Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 10:40
Le poiré est l'équivalent du cidre... à base de poire ! Cette boisson fermentée (faiblement alcoolisé, moins de 4% vol.) se caractérise par une couleur qui va du jaune paille au doré, une saveur fruitée hésitant entre pomme et poire, des bulles fines et une subitilité qu'on ne trouve pas dans le cidre.

Les boissons produites à partir de poire ont longtemps été répandues dans le Bocage Normand et tout particulièrement dans le Passais (aujourd'hui Domfrontais) et le Mortainais, deux régions traditionnellement productrices de poiré (nommément cité depuis le IVème siècle).
En bordure du Massif Armoricain, le Domfrontais offre aux poiriers un sol et un climat océanique favorables à leur développement. On trouve sur la partie ouest du Parc Naturel Régional Normandie-Maine des arbres d'une exceptionnelle longévité (jusqu'à 300 ans !) ; enrichi d'anciennes variétés et soumis à un programme de réhabilitation arboricole, ce terroir s'est vu récompenser d'un AOC qui certifie depuis 2001 le poiré de Domfront.

Le "plant de blanc"
est la variété la plus couramment utilisée dans la production du poiré (même si l'on trouve près de 50 espèces de poiriers sur le terroir du Domfrontais.
La récolte a lieu à l'automne et les poires sont râpées dans la foulée. La pulpe obtenue subit une cuvaison avant d'être pressée (pressurage avec un rendement limité à 700 litres par tonne de fruits). La fermentation alcollique en cuve dure au moins 6 semaines et la prise de mousse naturelle en bouteille intervient par fermentation d'une partie des sucres résiduels et nécessite une durée minimale de six semaines.

Au final, une boisson désaltérante, voisine du cidre, qui accompagne aussi bien les crêpes que les desserts légers, les gourmandises caramélisées, certains poissons et viandes blanches, il rehausse les sauces et se marie à perfection avec l'échalote...



Partager cet article

Repost 0
Published by Nathalie Merceron - dans Terroir et gastronomie régionale
commenter cet article
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 13:52
Le petit épeautre ou engrain (tritticum monococcum), est une céréale très ancienne (on trouve trace d'engrain sauvage vers 10 000-9 000 avant Jésus Christ). Il n'a rien de commun avec le "grand épeautre" ou épeautre (tritticum spelta), qui est, lui, un parent proche du blé tendre.

L'engrain existe de tout temps à l'état sauvage (on le trouve encore sur le triangle Turquie-Iran-Irak) mais la variété cultivée apparaît aux alentours de 8 000 avant notre ère en Anatolie, puis il se répand dans tout le Moyen-Orient et devient l'une des céréales de l'agriculture grecque et chipryote (6 000 avant J.C.). Les Romains ne le cultivaient pas mais il a été longtemps récolté en Europe, jusqu'au XIXème siècle, dans des proportions toutefois limitées en raison de son faible rendement.

Le petit épeautre est en effet une plante de petite taille, peu productive et avec un cycle de végétation très long (12 mois pour arriver à maturité), de surcroît son pouvoir de panification est restreint. Voici donc deux raisons pour lesquelles l'engrain n'a jamais réellement percé aux box-office des céréales ! En revanche, il prospère sur des sols pauvres et arides, terres âpres et caillouteuses : là où les autres plantes dépérissent, le petit épeautre survit...

De nos jours, on le trouve encore dans des zones montagneuses au Proche-Orient et en Europe. En Espagne, 120 000 ha sont cultivés comme fourrage pour les mulets et les porcs (mais il semblerait que ce soit encore une autre variété). En France, c'est le "petit épeautre" (l'espitau en provençal) cultivé en Haute-Provence !
Le Mont Ventoux, et plus particulièrement le "pays de Sault", est en Provence l'une des zones les plus reculées, isolées par des routes abruptes, lézardant les massifs rocheux et les hautes plaines, ponctuée de bouquets de thym sauvage et de lavande. Là-haut, l'engrain se cultive à l'ancienne et traduit au quotidien les précepts anciens des vieux meuniers... Le mondage, ou décorticage, est en particulier l'opération la plus délicate : elle consiste à éliminer la triple enveloppe qui recouvre le grain (la "balle" issue de ce décorticage est utilisée pour rembourrer des coussins, leur conférant des vertus calmantes, dit-on).

