750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

Au Fil Des Mois...

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 08:51
Après le dîner fabuleux (presque au sens premier du terme !), pantagruélique autour du cochon du Ventoux,  dont je vous parlerai plus tard dans la journée, revenons à une nourriture plus équilibrée, ou en tout cas, redressons l'équilibre avec des plats végétariens. Durant au moins 2 ou 3 jours, et peut être même la semaine !
Ce premier repas totalement végétarien est une invitation au voyage, pas bien loin, au Nord de l'Afrique, et emprunte au Maghreb certaines saveurs épicées et sucrées... Il se compose d'un tajine de carottes et de lentilles aux olives noires et citron confit, d'une compote d'oignons au miel et raisins secs et de semoule à l'huile d'Argan. Pour accompagner les légumes, des béghrirs à la menthe fraîche, à manger comme du pain ! Pour ces derniers, la recette vient de chez Lavande, chez qui j'avais eu le plaisir de les goûter en version sucrée...



Ingrédients (pour 2 ou 3)
pour le tajine végétarien
- 150 grammes de carottes jeunes
- 80 grammes de lentilles roses
- 30 grammes de citron confit
- 10 olives noires (celles de Nyons)
- 1 cuillère à café de ras-el-hanout
- 1/2 cuillère à cafe de cannelle
- 1 gousse d'ail
- 1 oignon
- persil ou, mieux, coriandre (mais je n'en avais pas...)
- huile d'olive
- sel, poivre
pour la compote d'oignons aux raisins secs
- 2 oignons
- 2 cuillères à soupe de raisins secs
- 1 cuillère à soupe rase de miel
- huile de pépins de raisins
- sel, poivre
pour les beghrirs
- 200 grammes de semoule fine (à dessert, pas à couscous !)
- 1 sachet de levure (poudre à lever)
- 1/2 sachet de levure sèche de boulanger
- 32 cl d'eau
- 1 pincée de sucre
- 1/2 cuillère à café de sel
- menthe fraîche ciselée

Préparation
Faire revenir l'oignon émincé dans l'huile d'olive, ajouter les carottes coupées en rondelles. Faire étuver, ajouter les épices et mouiller avec de l'eau ou du bouillon de légumes.  Saler, poivrer. Ajouter l'ail émincé, puis les lentilles, les
olives dénoyautées et hachées ainsi que le citron confit coupé en petits morceaux. Laisser mijoter doucement.
Pour la compote d'oignons, faire suer les oignons émincés dans l'huile d'olive, ajouter le miel et els raisins secs, faire compoter à feu doux.
Pour les beghrir, délayer la levure de boulanger dans un peu d'eau tiède. Mélanger la semoule, le sel, le sucre et la levure, ajouter la levure délayée et le reste de l'eau. Mixer pour bien amalgamer et laisser reposer au moins 15 minutes. Dans une poêle, déposer des cuillérées de pâte, parsemer de menthe ciselée (on peut aussi ajouter des épices), et laisser cuire à feu pas trop fort.


Partager cet article

Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 17:37
 Pour détendre l'atmosphère (ça rigole pas trop aujourd'hui chez Estèbe !), voici un extrait fameux des Barbouzes, avec une commande façon gros costaud de "Francis Lagneau (alias Lino Ventura), dit « Petit Marquis », dit « Chérubin », dit « Talon Rouge », dit « Falbala », dit « Belles Manières ». Il est également connu, dans certains milieux, sous le sobriquet de « Requiem », dit « Bazooka », dit « La Praline », dit « Belle Châtaigne ». C'est curieux comme les gens sont méchants."

Je vous laisse savourer...




Partager cet article

Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 08:53
Des fois, on entasse des bocaux de fruits, des conserves maison et l'on n'a plus de réelle visibilité de quand il devient urgent de les manger ! Le problème se pose d'ailleurs aussi parfois pour les congélateurs... En faisant le tri, j'ai fait aussi le vide, à commencer par de vieilles conserves de coings. Pas de souci a priori puisque les caoutchoucs n'avaient pas bougé et que les bocaux étaient bien hermétiques. J'en ai fait diverses choses, crème laitières (avec un lait végétal parfumé à la noisette, le même d'ailleurs que celui de ces pancakes), des petits gâteaux et cakes. Bref, j'ai éclusé, jusqu'à ce qu'il me reste un fond de bocal, utilisé dans ces pancakes tout "petit épeautre" et parfumés à la noisette.

La recette est inspirée de celle de Valérie (Cuisine et Voyages), qui se fait plus rare sur la blogosphère depuis qu'elle est maman. Et c'est bien dommage ! Si vous ne connaissez pas encore, allez vous balader chez elle, à l'heure où Mzelle Gwen nous fait voyager, car Vélarie fut une grande globe-trotteuse, surtout vers l'Est...


