Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 06:43

Les Soul cakes sont les gâteaux traditionnellement destinés aux morts de Samain ou Samhain (en Irlande), équivalent d'Halloween, la fête du nouvel an celte, comme expliqué ici, en chanson... Petits biscuits genre shortbread à base d'épices (noix de muscade, cannelle, gingembre, cardamome..), parfois de raisins secs et marqués d'une croix symbole de l'offrande christique, gage de rédemption pour les morts errants...
Voici une recette ancienne, médiévale, trouvée ici mais qui provient du site historical food.
Edit : cette recette a été éditée sur ce blog le 29 octobre 2015.


Ingrédients

- 340 grammes de farine
- 170 grammes de sucre
- 170 grammes de beurre mou
- 1/2 cuillère à café de cardamome
- 1/2 cuillère à café d'épices en mélange (4 épices)
- 1/2 cuillère à café de noix de muscade moulue
- 1 oeuf
- 2 cuillères à café de vinaigre de vin blanc

Préparation
Mélanger les poudres, sabler avec le beurre et incorporer l'oeuf entier et le vinaigre. Mettre en boule et réfrigérer une vingtaine de minutes.
Abaisser sur 5/7 mm et découper les biscuits ronds, dessiner une croix.
Enfourner environ 20 minutes à 200°C (12/15 minutes à chaleur tournante).
Servir tiède ou froid.

Soul cakes, petits gâteaux de Samhain (recette)

Partager cet article

Repost 0
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 10:41

Le Salon du Chocolat referme ses portes gourmandes ce soir après nous avoir offert un spectacle de haute volée et des dégustations multiples entre cacao d'origines et bouchées culinaires. Retour sur une journée infiniment chocolatée...
La tradition du salon est bien sûr le défilé, auquel je n'ai pu assister mais dont j'ai admiré les robes exposées. A noter la dernière dont la partie basse se compose de mini éclairs. Saluons le travail admirable des artisans chocolatiers qui ont du à maintes reprises effectuer des retouches sur ces tenues fragiles et cassantes.

Robes chocolat du Défilé - Salon du Chocolat, Coiffure Franck Provost / Maquillage Make Up For Ever, Paris 2016

Robes chocolat du Défilé - Salon du Chocolat, Coiffure Franck Provost / Maquillage Make Up For Ever, Paris 2016

L'autre moment fort de ce vendredi 28 octobre était la remise des Awards par le très select Club des Croqueurs de Chocolat. La meilleure chocolatière de l'année 2016 est la bordelaise Hasnaâ Ferreira (ci-dessous à gauche), de la chocolaterie bordelaise Hasnaâ Chocolats Grands Crus (HCGC). Hasnaâ ne propose que des chocolats grands crus ou « pure origine » choisis pour leur richesse gustative et leur typicité. Elle n'utilise aucun conservateur ni arôme artificiel et veille à l'équilibre de saveurs riches et étonnantes comme un praliné à base de coriandre, une ganache au poivre timut...
J'ai souhaité mettre en avant un artisan voisin, basé à Sérignan du Comtat dans le Vaucluse et que je connais sans doute plus pour ses glaces et sorbets que ses chocolats : Jean Benoît Truchot (ci dessous à droite) a reçu l'Award du meilleur chocolatier itinérant pour Chocolat T.

Awards Club des Croqueurs de Chocolat - Salon du Chocolat, Paris

Awards Club des Croqueurs de Chocolat - Salon du Chocolat, Paris

Enfin, un autre moment fort de ce premier jour de salon fut le concours Relais Desserts Charles Proust, qui récompensait des pièces artistiques en chocolat, sucre et pastillage sur le thème « L’artisanat d’art, patrimoine français », (voir ci-dessous), ainsi que des entremets à base de chocolat Guanaja lait et noir de 8 concurrents du monde entier, sous la présidence d'honneur de Jacques Bellanger, vainqueur du Concours en 1978 et Meilleur Ouvrier de France Pâtissier.
 

Pièces artistiques - Relais Dessert Charles Proust -  Salon du Chocolat, Paris
Pièces artistiques - Relais Dessert Charles Proust -  Salon du Chocolat, Paris

Pièces artistiques - Relais Dessert Charles Proust - Salon du Chocolat, Paris

Les pièces ont été jugées par le Jury Artistique présidé par Luigi Biasetto, les entremets par un jury de pâtissiers professionnels présidé par Claire Damon ainsi que par un jury presse présidé par Philippe Toinard, du magazine Fou de Pâtisserie, et un jury Grand Public présidé par Mercotte.
Le Japonais Gen Sasaki a remporté le prix Grand Public et de la dégustation.
Le 1er prix, le Trophée Relais Dessert Charles Proust a été remis à Nicolas Riveau de Valrhona, grand vainqueur du concours 2016, qui remporte également le prix artistique.