Nécessitant peu d'eau et aucun engrais ou pesticide, le petit épeautre répond tout naturellement aux critéres de l'agriculture biologique, on le trouve donc souvent avec cette certification, mais pas uniquement. En montant à Sault, ce charmant village perché qui a fait sa réputation autour du nougat (surtout le noir), du fromage de chèvre et des lavandes (les champs bleus voisinent ceux, dorés de petit épeautre, offrant au regard une mosaïque de couleurs), vous trouverez divers producteurs de cette céréale ancienne. A Monnieux, il existe même une fête dédiée à la céréale ; elle se déroule chaque année en septembre puisque la moisson a lieu généralement la seconde quinzaine d'août... A noter, le petit-épeautre de Haute Provence fait partie des sentinelles Slow-food.
La rusticité du terroir offrant une céréale rustique, le petit épeautre qui se présente sous diverses formes (grains, flocons, farine) entre dans la composition de pain
s denses et noirs, et de soupes traditionnelles roboratives (le brigadéu, une soupe de farine d'épeautre et légumes secs, ou encore la soupe de gruau qui s'enrichit de grains de petit épeautre).
Il s'utilise comme le riz, accompagnant idéalement les viandes du cru, comme l'agneau (de Sisteron ou pas), et les spécialités comme les farcis (dits niçois), le crespeou ou le paneton d'aubergine... Selon l'envie et la créativité culinaire, on pourra également imaginer des risottos "tendance" ou des desserts atypiques.
Pour suivre le grain de folie du petit épeautre, cliquez ici !
Et pour tout savoir de ses atouts santé, cliquez là !


Partager cet article

Repost 0
Published by Nathalie Merceron - dans Terroir et gastronomie régionale
commenter cet article
30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 14:43
Autant affaire de terroir que de variétés, la truffe fait la réputation des régions dans lesquelles elle prospère...
C’est dans un sol riche et humide, aux pieds de chênes (plus rarement des tilleuls, charmes ou châtaigniers) fournissant le mycélium nécessaire à l’épanouissement des truffes, que se développe ce "champignon" souterrain. La truffe noire, tuber melanospurum, autrement appelée "rabasse" en Provence, est produite à 80% dans le Sud-Est de la France (Drôme, Vaucluse, Alpes de Haute Provence), le reste provenant du Sud-Ouest (Périgord, Dordogne, Lot).
La trufficulture se prolonge hors de nos frontières, vers la péninsule ibérique jusqu’à Guadalajara, et en Italie  jusqu’à Rome ; on y trouve des truffes noires type "melano" et des truffes blanches du Piémont. Le record de la plus grosse truffe est détenu par Giancarlo Zigante, qui a trouvé le 2 novembre 1999, près de Livade, un petit village d’Istrie, un tubercule pesant 1,310 kg !
Attention à la truffe chinoise qui arrive parfois dissimulée sur le marché : de moins belle qualité, très peu parfumée, elle est bien évidemment meilleur marché (8 fois moins chère !) mais rien de comparable avec la "melano" française ! 
truffemelano.jpg On trouve dans la nature une dizaine de variétés, dont très peu possèdent un réel intérêt gustatif :
- la tuber melanospurum, dite truffe de Périgord ou truffe du Tricastin (la "rabasse"). De forme arrondie, elle pèse en moyenne 60 grammes. Sous l’enveloppe sombre, sa chair est noire violacée, veinée de blanc à maturité, qu’elle atteint entre les mois de novembre et mars. Son parfum est particulièrement envoûtant. Des "senteurs d'ail et de fromage" pour certains, "sucré et capiteux" pour d'autres, "souffré et aminé" pour les scientifiques : la truffe noire ne laisse pas indifférent et pour les connaisseurs, c’est de loin la meilleure !
- La tuber magnatum pico, dite truffe blanche du Piémont ou d’Alba. Sa peau est lisse et de couleur ocre et développe des senteurs aillées, qu’elle perd à la cuisson. Cette truffe d’automne (période de récolte) ne se consomme donc que fraîche.
- La tuber brumale, ou truffe musquée. En tout point semblable à la "melano", sa peau se détache néanmoins plus facilement que celle de sa sœur jumelle et surtout, elle est nettement moins goûteuse.
- La tuber aestivum dite truffe d’été ou de la Saint-Jean. Récoltée de mai à septembre, sa chair est blanche mais ne possède aucunement les qualités de la magnatum pico. A contrario, l’appellation "truffe" est interdite et le qualificatif "truffé" n’est pas non plus autorisé sur les étiquettes des produits auxquels on l’ajoute. Attention donc aux fraudes à la véritable truffe blanche d'Alba !
- La tuber uncinatum, dite truffe grise ou truffe de Bourgogne. Récoltée de septembre à janvier, elle se rapproche de la truffe d’été et supporte un climat un peu plus froid que les autres variétés. Elle est plutôt savoureuse à condition de la déguster sitôt après la récolte.
- La tuber indicum, dite truffe de Chine. Elle ressemble à s’y méprendre à notre "melano" mais elle est de moins belle qualité et moins parfumée.
- La tuber macrosporum. De qualité moyenne, elle se récolte à hauteur de 2 tonnes seulement par an dans le nord de l’Italie. D’un aspect rouge sombre, presque lisse, à la chair pourpre, sa rareté en fait une véritable curiosité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nathalie Merceron - dans Terroir et gastronomie régionale
commenter cet article
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 08:30
A la faveur des fêtes, on trouve parfois des produits de haute qualité dans les grandes surfaces, de ces spécialités régionales qu'on ne trouve en temps normal qu'auprès de nos petits commerçants, dits "de proximité", et dans les épiceries fines.

