Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 09:40

Ça sent la bière 
De Londres à Berlin 
Ça sent la bière 

Dieu qu'on est bien 
Ça sent la bière 
De Londres à Berlin
Ça sent la bière
Donne-moi la main

C'est plein d'Uilenspieghel
Et de ses cousins et d'arrière-cousins
De Breughel l'Ancien
C'est plein de gens du nord
Qui mord comme un chien
Le porc qui dort le ventre plein

Ça sent la bière
De Londres à Berlin
Ça sent la bière
Dieu qu'on est bien
Ça sent la bière
De Londres à Berlin
Ça sent la bière
Donne-moi la main

C'est plein de verres pleins
Qui vont à kermesse comme vont à messe
Vieilles au matin
C'est plein de jours morts
Et d'amours gelés
Chez nous y a qu'l'été
Que les filles aient un corps

Ça sent la bière
De Londres à Berlin
Ça sent la bière
Dieu qu'on est bien
Ça sent la bière
De Londres à Berlin
Ça sent la bière
Donne-moi la main

C'est plein de finissants
Qui soignent leurs souvenirs
En mouillant de rires
Leurs poiluchons blancs
C'est plein de débutants
Qui soignent leur vérole
En caracolant de Prosit en Skoll

Ça sent la bière
De Londres à Berlin
Ça sent la bière
Dieu qu'on est bien
Ça sent la bière
De Londres à Berlin
Ça sent la bière
Donne-moi la main

​​​​​​​

C'est plein de "Godferdom"
C'est plein d'Amsterdam
C'est plein de mains d'hommes
Aux croupes des femmes
C'est plein de mèmères
Qui ont depuis toujours
Un sein pour la bière
Un sein pour l'amour

Ça sent la bière
De Londres à Berlin
Ça sent la bière
Dieu qu'on est bien
Ça sent la bière
De Londres à Berlin
Ça sent la bière
Donne-moi la main

C'est plein d'horizons
À vous rendre fous
Mais l'alcool est blond
Et le diable est à nous
Les gens sans Espagne
Ont besoin des deux
On fait des montagnes
Avec ce qu'on peut

Partager cet article

Repost 0
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 07:05

David Lynch fête cette année 70 printemps et le film Blue Velvet, 30 ans ! A cette occasion, le film devrait ressortir en salle (au printemps aux Etats Unis, à l'automne en Angleterre, quid de la France ?).
Clin d'oeil avec une histoire de bières : “Heineken ?! F**k that sh**t ! Pabst Blue Ribbon !”, réplique culte prononcée par Dennis Hopper. S'en suit une soirée "bière" décalée, dans le plus pur style du réalisateur.

La bière au ruban bleu de Milwaukee remonte au XIXème siècle : un brasseur allemand, Jacob Best, et son associé, son gendre Frederick Pabst, produisent une bière de type lager et la firme devient dans les années 1870 le second plus gros brasseur des Etats-Unis. 

Histoire de bières et Blue Velvet cake pour un double anniversaire

La marque Pabst Blue Ribbon a été dès les années 1950 porté par la publicité audiovisuelle, mais le film Blue Velvet a apporté une nouvelle et inattendue notoriété à l'internationale !

Si vous avez hâte comme moi de revoir
Blue Velvet sur les écrans, voici déjà la bande annonce officielle de la ressortie du film :

 

Et je ne résiste pas au plaisir de vous remettre en lien la recette du Blue Velvet cake ! On est fan ou on ne l'est pas...

Histoire de bières et Blue Velvet cake pour un double anniversaire

Partager cet article

Repost 0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 07:45

Le Champagne est souvent mis en scène au cinéma ; bulles fines, légères, on le retrouve dans de nombreux films, entre fête et de séduction ; et il est l'objet de placements produit, comme le partenariat entre le Champagne Bollinger et James Bond, depuis 1973...

