750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 16:21
A chacune son pain d'épices, le mien est sans lait, ni beurre. C'est une version classique, traditionnelle, avec essentiellement du miel, de la farine (mélange seigle/blé) et beaucoup d'épices !
Il est sans doute moins moelleux, plus dense et compact, un peu rustique mais très aromatique...


Ingrédients
- 100 grammes de farine de seigle
- 150 grammes de farine de blé
- 200 grammes de miel
- 1 oeuf
- 1 cuillère bombée de bicarbonate
- 1 cuillère bombée d'anis étoilé en poudre*
- 1 cuillère à café de cannelle en poudre*
- 1 clou de girofle réduit en poudre*
- 1 cuillère à café de cardamome en poudre*
- 1 demi cuillère à café de gingembre en poudre
- 1 demi cuillère à café de graines de fenouil en poudre*
- 1 demi cuillère à café de quatre épices
- zeste d'une orange (là, orange amère)

* Les épices ont été pilées au mortier juste avant la confection du pain d'épices pour exprimer un maximum d'arôme.

Préparation
Mélanger les farines, le bicarbonate et le sucre, ajouter les épices et le zeste d'orange. Tiédir le miel avec un peu d'eau, l'incorporer au mélange "sec" et ajouter l'oeuf.
Cuire à 160°C environ 35 minutes dans un moule à cake beurré et fariné. Démouler quand le pain d'épices est suffisamment refroidi.
















Comme c'est de saison sur la blogosphère (merci à Mamina instigatrice de cette vague irrésistible), voici d'autres pains d'épices recensés ces derniers jours (la liste n'est bien sûr pas exhaustive) : il y a celui de Suik-Suik, aux écorces d'orange confites, le moelleux de theCook, celui au sirop d'érable d'Isa, au seigle itou de Léonine, le beurre/lait de Bergamotte et piqué de gros sucre chez Rosine...

En voici d'autres, chez Mercotte.

Partager cet article

Repost0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 14:49
J'étais tentée par un dessert à base d'avocat et mon coeur à quelques temps balancé entre un duo mousseux avocat/chocolat (Frédérique que j'ai découverte à l'occasion de cette quête de l'avocat sucré a déjà concocté un tel mariage, courez-y vite si vous ne connaissez pas encore le blog Gourmandises !) et cette recette d'avocat soufflé d'Alain Passard. J'ai finalement opté pour le grand chef, même si je trouve la bloggueuse vraiment talentueuse...
J'ai respecté la recette dans ses grandes lignes mais j'ai réalisé des aménagements gustatifs : la recette originale associait l'avocat et la pistache mais je n'avais pas de pâte de pistache et l'avocat commençait à se ramollir sérieusement ! Du coup j'ai dégainé marmelade d'orange amère (la "recette" est ici) et Cointreau pour lui faire un sort !

Ingrédients
- 1 avocat bien mûr
- 3 cuillères à café de marmelade d'orange amère
- 2 cuillères à café de Cointreau
- 2 cuillères à café de jus de clémentine
- 2 carreaux de chocolat noir
- 2 blancs d'oeuf
- 4 cuillères à soupe de sucre

Préparation
Prélever la chair de l'avocat et réserver la peau des demi-avocats, mixer avec la marmelade d'orange amère, le jus de clémentine et le cointreau.
Préchauffer le four à 180°C. Battre les blancs d'oeuf en neige ferme en ajoutant peu à peu le sucre. Incorporer les blancs battus avec l'avocat mixé et remettre dans les demi-avocats une première couche de l'appareil, déposer le carreau de chocolat et recouvrir de la préparation.
Enfourner 5 à 10 minutes à 220°C, jusqu'à ce qu'une croûte se forme et que les soufflés soient dorés. Servir immédiatement. En fait, j'ai rempli deux moules à soufflés individuels plus la coque d'avocat !

La croûte légère et une subtile dorure au-dessus du soufflé...















Et, le coeur, mélange moelleux d'avocat, d'orange amère et de chocolat...














NB L'horaire n'étant pas favorable (heure du coucher pour certaines), les photos ont été limitées à leur portion congrue, vous ne verrez pas la coque d'avocat et son soufflé, dommage car c'était de loin le plus joli et original... Dommage, car les photos ne sont pas à la hauteur de ce dessert surprenant et délicieux...

A refaire, avec la pâte de pistache cette fois !

Partager cet article

Repost0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 08:19
Ce n'est peut-être pas encore un classique de la blogosphère mais cette recette a déjà circulé un peu... Il m'a tapé dans l'oeil chez Sophie, qui le tenait, elle de Cléa, avec un original dédié à une de ses amies, Maya...

