Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 07:00
J'adore le tahiné, cette purée de sésame très employée dans la cuisine libanaise. Je le décline en salé, notamment dans le houmous traditionnel bien sûr, dans le baba ganoush ou le poisson à la libanaise (un pur délice), dans les tartes et les soupes (voir sur Trois petits tours et cuisinons !) mais aussi en sucré, comme dans ces tartelettes délicieuses. Cette fois, c'est dans la panna cotta que j'ai choisi de l'incorporer. Accompagnée de figues fraîches, nature ou rôties au sésame, c'est un dessert simple et rapide, au bon goût de tahiné. Irrésistible !
Personnellement j'ai une préférence pour la version aux figues rôties, pour la saveur et pour le contraste de températures...



Ingrédients (2 gourmands)
- 20 cl de crème liquide
- 20 cl de lait
- 25 grammes de tahiné
- 1 gramme d'agar agar (ou 2 feuilles de gélatine)
- 35 grammes de sucre
- 2 figues blanches (type Longue d'Août)
- quelques graines de sésame blond

Préparation
Faire chauffer le lait et la crème, y dissoudre le tahiné et le sucre. Chauffer avec l'agar-agar environ 2 minutes. Réserver au frais une bonne heure.
Faire griller le sésame à sec
Couper les figues en morceaux pour la version "nature" ou en 4 que l'on passe quelques minutes sous le grill pour la version "rôtie".
Déposer les figues sur les crèmes, parsemer de sésame et déguster aussitôt.



Partager cet article

Repost 0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 06:51
L'Armagnac est probablement la plus ancienne eau-de-vie française, il fêtera ses 700 ans en 2010 (un document conservé au Vatican atteste son existence et ses 40 vertus vantées par le franciscain Vital Dufour en 1310). On le connaît en digestif mais il trouve une place délicieuse dans les cocktails aussi bien qu'en cuisine, dont il relève viandes et terrines, mais aussi les poissons, surtout les crustacés, et les desserts.

Le livre La cuisine à l'Armagnac*, signé Florence et Jean Castarède (fille et père), paru aux éditions Sud-Ouest, est une première : il s'agit du premier livre de cuisine dédié à cette eau-de-vie.
Florence Castarède représente la sixième génération d’une famille qui s’est illustrée dans l’Armagnac. Elle produit et élève l’Armagnac au Château de Maniban à Mauléon d’Armagnac. Son père, auteur de trente ouvrages dont 3 sur la Gascogne, est aujourd'hui à la tête des éditions France Empire.
 
Le livre nous conduit à travers l'histoire de l'Armagnac et à la découverte (ou la redécouverte) de la fabuleuse diversité de ses arômes (noisette, pêche de vigne, tilleul, vanille, pruneau, poire, coing, figue, orange confite…) ; le livre donne également quelques menus de grands restaurants qu'accompagnaient divers Armagnacs
en dégustation, et une liste de producteurs. Il propose une soixantaine de recettes alléchantes, (hors cocktails) parmi lesquelles j'ai choisi un soufflé glacé qui me semblait indiqué vu les fortes chaleurs... J'ai librement accompagné ce soufflé à l'Armagnac d'une compotée de pruneaux à l'Armagnac également !

* Livre reçu au titre de service de presse

Pour l'Armagnac, répugnant à utiliser ces eaux-de-vies bas de gamme spécial cuisine, je me suis procuré (enfin LUI...) chez mon caviste  Xavier (clic) un joli flacon d'un cher (encore LUI...) mais excellent Armagnac ! Ne faites pas l'impasse si vous cuisinez à l'alcool, que ce soit du Rhum, du Cognac ou de l'Armagnac, prenez du bon, cela vous gâcherait votre recette. Ou disons que du très bon magnifiera la recette...
Bref, j'ai pris du Bas-Armagnac UBY Long 12 ans. N'y connaissant pas grand chose en eau-de vie, je ne m'étendrais pas sur le sujet, si ce n'est qu'elle est parfumée (on s'en douterait !) et qu'elle est longue en bouche.
Mais place à la recette du soufflé glacé à l'Armagnac (j'ai divisé les ingrédients par deux, mais cela nous a donné quand même 3 bons desserts...).