Remise des Prix - Relais Dessert Charles Proust - Salon du Chocolat, Paris
Remise des Prix - Relais Dessert Charles Proust - Salon du Chocolat, Paris
Remise des Prix - Relais Dessert Charles Proust - Salon du Chocolat, Paris
Remise des Prix - Relais Dessert Charles Proust - Salon du Chocolat, Paris
Remise des Prix - Relais Dessert Charles Proust - Salon du Chocolat, Paris
Remise des Prix - Relais Dessert Charles Proust - Salon du Chocolat, Paris
Remise des Prix - Relais Dessert Charles Proust - Salon du Chocolat, Paris

Remise des Prix - Relais Dessert Charles Proust - Salon du Chocolat, Paris

Je termine ce premier tour d'horizon "artistique" avec un montage des réalisations des Chocolats Colas en hommage à Louis XIV et Lully.

A suivre, les découvertes japonaises sur le Salon du Chocolat ainsi que des dégustation de chocolats d'origine.

Chocolats Colas - Salon du Chocolat, Paris

Chocolats Colas - Salon du Chocolat, Paris

Partager cet article

Repost 0
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 07:05

Noir ébène ou lait onctueux
Quand sa douceur devient fondante
Et s'offre à ma bouche impatiente
Dans un baiser voluptueux

Je déguste les yeux mi-clos
Et c'est une douce caresse 
Sur ma langue une chaude ivresse
Un plaisir lentement éclos

La gourmandise bien léchée
M'envahissant de ses fragrances
Et c'est une telle jouissance
Que j'en reprends une bouchée !

 

Poème écrit en hommage au chocolat. Le 28 octobre, je suis à Paris sur le Salon du Chocolat. Je vous raconterai...

Le chocolat (poème)

Partager cet article

Repost 0
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 10:25

Les dernières poires du jardin... Des belles Williams particulièrement savoureuses que l'on mange en fruit de bouche mais que l'on accommode également en desserts fruités, chaud ici car l'automne se fait bien sentir désormais (en dépit de la présence de légumes inattendus comme ici ou comme les aubergines dans une recette à venir prochainement). Ces poires, en crumble amande et anis vert, sont réconfortantes, gourmandes et chaleureuses, idéales pour un goûter ou un dessert bien de saison.
Une autre recette ? Une poire farcie au crumble cacao, et pour les amateurs, cette poire en soufflé de châtaigne
Edit je republie aujourd'hui cette recette éditée le 20 octobre 2015. Soyez gourmand !

Ingrédients
- 1 poire
- 45 grammes de beurre
- 40 grammes de sucre rapadura
- 45 grammes de farine
- 45 grammes de poudre d'amande
- 1 cuillère à café de graine d'anis vert + quelques pincées
Préparation
Mélanger les poudre, sabler avec le beurre froid, mélanger les graines d'anis vert, réserver au frais.
Couper les poires en deux, ôter le coeur, les graines. Disposer l'appareil à crumble sur les demi poires, enfourner environ 20 minutes à 190°C, jusqu'à ce que le crumble soit doré. Servir tiède ou un peu plus chaud, selon l'envie du moment et la température extérieure !

Poire, crumble amande et anis vert

Partager cet article

Repost 0
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 08:27

"Elle s'imagina cuisiner dans leur petit four et aligner ses réalisations sur le rebord de la fenêtre. Elle fit savoir que, cuisinière, elle livrait les plats à domicile, et le bouche-à-oreille se répandit qu'elles les réussissait très bien. Elle cessa de nettoyer le linge et, un jour où Alfred se sentait assez bien pour lui tenir compagnie devant ses fourneaux et avait assez d'entrain pour lui parler, il arriva par-derrière et lui murmura que rien au monde n'arrivait à la cheville de leur petit logement, quand elle faisait fondre un morceau de beurre dans la poêle ou y jetait une poignée d'oignons émincés et des carottes en dés."

