750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

22 juin 2008 7 22 /06 /juin /2008 06:30
Fin du repas conçu autour du Renard Blanc du domaine de Ravanès, voici les deux millefeuilles anisés, au choix fraise ou marron confit. Le premier ne va absolument pas avec le Renard Blanc, le fruit rouge n'est pas sa copine ! Il a bien meiux fait ami-ami avec le marron confit mêlé à l'anis, le meilleure surprise de la soirée et un dessert au top !



Ingrédients
(pour 1 millefeuille fraise et 1 marron)
- 3 feuilles de pâte filo
- 50/60 grammes de sucre + sucre pour la pâte filo
- 1 belle fraise
- 2 marrons confits
- 18 cl de lait
- 15 grammes de fécule
- 12 grammes de beurre + beurre fondu pour la pêt filo
- 2 jaunes d'oeufs
- 1 cuillère à café d'anis vert
- sucre glace

Préparation
Faire infuser l'anis vert dans le lait bouillant jusqu'à refroidissement. Refaire chauffer avec la fécule et  20 grammes de sucre. Fouetter tout en portant à ébullition. Battre les jaunes d'oeufs avec 20 grammes de sucre, arroser d'un peu de lait en fouettant. Remettre sur le feu et faire cuire en continuant de fouetter. Après épaississement, laisser tiédir avant d'incorporer le beurre. Réserver au frais.
Découper des rectangles de filo (6 en tout), les badigeonner de beurre fondu et saupoudrer de sucre, Enfourner à 210°C le temps de caraméliser. Dreser lesmillefeuilles en intercalant un rectangle de filo, de la crème anisée et selon, des fraises coupées finemebt ou des morecaux de marrons confits. Terminer par un rectangle de pâte saupoudre de sucre glace et décorer de fraise ou de marron.

NB un bug empêche momentanément l'édition de la photo du millefeuille anisé au marron confit mais visuellement, c'est le même que celui à la fraise !



Partager cet article

Repost0
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 06:28
C'est ce billet de Birgit (Un an pour faire son cooking out) qui me l'a remise en mémoire. Cette tartelette jamais encore publiée n'avait pas participé au concours-buzz de Christophe Michalak car esthétiquement trop imparfaite. En plus, à l'époque pas de framboise fraîche et celles surgelées de mon père ont mal supporté la décongélation. Du coup, la déco : c'est juste du sucre coloré au jus de framboise, étiré et placé sur la tartelette, mais au pif, sans technique, cela donne juste des gros bonbons qui collent aux dents ! Pas grave mais des fois, je me lance sans théorie, un peu à l'aveugle et franchement, le résultat n'est pas à la hauteur. Je conseillerai une déco plus sobre, avec juste des framboises fraîches !

En dehors de ça, c'est sans doute la meilleure sur le plan gustatif, entre cette classique et cette pas mal, le mariage sucré framboise/poivron avec une touche de piment d'Espelette, top ! Du coup, puisque j'ai remis la main dessus dans mes archives, je l'offre à
Lavande, pour cette spéciale "framboise". Pour le poivron, c'est rouge bien sûr, et mieux, piquillos !



Ingrédients
pour la pâte, c'est la fameuse, l'excellente de Christophe Michalak, voir ici
pour la marmelade de poivron
- 100 grammes de poivron
- 1 ou 2 pincées de piment d'Espelette (selon le goût)
- 80 grammes de sucre
pour la mousse de framboise
- 150 grammes de framboises
- 80 grammes de sucre
- 20 cl de crème liquide
- 1 cuillère à café d'agar-agar
pour la gelée de framboise/poivron
- 100 grammes de framboise
- 80 grammes de poivron
- 100 grammes de sucre
- 2 pincées d'agar-agar
pour la déco gourmande
- 60 grammes de chocolat blanc
- 2 pincées de piment d'Espelette
- 100 grammes de poivron
- 20 cl d'eau
- 20 grammes de sucre
et donc, si vous avez, des framboises fraîches !



