ATELIERS DE CUISINE

POUR ADULTES ET ENFANTS
Informations générales

 


 Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

 

Billets du moment : 
A la découverte du pays basque 
gateaubasque

Evénements vineux de l'été
en Vallée du Rhône
gigondas-sur-table
 

PARTENARIAT
 

Maison d'hôte les Santolines : 

Ateliers de cuisine provençale &
découverte des vins de Côtes-du-Rhône,
Ateliers culinaire pour groupes sur demande

santoline

 

 

AUTRES COLLABORATIONS GOURMANDES 

 

YUMMY N°18
Yummy N18 Couv768

 

 

 

MON BLOG DE CUISINE POUR ENFANTS

banniereessai2.jpg

Trois petits tours et cuisinons !

Vive la cuisine pour enfants !

 

bonial – promos et catalogues – moins de co2

Liste WWF
des poissons "autorisés"
 

  

 

blog-appetit-120.gif

Recettes de cuisine

 

Recettes de Cuisine

Au fil des mois...

Jeudi 2 août 2012 4 02 /08 /Août /2012 09:00
Le monde agricole fut précurseur en matière de grignotage dans les prés et sur les collines : depuis le berger conté par Virgile jusqu’aux paysans de la première moitié du XXème siècle, le repas pris sur le pouce a souvent été de mise, surtout durant la période des moissons. De là à imaginer que le paysan poitevin est à l'origine du courant "street-food", ou de la nourriture vagabonde des campagnes à la nourriture nomade des villes...
Dans plusieurs régions de France, les paysans se groupaient alors pour récolter le blé chez les uns et les autres, à tour de rôle, durant un bon mois… Rentrer le foin rapidement et constituer les gerbes de blé était une priorité et parfois même une urgence, pas question donc de rentrer à la ferme et de prendre un repas à table ! Les paysans d’un ou de plusieurs villages, ainsi que leurs ouvriers agricoles, partageaient donc un casse-croûte quasi coopératif…
Les femmes et les enfants apportaient traditionnellement la nourriture sur place que les hommes croquaient entre deux travaux des champs : des œufs durs, du pain, du fromage, du cochon sous forme de charcuteries diverses et surtout de quoi s’hydrater !
migifraise.jpg
Mon grand-père, paysan de son état dans la Haute Vienne, achetait en cette occasion du vin rouge d’une facture un peu meilleure que son petit rouge «maison» qui devait être malgré tout une piquette quasi imbuvable ! Le vin était servi coupé d’eau très fraîche et bu tout au long de la journée. Il y avait également le «fil-en 4» (ou «fil-en-3», la même version, un ingrédient en moins !) : du café, de l’eau, du sucre et de l’eau de vie, un bon digestif avant d’actionner la moissonneuse.
Et surtout, on mangeait à satiété le miget (ou migi, avec l’accent de là-bas…), un véritable mets consistant, revigorant et rafraichissant, incontournable durant les moissons ! De la mie de pain, du vin, de l’eau glacée (avec ou sans sucre) constituait la base de cet en-cas que l’on mangeait en fin de repas ou que l’on prenait pour combler un creux durant la journée de travail. Mi-nourriture/mi-boisson, le miget se laissait donc dévorer tout au long de la journée.
Le voici revu et corrigé pour une dégustation moins «laborieuse» et plus raffinée !

Couper une tranche de pain rassis (voire de la brioche), ramollir dans un peu d’eau et ajouter un peu de sucre (au goût). Arroser d’un verre de vin rouge, mettre au réfrigérateur quelques heures et déguster très frais ! On peut éventuellement adjoindre quelques fruits rouges…
NB cet article a été publié en 2010 sur le magazine en ligne Fureur des Vivres.

Par Tiuscha - Publié dans : Usages et traditions - Communauté : Â nos recettes
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil

Un article ? Une recette ?

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés