Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 06:49

La salicorne sera régulièrement sur les étals durant l'été, ne la manquez pas si vous aimez cette saveur marine, mariée ici en terre-mer végétarienne, à la poutargue près (mais Mamapasta Eve ne sera pas obligée d'en mettre...) : salicorne, tomate green zebra, cébette pour le camaïeu de vert et blanc, relevé de sumac l'épice moyen-orientale à la saveur acidulée et de poutargue.
Pour en savoir plus sur la salicorne, c'est par ici, et pour d'autres recettes avec ce végétal marin, je vous propose une salade de pomme de terre eet salicorne à la mayonnaise végétale ou un "taboulé" iodé aux salicornes et algues (bien pour Eve cette fois !)

salicornetomatecebettesumac.jpgIngrédients
- 1 bonne poignée de salicornes
- 1 tomate green zebra
- 1 cébette
- sumac
- piment d'Espelette
- poutargue
- 4 cuillères à soupe d'huile d'olive
- 1 cuillère à soupe de jus de citron
- sel, poivre
Préparation
Tailler la cébette en rondelle, réserver le blanc. Mélanger le vert vec la salicorne, ajouter huile d'olive, jus de citron, sumac, piment d'Espelette, saler légèrement, poivrer. Couper la tomate en rondelle. Disposer, salicrones, rondelles de tomate et cébette, arroser de la sauce acidulée des salicornes, poudrer de sumac et si vous aimez, d'un peu de poutargue.

Partager cet article

Repost 0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 07:08

Notre dernière journée parisienne s'est déroulée Rive Gauche : Notre Dame avec Melle E, balade le long des quais, côté bouquinistes, Sorbonne, cour du Musée Cluny, Jardin des Plantes, Grande Galerie de l'Evolution, arênes de Lutèce... A notre pause déjeuner, nous avons mangé coréen en compagnie de Valérie au restaurant Miam-miam dans le quartier Mouffetard que je fréquentais souvent lorsque j'étais jeune étudiante...
Au menu, bibimbap, nouilles sautées, kimchi... Le menu du midi est bon marché et l'accueil chaleureux et discret, tout sourire !
En entrée, nous avons dégusté les crêpes coréennes et des raviolis grillés "maison" ressemblant aux gyozas.
J'ai pris le bibimbap, riz cuisiné aux légumes avec oeuf et sésame, bien cuit et parfumé.miammiam_bibimbap.JPGL'autre plat (Valérie et Melle E) se compose de riz blanc et de nouilles sautées au boeuf grillé et champignons noirs, très bon.
miammiam_nouilleboeuf.JPGNous avons voulu goûter le porc au kimchi, mais c'était avant de voir les accompagnements ! Très copieux, nous n'en sommes pas venues à bout...miammiam_kimchiporc.JPG
En effet, les plats sont accompagnés de divers accompagnements, frais, délicieux  : racines de lotus, haricots verts, germes de sojamiammiam_accompagnements.JPGDu kimchi de chou fermenté et épicé, du kimchi  de daikon peut-être (une racine, genre de navet ou de radis blanc) et des sauces... Vous comprendrez donc que nous n'ayions pu terminer !miammiam_accompagnementkimchi.JPG

En boisson un thé coréen aux céréales torréfiées, orge et maïs, avec une saveur fine et grillée que j'ai beaucoup aimée, qui rappelle le soba-cha en plus léger.
A tester également les spécialités du soir ou le BBQ coréen (bulgogi, galbi). Nous n'avions plus faim mais j'aurais bien goûté certains desserts comme la glace au thé vert et azukis, ou le dessert au thé vert kaki-cannelle (de mémoire), ou d'autres spécialités très locales que je n'ai pas retenues...
Miam Miam
6 rue Thouin
75005 Paris 
Tel 01 43 29 88 88

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Gîte et couvert
commenter cet article
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 06:51

Je suis repartie de chez mon père avec de la rhubarbe, comme souvent : j'ai cueilli les plus grosses tiges, et laissé les autres croître ; il me les rapportera une prochaine fois... Ces allées et venues me permettent de profiter de ce légume que j'adore. La rhubarbe est ici mariée au gingembre et à la groseille dans un clafoutis très frais et léger en bouche. Sans prétention, juste gourmand !
Ingrédients