Comme ce sont mes premiers muffins je n'ai pas osé trituré la recette, hormis la ricotta que j'ai remplacé par de la faisselle de chèvre...
Ah, j'oubliais, je n'ai pas pu résister au plaisir d'ajouter des amandes effilées !
Avec en résultat des muffins moelleux, l'acidité légère du citron et le croquant des amandes...


Ingrédients
- 200 grammes de farine
- 1 cuillerée à café de levure
- 100 grammes de beurre
- 1 oeuf
- 150 grammes de faisselle de chèvre
- 150 grammes de sucre
- le zeste d'un citron
- le jus d'un citron
- quelques gouttes d'extrait d'amandes amères
- deux poignées d'amandes effilées

Préparation
Mélanger la farine et la levure dans un bol. Faire fondre le beurre. Dans un saladier, battre l'oeuf, la faisselle égouttée, le beurre, le sucre, le zeste et le jus de citron et l'extrait d'amandes amères. Ajouter la farine, les amandes effilées et mélanger juste ce qu'il faut - pas trop ! Et mettre dans les moules à muffins. Cuisson : 20 à 25 minutes à 200°C.
 


Partager cet article

Repost0
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 09:36

Une envie de turron mais avec légèreté, est-ce un leurre pour se donner bonne conscience ? J'en ai bien peur. C'est comme dire d'un péché qu'il est mignon, cela nous dédouane en quelque sorte de notre "mauvaise action"...
Alors, oui, bien sûr que ce n'est pas raisonnable, car la légèreté n'est que "texturale", ce n'est qu'une impression de nuage fondant dans la bouche, de moelleux et de voluptueuse sentation infiniment douce. Il reste que ce nuage c'est quand même de la crème fraîche qui vient s'ajouter au redoutable nougat espagnol, hypercalorique !

Trève de palabres et découvrez ce monument de richesse en oubliant l'épaisseur de vos hanches et la rondeur confortable de vos formes... Il sera bien temps de savourer des verdures salutaires !

Ingrédients
- 100 grammes de turron de Jijona (turron mou classique)
- 100 grammes de lait
- 100 grammes de crème liquide fouettée
- 8 à 10 "gavottes
®" (crêpes dentelles)

Préparation
Faire fondre le turron dans le lait chaud en le fouettant. Battre la crème pour obtenir une texture "fouettée" (si vous préférez, allez jusqu'à une chantilly ferme...), incorporer hors du feu au mélange lait/turron. Mettre au frais une à deux heures. Au moment du service, écraser les gavottes et alterner couches de crêpes concassées et crème de turron. Déposer quelques brisures de gavottes
® en décoration et servir aussitôt !

Partager cet article

Repost0
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 17:40

Ou plutôt par Jessica, que Lolotte nous transmet et nous "translate" par la même occasion...
Et comme ma minette la plus vieille (pas encore 4 ans !) est "chocolate-addict" et que je lui vais promis un gâteau pour aujourd'hui (vive les vacances !), on l'a préparé ensemble ce matin !
Le mixer a eu un peu chaud et fait de drôles de bruits ("on dirait qu'il parle, le robot") et puis au sujet du mélange sucre-beurre : "on dirait une fleur", car cela faisait des volutes crémeuses...












- 400 g de sucre roux
- 230 g de farine
- 5 cuillères à soupe bombées de cacao (3 d'amer puis panne : + 2 de cacao sucré)
- 150 g de beurre doux
- 1 cuillère à café d?extrait de vanille pur
- 4 oeufs

Préchauffer le four à 180 ºC. Beurrer un plat carré (23x23), pour moi rectangulaire, un tiers environ plus grand, d'où la règle de trois...
Battre le beurre et le sucre (au mixer électrique me concernant, avec le sucre roux c'est plus difficile encore !)
Ajouter le cacao, la vanille et les oeufs, puis la farine et mélanger jusqu'à ce qu'elle soit juste incorporée. La pâte était plutôt épaisse, je le confirme.

Cuire ensuite en surveillant la cuisson (d'après Lolotte, zieuter régulièrement après les 20 premières minutes). La cuisson est bonne dès qu'un pic planté dans le coeur (Argh !) ressort net comme un sou neuf ! Pour moi ça a été le cas après les 30 minutes de cuisson règlementaire.

Au final, un peu trop sucré, pas assez le goût de cacao (la faute à qui ? A bibi, cause panne de cacao amer, et adjonction obligatoire de cacao pour petit déjeuner enfantin).