Préparation
Préparer la pâte et cuire les fonds de tarte. Monter les tartelettes avec des cercles individuels à entremets.
Préparer la marmelade de poivron ; faire compoter le poivron pelé et mixé avec le sucre et le piment, ajouter l'agar-agar. Laisser tiédir et déposer sur les fonds de tarte.
Mixer les framboises (enlever les pépins le cas échéant à travers un tamis) avec le sucre. Faire chauffer 5 cl de crème avec l'agar-agar. Mélanger avec la purée de framboise et incorporer le reste de la crème, fouettée. Déposer au dessus de la marmelade de poivron et faire prendre au frais.
Mixer la framboise et le poivron, ajouter le sucre, faire compoter puis ajouter l'agar-agar.  Verser la gelée sur la mousse framboise et faire prendre au frais. Tabler le chocolat blanc et l'étaler sur la gelée.
Découper des bandes fines de poivron que l'on fait confire dans un sirop de sucre. déposer ces bandes sur le pourtour de la tartelette. Saupoudrer de piment d'Espelette.




Partager cet article

Repost0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 06:28
Qui mieux que des spécialistes, j'ai nommé la Turtle et Tit' (alias Georges), peuvent nous indiquer la Voie, suprême, des gourmandises bretonnes et du sacro-saint Far breton ? Alhya en a fait une version douce et oncteuse, riche en lait, au beurre salé naturellement, une version à double tête puisque réalisée avec les indications de "l'oiseau" de la culinosphère, what else ?...
Une version que j'ai revisitée au lait de chèvre, abricots frais et "miettes" de chèvre frais ! En version mini pour un plaisir maxi mais point trop culpabilisant...


Ingrédients (pour deux, trois ou quatre, selon les parts...mais pas plus ! Sinon, multiplier les proportions !)
- 1 oeuf
- 70 grammes de farine
- 50 grammes de sucre doré bio
- 250 ml de lait de chèvre
- 1/3 cuillère à café d'extrait naturel de vanille
- 40 grammes de chèvre frais
- 150 grammes d'abricots frais
- 35 grammes de beurre demi-sel

Préparation
Délayer la farine dans le lait de chèvre et faire épaissir sur feu moyen comme une béchamel. Ajouter l'extrait de vanille, puis les oeufs et le sucre, battus ensemble préalablement. Beurrer un moule à FAR (ben oui, vous ne savez pas ce que c'est, c'est aussi là...), déposer les oreillons d'abricots, les "miettes" de chèvre frais, puis l'appareil à far, et déposer des copeaux de beurre demi-sel. Enfourner à 270°C 10 minutes puis baisser à 200°C et poursuivre la cuisson environ 40/50 minutes. Couvrir de papier aluminium si besoin. Le far doit être doré, pas carbonisé, ce n'est pas un tourteau fromager !
Déguster tiède, et le reste, carrément froid, mais je doute qu'il en reste !


Partager cet article

Repost0
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 08:40
Au pavot ou pas... Après avoir fait une première fois de ces financiers au chocolat blanc et à la pâte de citron (ils sont partis tellement vite que je n'ai pas eu le temps de les photographier !), j'en ai refait cette fois-ci au pavot. En version mini, toujours, idéal pour grignoter au dessert, avec le café ou encore au goûter pour ces petites demoiselles. Mais c'est encore LUI qui en mange le plus ! A refaire donc, c'est la deuxième fois mais sûrement pas la dernière !

La pâte de citron doit être peu sucrée, elle peut être plus ou moins prise et on peut la remplacer par de la marmelade à condition de diminuer la quantité de sucre dans les financiers. Mais franchement, je vous recommande cette pâte de citron faiblement sucrée, acidulée, qui tranche merveilleusement avec la douceur des financiers.
Voilà enfin,
Vanille, la recette de ces petites gourmandises apparues par erreur et disparues aussi vite, évanescentes gourmandises...



Ingrédients
- 1 citron jaune
- 50 grammes de chocolat blanc
- 70 grammes sucre glace
- 60 grammes de poudre d'amande
- 85 grammes de beurre
- 20 grammes de farine
- 2 cuillères à soupe rase de graines de pavot (facultatif)
- 30 grammes de sucre


Version "sans"


Préparation
Préparer la pâte de citron comme expliqué ici, avec moins de sucre, le financier l'étant suffisamment : on fait cuire le citron dans l'eau, puis, on mixe avec l'eau, puis on fait épaissir avant d'ajouter le sucre...
Chauffer le beurre dans une casserole jusqu'à ce qu'il prenne une couleur noisette, puis laisser refroidir. Mélanger le sucre glace, la poudre d'amandes et la farine. Ajouter les blancs d'oeufs (non battus) et le beurre, puis le chocolat fondu. Placer au réfrigérateur une bonne heure.
Mettre un peu de pâte dans des moules souples, format mini, poser un peu de pâte de citron puis recouvrir avec un peu de pâte. Cuire 20 minutes à 180°C.


