Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 06:22

L'édition de Printemps des Rencontres Gourmandes de Vaudieu, organisées par le chef Eric Sapet et le vigneron Laurent Bréchet, ont eu lieu entre Laurent Deconninck de l'Oustalet à Gigondas, Clément Bazin de l'Auberge du Beaucet à Pernes les Fontaines et Rémi Fabre de l'AOC à Avignon (bar à vin également à Villeneuve les Avignon), en compagnie de l'acteur Serge Dupire et de l'ancien footballeur Eric Di Meco. Le principe de ce concours de jeunes chefs est de faire connaître ces derniers, de les faire sortir de leur cuisines respectives, de les faire rencontrer d'autres personnes et se rencontrer entre eux. L'entraide est de mise en cuisine et lors du dressage, comme on le voit ci-dessous :

vaudieu_3chefsencuisine.JPGMalgré tout, cela reste un concours, amical certes, mais où les chefs doivent travailler des produits de saison et accorder les mets proposés avec des vins imposés. Chacun des chefs tirent au sort l'entrée, le plat ou le dessert.
L'entrée à base de lotte et d'asperges vertes et blanches en accord avec le Châteauneuf-du-Pape blanc Château de Vaudieu Clos du Bélvédère 2009 a été préparée par Laurent Deconninck qui a réalisé une "lotte vapeur aux asperges blanches et vertes sur un fumet au lait de coco et gingembre rose". L'accord doit beaucoup à la note exotique de coco et gingembre. L'entrée est servie chaude sur un lit de topinambours un peu croquants.

vaudieu_entree.JPGLe plat (figure imposée : le veau et 2 garnitures à base de légumes verts) à accorder avec le Châteauneuf-du-Pape Château de Vaudieu rouge 2009 a été cuisiné par Clément Bazin : le "quasi de veau en cuisson lente, gâteau de pois gourmands à la coriandre, petits pois et oignons grelots glacés, réduction de rasteau" est servi avec des galettes de risotto de petit épeautre délicieuses. La coriandre, subtilement intégrée conduit une partie de l'accord plutôt réussi, avec les notes épicées du vin. On peut en revanche se poser la question de la sauce au Rasteau ?

vaudieu_plat.JPG

Pour le dessert (chaud ou chaud/froid avec feuilletages et agrumes) en accord avec le Muscat de Beaumes de Venise 2008 de Durban, c'est Rémi Fabre qui propose un millefeuille yuzu et fraise, granité à l'orange et madeleines aux agrumes. Le granité qui fonctionne à merveille avec les madeleines manque de sucre ce qui fait ressortir l'amertume du fruit et heurte le vin, l'accord manque d'harmonie. Ce sont les madeleines qui se marient le mieux avec le Muscat.

vaudieu_dessert.JPG

Photo de famille, à l'heure de la révélation du lauréat : c'est Laurent Deconninck qui l'emporte avec l'entrée. A suivre, la "belle" entre les lauréats des 3 sessions de l'année 2011/2012. A l'issue du concours, Laurent Bréchet annonce que la Newsletter du Château de Vaudieu nous donnera des nouvelles de tous ces jeunes chefs qui ont participé aux Rencontres Gourmandes depuis 3 ans. Avis !

vaudieu_groupe.JPG

Partager cet article

Repost 0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 08:45

Aujourd'hui, je vous emmène en Chine avec mes dim sum préférés, les ha kao (har gau), ces bouchées vapeur aux crevettes bien parfumées, aussi nommés ravioli "cristal" en raison de la "translucidité" de la pâte. Celle-ci est généralement un mélange de farine de riz et de tapioca que l'on peut trouver toute prête en magasin asiatique, ou de la fécule de blé. J'utilise ici un mélange de farine de froment et farine de riz, deux farines que l'on trouve en magasin bio et qui fonctionnent assez bien pour cette recette. Pour d'autres bouchées vapeur, je vous recommande aussi les bao, salées ou sucrées. Et j'ai un faible pour les tang yuan à base de farine de riz gluant...hakao1.jpgIngrédients
pour la pâte
- 120 grammes de farine de froment
- 25 grammes de farine de riz + un peu pour le façonnage
- 1 cuillère à café d’huile d’olive
- 2 cuillères à café de fécule de maïs
- huile pour le façonnage
pour la farce
- 12 crevettes roses
- 1 cuillère à soupe de blanc d'œuf
- 1 cuillère à café de maïzena
- 1 cuillère à soupe de sauce soja,
- 1 cuillère à soupe de cébette émincée
- ½ cuillère à café de gingembre haché environ
- 1 cuillère à soupe de coriandre ciselée
Préparation
Pour la farce, hacher la moitié des crevettes assez finement, au couteau. Incorporer la fécule, la sauce soja, la coriandre, la cébette et le gingembre. Couper le reste des crevettes en morceaux pas trop gros.
Pour la pâte : mélanger les ingrédients et incorporer rapidement 120 ml d’eau bouillante.  Abaisser sur du papier sulfurisé enduit d’huile  (ajouter farine de riz si besoin) et découper à l’emporte-pièce ; placer au centre 1 cuillère à café de farce et 1 morceau de crevette, refermer en demi-lune. Poser les ravioli sur du papier sulfurisé en les espaçant. Cuire 10 minutes à la vapeur. Déguster tiède avec de la sauce piquante, de la sauce soja ou de la sauce hoisin.