C'était le cas la semaine dernière : le beurre d'Echiré était en promotion, en tête de gondole d'une enseigne qui ne fait guère dans la dentelle gastronomique habituellement...

Entre Parthenay et Niort, au coeur des Deux-Sèvres, le beurre d'Echiré est toujours élaboré à partir de lait collecté quotidiennement (y compris les dimanche et jours fériés) dans les fermes réparties sur  trente kilomètres autour d'Echiré. Aujourd'hui, on ne compte pas moins de soixante producteurs laitiers qui fournissent à la coopérative 20 millions de litres de lait par an.
Et cette zone est demeurée inchangée depuis 1894, date de la fondation de la laiterie coopérative !

C'est précisément ce terroir qui donne son goût caractéristique, si fin, si délicat au beurre d'Echiré. Des études ont prouvé que seuls les pâturages des vaches (non OGM semble-t-il), et en aucun cas la race du cheptel (au départ une sélection de vaches parthenaises, désormais enrichie de prim'hosteins, entre autres), sont à l'origine de cette typicité. A cela il faut ajouter la technique ancestrale et le geste traditionnel du barattage : à Echiré sont utilisés deux barattes-tonneaux en teck, un bois réputé imputrescible et sans tanin afin de ne pas modifier la saveur du beurre (ce qui a été rendu possible grâce à une dérogation aux règlements européens ! Les trésors de la gastronomie française sont bien inégaux devant les juridictions européennes...).

Dès la création de la laiterie d'Echiré, le beurre éponyme connaît un succès croissant et glane plusieurs médailles aux concours agricoles ; il remporte notamment le Grand Prix du concours beurrier de l'Exposition universelle de 1900 à Paris. Dès le début du XXème siècle, le beurre d'Echiré s'exporte dans les métropoles européennes, jusqu'à Saint-Petersbourg !