- 60 ml de crème liquide
- 140 ml de lait
- 50+ 20 grammes de sucre blond
- 1 gros oeuf
- 1 cuillère à soupe de poudre d'amande
- 1 cuillère à soupe de farine
- 2 tiges moyennes de rhubarbe
- 3 ou 4 grappes de groseille
- 1/2 cuillère à café de gingembre frais râpé
Préparation
Suer la rhubarbe pelée et coupée en petits dés avec 15 grammes de sucre environ.
Faire infuser le gingembre râpé dans le lait et y dissoudre le reste de sucre. Ajouter la crème, laisser refroidir et battre l'oeuf dans le mélange lait/crème. Incorporer la farine et la poudre d'amande. Verser dans trois ramequins allant au four.
Ajouter les dés de rhubarbe et enfourner à 170°C environ 20/25 minutes. A mi cuisson ajouter les groseilles et poudrer de sucre. Laisser refroidir au sortir du four pui réfrigérer. Déguster frais.clafoutisrhubarbegroseillegingembre.jpg

Partager cet article

Repost 0
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 14:58

Ines Rosales est une marque espagnole de galettes andalouses à l'huile d'olive : "Tortas de Aceite de Castilleja de la Cuesta".tortasdeaceite_inesrosales2.jpg Créée en 1910 par une femme, celle qui a donné son nom à la marque, ces "tortas des aceite" novatrices étaient vendues dans la gare de Séville et aux alentours pour être facilement transportées et consommées en voyage : elles étaient emballées individuellement - elles le sont toujours - dans du papier paraffiné.
NB à l'origine, il s’agissait d’une spécialité familiale qui était préparé et dégusté à l'occasion de la fête de Pâques.
Elaborées à base d'ingrédients 100% naturels et d'huile d'olive vierge extra à hauteur d'au moins 25%, les galettes Ines Rosales sont feuilletées, très croustillantes et parfumées !tortasdeaceite_inesrosales.jpg Une légère note anisée et le fruité de l'huile d'olive caractérisent les tortas de aceite Ines Rosales depuis son origine... De forme ronde et d'une épaisseur variable (les galettes sont façonnées et étalées à la main), on les trouve en paquets de 6, 10 ou 20 "tortas de aceite".
Gourmandise à l'origine "nature", au doux parfum d'anis et d'huile d'olive, elle s'enrichit aujourd'hui de versions sésame et sel marin ou thym et romarin, et côté sucré, orange de Séville ou cannelle. Ci-dessous, celel au sucre et à l'orange de Séville...tortasdeaceite_inesrosales_naranja.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Ailleurs
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 06:45

J'adore les anchois, peut-être même plus que les sardines. Il y en a régulièrement sur l'étal de la poissonnière et je vais en prendre très régulièrement. Je les sale pour les conserver, ou je les fais mariner comme des boquerones ; j'en mets sur la pizzasur des tartes fines, j'en mange en gratin ou farcis. Cette fois, je les ai préparées à l'huile d'olive, confites comme ces sardines. Simplissime, juste relevé de piment d'Espelette. A manger seul ou sur une salade de haricots verts bien frais...

anchoishuileEspelettecommesardine.jpgIngrédients
- 10 anchois
- QS huile d'olive
- 1/2 cuillère à café de piment d'Espelette
- sel
Préparation
Nettoyer et vider les anchois, ôter la tête et l'arête centrale.
Chauffer doucement (environ 40°C) l'huile d'olive, ajouter piment d'Espelette, ail émincé et, feu éteint les anchois. Laisser infuser et pocher dans l'huile jusqu'à refroidissement. Réserver au frais.