Partager cet article

Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 06:27
Une croûte noire comme de la lave refroidie renferme un coeur moelleux très doux en bouche, fondant et aérien, au bon goût frais... Le tourteau fromager est la version vendéenne du gâteau au fromage blanc.  Pas de doute, son aspect carbonisé recherché aujourd'hui est bien le signe d'une recette accidentelle. Certains racontent qu'une cuisinière aurait oublié sa tarte au fromage dans le four et l'aurait trouvée calcinée avec une garniture gonflée, comme soufflée. Le tourteau fromager est un des emblèmes des Deux Sèvres et possède même sa confrérie !
Il est généralement cuit dans un moule arrondi, il paraît que c'est le gage d'un tourteau réussi, dont l'appareil fromager ne retombe pas ; on en trouve ici ou . Hélas, je n'en ai pas. Du coup, la calotte noire s'est dégonflée avec comme une dépression au milieu... Une dépression communicative : pourquoi est-ce que je n'y arrive pas ? Est-ce la recette, mon tour de main, ou bien véritablement le moule qui fait défaut ?


Petite déception mais grande trouvaille car en l'absence de tourteau fromager sur son blog (Gastronomades), j'ai dégoté la recette fétiche de pâte brisée de Lilizen, à la tête et au fourneau du restaurant bordelais L'eau à la bouche. Fameuse recette ! C'est une brisée un peu feuilletée (zieutez donc les photos...). Une trouvaille vous dis-je !
Il reste que nous l'avons dégusté au dessert, puis au petit déjeuner (par tradition familiale) et que mon père a adoré : il y a retrouvé la saveur de l'enfance, quel plus bel hommage ? De quoi lever la déception première...

Ingrédients
pour la pâte
- 280 grammes de farine
- 180 grammes de beurre mou
- 1 oeuf
- 3 cuillère à soupe d'eau
- 1/2 cuillère à café de sel
pour la garniture
- 200 grammes de faisselle de chèvre (ou chèvre frais)
- 100 grammes de sucre
- 50 grammes de farine (ou mélange farine/fécule)
- 4 oeufs

Préparation
Mélanger les ingrédients de la pâte, mettre en boule et réserver au frais 30 minutes.
Mélanger le chèvre avec le sucre et les jaunes d'oeufs. Ajouter la farine.
Battre les blancs d'oeufs en neige ferme et les incorporer avec délicatesse.
Abaisser la pâte brisée et en tapisser un moule à bord haut beurré et fariné. Verser l'appareil au fromage et enfourner à 200°C  durant 10 minutes puis baisser à 180°C et poursuivre la cuisson environ 40 minutes.




Partager cet article

Repost0
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 06:30
Une merveille de finesse, de délicatesse en bouche, ce dessert a su séduire le Mâle autant que l'Enfant (même le plus petit) : beaucoup de subtilité dans les saveurs et d'opulence en bouche, du moelleux autant que de la grâce, ce bavarois aux fleurs d"hibiscus et au lait de coco, plutôt instinctif (avec une base inspirée de Pierre Hermé tout de même !), fut une très belle surprise ! Car en général je mesure le résultat au fur et à mesure mais là, plongeant dans l'inconnu floral, je ne savais pas, j'imaginais, je supputais, j'espérais... Le tout fut à la hauteur de mes espérances !

Le seul souci reste le démoulage. Avec des cercles à entremets, pas de souci mais avec des moules souples, des empreintes à effet, quelle galère ! Le film alimentaire ne permet pas de respecter la décoration du moule (qui ne présente plus alors d'intérêt). Ou alors, une seule solution, faire prendre au congélateur, démouler et laisser décongeler à température ambiante. Et vous, quel est votre truc ?