Ingrédients
- 5 oeufs
- 150 grammes de sucre
- 6 feuilles de gélatine (je n'en mettrais que 4...)
- 10 cl d'Armagnac
- 25 cl de crème fraîche
- 10 biscuits à la cuillère (totalement oubliés...)
pour la compotée
- 150 grammes de pruneaux
- 5 cl d'Armagnac
- 1/2 cerneau de noix pour le décor

Préparation
Faire tremper la gélatine.
Battre les jaunes et le sucre au bain marie environ 5 minutes. Hors du feu, dissoudre les feuilles de gélatine puis fouetter jusqu'à complet refroidissement. Ajouter la crème, l'Armagnac et les blancs d'oeufs battus en neige. Il s'agit ici d'inclure les dés de biscuits plonger dans l'Armagnac mais je les ai oubliés...
Placer au congélateur dans des coupes environ 3 heures.
Entretemps, faire gonfler les pruneaux dans l'eau bouillante (ou thé). Egoutter (et boire le jus de pruneaux !), mixer les pruneaux avec l'Armagnac et réserver.
Servir les soufflés coiffés de la compotée de pruneaux (ou pas...) et décorés d'un demi cerneau de noix.


Partager cet article

Repost 0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 07:27
Fin de saison du melon confit, dont l'usage premier est la réalisation des calissons (clic), avant une nouvelle séance de confisage... Rien de compliqué, juste de la patience, du temps afin de permettre une bonne osmose. Mais, les fruits confits, sans conservateurs, ne se gardent pas autant qu'on le pense. Et mieux vaut les conserver au réfrigérateur dans une boîte hermétique. Du coup, ils sont sublimes dans un cake, ou dans une préparation glacée comme ce sorbet au fromage blanc, au miel et dés de melon confit. Souvenez-vous, je l'avais servi sur cette pizza au melon et à l'anis et c'était parfait. Et pour les enfants gourmands, on peut  déguster aussi comme ça (clic) !
Vous pouvez bien entendu remplacer le melon confit par de l'orange confite, ce sera tout autant délicieux !

NB ce billet avait été édité par erreur, tu vois Mamina, c'est corrigé et le billet est complet cette fois !


Ingrédients

- 400 grammes de fromage blanc
- 100 grammes de miel
- 1/2 c café d'agar-agar
- 60 ml de jus d'orange
- 50 grammes de melon confit (maison) coupé en petit morceau

Préparation
Battre le fromage blanc et le miel. Chauffer le jus d'orange avec l'agar-agar 2 minutes. Laisser tiédir et mélanger avec le fromage blanc.
Turbiner en incorporant le melon confit ou placer au congélateur en mixant régulièrement, puis, quand le sorbet commence à prendre, incorporer le melon confit.


Partager cet article

Repost 0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 07:09
La première saison des fraises touchent à sa fin, il va commencer à faire trop chaud pour elles, (et pour nous donc !) ; avec un peu de chance, on en retrouvera fin août-début septembre pour les variétés tardives et autres remontantes... C'est donc le second et dernier fraisier que je fais cette année. Je dédicace celui-ci à mon père pour qui j'avais fait le premier qui avait connu quelque souci du fait d'une vraie mousseline ratée.
J'ai testé cette fois une fausse génoise (avec de la levure) et une fausse mousseline (avec de la crème fouettée au lieu du beurre). La crème m'a convaincue mais pas la génoise, je préfère la recette classique, je ne mets donc pas la recette... La crème "mousseline" (qui n'en est pas une, c'estune pâtissière avec l'ajout de gélatine et de crème fouettée) vient de chez Virginie, ici (clic), mais j'ai utilisé de la vraie vanille pour cette fausse mousseline !
A défaut de pâte d'amande, qui a ma préférence pour le fraisier, j'ai utilisé un reste de pâte à sucre rose qui venait du gâteau d'anniversaire de Melle E (clic).
Enfin, avec les restes de crème, de génoise et de fraises, j'ai improvisé une crème glacée "fraisier" qui a le mérite de se conserver plus longtemps que le gâteau ! Quant au décor, il s'est enrichi d'une géniale recette de guimauve pur fruit dont vous trouverez la recette ici !



