Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 07:02

Le rouget se mange souvent cuit, mi-cuit ou frit, mais il peut aussi se désguter cru, mariné relevé par exemple d'une gremolata, persillade italienne, ou comme dans la recette du jour, mariné au citron vert, gingembre et cébette, très simple et frais.
Ingrédients
- 2 rougets, filets levés, désarêtés
- 1,5 cuillères à soupe d'huile d'olive
- 1 cuillère à café de jus de citron vert
-  gingembre 1 cm environ au goût)
- 1 cébette
- sel

Préparation
Arroser les filets de rouget d'huile d'olive et de jus de citron, laisser mariner au frais au moins une heure.
Hacher le persil, mélanger avec l'ail émincé, le zeste d'orange finement râpé, ajouter un trait d'huile d'olive, saler, poivrer au goût. Servir les rougets revenus à température avec la gremolata. Bon appétit !

Rouget mariné au citron vert, gingembre et cébette

Partager cet article

Repost 0
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 06:46

La fille du geôlier revint quelques heures plus tard avec un plateau chargé d'une tasse de thé bien chaud et agréablement parfumé, et d'une pleine assiette de tartines épaisses et bien grillées des deux côtés, beurrées de telle sorte que le beurre coulait en grosses gouttes dorées par les trous du pain comme le miel d'un rayon. L'odeur de ces toasts dorés évoquait avec éloquence bien des choses à Mr Crapaud ; elles lui évoquaient les cuisines bien chauffées, les petits déjeuners pris lors de clairs matins froids, les soirées au coin du feu, quand on se repose d'une longue marche, les pieds au chaud dans ds pantoufles posés sur des chenets ; elle lui évoquait aussi le ronronnement des chats repus et le gazouillement des canaris avant qu'ils s'endorment.

Kenneth Grahame (Le vent dans les saules)

Toast by Kenneth Grahame

Partager cet article

Repost 0
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 12:07

Un peu dans l'esprit italien du vitello-tonnato voici un terre-mer iodé, une fraîche salade de veau et concombre, anchois, salicorne et citron. Acidulé, salé, frais avec le concombre, très agréable en bouche, pour amateur du genre... Bon week-end !
Ingrédients
- 1 escalope de veau
- 1 cuillère à soupe de salicornes (ou plus, selon le goût)
- 1 anchois au sel (ou 3 filets à l'huile, selon la taille)
- 1 concombre
- 1 cuillère à soupe de jus de citron
- 1 cuillère à café de citron confité haché
- QS pignons torréfiés
- huile d'olive
- sel (ici gomasio aux algues), poivre blanc
Préparation
​Dessaler l'anchois.
Cuire les escalopes à l'huile d'olive, saler. Les tailler en lamelles; mélanger avec la salicorne coupée en morceaux et le concombre émincé au rasoir, façon tagliatelles. Ajouter 2 cuillères à soupe d'huile d'olive, le jus de citron, le citron confit, poivrer légèrement et ajouter les anchois dessalés, bien essuyés et hachés grossièrement. Bien mélanger, poivrer au goût et parsemer d'éclats de pignons.

Salade de veau et concombre, anchois, salicorne et citron

Partager cet article

Repost 0
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 07:07

Où sont la mûre et la prunelle
Lime varech âpres délices
Et l’enfance qui sait errer
Sur des épines plus petites
Que le bois ramassé pour rien
Où sont les noix
Dont on ne casse pas la coque
Où est la bête au manteau froid
La lie la mort des fruits
Qui fertilisera les nèfles

Un vent très doux
S’affale sur les fleurs trop mûres

Azure le sein du cassis
S’enivre de l’odeur des coings

Est-ce la transparente mue
Qui déçoit les voleurs dans l’arbre
Va-t-on donner son sang pour rire

Le rêve manger l’immangeable
Sortir fier d’un palais penaud.

Paul Eluard (in Les Mains Libres, illustré par Man Ray)

Fruits, Man Ray

Fruits, Man Ray

Partager cet article

Repost 0
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 16:21

Simplissime, cette entrée d'aubergine et tomate marinées, menthe, chèvre (ou plat végétarien) peut se préparer à l'avance, en cuisant les aubergines au four puis en faisant mariner avec les tomates. Je prépare la même chose en variant les herbes et les fromages : burrata-thym ou origan-parmesan par exemple. On peut aussi ajouter au choix olives vertes ou noires, anchois...
Ingrédients (pour deux)
- 1 aubergine
- 1 ou 2 tomates
- menthe fraîche
- 1 chèvre mi sec ou plus frais
- huile d'olive
- sel, poivre ou piment
Préparation
Trancher l'aubergine en longueur sur 6/7 mm d'épaisseur. Arroser d'huile d'olive, poudrer de gros sel, de thym ou d'origan, et enfourner à 180°C pour 25 minutes environ. Laisser refroidir.
Dans un récipient, alterner les tranches d'aubergines avec des tranches de tomate crue et de la menther ciselée, arroser d'huile d'olive. Réserver au frais. Ajouter des tranches/copeaux de fromage et parsemer de menthe fraîche au moment du service.

