Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 09:14

Lors de la conférence sur la cuisine médiévale et papale au temps des papes d'Avignon, dans le cadre des Journées du Patrimoine, j'ai abordé dans un premier volet les ingrédients phares de la cuisine au XIVème siècle, en France et plus particulièrement en Provence. J'ai évoqué les recettes emblématiques de cette période et les livres de cuisine dans lesquels elles figurent. J'ai ensuite détaillé les pièces dans lesquelles on cuisinait et on donnait à dîner et souper au Pontife, le personnel de cuisine et de salle, les différents services, les approvisionnements, l'étiquette lors de la mensa papale, les banquets et les hôtes reçus, avant de présenter deux grands papes en particulier, Jean XII et Clément VI.
Je remercie celles et ceux qui ont assisté à cette conférence dense, détaillée, illustrée (notamment des enluminures du Tacuinum sanitatis), ainsi que Geneviève Soulier, présidente de l'association des 700 ans de l'Enclave

En fin de conférence, une dégustation en clin d'oeil a permis de faire découvrir trois sauces incontournables du Moyen-âge et de la Renaissance : la sauce verte, l'aillée et la cameline.

Trois sauces médiévales : la verte, l'aillée, la cameline

La cuisine médiévale donne peu de détails sur les quantités, je resterai donc à dessein peu explicite. Elles sont inspirées de diverses sources : le Modus pour l'aillée, le Viandier pour les deux autres.
J'ai adapté au goût contemporain, probablement porté sur l'acide, l'acidulé qu'au Moyen-âge... A noter que les couleurs des sauces ont leur importance, la cuisine médiévale étant très colorée.
Voici la sauce verte, ainsi nommée car à base de plantes, d'herbes comme le persil ou la sauge.
Ingrédients
- 1 botte de persil
- gingembre en poudre (1/2 cuillère à café ou plus, au goût)
- pain ramolli dans l'eau
- verjus (à défaut, utiliser du vinaigre de cidre)
- sel
Préparation
Faire tremper le pain dans l'eau.
Piler au mortier (à défaut, au mixer)  le persil, le gingembre, le sel, le pain, le verjus et un peu d'eau (celle de trempage du pain), en ajustant l'assaisonnement.

Trois sauces médiévales : la verte, l'aillée, la cameline

La sauce aillée (ou alhada dans le Modus) est bien entendu une sauce à l'ail, très goûtée dans le Sud de la France mais pas seulement. Elle est liée au pain mais aussi aux amandes (plutôt en Provence) ou aux noix (dans le Languedoc et le Sud-Ouest). Il faut alors piler les fruits à coque. A défaut on peut utiliser de la poudre d'amande.
Ingrédients
- 6 à 8 gousses d'ail
- gingembre en poudre
- 3 cuillères à soupe de poudre d'amande (éventuellement purée d'amande ou l'ait d'amande en plus)
- pain ramolli dans l'eau
- verjus
- sel
Préparation
Piler l'ail avec le pain, le gingembre, la poudre d'amande (éventuellement, purée ou lait d'amande), le verjus et un peu d'eau (celle de trempage du pain). Ajuster le sel et le verjus.

Trois sauces médiévales : la verte, l'aillée, la cameline

La sauce cameline, ainsi nommée pour sa teinte "poil de chameau", apportée par la cannelle, est parfois liée au pain grillé.
Ingrédients
- pain grillé
- cannelle
- autres épices : gingembre, poivre, coriandre, girofle... 
- verjus
- sel
Préparation
Piler le pain grillé avec les épices, le verjus, le sel et un peu d'eau. Ajuster au goût.

Partager cet article

Repost 0
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 06:37

La rhubarbe se congèle très bien, je tronçonne des tiges que je sors ensuite au fur et à mesure de mes besoins. Compote, crumble, tartes, je suis approvisionnée et j'utilise toute l'année ce légume chouchou que je déguste le plus souvent sucré, mais parfois aussi sucré-salé, comme ici : condiment rhubarbe bien relevé pour charcuterie bien élevée. Cochon de belle qualité, élevage basque ou noir de Bigorre, brut ou travaillé par mon boucher qui fait notamment du lard haute couture ou des saucisses de noir de Bigorre juste pimentée, du saucisson merveilleux au cochon basque, bref l'embarras du choix ! Ce condiment à la rhubarbe accompagnait un pâté de campagne savoureux, gras juste ce qu'il faut, bien assaisonné.
Ingrédients
- 1 tige de rhubarbe
- 1 cuillère à soupe de sucre blond ou complet bio
- gingembre râpé au goût
- 1 trait de jus de citron
- huile d'olive
- sel
Préparation
Cuire la rhubarbe à feux doux avec un peu de sucre, un trait de jus de citron, le gingembre. Mixer 80 grammes de cette préparation avec 40 grammes d'huile d'olive (proportion idéale à mon sens mais vous pouvez ajuster...). Saler, légèrement.