Dans Circonstances atténuantes de Jean Boyer, c'est le Mumm brut Cordon rouge qui est à l'honneur.
circontancesattenuantes_jboyer.jpg

C'est le même Champagne que l'on retrouve dans Casablanca...

champagne_casablanca.jpg

Dans High society, Franck Sinatra et Bing Crosby chantent les grâces du Champagne !

 champagne_highsociety.jpg
Plus tard, scène d'amour entre Franck Sinatra et Grace Kelly au bord de la piscine, une douce ivresse les berce : "ils mettent des cloches dans le Champagne" lui dit-il...
champagne highsociety2 

Dans Sept ans de réflexion, le Champagne se boit avec des chips pour fêter les 22 ans de la charmante voisine !
champagne_septansdereflexion.jpg

Tandis qu'il se déguste avec des fraises, selon l'accord parfait dans Pretty Woman. Le Champagne, symbole de raffinement...

champagne_-prettywoman.jpg

Et boire du Champagne avant le petit déjeuner ? En compagnie d'Audrey Hepburn dans Breakfast at Tiffany's...

La première gorgée de Champagne par Ninotchka dans le film éponyme : après une petite grimace, le personnage joué par Greta Garbo s'ennivre au Champagne...

Dans Notorious d'Alfred Hitchcock, le Champagne dispute la vedette au Pommard, mais les deux sont essentiels à l'intrigue.

Notorious_champagne.png

Terminons avec une vidéo extraite du film Gigi : "the day they invented Champagne"

 

champagne_casablanca.jpg

Partager cet article

Repost 0
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 09:01

Près de Salon de Provence, surplombant l'étang de Berre, s'étend un domaine de 1100 hectares, entre nature sauvage et cultivée... 110 hectares de vignes en Coteaux d'Aix, 60 d'oliviers et des céréales découpent en parcelles l'ensemble des terres de Château Calissanne, aujourd'hui propriété de Sophie Kessler. 
Ancien oppidum, dont il reste l'enceinte et des traces d'occupation celto-ligure, ancien fief des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, le domaine a été agrandi au XVIIème siècle, date de la construction du château. Le XXème siècle voit l'activité agricole s'étoffer avec le travail de la vigne et de l'olivier, activité majeure qui domine toujours au
domaine de Calissanne.

 

Au château de Calissanne, entre nature sauvage et cultivée
Au château de Calissanne, entre nature sauvage et cultivée

Dans cette garrigue touffue et odorante se dressent des pitons de calcaire, impressionnantes falaises surplombant l'immense domaine. Jadis exploitées, les anciennes carrières ont été abandonnées au début du XXème siècle car jugées dangereuses, mais le calcaire de Calissanne reste célèbre d'Aix (Cathédrale Saint Sauveur) à Marseille (Notre Dame de la Garde, le Palais Longchamp, le Prado) et même au-delà : à Paris, place du Trocadéro, les chevaux de Marly sont taillés dans la pierre de Calissanne !
Ce calcaire à nu et taillé à la verticale offre une acoustique étonnante et un paysage fantastique dont l'oeil dispute la paternité humaine à la nature qui y a retrouvé ses droits... Là-haut, la biodiversité est une richesse préservée, et les apiculteurs y mènent même leurs abeilles en transhumance...

Au château de Calissanne, entre nature sauvage et cultivée
Au château de Calissanne, entre nature sauvage et cultivée

Sur un terroir composé de cailloutis sur calcaire, prometteur de vins fins et minéraux, la vigne s'épanouit sur des côteaux en pente douce orientés plein sud, dans un climat protecteur, balayé par l'air marin. Au total, le domaine vinicole se compose de 25 parcelles. L'une d'entre elles dite "Rocher rouge", du nom de la cuvée parcellaire emblématique du Château Calissanne, est constituée à majorité de vieilles vignes de Mourvèdre, au pied d'une falaise rougie d'oxyde de fer.