Ingrédients
- 2 oeufs
- 125 grammes de farine de petit épeautre
- 15 cl de lait de riz et de petit épeautre à la noisette
- 1 sachet de levure*
- 1 cuillerée à soupe rase de miel
- 1 cuillerée à soupe d'huile de noisettes
- 1 pincée de sel
- 1 bocal de coings (conserve maison)

* J'indique le terme générique mais j'utilise toujours de la poudre à lever bio...

Préparation
Faire chauffer le lait avec le miel.
Mélanger la farine, la levure et le sel. Ajouter les oeufs, en fouettant l'ensemble. Délayer peu à peu avec le lait chaud, puis ajouter l'huile de noisettes et laisser reposer au moins 1/2 heure.
Cuire les pancakes dans un peu d'huile de pépins de raisins, à feu très doux, poser des dés de coings en les enfonçant légèrement, et retourner avec une spatule quand il y a des bulles partout à la surface.

Partager cet article

Repost0
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 09:09
On ne change pas une équipe qui gagne ! Le duo cresson/wasabi d'hier rejoint l'avocat dans une entrée ou une mise en bouche (à vous de voir) toute verte, pour l'AVC#20 "tout vert" de Marie-Laure.
C'est à la fois crémeux, doux, légèrement acidulé et piquant à la fois, et surtout pleine de fraîcheur !



Ingrédients (pour 4)
pour la mousse d'avocat
- 1 avocat
- 1 blanc d'oeuf
- 2 cuillère à soupe de sauce soja, tamari ou shoyu
- 1 cuillère à café de jus de citron
- wasabi (à votre goût)
pour le granité de cresson (reste de ce sorbet -clic)
- 80 grammes de sucre
- 50 grammes de  cresson
- 1/3 cuillère à soupe de wasabi
- 2 cuillères à soupe de blanc d'oeuf
- 1 trait de jus de citron

Préparation

Mixer la chair d'avocat avec le shoyu, le jus de citron et le wasabi. Battre le blanc d'oeuf en neige et l'incorporer délicatement. Réserver au frais.
Pour le granité, procédez comme expliqué ici, laisser prendre au congélateur.
Déposer des feuilles de cresson, une quenelle de mousse à l'avocat, et un peu de granité de cresson. Servir aussitôt avant que cela ne fonde !



Partager cet article

Repost0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 09:00
Besoin de réconfort ?  Un coup de mou, une mauvaise nouvelle, un peu de déprime ? Rien de tel que le chocolat, le vrai, le pur cacao (ou presque), pour se remettre ! Les aztèques se dopaient à coup de fèves et la version "Xocoatl" en boisson épicée, c'est un véritable coup de fouet aux neurones ! Du coup, tout le reste suit, le moral, la forme physique. Le chocolat c'est le viagra et le prozac réunis ! D'accord, j'exagère mais à peine. Surtout que les Incas ajoutaient moultes épices dont on connaît les vertus ,n'est-ce pas ?

Cette version, que j'ai trouvée ici, est l'interprétation d'une recette de Louis Lémery, médecin, botaniste et chimiste sous Louis XIV, chantre du cacao dont il vante les vertus dans son Traité des aliments de 1702, et qui donne les ingrédients d'une boisson chocolatée, elle-même inspirée de la façon dont les Aztèques l'accommodaient. Elle est très épicée et préparée à l'eau chaude, à la façon dont on buvait le chocolat au XVIIIème et XIXème siècles. Je n'ai pas ledit traité, j'ignore donc si la crème est un ajout moderne qui adoucit l'amertume. Quoiqu'il en soit, l'ensemble est exquis et rend hommage au chocolat, incontestablement !



Ingrédients (pour 4 ou 5 personnes)
- 200 grammes de chocolat
- 1 cuillère à soupe de cacao
- 150 l de crème fraîche liquide
- 1 étoile de badiane
- 1/4 bâton de vanille
- 2 éclats de macis*
- 2 clous de girofle
- 1 bâton de cannelle
- 4 grains de poivre noir
- 2 belles pincées de piment d'Espelette

*le macis ou "fleur de muscade", est l'enveloppe de la noix de muscade, cette dernière peut la remplacer dans la recette : râper un peu de noix dans le sirop...

Préparation
Faire chauffer 80 ml d'eau avec les épices, laisser frémir, puis laisser infuser à couvert, feu éteint.
Faire chauffer 600 ml d'eau, couper et laisser fondre le chocolat. Mélanger une fois que celui ci est bien fondu, avec le sucre, le cacao et la crème. Remettre à feu doux en remuant et en ajoutant l'infusion et les épices. Mélanger puis laisser reposer 30 minutes, feu éteint. Passer et remettre à chauffer à feu doux. Mixer pour faire mousser. Poudrer de cacao et de piment d'Espelette avant de servir.