Condiment rhubarbe bien relevé pour charcuterie bien élevée

Partager cet article

Repost 0
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 16:18

Pour cette idée du dimanche soir, j'utiliserai des asperges, c'est bientôt la fin car l'été est là, la chaleur fait mûrir les légumes d'été, alors profitons encore un peu de ceux de printemps... Avec une poignée d'asperges superbes, nous avons mangé les pointes ce midi et j'ai gardé la base des asperges cuites  pour cette sauce asperge-citron-pavot : une émulsion à base d'huile d'olive (compter 40 grammes d'huile d'olive pour 80 d'asperge cuite), parfumée de citron et parsemée de graines de pavot. Bonne fin de week-end !

L'idée du dimanche soir : sauce asperge-citron-pavot pour pasta

Partager cet article

Repost 0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 08:46

Le rouget se mange plus volontiers cuit, mi-cuit et frit, avec des accords de Provence comme cette sauce provençale, lou saussoun ou ce bouillon façon bouillabaisse. A déguster chaud ou froid comme ce pressé, cette escabèche et ces "rillettes", il peut aussi se mangé cru, mariné comme dans la recette du jour, relevé d'une gremolata, persillade italienne.
Ingrédients
- 2 rougets, filets levés, désarêtés
- 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
- 1 cuillère à café de jus de citron 
pour la gremolata
- 1 belle cuillère à soupe de persil
- 2 pincées de zeste d'orange
- 1 petite gousse d'ail
- 1 trait d'huile d'olive (de thon ou d'anchois pour parfumer)
- sel, poivre (facultatif)
Préparation
Arroser les filets de rouget d'huile d'olive et de jus de citron, laisser mariner au frais au moins une heure.
Hacher le persil, mélanger avec l'ail émincé, le zeste d'orange finement râpé, ajouter un trait d'huile d'olive, saler, poivrer au goût. Servir les rougets revenus à température avec la gremolata. Bon appétit !

Rougets marinés et gremolata

Partager cet article

Repost 0
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 16:10

Il est grand temps de reprendre le chemin de ce blog un peu délaissé... Des envies voyageuses, de pique nique, de cuisine fraîche, mentholée, citronnée me prennent au fur et à mesure que le soleil et la chaleur s'installent. Retour tranquille, simple et gourmand, un peu moyen-oriental avec ces boulettes de boeuf, sauce au yaourt, tabbouleh. Les boulettes de viande c'est un peu l'art d'accommoder les restes, une cuisine populaire et basique, presque "vide placard". Mais ces demoiselles adorent et l'on varie souvent les ingrédients, les accompagnements sur ce thème cher à Dorian... Boeuf et cochon (pour adoucir et graisser la chair qui serait sinon un peu trop sèche), beaucoup de fraîcheur dans la sauce et la salade, un tabbouleh à ma façon, respectant plus ou moins les proportions d'herbe mais ici plus rapide et avec un peu moins d'huile puisque le boulgour est cuit à l'avance. Rappelons que le boulgour cru "cuit" traditionnellement dans le jus de citron et l'huile d'olive...