Ingrédients (pour deux beaux desserts)
pour les bavarois
-
150 ml de lait
- 150 ml de lait de coco
- 1 feuille de gélatine
- 3 cuillères à soupe de fleurs d'hibiscus
- 125 grammes de crème liquide
- 65 grammes de sucre
- 4 jaunes d'oeufs
pour les fraises au sirop d'hibiscus
- 40 grammes de sucre
- 1 cuillère à soupe de fleurs d'hibiscus séchées
- 150 grammes de fraises

Préparation
Pour le sirop d'hibiscus, dissoudre le sucre dans 50 ml d'eau, porter à ébullition et faire infuser les fleurs d'hibiscus à couvert, feu éteint., environ  30 minutes. Verser le sirop sur les fraises coupées en petits morceaux et réserver au frais.
Préparer les cercles à bavarois en les tapissant de film alimentaire. Réserver
Réaliser une crème anglaise au lait de coco et à la fleur d'hibiscus : faire infuser les fleurs dans le mélange bouillant lait de coco/lait, jusqu'à refroidissement. Remettre sur le feu. Fouetter les jaunes d'oeufs avec le sucre, verser une partie du lait en fouettant, puis remettre sur feu doux, dans le reste du lait. Faire épaissir doucement en mélangeant continuellement.
Faire ramollir la feuille de gélatine dans l'eau froide. Quand la crème anglaise est prête, en prélever 125 grammes et dissoudre la gélatine dedans. Fouetter la crème très ferme et l'incorporer à la crème anglaise collée à la gélatine.
Poser les cercles sur des asiettes et verser la crème bavaroise dedans. Laisser prendre au frais 4 heures minimum. Puis démouler, dresser les fraises dessus et arroser le tour du bavarois de sirop de fraise/hibiscus. Servir aussitôt, décoré de petites feuilles de menthe.


Et bonne fête à toutes les mères !


Partager cet article

Repost0
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 06:37
Depuis maintenant une semaine, les cerisiers sont alourdis de jolis fruits rebondis et gorgés de sucre, brillants et d'une jolie robe rubis. Les oiseaux (pies, hirondelles, tourterelles, moineaux..) qui ne s'en laissent pas conter, ont démarré leur danse de convoitise, picorant ici et là...
Les averses ont cependant abîmés les cerises et il est urgent de les cueillir. Hue dia, les confitures, bocaux et surgélation fruitée ! Et les clafoutis (
le premier de la saison est sur Trois petits tours et cuisinons ! ...), sorbets et soupes...


Herbes, fleurs et fruits dans une soupe voluptueuse, flamboyante et très gourmande. La sauge associée au vin rouge et à la cerise gagne ses galons savoureux autant que sains... Et cette soupe sera une compagne idéale de fin de repas en en facilitant la digestion !

Ingrédients
- 15 cl de vin rouge
- 2 cuillères à soupe de cassonade
- 200 grammes de cerises
- 5 feuilles de sauge
- 4 ou 5 fleurs de sauge

Préparation
Dissoudre la cassonade dans le vin et porter à ébullition, ajouter la sauge ciselée et laisser infuser jusqu'à refroidissement. Mixer alors avec 120 grammes de cerises dénoyautées.



Partager cet article

Repost0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 06:32
La baie de sureau, je connaissais un peu mais pas la fleur ! L'an dernier, j'avais été sour le charme de toutes les préparations culinaires des Frangines et celles également du charmant Claude-Olivier. Je n'ai pas été longue à les rouver sur les bordures des routes et de la voie ferrée mais trop accessibles, elles sont aussi soumises au gaz d'échappement, en trouver de fraîches et saines n'a donc pas été si aisé ! Qu'importe, j'ai repéré les "coins" à sureau où je retournerai cet été, après avoir longuement admiré les réalisations de Fabienne !

Le parfum de la fleur de sureau est envoûtante, puissante au naturel, la première gourmandise fut simplement de les déguster en tempura, juste poudrées de sucre glace. Mais attention à la friture,
ce n'est pas une cuisson anodine et elle peut même devenir dangereuse !


