elle le vit en ce moment, ici, cela s'est arrêté il y a un peu plus d'un an : les tétées maternelles de bébé.  Un cauchemard au début (il faudra que je publie un article pratique à ce sujet d'ailleurs !), il m'a fallu attendre quelques mois pour que cela devienne un réel plaisir. Mais ne nous leurrons pas. Si les tétées signifient moins de biberons à préparer, laver etc..., il n'en demeure pas moins que la vie d'une jeune maman (quel âge a bébé, Supertouillette ?) est épuisante !

Je le suis moins évidemment et je dors sans être éveillée par les pleurs d'un nourrisson mais la vie d'une moins jeune maman n'en est pas moins trépidante. A deux ans passés, petite miss touche à tout ! Il faut la surveiller comme le lait sur le feu et parfois, le lait déborde !! Bref, cuisiner avec un bébé n'est pas aisé.

Alors, ce tourteau gascon a été le bienvenu ! Même s'il n'y a plus de tétées... Il existe d'autres repères mais les pauses à rallonge sont en général nocives à la boulange : trop de levée tue la levée en général, non ? La découpe se fait donc non pas en fonction des tétées mais des lever des filles grandies !
Le levain, avant le lever des filles (et oui, parce qu'après, ce n'est guère possible avant 10h30-11h00, heure de préparation du repas !), la préparation du pâton, comme pour Supertouillettes se fait à 13h00 ! Et ensuite, tout pareil, le lendemain matin avant le réveil de la maisonnée, cuisson des brioches. Délicieuses, cela va sans dire, mais avec des des temps de pauses hétéroclites ! J'en ai fait carrément deux (mais je retiens qu'il est possible de congeler la seconde), parce que pendant les vacances, il y a une autre grosse mangeuse de 11 ans, qui ne laisse pas sa part au chat !

NB Supertouillette utilise un mélange aromatique préparé en pharmacie pour la boulange, j'ai bidouillé quelque chose d'approximatif avec des extraits et huiles essentielles disponibles dans mes placards !



Ingrédients
pour le levain
- 1/2 sachet de levure de boulanger
- 70 grammes de lait
- 50 grammes de farine
pour le pâton
- 70 grammes de lait
- 2 œufs entiers
- mélange pâtissier maison ! (4 gouttes d'extrait de citron, d'extrait de vanille, d'huile essentielle d'orange, 1 de bergamotte et 1 cuillère à soupe d'alcool, ici du kirsch)
- 10 grammes de sucre
- 1 cuillère à café de sel
- 500 grammes de farine
- 65 grammes de margarine

Préparation
Mélanger les ingrédients du levain, laisser reposer couvert d'un linge dans un endroit chaud (pas forcément 5 heures, ni même 3 heures !). Mélanger ensuite les autres ingrédients avec le levain, laisser reposer 6 heures (couvert du même linge), même si cela n'est pas fait exprès ! Mais deux suffiraient sûrement. Enfin, dégazer, former deux couronnes et laisser reposer la nuit au chaud. Au petit matin, baidgeonner de lait et couvrir de pépites de gros sucre (sucre casson), variante par rapport à mon modèle, et enfourner 25/30 minutes à 160°C. Laisser tiédir et déguster !


Partager cet article

Repost 0
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 08:59
"J'ai la mémoire qui flanche, je m'souviens plus très bien...", non que la sénilité me gagne déjà mais pour quelqu'un qui s'est intéressée au phénomène de la mémoire du goût, c'est un comble (peut être faut-il y trouver un début d'explication...) car je ne parviens pas à me rappeler le dessert dégusté chez mes grands-parents le jour de Pâques. Les indices se mélangent, une impression fugace de brioche parfumée, une autre de galette aux pruneaux avec l'étrange sensation parfois que c'était une seule et même gourmandise...