Ingrédients

- une quinzaine de fraises
- une génoise classique
pour la crème dite "mousseline"

- 300 ml de lait
- 3 jaunes d'oeuf
- 40 grammes de beurre
- 20 grammes de maïzena
- 1/2 gousse de vanille
- 50 grammes de sucre
- 1 feuille de gélatine
pour le décor
un reste de pâte à sucre de ce gâteau d'anniversaire (clic)
- des guimauves pure fraise (recette ici - clic)
- des fraises fraîches



Préparation

Porter le lait à ébullition avec la demi gousse de vanille.
Mettre à tremper la feuille de gélatine.
Pendant ce temps, battre les jaunes avec les sucres et ajouter la maïzena.
Ajouter doucement le lait sur les jaunes, puis remettre à cuire. Aux premiers bouillons, enlever de la source de chaleur.
Ajouter la feuille de gélatine, puis le beurre et bien mélanger.
Pendant que la crème refroidit, fouetter la crème liquide et incorporer à la crème pâtissière refroidie. Réserver au frais.
Découper deux cercles de génoise (environ 15 cm de diamètre), puis cercler le premier socle de génoise (en utilisant un cercle système D en carton couvert de papier aluminium).
Ranger les demi fraises sur le pourtour et déposer de la crème au centre. Couvrir de fraises coupées en 3 ou 4 selon la taille, puis déposer à nouveau de la crème. Terminer par la génoise et placer au frais.
Entretemps, préparer le décor en pâte à sucre (les petits coeurs roses étaient déjà faits et stockés dans une boîte en fer de longue date). Abaisser la pâte à sucre (sur une surface poudrée de sucre glace) et découper un cercle du diamètre de la génoise. Réserver.
Au moment du service, sortir le fraisier et déposer le cercle de pâte à sucre sur la génoise (je ne l'ai pas "collé", juste posé), coller les coeurs sur la crème entre chaque demi fraise. Décorer de fraises fraîches et de guimauve pure fraise. Ou tout autre décor dont vous avez envie !




Glace "fraisier"

Ingrédients

- le reste de crème (recette ci-dessus)
- 5 fraises
- quelques dés de génoise

Préparation

Turbiner la crème en incorporant dés de biscuit et de fraises. Ou, sans sorbetière, placer au congélateur, juste la crème, remuer régulièrement, et quand la glace commence à prendre, incorporer les autres ingrédients de cette glace "fraisier". Remettre au congélateur et déguster une fois que la glace est bien prise !


Partager cet article

Repost 0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 06:48
Le kheer est une sorte de riz au lait qui se mange (ou se boit) en Inde, d'aucuns l'appellent le riz des Maharadjahs... Il est légèrement épicé, suave, réalisé à base de riz basmati et de lait de vache (et parfois aussi de lait de coco), son grand partenaire traditionnel est la carotte mais j'ai choisi de lui adjoindre la framboise pour une version plus européenne !


Du riz au lait à l'indienne à base de lait et lait de coco, cardamome et eau de rose est moulé dans une terrine et truffé de framboises fraîches. Je l'ai accompagnée d'une sauce au chocolat blanc et à la pistache. La terrine n'a pas eu tout le succès escompté auprès des filles (Mlle E n'a pas aimé, Miss L a tout mangé !), mais je l'ai trouvée très agreable, franchement délicieuse !
Et pourtant, elle était inspirée de ces boules de neige enfantines (par ici-clic), à base il est vrai d'un riz au lait plus classique et joliment décorées...
NB la terrine est subtilement parfumée, rien n'empêche de corser un peu les saveurs...

Concours Qui dit terrine, dit le jeu organisé chez Péchés Mignons, à qui j'envoie donc cette recette.

Et qui dit framboise, dit le fruit du moment chez Virginie qui accueille le légume(fruit) vedette de Lavande...


Et pensez à vous inscrire à la newsletter... pour ne pas en perdre une miette !


Ingrédients
pour la terrine de riz au lait à la framboise
- 50 grammes de riz basmati
- 100 gammes de lait de coco
- 300 ml de lait de vache
- 4 gousses de cardamome (les miennes sont un peu "fatiguées")
- 1 cuillère à soupe d'eau de rose
- 2 ou 3 cuillères à soupe de sirop d'agave (selon le goût)
- 1 cuillère à café d'agar-agar
- 12 framboises
pour la sauce pistachée
- 20 grammes de chocolat blanc
- 1 cuillère à café de pâte de pistaches
- 7 ml de crème liquide
pour le décor
- 4 à 6 pistaches torréfiées
- 4 framboises