Au château de Calissanne, entre nature sauvage et cultivée
Au château de Calissanne, entre nature sauvage et cultivée

A quelques curiosités près - non encore dégustées - comme un Marselan ou un Muscat sec en IGP Vins de Méditerrannée, la gamme des vins de Calissanne se répartit sur les trois couleurs entre la gamme Terres de Provence, Clos Victoire, Château Calissanne, toutes en appellation Côteaux d'Aix, ainsi que les cuvées Rocher rouge et Epidaure.
En rosé, le Château Calissanne rosé 2015 est très fruité, un côté "bonbon", friand, croquant. A noter, le Calisson de Calissanne (grenache, cinsault) un rosé élégant, un peu floral, avec une finale sur l'agrume, des notes de pamplemousse rose, tout en légèreté.

En rouge, le Château Calissanne est gourmand, fruité avec des tanins fondus, vin de plaisir et de gastronomie. Epidaure (cabernet sauvignon, syrah) laisse exprimer les épices et le fruit noir du cépage rhodanien, avec des notes de torréfaction, café, grué de cacao. Vin très intéressant à marier avec petit gibier ou viandes de caractère... 

Au château de Calissanne, entre nature sauvage et cultivée

Le Clos Victoire rouge offre un fruité plus frais en bouche, équilibre et plaisir sont au rendez-vous. Rocher rouge est plus concentré, texture dense, riche, et puissance, des fruits et surtout des épices ; un accord de coeur avec des plats plus exotiques et des desserts à base de chocolat notamment...

Au château de Calissanne, entre nature sauvage et cultivée

Outre les Coteaux d'Aix du Château de Calissanne, j'ai dégusté les vins d'un domaine de Châteuneuf du Pape, acquis récemment et nouvellement baptisé la Clef de Saint Thomas.
Pierre Troupel blanc 2014 (grenache blanc, bourboulenc, clairette), floral au nez, offre de la finesse et un fruité subtil en bouche. La Clef Saint Thomas blanc (mêmes cépage et roussanne, élevage bois) est plus exubérant et plus puissant avec des notes de fruits exotiques et d'épices. 
En rouge, Pierre Troupel est un Châteauneuf plus frais, dans un style plus "moderne", la Clef Saint Thomas est plus traditionnel, mais une tradition subtile, épicée, avec la puissance attendue et des notes balsamiques et de torréfaction. 
A suivre...
Pour en savoir plus, cliquez sur le site du Château Calissanne.

Au château de Calissanne, entre nature sauvage et cultivée

Partager cet article

Repost 0
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 07:55

En ces périodes de fêtes, on est parfois gâté... Ce billet met à l'honneur un producteur de caviar d'Aquitaine, caviar de Neuvic, et un Champagne de Vigneron, Champagne Aspasieet les deux produits dont je vais parler m'ont été offerts. Deux très beaux cadeaux et de la meilleure qualité.

Le premier est un caviar de Neuvic "Réserve", du producteur présenté ici ; le second est un Champagne de Vignerons, groupement et marque collective de Champagne, partenaire de nombre de nos bons moments gourmands. C'est un mariage de coeur entre ces deux là. Un duo idéal.
Le caviar de Neuvic Réserve est une sélection et un affinage spécifiques, le grain est gras, fondant plus que craquant, la saveur est subtile, équilibrée, "beurrée". Un caviar complexe d'une grande finesse (le plus clair des deux sur la photo ci-dessous).

 

Champagne et caviar ! Cépage d'Antan Aspasie et caviar de Neuvic Réserve

Le Champagne Aspasie "Cépage d'Antan" est une relative rareté puisqu'il utilise dans son assemblage un cépage ancien, à 40% (comme l'indique le nom de la cuvée) : l'arbanne, cépage qui apporte sa typicité à ce Champagne complexe et d'une grande finesse. Finesse de bulle, finesse de saveur... Beurré, notes légèrement florales en début de bouche, plus nettement sur l'agrume ensuite, la bouche est pleine, enrobée et tendue à la fois.