Partager cet article

Repost 0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 05:19

Mesdemoiselles oseille et pimprenelle sont de sortie aujourd'hui, la première provient du jardin de mon père, la seconde du mien ! Je les ai réunies dans une tarte toute verte, acidulée, légèrement tannique (mais moins qu'en soupe chaude oseille-ortie ou qu'en soupe froide oseille-radis). Accompagnée de mesclun d'ici, elle compose une délicieuse entrée ou un plat principal d'un dîner végétarien... tarteoseillepimprenelle.jpgIngrédients
- pâte brisée (ici 200 grammes de farine, 60 ml d'huile d'olive, 1 cuillère à café de sel, 1 cuillère à café de thym, eau froide)
- 250 grammes d'oseille blanchie et bien essorée (ici cuite ? et congelée par mon père)
- 3 oeufs
- 1/2 cuillère à café de curcuma (facultatif)
- 60 grammes de crème liquide
- 2 ou 3 brins de pimprenelle
- sel, poivre
Préparation
Foncer un moule à tarte de pâte, piquer et réserver au frais.
Mixer l'oseille, les oeufs, la crème, assaisonner de curcuma, sel, poivre, et verser sur l'a pâte. Enfourner environ 20/25 minutes à 200°C. Servir tiède ou chaud (mais complètement refroidi c'est très bon aussi !) et parsemer de pimprenelle fraîche.

Partager cet article

Repost 0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 05:40

Il y a une dizaine de jours, nous souhaitions sortir en tête à tête pas trop loin, entre l'animation aux Plantes rares et Jardin naturel de Sérignan et le marché aux vins de Cairanne le lendemain matin... Nous sommes retournés chez Laurent Azoulay, au Saule Pleureur à Monteux, une table que nous avions apprécié pour son inventivité, sa précision, la qualité des produits et l'accueil ; le chef notamment est d'une grande gentillesse et très disponible (après le service bien sûr). Après ce menu tout homard au Champagne, nous avons goûté les plaisirs printaniers lors d'un dîner haut en couleurs (auquel les photos ne rendent pas hommage, hélas) et en saveurs !
Pour l'apéritif, nous avons accompagné une flûte de Champagne d'une crème de courgette en cappuccino de curry, de moelleux au Comté et de saumon mariné à la sauce soja. De bons accords surtout pour les deux premières amuse-bouche.

laurent_azoulay_amusebouche.JPG

Le début de repas est marqué par le fenouil, en velouté et crème glacée (rien d'étonnant, ce légume ouvre l'appétit), suivi d'un oeuf de caille entouré une très fine tranche de jambon.

laurent azoulay misebouche

Première entrée, superbe, colorée, champêtre : les asperges vertes "les demoiselles" de Robert Blanc, oeuf de poule à 64°C, hollandaise crémeuse. Cuissons parfaites, le détail en plus : une "gelée" d'asperge (velouté d'asperges vertes crémé et gélifié) et des fleurs qui valorisent cette entrée magnifiquement.

laurent_azoulay_entreeasperge.JPG
L'autre entrée : les langoustines bretonnes croustillantes, basilic/citron, tartare de tomates de provence, gazpacho relevé de safran. Beaucoup de saveur pour cette entrée copieuse : outre le croustillant servi dans l'assiette, il y a 3 autres croustillants ! Le tartare est cru-cuit-confit, bien relevé et le gazpacho est à l'avenant. Très bon.

laurent_azoulay_entree2.jpg

Entre deux, pour lui : cappucino foie gras-petit pois mentholé, j'adore ce mariage de saveurs avec la menthe qui donne du peps au foie gras (j'avais testé cet automne), le petit plus, les morceaux de fois gras qui offre de la mâche, la texture n'est pas toute lisse et c'est tant mieux ! Et la tuile très verte, bien croustillante apporte une note de fraîcheur au palais.

laurent_azoulay_petitpoisfoiegras.JPG

Second plat au menu : les coquilles Saint Jacques juste saisies, petits violets de Provence façon barigoule au chorizo Bellota, jus relevé. Joli, gourmand, avec la profondeur de l'artichaut décliné également en purée, la puissance mesurée du bellota, la finesse de la Saint Jacques et son intégrité gustative, c'est un plat très réussi.

