750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

12 juin 2019 3 12 /06 /juin /2019 18:16

Sur une idée qui m'est apparue géniale de l'ami JP, Jean-Paul Brigand pour ceux qui le connaissent, voici une simplissime idée pour relever un fromage blanc fermier, celui que j'achète au Jas bio. D'habitude, j'alterne entre sel/poivre et miel, version salée ou sucrée. Plus rarement, une persillade minute. Ici cela change un peu, un coup de fouet acidulé, bien parfumé : cébette (ou oignon nouveau), vinaigre de riz, saké.
Ingrédients
- 2 tiges de cébette
- 1 cuillère à soupe de vinaigre de riz
- 1 cuillère à soupe de saké
Préparation
Emincer la cébette ou l'oignon, faire mariner deux jours dans le vinaigre de riz et le saké. Déguster avec le fromage blanc.

Cébette, vinaigre de riz, saké pour un fromage blanc "fusion"

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 09:30

Je trottine derrière lui jusqu’à la cuisine. Misère. Dans tel écrin, je veux bien cuisiner chaque jour, y compris pour Léon. Rien ne peut y être ordinaire et jusqu’à ouvrir une boîte de Ronron doit y paraître délicieux.
– Je suis très fier de ma cuisine, dit M. Ozu avec simplicité.
– Vous pouvez, dis-je, sans l’ombre d’un sarcasme.
Tout est blanc et bois clair, avec de longs plans de travail et de grands vaisseliers emplis de plats et de coupelles de porcelaine bleue, noire et blanche. Au centre, le four, les plaques de cuisson, un évier à trois vasques et un espace bar sur un des accueillants tabourets duquel je me penche, en faisant face à M. Ozu qui s’affaire aux fourneaux. Il a placé devant moi une petite bouteille de saké chaud et deux ravissants godets en porcelaine bleue craquelée.
– Je ne sais pas si vous connaissez la cuisine japonaise, me dit-il.
– Pas très bien, réponds-je.
Une vague d’espoir me soulève. 

Cuisine et saké par Muriel Barbery (extrait de l'Elegance du Hérisson)

Partager cet article

Repost0

Article ? Recette ?