Bien je ne peux que m'en prendre à moi-même,
sûrement pas aux instigatrices de cette recette,
au demeurant fabuleusement fondante... 

La croûte est aussi bien craquante notons-le.

Texture : 10/10,
saveur : à revoir...





Et du coup, comme c'était trop sucré pour moi, je me suis servie une cuillère généreuse de confiture de bigarade (ou marmelade d'orange amère), dont j'avais lancé les prémisses mais totalement oublié de vous donner la suite : la recette de ce délice fera l'objet d'un prochain billet si mon administrateur, overblog, m'y autorise (cela rame matin, midi et soir !).

Voici l'objet du (petit) délit (il s'agissait d'un petit carré !)



Partager cet article

Repost0
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 07:31

Librement interprétée de la recette de Mercotte !! Car je n'avais pas de farine avec levure ajoutée, ni le plat adéquat (le mien est rectangulaire, environ 30x22), j'ai utilisé des pistoles de chocolat blanc, de plus je souhaitais tester la recette avec des abricots (j'ai encore une cargaison hallucinante de bocaux et d'abricots congelés !),
d'après l'avis de mouss'tic, abricots fonctionneraient assez bien avec cette recette... J'ai également pris d'autres libertés avec la recette originale, notamment l'ajout de pignons pour accompagner les abricots. Seul bémol, je n'ai pas attendu que le rectangle soit totalement refroidi pour y découper les carrés et j'ai donc connu quelques déconvenues ! Voilà une erreur que je ne commettrai plus...

Alors après une rapide règle de trois (et ses arrondis), voici comment j'ai procécé :

Ingrédients
- 150+80 grammes de chocolat blanc
- 90 grammes de beurre
- 120 grammes de sucre
- 1 oeuf et demi (et oui, c'est comme ça !)
- 130 grammes de farine
- 1 sachet de levure
- 30 grammes de poudre d'amande
- 35 grammes de pignons torréfiés et écrasés
- 35 grammes d'abricots séchés
- 90 grammes d'abricots en conserves (bocaux maison), juste égouttés, d'abricots congelés ou frais, en saison.

Préparation
Préchauffer le four à 180°C, beurrer et chemiser un moule carré ou rectangulaire avec du papier sulfurisé.
Faire fondre 150 grammes de chocolat blanc au bain-marie, mélanger hors du feu avec le beurre et lisser cette crème chocolatée. Ajouter le sucre, la farine, la levure et l'oeuf et demi (!) et la poudre d'amande. Puis, 80 grammes de chocolat blanc, les abricots secs et "frais", les pignons. Cuire environ 50 minutes (vu les proportions et sans doute la quantité de levure, le temps de cuisson de Mercotte s'est bien évidemment avéré trop juste ici...) et bien attendre le refroidissement complet avant de démouler et de découper les carrés.


Partager cet article

Repost0
21 février 2007 3 21 /02 /février /2007 12:28
Le tourteau fromager est une tarte au fromage de chèvre frais à l'aspect brûlé... On le cuit dans un moule spécial sphérique, ce gâteau est donc rond comme une balle et noire comme du charbon ! Originaire du Poitou (de la région de Lusignan très précisément), on ignore son histoire. Serait-ce, comme pour la tarte tatin, une recette ratée, cuite à four trop chaud ou trop longtemps ?
Voici ma version, hélas, entre sa sortie du four et la photo, il s'est un peu dégonflé le bougre !



Ingrédients
- pâte brisée
- 125 grammes de farine
- 65 grammes de beurre
- 1 pincée de sel
- eau

garniture
- 3 oeufs
- 100 grammes de fromage de chèvre frais
- 80 grammes de sucre semoule
- 1 pincée de sel
- 30 grammes de farine

Préparation
Préparer une pâte brisée, rouler en boule et laisser reposer environ 2 heures. Abaisser la pâte dans une tourtière à bords hauts beurrée, un moule à manqué, ou, mieux, dans un moule spécial à tourteau au fond arrondi. Laisser à nouveau reposer pendant 15 minutes. Fouetter le fromage avec 50 grammes de sucre et les jaunes d'oeufs. Incorporer la farine tamisée. Monter les blancs d'oeufs en neige avec une pincée de sel, puis les"meringuer" avec 30 grammes de sucre. Incorporer au mélange précédent et garnir lle plat (on peut aussi ajouter 1 cuillère à café de
cognac à la préparation)

Enfourner pour 10 minutes à 240° puis faire cuire 40 minutes à four chaud (200/210 °C). La pâte doit devenir noir charbon en surface. Démouler et laisser refroidir.
Dégustez bien frais !