Boulettes de boeuf, sauce au yaourt, tabbouleh à ma façon

Ingrédients
pour les boulettes
- 400 grammes de boeuf haché
- 1 saucisse soit 150/160 grammes de chair à saucisse
- 1 cuillère à soupe d'herbes (feuilles de céleri branche, persil, menthe)
- 2 ou 3 cuillères à soupe de sauce soja
- 1 à 2 gousses d'ail
- 1 vert de cébette
- sel, poivre (ou piment d'Espelette)
pour la sauce
- 1 pot de yaourt à la gracque
- jus d'1/2 citron environ (adapter au goût)
- 1 cuillère à café de vert de cébette
- sel, poivre ou piment d'Espelette
pour le tabbouleh
- 1 poignée de boulgour
- 1 botte de menthe
- 1 citron
- 2 ou 3 tomates cerises (facultatif)
- 5 cuillères à soupe d'huile d'olive
- 1 ou 2 cébettes
- sel
Préparation
A l'avance, faire gonfler le boulgour dans l'huile d'olive et le jus de citron (ou le cuire dans l'eau salée et mélanger avec 2 ou 3 cuillères à soupe de jus de citron et 2 ou 3 cuillères à soupe d'huile d'olive). Emincer la cébette et ciseler les herbes, ajouter les tomates coupées en petits morceaux. Réserver au frais.
Pour la sauce, mélanger le yaourt, le jus de citron, la cébette émincée,saler poivrer ou pimenter. Réserver au frais.
Mélanger la chair des deux viandes, ajouter l'ail et la cébette émincés, les herbes ciselées, la sauce soja, pimenter, saler légèrement. Confectionner les boulettes et les faire revenir dans l'huile d'olive, servir avec la sauce au yaourt et le tabbouleh. Bon appétit !

Partager cet article

Repost 0
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 07:40

Les herbes et fleurs sont une source de sels minéraux très intéressante. Aussi, je suis repartie en balade-glane (également pour préparer un atelier). Pas de brocolis sauvage, mais les habituelles salades sauvages (roquette, plantain, pissenlit) et bien sûr l'ortie. Pour faire simple, un pesto !
Ingrédients
- 40 grammes de feuilles d'orties rincées
- 6/7 ml d'huile d'olive
- 1/2 gousse d'ail
- 1 cuillère à café de pignons de pin torréfiés
- parmesan
- sel, poivre
Préparation
Mixer les ingrédients, rectifier l'assaisonnement et la texture. Le pesto d'ortie est prêt à être consommer.
Stocker au frais en couvrant d'un filet d'huile d'olive.

Pesto d'ortie, retour de glane
Pesto d'ortie, retour de glane

Partager cet article

Repost 0
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 11:06

Je m'épanche rarement sur ce blog et parle peu de ma vie privée. Mais je ne peux passer ces retrouvailles avec Sophie, une amie de lycée, après 25 ans d'absence. Nous avons passé une journée ensemble hier, dégusté le pho cuisiné à 4 mains avec Bich-Trân, une autre copine d'origine vietnamienne rencontrée il y a 4 ans à Gigondas sur Table, première édition.
Le pho est un pot-au-feu vietnamien, dont on trouve une recette sur le blog, mais celle de Bich-Trân est plus sobre en terme d'ingrédients : cannelle-badiane-graines de coriandre, oignon brûlé piqué de clous de girofle, carotte pour "sucrer" légèrement et naturellement le bouillon, plat de cote avec os, viande gélatineuse à pot au feu, puis tende de tranche tranchée fin et crue idéalement, sur laquelle on versera le bouillon, ciboule et coriandre fraîche. Le pho a été dégusté en plusieurs repas (2 kilos de viande et un faitout plein de bouillon !), avec l'une puis l'autre de ces deux amies "retrouvées".

 

Des retrouvailles, un pho et une sauce coréenne by Pierre Sang Boyer

Puis, mon amie Sophie m'a confiée la recette d'une sauce coréenne délicieuse (idéale avec tout ! crudités, légumes, viandes, poisson...) qu'elle a réalisé en cours de cuisine avec Pierre-Sang Boyer. Car elle est aussi passionnée de cuisine. Pas de hasard... Au-delà de ces deux recettes, ce sont bien des histoires d'amitié que je vous confie aujourd'hui, que je partage du plus profond de mon être. Deux recettes des plus précieuses, donc...

Préparation
- 1/2 cuillères à soupe de miso brun
- 1,5 cuillères à soupe de nuoc mam ou sauce poisson coréenne
- 1 cuillère à soupe de vinaigre de riz
- 1/2 cuillère à café de miel
- 1/2 cuillère à soupe d'huile de sésame
- 1/2 cm gingembre
- graines de sésame ou arachides torréfiées, au goût (facultatif)
Préparation
Diluer le miso dans avec la sauce poisson, le vinaigre de riz et le miel, ajouter le gingembre émincé et émulsionner avec l'huile de sésame. Servir par exemple avec uen salade de courgette crue, une effilochée de boeuf, poudrée de graines de sésame et parsemée de coriandre fraîche.