Partager cet article

Repost0
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 16:53
Pimprenelle, raiponce, roquette, cressonette, les salades sauvages ont parfois des noms poétiques, ou pas... Mais on ne se lance pas à l'aveuglette dans leur cueillette, sauf pour le classique pissenlit qui envahit les jardins et dont la meilleure façon de se débarasser est encore de le manger !
Pour en savoir plus sur les salades sauvages à déguster en "mesclun", rendez-vous sur Fureur des Vivres, ici (clic)...

Partager cet article

Repost0
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 09:05
Le pourpier est une plante grasse aux tiges rampantes, une mauvaise herbe qui prolifère dans les jardins provençaux, entre autres. Et dans le mien ! Inutile de vous dire qu'il se reproduit à vitesse "V" lors des Printemps pluvieux mais qu'il est suffisamment rustique pour tenir dans la sécheresse mistralienne de l'été !

Cette recette date de l'automne dernier mais je l'avais oubliée, et pourtant elle est délicieuse. Sortie de sa saisonnalité, l'inrêrêt d'une publication était douteuse. Mais le joli moi de mars signe le retour du Printemps et de ses "salades sauvages", objet du sujet du jour (clic) sur Fureur des Vivres. Alors, mon pourpier est à sa juste place sur le blog aujourd'hui !
Et pour qui s'intéresse au sujet, les Journées Plantes Rares de Sérignan (84) propose chaque année des ateliers de découverte des salades sauvages... Prochaine édition (clic), 18 et 19 avril 2009, j'y serai bien entendu !

Cette salade tiède d'escargots, rattes et pourpier aux noisettes est délicieuse et sera selon votre choix, une entrée très gourmande ou un plat complet !
D'autres salades de pourpier ? Chez Garance, ici (clic), chez Nicolas (sauvagement bon), par là.



Ingrédients (pour 2 personnes)
- 12 escargots cuits au court bouillon
- 5 ou 6 rattes
- 2 belles poignées de feuilles de pourpier fraîchement cueilli
- 5 ou 6 noisettes
- 2 + 1 cuillères à soupe d'huile de noisettes
- 1 trait de vinaigre balsamique blanc
- quelques brins de persil
- sel, poivre

Préparation
Cuire les rattes à l'eau salée en les gardant bien fermes puis les peler et les couper en morceaux. Réserver.
Faire confire doucement les escargots égouttés dans l'huile de noisette à feu très doux.
Torréfier les noisettes concassées.
Laver le pourpier et garder des feuilles tendres et bien charnues.
Ajouter un trait de vinaigre balsamique et un peu de persil ciselé sur les escargot stièdes, les mélanger avec les rattes, également tièdes, ajouter les noisettes et servir avec le pourpier.


Partager cet article

Repost0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 09:00
Il y a quelques jours, Mitsu avait à nouveau réuni, sous forme de risotto,  quelques ingrédients mariés par Eryn : poireaux, chèvre, citron, pavot. C'est un mariage auquel j'ai succombé moi aussi, la première fois sous forme de velouté (clic), excellent !
J'ai également récidivé avec ce quatuor dans des lasagnes pleines de fraîcheur. Est-ce le Printemps qui fait revenir ces 4 ingrédients ? Ce "concerto de saveurs"* sonne-t-il le glas de l'hiver déjà derrière nous ? Toujours est-il que même un peu trop citronné (selon SON opinion), les deux autres l'ont dévoré !

*intitulé des menus à thème chez Pierre Paumel qui fête ce samedi le cochon du Ventoux. Hélas, aucune baby-sitter en vue pour le moment. Nous cherchons activement !

Désolée pour la qualité des photos, mais vraiment, je suis une photographe très nulle !

Ingrédients
- 5 feuilles de lasagne fraîche
- 2 beaux poireaux
- 1 échalote
- QS pavot
- 200 grammes de chèvre frais (dont 50 grammes de faisselle de chèvre pour compléter...)
- huile d'olive
- sel, poivre
pour la béchamel citronnée
- 5 cl d'huile d'olive
- 20 grammes de farine
- 200 ml de lait
- jus d'1/2 citron
- sel, poivre

Préparation
Faire suer l'échalote et les poireaux émincés (en enlevant juste la pointe la plus verte des poireaux) et faire étuver à couvert. Saler, poivrer.
Préparer la béchamel : faire un roux avec l'huile et la farine. Ajouter le lait et faire épaissir, ajouter le jus de citron et réserver.
Battre le chèvre, bien saler et poivrer (le chèvre frais ou la faisselle sont "fades" et ont besoin de saveur ajoutée !)
Huiler le plat et poser une feuille de lasagne. poser une couche de béchamel et de poireau, une autre feuille avec le chèvre frais, à nouveau une feuille de béchamel et de poireau,etc, en alternant les divers éléments. Terminer par la béchamel et parsemer de pavot.
Enfourner à 200°C environ 15/20 minutes.