Partager cet article

Repost0
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 14:47

Il n'aura échappé à personne en tendant le cou pour regarder par la fenêtre les enfants passer aujourd'hui dans la rue, que c'est mardi gras ! A chacun sa contribution gourmande, pour moi ce sera des tourtisseaux, d'après une recette (un peu modifiée je l'avoue) de ma grand-mère. Une composition inspirée de plusieurs recettes des Deux-Sèvres (voisins et amis de mes grands-parents), bref une recette traditionnelle !
 
Ingrédients
- 500 grammes de farine
- 2 oeufs
- 70 grammes de beurre
- 100 grammes de sucre
- 1 sachet de levure
- 1 demi verre d'eau
- 1 cuillère à soupe d'eau de vie (normalement de la "gnôle", mais je n'en ai pas)
- huile de pépins de raisins
- sucre glace


Préparation
Faire fondre le beurre et le sucre avec l'eau. Creuser un puits dans 250 grammes de farine, y ajouter les oeufs et la levure. Mélanger et ajouter le mélange beurre/sucre tiédi. Ajouter le reste de la farine, pétrir et laisser reposer 3 ou 4 heures. Etaler la pâte pour obtenir une abaisse très fine (moins de 1 mm) et y découper des formes : carrés, losanges, triangles, ronds, noeuds...


Faire frire dans l'huile (certains ajoutent du saindoux),
déposer sur du papier absorbant et rouler dans le sucre glace.



Technique pour le sucre glace : mettre du sucre glace dans un saladier, déposer les tourtisseaux et secouer pourque les beignets soient bien recouverts de sucre.

 

Partager cet article

Repost0
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 06:11
Hier, il y avait une relative rareté sur le cours (prononcez coursss) de mon patelin (si mes concitoyens me lisent, ils seront outrés..) : mon vendeur de fruits et légumes avait sur son étal des oranges amères non traitées d'Andalousie.
Je n'ai fait ni une ni deux, j'en ai pris un kilo, pas plus, je sais d'avance que je serai probablement la seule à en manger, à moins de m'en servir aussi en cuisine. C'est cela, je ferai un peu de confiture d'orange amère, des écorces confites et je congèlerai un peu de jus pour des sauces...

C'était sans compter la physionomie de ces belles espagnoles ! Ségolène nous avait pourtant prévenu (idem, sur le pectinarium..) : une peau épaisse, peu de chair et des pépins en quantité (je les ai conservé précieusement, cela remplacera la pectine dans mes futures confitures... parce que en dehors du coing, je fais une grosse consommation de gélifiant pour confiture et d'agar agar).

Environ 20 pépins par fruit,
voici ce que j'ai compté :
voyez vous mêmes !








Vu le peu de jus et la quasi absence de chair, je vais peut-être changer mon fusil d'épaule... En tout cas confiture il y aura !

Partager cet article

Repost0
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 15:14















Impossible d'accéder à Internet ce matin, donc j'ai utilisé une recette que j'avais dans mes papiers. J'aurais pourtant bien aimé tester celle qui a circulé la semaine passée sur blog appétit... Je n'ai pas eu la présence d'esprit de noter la recette ou de l'enregistrer sur l'ordinateur. Résultat, je ne me souviens plus qui avait une chouette recette de kouign amann... Celle-ci n'est pas si mal mais ce n'est pas LA recette (en tout cas elle est imprécise, et comme c'est une première pour moi...).

Ingrédients
- 300 grammes de farine
- 15 grammes de levure fraîche
- un verre d'eau tiède
- 250 grammes de beurre demi-sel
- 250 grammes de sucre
- 1 cuillère à café rase de sel

Préparation
Mélange la levure à l'eau tiède et patienter 10 minutes. Préparer la pâte à pain en ajoutant la farine et le sel ; laisser reposer une heure. Abaisser la pâte sur 1 cm d'épaisseur environ. Mettre au milieu 200 grammes de beurre et de sucre, replier en trois, puis dans l'autre sens, en deux. Etaler et creuser une dépression au centre. Y déposer le beurre et le sucre restant. Enfourner à 220°C pour 20 minutes (à ajuster...) avec un ramequin d'eau. Déguster tiède... ou pas !
Comme je l'ai lu plusieurs fois, mieux vaut en effet en dégsuter de petites portions parce que c'est très bon mais très gras et un peu écoeurant... Mais ce goût de caramel au beurre salé, avec le beurre fondu au fond du plat... Délicieux !

Partager cet article

Repost0

Article ? Recette ?