 

Des retrouvailles, un pho et une sauce coréenne by Pierre Sang Boyer

Partager cet article

Repost 0
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 05:55

Toujours la même technique pour la confiture de lait : cuisson lente, longue en faisant attention que la préparation ne graine pas, n'accroche pas... Je mixe à la fin pour être sûre d'avoir une texture bien lisse. J'ai testé la version nature, celle à la cannelle, celle au lait de coco, celle au lait de chèvre, Celle du jour est subtilement citronnée. Un délice sur des crêpes bien sûr ou en tartine... N'est ce pas Bich-Trân ?
Ingrédients
- 500 ml de lait entier cru 
- 160 grammes de sucre blond
- zeste de 1 citron
- 1 cuillère à soupe de jus de citron
Préparation

Dissoudre le sucre dans le lait et porter à ébullition. Cuire alors à feu doux jusqu'à ce que le lait épaississe, durant environ 2 heures, en remuant de temps en temps. Poursuivre la cuisson en remuant constamment jusqu'à ce que la crème prenne une couleur ambrée, "caramel". Ajouter le jus de citron, poursuivre 5 minutes, mixer. La préparation doit napper la cuillère. Mettre alors en pot aussitôt.

Confiture de lait citronnée

Partager cet article

Repost 0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 07:36

Parmi les pâtes à tartiner, rares sont celles à base de fruit. On trouve plus généralement les choco-noisette, la crème de marron ou la confiture de lait. Après un test assez ancien à base d'abricot, ainsi qu'une pâte à tartiner au miel que j'avais beaucoup aimée, je récidive avec cette pâte à tartiner à la mandarine, miel et amande. La saveur et l'amertume très fraîche en bouche de l'agrume associé à la douceur de l'amande, c'est totalement addictif ! Et comme c'est bientôt la fin des mandarines, profitons-en...
NB pour donner une saveur différente et renouveler cette recette, on peut ajouter une cuillère à soupe d'huile d'olive fruité vert.

Ingrédients 
- 2 mandarines (environ 130 grammes de chair, pesée après pochage)
- 50 grammes de purée d'amande bio
- 1 cuillère à soupe de miel doux d'acacia
Préparation
Pocher les mandarines entières dans l'eau frémissante jusqu'à ce qu'elles soient tendres (en changer l'eau deux ou trois fois si l'on craint l'amertume de l'agrume). Egoutter. Enlever les pépins et mixer la chair des mandarines. Remettre sur feu doux et laisser épaissir.
Ajouter la purée d'amande et le miel, mixer à nouveau. Laisser refroidir. Réserver au frais ou à température en ajoutant un "film" fin d'huile d'amande.



 

Pâte à tartiner à la mandarine, miel et amande

Partager cet article

Repost 0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:34

Pour condimenter un poisson, un riz blanc, du porc, voire même comme dip (quand on aime..), rien ne vaut une sauce un peu relevée, pleine de peps. Je vous emmène aujourd'hui virtuellement dans un pays qui me fascine (je n'ose dire que j'adore car je n'y suis jamais allée). Je rêve de voir la cité d'Angkor et je vous invite à voyager avec Marie-Pierre sur son blog Very Easy Kitchen dans ce "Cambodge aux mille sourires"... Le teuk trey sway est une sauce pimentée à base de mangue et de nuoc mam (teuk trey signfie sauce de poisson et sway  ou swaimangue). Vous doserez le piment au goût bien entendu mais cette saveur de mangue verte sucrée-salée est un pur délice, presqu'à manger tout seul !
Ingrédients 

- 1 à 2 mangue verte selon la taille
- 1 ou 2 échalotes 
- 2 cuillerées à soupe de sauce de poisson (nuoc mam)
- 2 cuillerées à soupe de sucre de palme liquide (ici, 1 cuillère à soupe de sirop d'agave)

- 1/2 cuillère à café de pâte de piment (ajuster au goût)
Préparation
Couper les mangues en lanières ou en dés, émincer les échalotes. Mélanger en ajoutant le nuoc mam, le sirop d'agave et la pâte de piment. Laisser reposer une petite heure afin que les saveurs se mêlent.

Teuk trey sway - sauce khmère à la mangue verte

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?