Préparation
Cuire à feu doux le riz basmati dans le lait de coco et 200 ml de lait. avec les gousses entières de cardamome Quand celui-ci est bien cuit, moelleux mais encore ferme, enlever la cardamome, ajouter le sirop d'agave, le reste du lait et l'agar-agar et poursuivre la cuisson 2 minutes. Ajouter l'eau de rose et laisser tiédir.
Mouler la moitié dans une petite terrine tapissée de film alimentaire. Poser 12 framboises et couvrir du reste de riz au lait. Réserver au frais deux heures.
Pour la sauce, faire fondre le chocolat au bain marie, ajouter la crème et la pâte de pistache, puis bien émulsionner. Réserver.
Démouler la terrine, décorer de pistaches concassées et de framboises fraîches, servir avec la sauce à la pistache... Bon appétit !



Partager cet article

Repost 0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 07:01
Voici une assiette gourmande de saison qui rend hommage à deux spécimens de mon verger : abricotier et néflier du Japon. Leurs fruits sont cousins, tout les deux teintés d'orange... J'utilise souvent le second pour compléter les premiers, dans les confitures, mais seuls, les néfliers du Japon sont délicieusement rafraichissant et hydratant. A manger à même l'arbre ! Ici, c'est dans un sorbet qu'il se mêle à l'abricot et à la lavande. Lavandin devrais-je dire.
Ce sorbet a accompagné délicieusement un sablé matcha, une crème de chèvre et des abricots juste pochés (à la monarde, une plante dont les feuilles rappellent à la fois la menthe et le thym...). La recette du sablé écossais au thé matcha vient directement de chez Toque Toques ! (avec une autre aromatisation et sans le lait) en droite ligne de chez Pascale Weeks. On peut imaginer pire comme lignée de biscuits, non ?
Pour le reste c'est du pur Saveur Passion, mariage sucré d'abricots et de chèvre, comme dans ce far breton...

La newsletter (colonne de droite) reste pour le moment d'une périodicité hebdomadaire. N'hésitez pas à vous abonner ! A la veille des vacances, vous recevrez un condensé d'information dans lequel vous piocherez à votre retour...


Ingrédients  (pour deux assiettes)
pour les sablés
- 50 grammes de cassonade
- 150 grammes de farine
- 100 grammes de beurre demi-sel mou coupé en dés
- une cuillère à café de thé vert matcha
- un peu de cassonade pour la finition
pour les abricots pochés
- 3 abricots
- quelques feuilles de monarde ou de thym
- 1 cuillère à souep de sirop d'agave
pour la crème de chèvre
- 20 grammes de faisselle de chèvre
- 30 grammes de mascarpone

- 10 grammes de crème liquide
- QS de sirop d'agave

pour le sorbet abricot/nèfle
- 320 grammes de sucre

- 400 grammes d'eau
- 1 cuillères à soupe de fleurs de lavandin (séchés, je laisse les fraîches aux abeilles !)
- 300 grammes de néfle dénoyautés
- 300 grammes d'abricots dénoyautés
- 1 petite cuillère à café d'agar-agar



Préparation
Préparer le sorbet : Faire bouillir l'eau avec le sucre et faire infuser les fleurs de lavandin jusqu'à refroidissement. Mixer les fruits (les passer si vous préférez, je ne le fais pas). Remettre le sirop sur le feu 2 minutes avec l'agar-agar. Laisser refroidir et mélanger avec la purée de fruits. Placer au congélateur en mixant  régulièrement ou bien placer au réfrigérateur avant de turbiner.
Mélanger tous les ingrédients des sablés, mettre en boule et réserver au frais au moins 30 minutes. Abaisser et découper à l'emporte pièce (ici rectangulaire), faire des trous façon shortbread et poudrer de cassonade. (s'il fait trop chaud, replacer au frais encore 30 minutes).
Enfourner à 165°C environ 10 minutes. Laisser refroidir.
Entretemps, faire bouillir 150 ml d'eau, ajouter les feuilles de monarde, laisser infuser. Quand le liquide a tiédi ajouter les abricots et sucrer à l'agave.
Battre le mascarpone et la faisselle de chèvre avec la crème liquide, sucrer légèrement et réserver au frais.
Dresser les shortbreads matcha, poser la crème de chèvre dessus, des lamelles d'abricot et servir avec le sorbet, sans attendre !