Servi et cuisiné dans les palaces du monde entier, présents sur les tables de l'Elysée, chouchouté par les médias et valorisé sur les étals de "la crème" des fromagers et des épiciers, le beurre d'Echiré est un des fleurons de la gastronomie française dont le renom s'étend jusqu'au Japon, où la bourriche s'arrache à trente euros le kilo !
20 % des ventes sont réalisées à l'export et la laiterie peut s'enorgueillir d'un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros, sur un marché en relatif déclin, 1000 tonnes de beurre et 300 de crème sortant annuellement de la coopérative.

On trouve le beurre d'Echiré en petits conditionnements de dégustation ( à partir de 30 grammes pour les recharges !) et consommation courante (100, 250 ou 500 grammes) jusqu'aux "pains" de 5 voire 10 kilos pour les professionnels, restaurateurs et pâtissiers. Vous le reconnaitrez facilement à sa bourriche et son étiquette bleue !

Partager cet article

Repost 0
Published by Nathalie Merceron - dans Terroir et gastronomie régionale
commenter cet article
15 décembre 2006 5 15 /12 /décembre /2006 15:14

La culture du cacaoyer nécessite un climat humide, ombragé et chaud avec une température moyenne de 25°C, idéalement à 400 à 600 mètres d’altitude. Le cacaoyer se développe exclusivement dans une zone comprise entre le 15e parallèle nord et le 15e parallèle sud. On trouve donc cette plante en Amérique du Sud, berceau du cacao (Venezuela, Colombie, Equateur, Brésil) et en Amérique Centrale (Mexique, Costa Rica), dans les Indes occidentales (Jamaïque, Haïti, Grenade, Trinité), en Afrique occidentale (Ghana, Nigeria, Côte d'Ivoire, Cameroun, Congo) et orientale (Madagascar) ; également en Asie (Ceylan, Java) et dans les Antilles.

Il existe trois variétés de fèves (correspondant aux trois crus de cacao) : les criollos (5 à 18% de la production mondiale) qui donnent un cacao fin et long en bouche, les forasteros (70 à 75%) avec une amertume forte et courte et les trinitarios (issus du croisement entre les deux premiers), donnant un cacao corsé et long en bouche. Ces derniers représentent 20% de la production mondiale. La mode est aujourd’hui aux crus mais les meilleurs chocolats, les plus riches, sont issus des « assemblages ».

Le cacaoyer produit deux récoltes par an (au printemps et en automne) et un bon producteur fournit jusqu’à 25 fruits par an (1 à 2 kilos de fèves) : les « cabosses » ressemblent à des courges de couleur jaune-orangé à brun-rouge, selon la maturité, et contiennent de 20 à 50 fèves. Après la récolte, les fruits sont « écabossés » (ôtés de la cabosse) et les fèves fermentent durant 1 à 7 jours, procédé destiné à réduire l’amertume et développer les précurseurs d’arômes (à l’identique de la vigne pour le vin). Elles sont ensuite séchées au soleil durant 8 à 15 jours : ce n’est qu’à ce stade qu’elles prennent véritablement le nom de fève de cacao.

Une fois récoltées et triées, les fèves sont torréfiées et perdent ainsi 5 à 10% de leur poids. Elles sont ensuite concassées, dégermées, débarrassées de leur pellicule et broyées pour obtenir une pâte fluide. La pâte de cacao ainsi obtenue deviendra ensuite cacao en poudre ou chocolat.
Dans le premier cas, il faut « dégraisser » la pâte de cacao en la chauffant à 100-110 degrés ; on la presse et le beurre de cacao s’écoule, est filtré puis refroidi. Reste un « tourteau » qui pour avoir droit à l'appellation « cacao en poudre » doit contenir au moins 20% de matière grasse. Il sera concassé et réduit en poudre.
Pour la fabrication du chocolat, on emploie généralement deux ou trois variétés de cacao. C’est un mélange de cacao non dégraissé, de sucre, et suivant les cas de lait et d'épices, de fruits secs… Au final, une grande variété de produits chocolatés : tablettes, poudres, chocolat de couverture, confiserie de chocolat…

Partager cet article

Repost 0
Published by Nathalie Merceron - dans Terroir et gastronomie régionale
commenter cet article

Article ? Recette ?