Ingrédients
- 125 grammes de farine
- 25 cl d'eau glacée
- 1 jaune d'oeuf
- 10 ombelles de sureau voire plus...
- sucre glace
- huile neutre pour la friture (ici huile de pépins de raisins)

Préparation
Mélanger le jaune avec l'eau glacée, puis incorporer la farine. Faire chauffer l'huile (température maximale 180°C). Tremper les ombelles dans la pâte à tempura et les plonger dans le bain de friture. Les poser sur du papier absorbant. Quand les 10 ombelles sont enfermées dans leur pâte, les saupoudrer de sucre glace. Servir rapidement.
NB si vous poursuivez la friture au delà de 10 ombelles, il vous faudra changer le bain de friture.


Partager cet article

Repost0
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 06:19
Tronche_cake_120_4 Ma "tronche de cake" est une petite tronche brûnie par le soleil du four, avec des pustules (désolée !) crousti-fondantes de guimauves, c'est une tronche refaite et liftée au fudge et surtout, recyclée ! Car les deux éléments qui font "tout le sel" de cette recette, sont des ingrédients qui doivent disparaître de ma cuisine ! De la guimauve et un fudge à la québécoise sont les deux éléments caloriques qui en font un cake absolument décadant !
Voilà pour Chef Damien de
750g, Sophie (celle des cakes !) Sandrine et le Cookie masqué, leur jeu-concours "Tronche de cake" dont vous prendrez bien une tranche...



Ingrédients
- 160 grammes de farine
- 2 oeufs
- 80 grammes de beurre demi-sel
- 100 grammes de fudge
- 70 grammes de sucre
- 1/2 sachet de levure
- quelques guimauves (pour la quantité, considérer environ 4 ou 5 chamallows ou l'équivalent en
guimauves maison)

Préparation
Mélanger le beurre ramolli et le sucre, ajouter les oeufs, le fudge juste fondu puis la farine et la levure. Verser dans les moules souples (ici à financiers) ou un moule à cake unique, beurré et fariné en ajoutant quelques guimauves hachées. Enfourner à 180°C environ 35/40 minutes en traçant un sillon sur les cakes avec la pointe d'un couteau trempé dans le fudge, longitudinalement. Pour un grand cake, compter 50 minutes de cuisson...
Quand les cakes sont cuits (on s'en assure, comme d'habitude en plantant la pointe d'un couteau ou un pic à brochette qui doit ressortir sèche). Badigeonner d'un peu de fudge fondu à la sortie du four, quand ils ont suffisamment tiédi, après les avoir démoulés.


Partager cet article

Repost0
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 07:03
Depuis le temps que fleurissent les guimauves sur la blogosphère, j'avais bien envie d'essayer, et ce d'autant que je croule souvent sous les blancs d'oeufs...

Audrey (Quand cuisine rime avec plaisir) a-t-elle publié sa recette au moment propice ? Sans doute ! Qui plus est, j'ai repris le principe de la présentation "sucette"... Et cela m'a pemis d'écluser le sirop de mimosa, avec une légère couleur coquille d'oeuf au final.
Prise dans des mini moules souples, ces boules gélatineuses peuvent aisément se présenter en brochettes avec d'autres mini mignardises, confiseries ou dés de fruits...


Ingrédients (environ 80 petites guimauves)
- 2 blancs d'oeuf
- 5 feuilles de gélatine
- 30 grammes de miel
- 5 cl de sirop de mimosa (maison), pour la couleur
- 2 cuillères à soupe d'eau de fleur d'oranger pour la saveur !
- 150 grammes de sucre
- 5 cl d'eau

Préparation
Faire chauffer à 121°C le miel, le sirop de mimosa, l'eau et le sucre. Y dissoudre la gélatine ramollie et ajouter l'eau de fleur d'oranger. Battre les blancs d'oeufs légèrement en versant le sirop en fin filet. Battre jusuq'à ce que le mélange tiédisse (à 45°C). Verser dans des empreintes souples et piquer un bâtonnet en bois. Laisser prendre 24 heures avant de déguster. On peut éventuellement rouler les guimauves dans un mélange de sucre glace et de fécule mais c'est facultatif. Sans moule souple de bonne qualité, il est recommandé de déposer ce même mélange sur un moule couvert de papier sulfurisé si vous voulez réussir à les décoler aisément !


Partager cet article

Repost0

Article ? Recette ?