Partager cet article

Repost 0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 07:30
Pour éviter les cristaux dans les sorbets et diverses spécialités glacées, vous avez peut-être lu ce billet hier... Parmi les différentes astuces, les produits gras d'origine végétale, comme les purée d'oléagineux ou encore les huiles permettent d'assouplir la glace ... C'est le cas ici avec la purée d'amande dans cette glace au chocolat, réalisée sans lait de vache, mais avec du lait d'amande.
Inutile de dire aussi que le tofu soyeux remplace également admirablement la bse de crème anglaise. Encore faut-il apprécier la saveur puissante du soya, ce qui n'est pas mon cas...

Le sablé est un shortbread que vous retrouverez dans la recette de demain...

Ingrédients
- 100 grammes de chocolat noir
- 1 cuillère à soupe bombée de purée d'amande (en magasin bio...)
- 3 jaunes d'oeufs
- 400 ml de lait d'amande
- 2 cuillères à soupe de miel
- 40 grammes de sucre blond bio

Préparation
Faire chauffer le lait d'amande avec le chocolat, sans faire bouillir. Battre les jaunes d'oeufs avec le sucre dans un bol et verser dessus le lait d'amande en fouettant. Remettre dans la casserole et ajouter le miel. Laisser épaissir jusqu'à ce que la crème nappe la cuillère. Laisser refroidir puis ajouter la purée d'amande.
Placer au congélateur en mixant (ou en touillant avec une fourchette) régulièrement ou placer au frais avant de turbiner.

Partager cet article

Repost 0
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 07:28
Certain(e)s d'entre vous savent de quoi je parle : la kermesse de l'école, son florilège de stands et de gâteaux que les mamans (plus rarement les papas, avouons-le), respectivement occupent et fabriquent à l'occasion de cette journée de fête. Reconnaissons aussi que ce sont toujours les mêmes qui s'y collent ! Chaque année, c'est le même avis émanant de la direction et des enseignants, à moins de 10 jours de la kermesse : il n'y a pas assez de parents qui participent, nous allons être obligés d'annuler, etc... A chaque fois, quelques "bonnes âmes" se dévouent et la fête à lieu, heursement pour nos bambins !

Cette année, je me suis inscite pour les crêpes (à faire chez soi à l'avance). Le matin même, j'ai préparé plus d'une cinquantaine de crêpes que j'ai apportées en fin de matinée à l'école maternelle de Mlle E. Il restait bien sûre de la pâte, mise de côté pour le déjeuner d'un Papa gourmand, puis pour le goûter de mes deux gastronomes de filles.
J'ai à dessein préparé une compote de fraise teintée d'une légère amertume liée à la maemelade d'orange amère
(ce fruit qu'on nomme aussi bigarade, que j'aime ce mot !), assez subtile. La grande a adoré, la petite a été un peu gênée par cette amertume, son palais est encore loin d'être "fait" pour cette saveur, comme pour l'acide...

Un goûter chic que ce pannequet à la compote de fraise et orange amère, son coulis et son sorbet fraise. grand succès de mon point de vue et de celui de Mlle E !

Si vous souhaitez suivre les recettes, actualités et info diverses de Saveur Passion, abonnez-vous à la Newsletter (colonne de droite...).


Ingrédients
- 2 crêpes
- 150 grammes de fraise
- 1 belle cuillère à soupe de marmelade d'orange amère (surtout morceaux d'écorce)
- 1 noisette de beurre
- sucre en poudre (blond bio, ici)
- sorbet à la fraise (celui-ci par exemple...)
- 2 fraises et feuilles de menthe pour la présentation


Préparation
Faire compoter doucement les fraises coupées en petits morceaux avec la marmelade d'orange, en prenant soin de couper les morceaux d'oranges en tout petits dés. Passer le jus (et le réserver).
Déposer la compote de fraise sur les crêpes et replier en pannequet. Parsemer de morceaux de beurre, poudrer de sucre et passer sous le grill pour caraméliser légèrement.
Servir tiède arrosé du jus de cuisson des fraises et accompagné de sorbet à la fraise, décorer d'une fraise fraîche et de feuilles de menthe.