La cuisinière de Mary Beth Keane (extrait)

La cuisiniere au tablier rouge de Léon Bonvin

La cuisiniere au tablier rouge de Léon Bonvin

Partager cet article

Repost 0
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 06:01

Cette recette de couronne briochée au chocolat a été réalisée de diverses façons, plusieurs fois, toujours sur la même base, tantôt en ajoutant une pâte de chocolat à l'intérieur, tantôt avec du cacao et des éclats de chocolat, soit intégrés à la pâte, soit posés dessus. A vous d'adapter maintenant...

Ingrédients
- 270 grammes de farine
- 50 grammes de sucre blond
- 3/4 de sachet de levure sèche de boulanger (7g) ou 10 grammes de levure fraîche
- 13 cl de lait tiède
- 50 grammes de beurre
- 1 oeuf
- 1/4 cuillère à café de sel
- 15 grammes de cacao

- quelques éclats de chocolat, noir ou lait au goût 
Préparation
Dans un saladier ou le robot, mélanger la farine, le cacao, le sel et le sucre.
Tiédir le lait et ajouter la levure fraîche, bien mélanger pui ajouter l'oeuf battu. Mélanger à la farine.
Ajouter enfin le beurre coupé en petits morceaux.
Pétrir la pâte pendant 10 minutes environ (la pâte reste un peu collante, c'est normal).
Placer la pâte dans un saladier et couvrir d'un linge. Laissez la pâte doubler de volume 1 heure environ dans un endroit chaud. Dégazer.
Verser la pâte dans un moule à savarin beurré, ajouter les éclats de chocolat. Laisser étuver encore une demi heure. Enfourner à 180°C environ 25/30 minutes. 

Couronne briochée au chocolat

Partager cet article

Repost 0
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 16:11

Le crabe (tourteau) est souvent très long à préparer et l'on manque parfois de courage. Aussi, quand on en trouve de vraiment bon chez la poissonnière (pas les conserves de grande surface, surtout !), on se laisse tenter... Un classique mayonnaise/citron/raifort/granny smith en base pour une entrée. Et un autre classique crabe-courgette, mais revu au pistou et dégusté tiède. Cette salade tiède de crabe, légumes, pistou se prépare très vite dès lors que vous avez du crabe déjà décortiqué, donc...
En version chaude, il y a aussi la soupe de crabe, le crabe farci les crab cakes, ultra gourmandise !

Ingrédients
- 150 grammes de crabe
- 1 petite courgette
- 1 carotte
- 60/80 grammes de riz cuit
- 2 cuillères à soupe de pistou (ou pesto...)
- persil
- 1 trait de jus de citron jaune
- huile d'olive
- sel, poivre blanc
Préparation
Tailler la courgette en tagliatelles et râper la carotte.
Mélanger avec le riz cuit, le pistou, réchauffer sur feu doux, ainsi que le crabe.
Ajouter une cuillère à café de persil haché.
Saler, poivrer, ajouter un trait de jus de citron. Rectifier l'assaisonnement et servir tiède.

Salade tiède de crabe, légumes, pistou

Partager cet article

Repost 0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 08:33

La fleur de sureau se dissimule dans bon nombre de recettes salées ou sucrées, mais cette tentative est la première du genre : un gâteau à base de lait infusé et de sirop de fleur de sureau. Ma crainte : la cuisson fera-t-elle disparaître la saveur typée et florale ? Elle est présente, mais subtile et comme projetée dans le "socle" lacté du gâteau, saveur renforcée par la présence clairsemée de fleurs sur le gâteau poudré de sucre glace.
La base en est le gâteau au lait chaud d'Isa, testé aussi par Carole. Si les filles voient leurs versions chocolatées, je suis bonne pour en faire un nouveau !
Pour la version au cacao, il suffit d'ajouter 50 g de cacao au lait chaud.
Edit 11/10 2016 je viens d'en refaire avec de 5 gouttes d'huile essentielle de verveine et le zeste d'un demi citron jaune, un pur délice !
Ingrédients
- 4 oeufs
- 300 grammes de sucre
- 240 grammes de farine
- 2 cuillères à café de poudre à lever
- 2 pincées de sel
- 200 ml de lait (infusé avec de la fleur de sureau, une corymbe suffit, selon la taille)
- 50 ml de sirop de sureau
- 2
cuillères à soupe de beurre
Préparation
Fouetter les oeufs avec le sucre jusqu'à ce que le mélange devienne pâle et très crémeux. Puis, incorporer le mélange farine-sel-levure, tamisé ensemble. 
Faire chauffer le lait sans bouillir, ajouter le beurre et bien mélanger à l'appareil. Verser dans un moule à charnière beurré.
Enfourner environ 25/30 minutes à 180°C (plutôt 35 pour moi pour la version sans cacao, à ajuster donc...). Laisser tiédir, démouler et laisser refroidir avant de poudrer de sucre glace et de parsemer de fleurs de sureau.

