Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 14:23
Vous savez ce dont il s'agit ! Pas d'un gemme précieux mais d'un champignon enterré qui offre ses voluptueuses fragrances aux gourmands durant l'hiver !
D'hier à aujourd'hui, la truffe s'entoure d'un mystère nébuleux
, lié à sa maturation ; il existe toute une symbolique autour de ce trésor sombre (j'y reviendrai), qui se cache dans les replis de la terre, que seuls les porcs, les chiens et les "nez" peuvent détecter. Il dort au pied des chênes (autre symbole fort), enraciné depuis la nuit des temps dans les terroirs qui les dissimulent, comme dans notre gourmandise...

C’est sous la Rome antique que l’on trouve trace des premiers écrits sur la truffe, sous la plume d’illustres écrivains et historiens, tels que Cicéron, Pline, Plutarque… Dans les satires de Juvénal, la truffe semble un mets recherché, quoique dangereux pour les mœurs des jeunes gens. Une allusion précoce au caractère aphrodisiaque que l’on prêta longtemps au précieux tubercule… Ajoutons que ce dernier figurait en bonne place dans les repas donnés par Lucullus, preuve de sa richesse gastronomique, et qu’on le servait en fin de repas, mariné dans une sauce à base d’épices.

En France, il faut attendre le XIVème siècle pour voir apparaître la truffe sur les tables des princes, notamment en terre périgourdine mais aussi en Avignon, cité des Papes, car les prélats furent les premiers ambassadeurs du "diamant noir". Le duc de Berry, frère du roi Charles V, s’en régala généreusement, la cour de François Ier reconnut sa puissance sensuelle et sous le règne d’Henri II, on fit venir la truffe blanche du Piémont préparée par les cuisiniers florentins de Catherine de Médicis. Certains y voient même l’origine de la naissance du Roi de Rome, grâce à la recette qu'un officier des grenadiers de la garde confia à Napoléon Ier !

Durant tout le XIXème siècle, la truffe connaît un succès phénoménal. Célébrée par les artistes, comme Alexandre Dumas ou Georges Sand (et vénalement échangée par les hommes politiques !), ainsi que des chefs prestigieux, comme Brillat-Savarin, elle est savourée bien plus couramment qu’aujourd’hui... Car elle reste un produit de haut luxe qui se marchande sous le manteau (les marchés aux truffes sont toujours très étonnants...).
A suivre...

Partager cet article

Published by Nathalie Merceron - dans Mémoire
commenter cet article

commentaires

Article ? Recette ?