Partager cet article

Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 06:45

cafepouchkine.JPGEn dehors des vrais restaurants russes parisiens, il est un endroit où l'on peut déguster quelques spécialités russes et surtout des pâtisseries russes, dont les typiques Napoléon ou Medovick, arrosées de boissons typiques : morse, kvas, thés russes... entre autres : le Café Pouchkine, version parisienne  du sweetpushkin (maison Dellos de Moscou). Dans un décor très "XVIIIème" évoquant la Russie des tsars, le salon thé à la russe propose des pâtisseries superbes, certaines à base de produits typiquements russes comme le tvorog, fromage frais russe (dont j'avais testé une recette), la sgouchonka, confiture de lait russe, le miel de sarrasin, le pavot, le cassis et autres fruits rouges...
Melle E et moi avont dégusté des pirojkis à la viande, aux légumes confits et à la choucroute, tous délicieux mais c'est le dernier qui nous a séduit le plus : pâte moelleuse, garniture équilibrée, chou acidulé, très bon. cafepouchkine_pirojki.JPGPrécisons en revanche que nous étions surtout là pour les pâtisseries ! La demoiselle a jeté son dévolu sur la chouquette gourmande, garnie d'une crème fondante à la vanille. cafepouckine_chouquette.JPGJ'ai choisi la rose délicate de chocolat blanc garnie d'une compotée de fraise à l'hibiscus et coeur glacé de feijoa (et basilic ?) sur biscuit amande.cafepouchkine_rose.JPG

NB Le feijoa est le fruit du goyavier du Brésil qui donne un fruit de la forme d'un avocat, vert à l'intérieur comme à l'extérieur. Son goût oscillerait entre goyave, fraise et ananas. Je n'ai jamais goûté, hormis dans ce dessert, je ne peux donc pas vous dire... ce que je peux vous dire en revanche, c'ets la délicatesse et le fruité, la fraîcheur et la gourmandise de cette pâtisserie aux saveurs harmonieuses. Je vous montre l'intérieur ?cafepouchkine_rose2.JPGNous avons accompagné cette dînette de kvas, la "bière de pain" russe (à base de pain de seigle) pour moi et de morse, délicieuse boisson fuitée au cassis,  que nous avons partagés sur les desserts.
Nous avons également rapporté quelques viennoiseries, un pain au chocolat, bien feuilleté, un bostock à la myrtille et un roulé (pâte à croissant) au pavot et au cassis, excellent, gros coup de coeur pour ce dernier ! Le bostock est également savoureux mais un peu trop riche pour le petit déjeuner...cafepouchkine_viennoiseries.JPGNB le pâtissier à l'origine de cette jolie collection en partenariat avec le russe Andrei Dellos, est le champion du monde 1999 et MOF glacier en 2000 Emmanuel Ryon, aujourd'hui chez Anne-Sophie Pic et qui sort justement un livre sur L'art de la glace et des sorbets (Ed Bellouet).

Café Pouchkine
64, boulevard Haussmann
75009 Paris
(Rez-de-chaussée du Printemps Mode)
Site Internet

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Gîte et couvert
commenter cet article
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 07:03

Parmi les plantes sauvages qui prolifèrent dans la campagne vauclusienne en provence, il y a le thym et le romarin bien sûr, la sarriette et l'origan par encdroit et aussi le fenouil sauvage. Il convient bien à la réalisation d'une boisson anisée sans alcool mais ce n'est pas lui que j'ai utilisé pour la première fois. Mon père a laissé pousser à graines du fenouil bulbe et ce sont des sommités de ce fenouil potager que j'ai tiré cette "anisette" sans alcool, préparée "maison", juste un sirop léger en fait, comme une tisane froide... anisettesansalcool.jpgL'anisette, la vraie, est, selon les pays, un mélange d'herbes et d'épices. Pour en savoir plus sur les boissons anisées méditerranéennes, cliquez ici.  
Cette boisson est très hydratante, et bien entendu très facile à réaliser, autant que le sirop de mélisse ! Le prochain ? Du sirop de menthe "maison" avec de la menthe poivrée ou swiss (celle de la menthe glaciale).

Cette boisson va rejoindre les autres sous un onglet dédié qui curieusement, n'existait pas à de jour et qui regroupe boissons chaudes et froides, avec ou sans alcool... Il fait chaud, buvez frais !
Ingrédients
- 1 grosse poignée de sommités/tiges de fenouil potager ou sauvage
- 1/2 l d'eau
- entre 30 et 50 grammes de sucre à doser au goût
Préparation
Faire infuser les sommités de fenouil dans l'eau bouilante, à couvert, jusqu'à refroidissement. Puis refaire chauffer doucement, juste pour dissoudre le sucre. Réserver au frais. Etendre d'un peu d'eau si vous préférez plus léger.