NB testé également avec le caviar de neuvic Signature, plus typé, iodé mais qui heurte la finesse du Champagne. A déguster plutôt avec un brut sans année, plus "classique", ou un extra-brut, peu ou non dosé.

Champagne et caviar ! Cépage d'Antan Aspasie et caviar de Neuvic Réserve

Partager cet article

Repost 0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 14:28

Au nord, il y a le vin chaud, le mulled wine en Angleterre, le glögg en Suède... Au sud, on fête l'Avent en sirotant le vin cuit en Provence avec les oreillettes et les 13 desserts ou le vin santo en Italie accompagné de cantucci...

Le vin cuit provençal est indissociable de la période de l'Avent et des treize desserts.
"Fidèle aux anciens usages, pour mon père, la grande fête, c’était la veillée de Noël. Ce jour-là, les laboureurs dételaient de bonne heure ; ma mère leur donnait à chacun, dans une serviette, une belle galette à l’huile, une rouelle de nougat, une jointée de figues sèches, un fromage du troupeau, une salade de céleri et une bouteille de vin cuit" raconte Frédéric Mistral. Il est aussi d'usage d'en verser sur la bûche dans l'âtre pour activer le feu durant la cérémonie du "cacho fio", également narrée par le félibre provençal.
Le vin cué est alors plutôt artisanal et familial, jusqu'à ce que l'on en fasse commerce du côté d'Aix en Provence, sur la zone des vins de Palette au XIXème siècle. Le vin tombe en désuétude après guerre avant d'être à nouveau vinifié par différents vignerons et caves aux alentours d'Aix et au-delà...

Comme son nom l'indique, le vin est cuit : pressurage ou saignée, de cépage blanc ou noir, le moût est chauffé plusieurs heures, souvent encore dans un chaudron en cuivre, au feu de bois. La fermentation du jus cuit démarre après refroidissement, en cuve, avant élevage en fûts. Un vieillissement qui peut aller de un à cinq ans.

J'ai dégusté en préparant les biscuits
 de l'Avent, le vin cuit* au feu de bois du domaine Terres de Saint Hilaire dans le Var, à la robe orangée, il offre des notes d'épices douces, de noix, de fruits confits ; bel accord avec un dessert à l'orange ou au caramel, ainsi qu'avec les chocolats, et bien sûr, afin de respecter la tradition, avec les treize desserts de Provence que nous dégustons chaque 24 décembre au soir. 

*à base de cabernet-sauvignon. vin offert au titre de service de presse

 

Vin doux, vin cuit, vin chaud, traditions de Noël

Partager cet article

Repost 0
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 15:19

La chaleur écrasante n'a pas empêché les quelques 700 personnes qui se sont retrouvées il y a 3 semaines tout juste sur la place de Gigondas au pied des majestueuses Dentelles de Montmirail. 4ème édition de l'événement mets-vins Gigondas sur Table.

Le rosé de Gigondas a su rafraîchir le début de soirée et plus tard, accompagner certains des mets proposés par les chefs et artisans vauclusiens présents autour de 41 vignerons et négociants de Gigondas : Cyril Glémot de Coteaux et fourchettes (Cairanne), Jean-Paul Lecroq de la Table de Sorgues (Sorgues), Michel Philibert du Gajulea (le Barroux), Philippe Zemour du Bistro Du'O (Vaison) ; 1 fromagère, Josiane Déal (Vaison) ; 1 pâtissier, André Sube (Camaret). Sans oublier Caroline Chochois, chocolatière à Gigondas... Côté rouge, de très jolis flacons ont pu être dégustés et certains "mauvais millésimes" y ont gagné une meilleure considération...

Gigondas sur Table, 4ème !

Les vignerons (ci-dessus Christine et Eric Saurel) du domaine Montirius se sont mis en place au son de l'orchestre, auquel participèrent plus tard les enfants de Louis Barruol du Château de Saint Cosme (le fameux James de cette cuvée...) 
Voici un résumé en images de la soirée.