Partager cet article

Repost 0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 07:56
Un duo pour cette recette d'inspiration mixte ! J'ai utilisé fiadone, ces gâteaux corses au brocciu et au citron, la recette d'Hélène (de Cannes), une recette authentique qu'elle nous avait confié à son retour de l'ïle... Mais j'ai utilisé les feuilles de figuier à la façon de Garance, pour apporter une saveur typée, irrésistible à ces délicieuses gourmandises.


Le brocciu est fabriqué exclusivement avec du lactosérum frais de brebis et/ou de chèvre, additionné de lait entier de brebis et/ou de chèvre mis en oeuvre à l'état cru, et de sel. Le lait de brebis ou de chèvre doit provenir d'un troupeau d'ovins, de race corse ou sarde et de leurs croisements ou de caprins de race corse.
On trouve le plus souvent le brocciu frais mais il e
xiste aussi le "passu", affiné au moins 21 jours après un salage sec.
C'est à ce jour le seul fromage AOC corse.

On le mange nature ou accompagné de confiture (de myrte, par exemple).

En cuisine, il s'emploie dans la fabrication du fiadone ou de la faculelle (le même genre de gâteau, plus plat et cuit dans des feuilles de châtaigner), de l'imbrucciata (tarte au brocciu,) et des migliaci (galettes de fête), de beignets, d'omelettes, de cannelloni...


Quant au fiadone, c'est probablement le plus célèbre des gâteaux corses. Ce gâteau au fromage sans pâte est préparé à base de brocciu frais, d'oeufs et de zestes de citron ou d'orange. On y ajoute généralement de l'eau de vie corse.
Quant à son étymologie, fiadone serait apparenté au francique "flandone", qui a donné "flan"...
A défaut, vous pouvez le remplacer par de la brousse de brebis, de vache voire de chèvre...


J'oubliais le vin ! N'hésitez pas à boire un moelleux ou même un liquoreux, le Sauternes  Bastor Lamontagne 1997 que nous avons dégusté avec, c'était un excellent accord !



Ingrédients
- 500 grammes de brocciu
- 170 grammes de sucre (contre les 200 préconisés)
- zestes de 2 citrons jaunes
- 4 oeufs
- 1 cuillère à soupe de liqueur de citron maison

Préparation
Battre les oeufs avec le sucre, ajouter le brocciu écrasé à la fourchette et les zestes de citron. Ajouter la liqueur de citron, ou une eau de vie, voire un peu de fleur d'oranger. Bien mélanger.
Beurrer 4 ramequins (tout dépend de la taille, chez moi, il aurait bien fallu un 5ème !) et tapisser chacun d'une feuille de figuier. Verser la préparation et enfourner à 200°C environ 25/30 minutes, jusqu'à ce que les fiadones soient bien dorés. Servir dans leur ramequin ou les démouler.
On peut les servir tièdes ou bien frais.


Partager cet article

Repost 0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 08:10
Digestive biscuits ou digestive cookies, ces grignotages complets ont des vertus sur votre digestion, ils sont riches en fibres et sains ; si, en plus vous leur adjoignez des pruneaux, ils deviennent les partenaires de votre transit instestinal. Pruneaux/son de blé, tel était en effet la formule magique de ma maman pour régler les soucis intestinaux... Mais ils sont avant tout délicieux ! Merci à Jane (Saveurs de famille) pour cette excellente recette de base !


ingrédients
- 150 grammes de farine T65
- 60 grammes de son de blé
- 60 grammes flocons d'avoine
- 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude
- 60 grammes de beurre coupé en cube
- 110 grammes de sucre
- 1 oeuf
- 2 cuillèes à soupe d'eau
- 40 grammes de pruneaux

Préparation
Dans un bol, mélanger la farine, le son, les flocons d'avoine et le bicarbonate de soude. Ajouter le beurre et travailler les ingrédients pour "sabler" le mélange. Ajouter le sucre et l'oeuf, puis les pruneaux grossièrement hachés. Mélanger en ajoutant l'eau petit à petit jusqu'à ce que le tout forme une boule. Mettre au frais 30 minutes. Séparer la pâte en deux. Entre deux feuilles de papier sulfurisé, abaisser la pâte à 5 mm environ. Découper les biscuits à l'emporte-pièce. Mettre les cookies sur des plaques recouvertes d'un papier sulfurisé. Faire cuire 15 min dans un four préchauffé à 180°C. Laisser reposer 5 minutes puis déposer sur une grille.

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?