Gâteau au lait chaud, parfumé à la fleur de sureau

Partager cet article

Repost 0
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 09:27

Ce dessert fait la part belle au coing, dessert subtil, très parfumé et envoûtant, qui se marie divinement avec les arômes floraux. Il est ici poché à l'hibiscus et à la rose, accompagné de choux farcis de faisselle de chèvre au miel mais avec une ganache au chocolat blanc (comme ici, sans le wasabi, ou cette fausse ganache) ou encore un namelaka, c'est très bien aussi...
Ce dessert de coing, hibiscus et rose, petit chou, faisselle de chèvre et miel se déguste avec un Rasteau VDN blanc ou si vous optez pour la ganache au chocolat blanc, avec un Champagne à dominante de pinot meunier (idéalement 100% et millésimé...). Bonne dégustation !
Ingrédients
pour la crème
- 200 g de faisselle bien égoutée
- 35 g de miel
- 15 g de jus de citron
- 3 g de gélatine
pour le coing
- 100 g de coing taillé en bâtonnets ou en dés
- 20 g de miel
- 1/2 cuillère à café d'hibiscus séché
- 1 cuillère à café d'eau de rose
pour les choux voir cette recette (avec des pralines roses ou des éclats d'amande seulement)

 

 

Coing, hibiscus et rose, petit chou, faisselle de chèvre et miel

Préparation
Mettre le coing en morceaux/lamelles à couvert avec de l'eau, le miel, les fleurs d'hibiscus. Quand le fruit est cuit mais encore ferme, ajouter l'eau de rose et prolonger à feu doux, jusqu'à ce que le coing soit tendre. Réserver.
​Préparer les choux, selon la recette indiquée en lien
 ci-dessus.
Chauffer doucement le jus de citron et dissoudre la gélatine ramollie préalablement. Ajouter le miel. Laisser refroidir et mélanger avec la faisselle. Laisser prendre au frais.
Farcir les choux de faisselle, Servir à l'assiette, disposer les coings à température ambiante ou éventuellement tiédis. Réduire le jus de cuisson et déposer quelques gouttes ou traits de sirop ainsi obtenus.

Partager cet article

Repost 0
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 16:04

La bourride est un plat emblématique du sud de la France, plutôt côté Languedoc mais on en trouve en Provence, et bien sûr elle figure dans le livre de JP Reboul, la cuisinière provençale. Il s'agit d'un mets de poisson, de roche, seiche ou lotte, notamment, servi dans un bouillon safrané. Un délice haut en couleurs et en saveurs dont figure cet exemple sur le blog, à base de seiche et moules, fèves et pomme de terre (cette dernière étant l'accompagnement classique). Aujourd'hui, il s'agit d'une bourride de seiches, pommes de terre, haricots verts, bouilon safrané, rouille. Divin et chaud, avec la gourmandise de la rouille, car il n'a échappé à personne que nous glissons insensiblement dans l'automne. Bientôt les courges et les châtaignes... 
Ingrédients
- 3 blancs de seiche frais
- 6/8 petites pommes de terre cuites à l'eau, pelées

- 1 poignée de haricots verts cuits
- 1 belles gousse d'ail
- 2 cuillères à soupe de pâte de tomate maison (sauce très concentrée, idéale pour la pizza, les coupes etc)
- 10/12 filaments de safran
- 2 pincées de paprika
- 2 pincées de piment doux (italien Lombardo ou piment d'Espelette)
- huile d'olive
- sel
pour la rouille, cette recette par exemple
Préparation
Faire infuser le safran dans l'eau chaude (voir ici).
Dans une grande quantité d'eau (500 ml environ), porter à ébulltion l'ail dégermé, puis ajouter la tomate et le paprika, saler, baisser le feu, ajouter la seiche coupée en lamelles, laisser cuireune heure environ, jusqu'à ce qu'elle soit bien tendre. Ajouter alors le piment au goût, les petites pommes de terre, les haricots verts coupés en morceaux. Réchauffer doucement les légumes dans le bouillon, puis ajouter le safran. Bien mélanger et servir chaud.

Comme une bourride : seiche, pommes de terre, haricots verts, bouilon safrané, rouille

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?