Gigondas sur Table, 4ème !

Dégustées avec un Gigondas rosé comme celui de Pierre Amadieu par exemple, les moules Suzarelle de Mamie Germaine, par Michel Philibert ; légèrement gratinées, tomatées et safranées, c'est un bel accord pour une mise en bouche type tapa à la provençale. Plus tard, le confit de poitrine de cochon du Ventoux aux épices s'accordera délicieusement avec un Gigondas rouge plutôt épicé, typé Syrah (il y en a !), ou un vin assez jeune et solaire, les tanins et l'alcool étant atténués par le gras du cochon... Parmi les découvertes, un Gigondas nature, sans soufre ajouté au domaine des Grandes Serres, réellement atypique, sans doute plus à l'aise avec un boeuf séché type cecina ou un steack...

 

Gigondas sur Table, 4ème !

Philippe Zemour proposait un tataki de thon rouge, mousseline de carotte et vinaigrette thaï, parfait avec un autre Gigondas rosé, ainsi qu'un crémeux au fois gras de canard, réduction de vin de Gigondas aux épices douces, à accompagner d'un vin jeune et fruité/épicé, ou mieux, un Gigondas rouge très "grenache" comme la cuvée Lieu Dit du domaine des Bosquets par exemple.

Gigondas sur Table, 4ème !

Chez Cyril Glémot, on pouvait déguster un sublime bonbon de boeuf mariné au pistou, rémoulade de chou fleur au magret fumé, exquisément fondant, avec un très bel équilibre de saveur. Mon coup de coeur de la soirée ! Je lui ai trouvé dans le Gigondas rouge 2010 du domaine du Cayron un partenaire idéal, en adéquation avec le fumé du magret et à la saveur du pistou.

Gigondas sur Table, 4ème !

Toujours chez Cyril Glémot, un coeur de carré de veau laqué à la badiane, taboulé de boulghour aux petits pois, dont les notes épicées, notamment la fraîcheur anisée, s'est fort bien mariée avec le Gigondas rouge 2012 "Terre des Aînés" de Montirius.

Gigondas sur Table, 4ème !

Sur le stand de Jean-Paul Lecroq, un classique qui sied à merveille au Gigondas rouge, comme le 2010 de Saint Gayan par exemple, aubergine grillée et confit d'agneau de pays parfum de thym, et un mets plus atypique et plus délicat à accorder : poularde et foie gras façon maki-sushi aux pommes de terre. La note iodée de l'algue nori et le parfum de truffe d'été rendait un mariage bien moins évident mais j'ai trouvé avec le Gigondas rouge 2009 de Raspail Ay, au nez de truffe et à la bouche bien fondue, un accord très satisfaisant.

Gigondas sur Table, 4ème !

Place ensuite aux fromages de Josiane Déal, un picodon de Dieulefit, de la fourme d'Ambert et du Laguiole, dégustés avec un Gigondas rouge 2008 du domaine du Pourra ou le 2008 du domaine de Longue Toque. Millésime jugé en son temps comme insuffisamment taillé pour la garde mais qui a réservé de belles surprises. Et que dire de l'improbable 2002 du domaine du Pourra encore ! Ces vins ont su garder leur capital fraicheur lié au terroir minéral et en alitude, balayé par le mistral, de l'appellation Gigondas, qui réserve plus bien des plaisirs dans ses anciens flacons, y compris sur des "mauvaises" années...

 

 

 

Gigondas sur Table, 4ème !

Les desserts d'André Sube, macaron au chocolat, verrine abricot-romarin, chou Paris-Brest, tartelette aux framboises, et les chocolats de Caroline Chochois, praliné craquant et ganache au thym ont délicieusement clôturé la soirée.
Ci dessous, on reconnaît Julien
Bréchet à gauche et Cyril Glémot à droite.
 

Gigondas sur Table, 4ème !