Partager cet article

Repost 0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 06:50

110taillevent.JPGEn spécialiste passionnée par les accords mets-vins, il me tardait de découvrir les 110 de Taillevent, "brasserie" chic ouverte en 2012 (anciennement l'Angle du Faubourg). Proposant des vins au verre en accord avec les mets, les 110 sont en fait 110 verres de vin proposés avec des plats à la carte ou en menu unique (midi et soir, à 39 euros). La particularité du concept des 110 de Taillevent est d'associer à chaque mets, 4 vins différents à des prix différents, et chacun dans deux contenances, 7 cl ou 13 cl. La carte sommelière mâche le travail en salle mais explications en terme d'origine, de cépage etc..., sont toujours les bienvenus et l'équipe d'Olivier Le Guyader est à l'écoute. Cette souplesse de l'offre est séduisante et les accords évidemment très réussis. J'ai beaucoup apprécié le lieu, le concept et sa traduction dans l'assiette et le verre, en compagnie de Marie.
A noter, un élément détachable en sous-main, que l'on peut annoter en indiquant ses commentaire de dégustation...
Le 110 propose des thématiques régulières mettant en lumière des gastronomies de région et de pays divers : l'Italie est ainsi à l'honneur jusqu'au 4 août, entre mets et vins italiens. Je vous recommande cet "été italien" aux 110 de Taillevent ! Ce fut, nous concernant, un menu de bonne bistronomie en compagnie de vins italiens.

En entrée, une terrine de saumon, poireau et aneth en gelée, sauce gravlax, accompagné d'un verre de Pecorino "Giocheremo con i Fiori" 2012 Torre dei Beati, Abruzzo. Le plat comme l'entrée sont bien faits et pleins de fraîcheur, vertus "apéritives" évidentes et une agréable entrée en matière. Issu du cépage pecorino (autochtone des abbruzzes, ainsi nommé car les moutons raffolent des baies), le vin est bien équilibré : élégance florale au nez, ample et gras en bouche, mais avec une tension minérale et des notes anisées en accord avec la terrine.
110taillevent_entree.JPGPuis, nous avons dégusté une brandade, poulpes caramélisées, moules, champignons et lard croustillant avec  un Colli Orientali del Friuli "Illivio" 2011 L. Felluga, Friuli. Le plat terre-mer est excellent, très bien cuisiné, gourmand, très "umami" mais avec beaucoup de finesse. Le vin italien en accord est un assemblage de Pinot Blanc, Chardonnay et Piccolit, d'un vigneron célèbre du Frioul, Livio Felluga. Riche, presque exubérant au nez, floral, le vin offre une bouche complexe, d'épices et d'herbes, romarin, sauge, et une belle minéralité se concluant par une légère amertume qui prolonge la finale d'une note un peu "sauvage". Ce vin ne ressemble à aucun autre connu, j'ai vraiment beaucoup aimé !110taillevent_plat.JPG

En dessert, le cheesecake, framboises, sorbet fromage blanc conclut le repas sur une note fraîche et légère, joliment accordé à un verre de Maremma Toscana "Aleatico" S.A. Massa Vecchia, Toscana, vin passerillé 100% Aleatico, un cépage rare qui donne des vins doux et fruités ; celui dégusté est gourmand sur les épices teinté de fruits exotiques, plutôt frais en bouche, aucune lourdeur. Bon accord avec l'acidulé du fromage blanc et la douceur lactée du cheesecake.
110taillevent_dessert.JPGNous terminons le repas sur un verre de Bracchetto d'Acqui 2011 Sant'Evasio, Piemonte, qui nous est offert. Pétillant et doux, des notes de fruits rouges, fraises écrasées, bulles persistantes comme du côté d'Asti, ce vin de dessert (servi sur le tiramisu si mes souvenirs sont bons) n'est pas sans rappeler le Bugey-Cerdon...
Le tandem Olivier le Guyader et Emile Cotte (chef de cuisine) des 110 bénéficient de l'expertise et de
la sublime cave du restaurant gastronomique Taillevent (partage de compétence et économies d'échelles) ; la découverte de vins italiens était un vrai "plus" et le moment partagé savoureux à plus d'un titre !
NB désolée pour la piètre qualité des photos, l'ambiance est intime et la lumière très tamisée...