Partager cet article

Repost0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 08:57
Eux pensent "flûte, pas envie d'y retourner" en rêvant aux prochaines vacances. Et ce d'autant que le Printemps est bien là, avec ses promesses de jeux de plein air, de "bain" de soleil et d'herbes fleuries... Mais vous, vous êtes bien contentes que la marmaille repenne le chemin de l'école, non ? Ou est-ce juste moi, la mère indigne ?
A ma décharge, la soeur aînée qui vient de s'en retourner en Corse aborde le virage de l'adolescence (clin d'oeil appuyé aux mères - ou belles-mères - qui sont passées par là). Les chamailleries entre les deux "grandes" ne s'arrêtent que quand se petit monde est couché, ou a regagné la route de l'école !

Mais quelle tranquilité depuis ! Indigne, moi ? J'assume ! Et même, après une matinée chargée en lessives et ménage, je profite d'une pause gourmande avec un grignotage sain et très frais : une barquette de céleri-branche tartinée de fromage frais "maison" aux herbes nouvelles et feuilles de céleri. Après le magret de canard séché, c'est la seconde recette "campagne" de Lilo que je teste et ce n'est pas mal du tout ! Même si je pense que mon lait entier fermier était en fin de course...



Ingrédients
- 1 branche de céleri, avec les feuilles
- 1 cuillère à café d'estragon ciselé
- 3 tiges de ciboulette
- sel, poivre
pour le fromage frais de base
- 500 ml de lait frais entier fermier
- jus d'1 citron
- 2 ou 3 cuillères à soupe de crème fraîche

Préparation
Verser le lait dans une casserole et faites-le chauffer à 40°C. Incorporer immédiatement le jus de citron et mélanger avec une spatule en bois. Peu à peu, des petites boulettes de caillé vont se former. Mélanger de temps en temps pour que le citron se diffuse bien dans le lait. Cela dure quelque minutes.
Verser le contenu de la casserole dans une passoire très fine et attendez que le petit-lait (lactosérum) s'écoule en dessous. Patienter avant de presser.
Mixer le fromage frais avec la crème fraîche, saler, poivrer.
Mélanger avec les herbes ciselées et 1 cuillère à soupe de feuilles de céleri, puis étaler sur les branches de céleri, taillées en tronçons.
A déguster, assis, voire allongé, au soleil, sur l'herbe !


Partager cet article

Repost0
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 15:52
Une furieuse envie de verdure, c'est bien naturel quand la nature printanière reprend ses droits et embellit chaque parcelle de terrain alentours...
La menthe est bien là, la ciboulette pousse, l'estragon est particulièrement charnu et odorant, ces plantes seront dans mon assiette dans les jours à venir, soyez-en sûrs !
Il restera à semer persil, coriandre et autres herbes "rustiques". Pour le basilic il faudra en revanche attendre pas
stickers_2loin de 2 mois.

En attendant, voici une verrine pleine de fraîcheur, d'inspiration "grecque" : une panna cotta à la féta et à la menthe et sa gelée de concombre (premier concombre acheté, bel et bien provençal, il y a une minette qui sera contente...) une entrée que j'offre à Pupuce pour son tour d'horizon de la panna cotta salée.



Ingrédients (pour 4, dont 2 avec gelée seulement)
pour la panna cotta
- 100 grammes de féta
- 20 cl de lait
- 20 cl de crème liquide légère
- 1 cuillère à soupe de menthe fraîche ciselée
- 1 gramme d'agar-agar
- sel, poivre
pour la gelée de concombre
- 50 grammes de concombre
- 6 cl d'eau
- 1 bonne pincée d'agar-agar
- menthe en décor

Préparation
Faire chauffer le lait et la crème avec la menthe et l'agar-agar, maintenir 2 minutes. Saler, poivrer et mixer avec la féta. Verser dans 4 verres et laisser refroidir puis réserver au frais.
Pour la gelée, mettre l'eau et l'agar-agar sur le feu, 2 minutes. Mixer avec le concombre et verser sur les panna cottas bien prises, déposer des feuilles de menthe et laisser refroidir.
Servir à température ambiante.

Partager cet article

Repost0

Article ? Recette ?