 

Aubergine et tomate marinées, menthe, chèvre

Partager cet article

Repost 0
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 15:40

Anis et menthe font bon ménage, notamment en infusion d'été, à foir frais. Et pour condimenter un plat, salé ou sucré. Ici, un rien d'anisette, de la menthe fraîche et du melon, rien d'autre !
Compter une cuillère à soupe d'anisette et environ autant de menthe fraîche pour un demi melon. Le basilic au lieu de la menthe, pensez-y, cela fonctionne très bien aussi...

L'idée du dimanche soir : melon, anisette, menthe (ou basilic)

Partager cet article

Repost 0
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 07:05

A la faveur d'un pique nique vespéral sur les hauteurs de Montpellier, sur l'esplanade du Peyrou, j'avais préparé une fougasse garnie. J'avais fait monté la pâte le matin même, mais au moment de la cuire, j'ai fait sauté les plombs de la cuisine dans laquelle je me trouvais : plus de four ni même de plaque de cuisson où cuire la fougasse. Qu'à cela ne tienne, j'ai déjà cuit plein de choses sur la pancha, la fougasse allait y passer aussi, on verrait bien...
On a vu, on a goûtu, légère sous cuisson mais très bon, moelleux, rien à dire, à refaire ! Cetet fougasse était à base de cébettes, un peu comme ici, sauf qu'il s'agissait ici d'une fougasse garnie, à la plancha donc.
Ingrédients
pour la pâte de base, toujours la même (depuis feu mon levain Jules).
- thym, romarin, piment doux séché (Lombardo ou Espelette), gros sel, huile d'olive
- 2 ou 3 cébettes selon la taille
- huile d'olive
Préparation
Préparer et laisser lever la pâte. Dégazer, parsemer de thym et romarin ciselé finement.
Tailler les cébettes grossièrement, faire revenir dans l'huile d'olive, saler légèrement, laisser refroidir.
Abaisser le pâton etdéposer les cébettes sur la moitié, replier, marquer les entailles, badigeonner d'huile d'olive, et poser sur la plancha chaude. Laisser cuire environ 10/12 minutes d'un côté, environ 8/10 de l'autre. Badigeonner d'huile d'olive, saler et pimenter au goût. On peu ajouter un peu de thym frais encore.

 

Fougasse garnie, à la plancha !

Partager cet article

Repost 0
29 juillet 2016 5 29 /07 /juillet /2016 09:46

L'été avance avec son cortège de rencontres, de découvertes, de moments vécus qui me tiennent éloignée de ce blog, où je glisse un oeil de temps à autre, me disant, quand même, il faudrait bien poster les belles choses que j'ai cuisiné ou ces petites choses simples, fraîches et astucieuses que j'ai aimées... Comme cette salade de boeuf et concombre, gingembre et menthe, sans prétention mais si vite faite et si rafraichissante !
Ingrédients
- 1 steack
- QS sauce soja
- 1 cm de gingembre (râpé à la microplane)
- 1 concombre
- 1 cuillère à café de menthe ciselée + quelques feuilles
- huile d'olive
- sel parfumé type gomasio (ou pas), poivre au goût (facultatif)
Préparation
Tailler le concombre en tagliatelles, saler, réserver au frais pour faire dégorger un peu.
Faire mariner la viande dans la sauce soja et le gingembre, 20 minutes environ.
Saisir la viande taillée en lamelles (que l'on peut ensuite retailler plus fin). Arroser de la marinade, laisser refroidir. Mélanger avec le concombre, ajouter la menthe fraîche, vérifier l'assaisonnement et réserver au frais. Parsemer de quelques feuilles de menthe ciselée au moment. 

Peut se préparer la veille, s'emporter sur la plage, en pique nique etc...


 

Salade de boeuf et concombre, gingembre et menthe

Partager cet article

Repost 0
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 05:48

Un gâteau à la rhubarbe chasse l'autre. Renversé également celui-ci a pour base un financier et s'enrichit de sirop de coquelicot (maison). Acidulé à la saveur de friandise, ce gâteau-financier rhubarbe et sirop de coquelicot a été partagé avec les mêmes amis que le précédent qui ont semblé l'apprécié presque davantage ! De mon point de vue, la rhubarbe est irrésistible, quelque soit la préparation...

Ingrédients
- 6 blancs d'oeufs
- 180 grammes de sucre
- 45 grammes de beurre fondu
- 25 grammes de purée d'amande
- 80 grammes de farine
- 70 grammes de fécule de maïs
- 50 grammes de poudre d'amande
- 1 cuillère à café de poudre à lever
- 2 tiges de rhubarbe
- 3 à 4 cuillères à soupe de sirop de coquelicot

Préparation
Battre les blancs d'oeufs en neige ferme. Faire fondre le beurre avec la purée de cacahuète.
Mélangez sucre, farine, fécule et poudre d'amande, ajouter le mélange beurre fondu/purée d'amande. Incorporer les blancs d'oeufs avec délicatesse.
Entretemps cuire la rhubarbe effilée et coupée en morceaux dans le sirop de coquelicot.