Merci à Deborah Perrin ainsi qu'aux vignerons et aux chefs. Petite pensée à nouveau pour l'ami Lincoln qui aurait du être présent ce soir là... 
Ne manquez pas l'an prochain si vous êtes dans le Nord Vaucluse, cet événement qui fêtera donc sa 5ème édition avec un succès inégalé et gageons, de belles et bonnes choses à découvrir !

Partager cet article

Repost 0
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 07:00

Le jambonneau est traditionnellement plutôt cuit au bouillon mais pour une fois j'ai choisi de le cuire au four avec du vin rouge et de la moutarde, puis de dégraisser la sauce, la réduire et d'ajouter de la tomate pour un accord avec un Gaillac rouge 2011 du Château de Rhodes. Assemblage en bio de cépages locaux (Duras, Braucol, Prunelard), ce vin est plutôt charpenté, un peu rustique avec un fruit bien présent, et des notes d'épices qui autorisent plus d'un mariage.... Il conviendrait bien à du boudin noir, des chairs relevées comme le canard (en confit pour rester régional ou pourquoi pas un cassoulet), ou en saison, une moussaka... Les saveurs du sud/sud-ouest lui vont bien, le cas de ce mariage avec la sauce tomatée du jambonneau ; le gras de la couenne lisse l'alcool et le cochon s'accorde pas mal avec les saveurs de fruits noirs et d'épices, un peu comme avec la syrah...
Déguster avec l'accompagnement de votre choix, ici du riz blanc, réclamé par une petite miss...
NB je ne suis pas seule, il n'y a donc pas que du cru en ce moment. Mais il y en aura à nouveau dans la semaine. Demain, chocolat et praliné au rendez-vous des gourmands pour les 12 ans de Melle E.

Ingrédients
- 1 jambonneau
- 1 verre de vin rouge (le même)
- 300 ml de bouillon de volaille
- 1 cuillère à soupe de moutarde à l'ancienne
- une poignée d'origan
- 1 cuillère à soupe de sauc soja
- 5 cuillères à soupe de sauce tomate
- poivre
Préparation
Badigeonner le jambonneau de moutarde, réserver une petite heure.
Dans une cocotte, poser le jambonneau, ajouter les herbes, le vin rouge, la saucesoja et le bouillon de volaille. Enfourner à 170°C environ 3 heures, monter à 180°C la dernière heure. Cuire la viande en l'arrosant régulièrement de son jus. Réserver la viande. Dégraisser la sauce une fois refroidi et la graisse figée. Transvaser la sauce dans une petite casserole, laisser réduire et ajouter la sauce tomate. réserver. Remettre la viande et la graisse dans la cocotte et faire réchauffer au four. 

Jambonneau au vin rouge, réduction tomate avec un Gaillac rouge

Partager cet article

Repost 0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 07:41

Surtout consommée en été, la bière tente une percée de l’automne au printemps, poussée en avant par les brasseurs qui rivalisent d’imagination pour la mettre sur le devant de la scène culinaire. Cette désaisonnalisation passe également par deux temps forts, comme le lancement de la bière de Noël et celle de Mars. Mais loin d’être un seul événement marketing, la « bière de Mars » correspond à une tradition ancienne : on la fête chaque année dès le début du Printemps, depuis 6 siècles !
biereMars.jpg

Tradition du Nord, la bière de Printemps a vu le jour à Arras en 1394 ; c’était la première bière de garde à sortir des fûts, après celle de Noël, née d’un brassage hivernal des dernières récoltes d’orge (variétés de printemps : Alexis, Prima, Scarlett, Cork, Nevada) et de houblon : elle était conservée 3 mois dans la fraîcheur des caves, avant d’être dégustée aux premiers jours du Printemps. Au XIVème siècle, lorsque les premières barriques de ce brassin étaient livrées aux tavernes, leur arrivée était annoncée par un bouquet de genévrier suspendu au-dessus de la porte ; la fête commençait alors. Et tandis que les tonneaux de la bière de mars se vidaient, le brasseur préparait une nouvelle bière de garde destinée à être consommée pendant l’été. Aujourd’hui, cet héritage brassicole renaît, double hommage au savoir-faire ancestral des hommes et au rythme naturel des saisons...