Les 110 de Taillevent
195, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
Tél. 01 40 74 20 20
Site internet Taillevent

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Gîte et couvert
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 06:49

Porc et palourdes forment un délicieux duo mis en valeur dans la cuisine alentejane au Portugal. En voici une autre version, inspirée de différents mets japonais comme la soupe miso aux palourdes, les palourdes sautées au saké et le chanpon, soupe associant porc, fruits de mer, légumes et nouilles. N'ayant pas tous les ingrédients nécessaires, puisque tout juste de retour d'un séjour parisien, j'ai "bidouillé" cette recette d'inspiration japonaise associant porc et palourdes, saké, sauce soja, sésame, en accord avec un Côtes du Jura blanc, Chardonnay "A la Reine" 2004 du Château d'Arlay, encore vaillant (ces vins-là vieillissent vraiment bien !), avec des notes de fruits secs et un caractère légèrement oxydatif qui fonctionnent bien avec la sauce soja autant que le sésame : bel accord qui nous a régalés.porcpalourdesfaconjaponaise.jpgIngrédients (pour 2 à 3 personnes)
- 2 tranches de porc à griller (toujours le savoureux porc de Romain, de la Ferme Félinoise, vendu au Jas Bio)
- 20/25 palourdes
- la chair d'une petite aubergine (après en avoir grillé plusieurs au four)
- 1 gousse d'ail
- 1 cuillère à café de graines de sésame (ici noir)
- 2 ou 3 cuillères à soupe de sauce soja
- 2 cuillères à soupe de saké
- 4 tiges de ciboulette (ou mieux, cébette)
- huile de sésame
- huile d'olive
Préparation
Frire l'ail émincé dans l'huile d'olive pour l'obtenir croustillant, réserver.
Ajouter une demi cuillère à café d'huile de sésame, y dorer le cochon coupé en cubes avec les graines de sésame. Ajouter ensuite la chair d'aubergine (qui servira de liant à la sauce), arroser de sauce soja. Faire caraméliser.
Ajouter les palourdes et le saké, couvrir et ouvrir les coquillages Ajouter la ciboulette, mélanger. Servir avec un riz blanc et du shiso ciselé.

Partager cet article

Repost 0
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 15:55

J'aime les macarons à petite dose, mais je dois avouer que ceux de Pierre Hermé frôlent la perfection : coque craquante mais très moelleuse, garniture équlibrée, fraîche et généralement pas trop sucrée. Notre été gourmand à Paris nous a conduit à l'un des corners "Pierre Hermé" des Galeries Lafayette, pour y découvrir la collection des Jardins, sans oublier quelques classiques...

PH_jardins.jpg

Parmi les nouveautés, citons Jardin Potager et Jardin Fleuri, ainsi que les macarons veloutés, ces derniers garnis d'une "ganache" à base de yaourt que réveille un coulis fruité, avec une saveur pleine de fraîcheur et subtilement acidulée. Jardin potager associe la pomme, le concombre, la menthe et la roquette dans une crème onctueuse, légère et très fraîche en bouche. Etonnant mais exquis. Jardin fruité (ci-dessous) marie le citron vert et les fruits rouges : crème zestée et confit fruité, un pur délice !

PH macarons jardin

Parmi les classiques, la rose et le jasmin ont eu ma faveur, aux côtés du mythique Mogador (chocolat au lait/passion) et Infiniment chocolat de la collection "les Incontournables de Paris"...

PH_macarons.JPG

Les macarons étaient rangés dans une ravissante boîte, je ne résiste pas au plaisir de vous la montrer :

PH macarons boite

Pierre Hermé

Corners Grands magasins et boutiques (liste ici)
Vente en ligne sur le site Internet

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Gîte et couvert
commenter cet article

Article ? Recette ?