Déposer la rhubarbe dans un moule souple ou beurré et fariné (garder le jus de cuisson), puis verser la pâte. Enfourner à 170/180 degrés durant 40/45 minutes. Démouler et napper du jus de cuisson sirupeux de la rhubarbe. Déguster tiède ou refroidi.

Gâteau-financier rhubarbe et sirop de coquelicot

Partager cet article

Repost 0
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 06:55

Quand un chroniqueur gastronomique et blogueur se met en cuisine, cela donne parfois un très beau résultat comme Table de Bruno Verjus (Food Intelligence).Cuisine du marché, bistronomique, de grande qualité, haute en couleurs et saveurs, une cuisine de coeur, intuitive comme j'aime et partagée avec Marie-Pierre (Very easy kitchen) pour son anniversaire. Au menu, produits de saison et quelques raretés, beaucoup de sourire en cuisine (celle-ci est ouverte et quand on glisse un oeil, c'est un ballet bien orchestré auquel on assiste). L'on assiste même au baptême de Table pour une toute jeune fille, charmante, qui y fera la saison. Et Bruno Verjus nous offre le Champagne pour fêter les (bip) ans de ma comparse. Excellent moment en belle compagnie autour de mets aux cuissons précises et à l'habillage poétique, cuisine d'émotion, vins ad hoc.

Asperges blanches d'Anjou, pochées au bouillon, crème de parmesan, jaune d'oeuf osmosé à l'eau de mer, huile d'orange, tuber aestivum. La truffe d'été (je m'en suis rendue compte à mon retour en Vaucluse) est peu expressive cette année. Mais l'ensemble est d'une belle harmonie.

Un été gourmand à Paris (édition 2016) : Chez Bruno Verjus, Table

Girolles, sautées au beurre cru de vache Rouge des Flandres, émulsion de crème de parmesan, burrata, huile d'épines de pin Douglas, oxalis. Sublimes produits, rares, fondantes girolles, charnues, beaucoup de plaisir.

Un été gourmand à Paris (édition 2016) : Chez Bruno Verjus, Table

Du maccabeu pour arroser nos entrées, du négociant Vinoceros, fruité blanc/jaune, pointe oxydative et un peu saline, bon accord avec les asperges blanches comme les champignons.

Un été gourmand à Paris (édition 2016) : Chez Bruno Verjus, Table

Thon rouge Atlantique de Saint Jean de Luz pêché à la canne, en tartare, vinaigre de riz infusé de piment Sambal Oelek, écrasée de cassis. Le thon rouge est désormais un mets tellement rare qu'il se déguste (une fois par an en moyenne me concernant). Ici, irréprochable vu le mode de pêche. Tartare taillé gros qui offre aux dents le charnu et la sensualité de cette chair sublime, ponctué de cassis à peine mûr qui fera l'accord avec le vin, rouge et léger, fruité.

Un été gourmand à Paris (édition 2016) : Chez Bruno Verjus, Table

Saint Pierre de l'île d'Yeu, mousseline de chou fleur graffiti et gingembre, concombre et cassis, légumes au sautoir annoncé mais l'acompagnement était celui de l'agneau : mousseline de carotte, orange et safran, très bonne au demeurant. Et sans doute une purée de persil pour la couleur. Joliment cuisiné, un peu en deça du vin proposé qui est une "bombe".

Un été gourmand à Paris (édition 2016) : Chez Bruno Verjus, Table

Les vins en accord, très belle harmonie entre le thon rouge-cassis et le Morgon ; un peu trop exubérant pour le Saint Pierre, le Bourgogne "les Bigotes", explosif et long en bouche, très belle découverte pour toutes les deux.

Un été gourmand à Paris (édition 2016) : Chez Bruno Verjus, Table

Les légumes (et fruits) accompagnant nos plats : colorés et croquants, cuissons justes, de la saveur.

Un été gourmand à Paris (édition 2016) : Chez Bruno Verjus, Table

Cerises Rainier, en giboulée, infusée d'hibiscus et basilic pourpre, crème glacée à la pistache, éclats de pistache. La couleur des cerises est intrigante, je m'interroge sur la variété, sont-elles aigrelettes ? Rainier ressemble à Napoléon, grosse, charnue, sucrée, c'est l'infusion qui lui donne cette couleur plus claire. C'est un dessert gourmand, justement sucré et la pistache a la saveur des pistaches de Sicile...

Un été gourmand à Paris (édition 2016) : Chez Bruno Verjus, Table

Fraises des jardins de Morainvilliers, straciatella, hibiscus, huile d'olive infusée à l'huile essentielle de bigarade, crème glacée à l'oseille fraîche. Beaucoup de fraîcheur et dans ce dessert que vient souligner la glace à l'oseille. Inspirant...

Un été gourmand à Paris (édition 2016) : Chez Bruno Verjus, Table

Vraiment une excellente "Table" que je recommande, dans un coin du 12ème arrondissement de Paris qui regorge d'autres bonnes adresses mais j'en reparlerai... A noter que le pain au levain est fait maison, à base de farine de blés anciens de Roland Feuillas, et qu'il est divin.

Table
3, rue de Prague
75012 Paris
Site

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?