Alise pacaude, galette pacaude, brioche de Pâques... le Net n'est pas là pour m'aider à démêler mes souvenirs gourmands, tous se lit à propos de cette spécialité de l'Ouest. Tantôt elle ressemble à une galette, genre broyé du Poitou, tantôt on nous dit que c'est en réalité la gâche vendéenne. Impossible de retenir une vérité ! Sur les blogs, j'ai croisé
cette galette-ci... Et puis, je me suis lancée à corps perdu, en m'inspirant de cette recette-ci, dans une chose non maîtrisée, réinventée, un hybride en quelque sorte : une brioche "galettisée", caramélisée, fourrée d'une pâte de pruneaux.
Je vous souhaite de Joyeuses Pâques à tous !

briochegalettepruneauxpaques.jpg

Ingrédients
- 300 grammes de farine
- 7 cl de lait
- 10 grammes de levure de boulanger
- 30 grammes de sucre (5 grammes de blanc et 25 grammes de bio complet)
- 130 grammes de beurre
- 2 oeufs
- 1 cuillère à soupe d'eau de fleur d'oranger
- 1 pincée de sel
- jus d'1/2 citron
- 170 grammes de pruneaux
- 1 cuillère à soupe de miel


Préparation
Emietter la levure dans le lait tiédi. Mélanger avec la farine, 5 grammes de sucre, les oeufs battus, l'eau de fleur d'oranger et le sel. Pétrir quelques minutes puis incorporer 100 grammes de beurre mou en pétrissant bien. Mettre en boule, couvrir d'un linge et laisser lever deux heures dans une atmosphère tiède, à l'abri des courants d'air.
Entretemps cuire les pruneaux avec le jus de citron et le miel. Quand ils sont bien tendres, réduire grossièrement en purée à la fourchette et réserver.
Dégazer et prélever la moitié du pâton, le poser dans un moule à manqué ou à charnière couvert de papier sulfurisé, en l'étalant un peu. Couvrir de pâte de pruneaux, puis ajouter la seconde moitié du pâton en jointant les bords. Laisser reposer à nouveau une demi heure. Couvrir de 30 grammes de beurre coupé en morceaux et de 25 grammes de sucre. Enfourner une demi heure environ à 200°C en surveillant la fin de cuisson.

briochegalettepruneauxpaques2.jpg

Partager cet article

Repost 0
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 06:51
Quand j'ai lu le "teasing" de Sabine, puis le "buzz"  et enfin la recette, la tant attendue, des pains au chocolat express, j'ai craqué ! Je me suis levée un peu plus tôt (pas si tôt qu'elle) hier matin, j'ai préparé la pâte à la main pour ne pas réveiller la maisonnée et je les ai laissé cuire tranquillement, en deux fournées car les premières dimensions (indiquées par Sabine) me semblaient bizarres... Du coup, je rectifie la recette en conséquence... Je pense qu'un peu plus de sel ne serait pas du luxe non plus.

De fait, les seconds étaient plus réussis, plus dodus, LUI a adoré la
version pralinoise, ma petite chocophile, la version chocolat, les autres goinfres... tout ! Mais les pains au chocolat/lemon curd ont ma préférence... Cet essai rapide m'a évidemment envie de me lancer dans la confection de "vrais" pains au chocolat, qui seront, n'en doutons pas, encore meilleurs, même si cette recette a l'avantage d'un timing imbattable !

painchocolatexpress.jpg

Ingrédients (une douzaine de pains au chocolat)
- 270 grammes de farine + environ 40 grammes pour étaler la pâte, dixit Sabine
- 1 pincée de sel (plutôt une demi cuillère à café en fait)
- 250 grammes de beurre froid
- 250 grammes de fromage blanc (40% pour moi)
- 1 cuillère à café de levure chimique
- des barres ou carrés de chocolat pour fourrer
- 1 jaune d'oeuf pour dorer

painchocolatexpress2.jpg

Préparation
Mélanger la farine, le sel et la levure, puis ajouter le fromage blanc et incorporer le beurre coupé en morceaux en pétrissant juste de quoi mettre la pâte en boule.
L'abaisser sur du papier sulfurisé saupoudré de farine. replier en trois, faire un quart de tour et abaisser à nouveau puis replier de la même façon. Effectuer ainsi 7 quarts de tours. Abaisser la pâte le plus finement possible. Couper des rectangles de 12cmx18cm environ, déposer une barre de chocolat sur le côté (ou de pralinoise, ou de chocolat, avec une cuillère à soupe de lemon curd) et rouler sans serrer... Dorer au jaune d'oeuf, légèrement dilué, et enfourner à 180°C entre 20 et 30 minutes (plutôt 30...). Laisser tiédir un peu avant de déguster !

painchocolatexpress3.jpg

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?