Ailleurs, dans les autres pays de tradition brassicole, on trouve également des bières de Printemps comme la Märzen allemande ou la spring beer anglaise ; en Suisse Romande on la nomme « bière des rameaux » et en Irlande, la bière de mars se superpose aux festivités de la Saint Patrick, patron de l’Irlande autant que des brasseurs ! D’une belle couleur dorée à ambrée, la bière de mars est douce et fraîche ; elle présente une légère amertume et une mousse aérienne. Elle titre 4,5 à 5,5° maximum et on la sert bien fraîche à l’apéritif et autour de 8°C à table.
Elle doit être brassée en faible quantité (limitée à 60 000 hl) avec des orges récoltées entre le 14 juillet et le 15 août, et elle est servie surtout à la pression, entre le 1er (mais depuis quelques années, on en trouve aussi en grandes surfaces). A la fermentation, les bières de mars développent des arômes divers selon l’origine des levures et des houblons ; les brasseurs rivalisent d’imagination pour faire naître des fragrances typées : caramel, parfums floraux, miel, épices...

Autant de diversité selon les brassins autorise de nombreux mariages gastronomiques : la bière de mars se marie idéalement avec des fruits de mer et poissons, cuits, crus ou fumés, accompagnés le cas échéant d’une sauce légère. Elle accompagne également la cuisine chinoise, en particulier les sauces aigres-douces et les associations sucrées-salées ou légèrement épicées. Sur les fromages, on jouera les accords locaux et sur les desserts, on tentera une dégustation de bière florale et fruitée sur un dessert aux fruits, ou en accompagnement de mets « caféinés », chocolatés ou caramélisés avec une bière plus « maltée »...

NB cet article a été publié dans Fureur des Vivres en 2011 

Bière de Mars, pour fêter le printemps...

Partager cet article

Repost 0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 07:06

Il ne paie pas de mine, ne coûte rien, se sert à la pompe ou en bouteille d'un côté ou de l'autre de la frontière franco-espagnole, côté basque bien sûr ! Il n'a pas vraiment de corps, il n'est pas vraiment aromatique, il n'a pas un grand intérêt gustatif, un peu "vert", effervescent, court en bouche. Lui c'est le Txakoli, vin blanc basque, mon "Tariquet" à moi ! 
Alors qu'a-t-il pour plaire ? Le fait de le boire assis en terrasse à St Jean de Luz ou face à l'océan ou sur un des petits ports de pêche de la costa vasca entre Donostia (San sebastian) et Bilbao... C'est un vin qu'on déguste l'air de rien en humant les embruns, en laissant le vent vous caresser le visage, un vin que l'on sirote comme une limonade (il est peu alcoolisé 11/12°), accompagné ou pas de pintxos dont il est le partenaire idéal (comme avec Gilda, LE pintxo de Donostia ou cette bouchée de truite fumée de Banka, céleri et citron)... J'ai déjà parlé du Txakoli ici ; j'en achète régulièrement là-bas pour avoir le plaisir d'en boire ici et de prolonger les vacances ou de plonger dans une atmosphère estivale en plein coeur de l'hiver, un luxe !

Pas sexy pour deux ronds mais je l'aime, c'est mon vin secret (enfin plus maintenant), sans aucun intérêt mais que j'aime pour les souvenirs, l'ambiance auxquels il fait référence. C'est mon vin de ce Vendredi pour
Tom et ses 50 nuances de vin des VdV #73. Pour voir ce qu'osent boire les copains oenophiles, c'est entre autre sur facebook ici ou .
NB On parlait déjà de 5 nuances de gras dans les vins de la Vallée du Rhône pour les VdV #71...

 

50 nuances de vin : Txakoli, mon "Tariquet" à moi pour les VdV #73 !

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?