laurent_azoulay_plat.JPG

Côté viande, le pigeonneau fermier de Sarrians, en fine croûte de muesli, gnocchi au vert, jus réduit cacao-huile d'argan. le pîgeonneau est  d'une grande tendreté, cuisson parfaite et tout en finesse. Le jus est concentré et le vert est décliné ici aussi en gnocchi, purée et légumes frais, al dente.

laurent_azoulay_canard.JPG

Autre viande, la poitrine de cochon fermier du Ventoux, confite puis laquée aux épices, crème de boudin, vert, jus de cuisson : une cuisson lente la nuit (7/8 heures) procure évidemment une grande tendreté, un fondant incomparable ; l'assiette est équilibrée entre les notes "vertes" des légumes et la crème de boudin, le tout est très gourmand.

laurent-_azoulay_plat2.JPG

Après une assiette de fromage pour Monsieur, les desserts ; le premier est tout chocolat : les chocolats de la chocolaterie de l'Opéra meringue, fondant, crémeux, croquant, froid... sorbet au cacao intense. Bien  fait et très chocolaté, pour amateurs du genre !

laurent_azoulay_chocolat.JPG

Les fraises de Carpentras en déclinaison, meringue, crumble, gelée, sorbet, émulsion. le truc en plus, la barbe à papa, ludique et une fraise confite au miel. C'est frais et fruité, parfait pour moi en final de ce repas ! Avec quelques mignardises gourmandes et un petit cadeau du chef pour le petit déjeuner, une touchante attention...

laurent_azoulay_dessertfraise.JPG

Le Saule Pleureur
145 Chemin Beauregard
84170 Monteux
04 90 62 01 35
Site Internet

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Gîte et couvert
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 05:40

Déjà le premier fraisier de la saison avec des fraises d'ici des Pajaro, dans une pâtisserie pour 10/12 personnes, en dépit du temps pluvieux et un peu froid de cette fin d'Avril. Le fraisier 2012 sera pistaché ou ne sera pas (en partie pour mon père qui aime la pistache et adore le fraisier). La crème mousseline est parfumée de façon subtile, et le fraisier est "coiffé" de crème fouettée pour une raison de temps : je n'ai pas eu le temps de soigner ma présentation comme je le désirais. J'ai revu à la baisse la quantité de beurre et remplacé une partie du sucre par du fructose. Mais cela reste un dessert calorique, ne nous voilons pas la face ! NB la photo ci-dessous a été prise le lendemain, la crème s'était un peu affaissée...
D'autres fraisiers ? Le fraisier-kubik 2011 ou ce tout petit fraisier décoré de pâte à sucre et de guimauve à la fraise.

fraisierpistachecremefouettee.jpg

Ingrédients
- 700 grammes de fraises

pour le biscuit amande

- 20 grammes de beurre
- 90 grammes de sucre glace
- 150 grammes de poudre d’amande
- 25 grammes de farine
- 10 grammes de fructose
- 2 blancs d’œuf
- 3 œufs
pour la crème mousseline

- 300 ml de lait

- 3 gros jaunes d'œufs
- 60 grammes de fructose
- 70 grammes de farine
- 3 cuillères à soupe rases de pâte de pistache
- 180 grammes de beurre
- 2 grammes de gélatine
pour la crème fouettée
- 120 ml de crème liquide
- 2 cuillères à soupe de fructose

Préparation
Préparer le biscuit : faire fondre le beurre et laisser refroidir. Mélanger le sucre glace, la poudre d’amande, la farine, ajouter les 3 œufs et mélanger bien. Monter les blancs d’œuf en neige avec le fructose et incorporer au mélange. Ajouter le beurre fondu. Etaler sur un silpat et enfourner 8 minutes à 210°C. Démouler après refroidissement sur du papier sulfurisé puis découper au format d'un cadre à pâtisserie.

Pour la crème, faire bouillir progressivement le lait. Battre les jaunes d'oeufs avec le fructose, puis incorporer la farine. Verser le lait bouillant sur le mélange, en plusieurs fois en remuant vivement et remettre sur la casserole en ajoutant la pâte de pistache. La dissoudre, puis porter à ébullition et cuire la crème 2-3 minutes, sans cesser de remuer. Ajouter 60 grammes de beurre en morceaux, mélanger, puis la gélatine préalablement ramollie dans de l'eau froide.
Réserver dans un plat, laisser refroidir et filmer au contact. Réserver au frais. Fouetter le reste du beurre en pommade, au fouet du robot, puis incorporer la crème pâtissière refroidie en plusieurs fois, en battant à vitesse réduite. Augmenter la vitesse pour "aérer" la crème, jusqu'à ce qu'elle devienne très pâle. Réserver au frais.

Monter le fraisier en moulant le socle dans un cadre à pâtisserie, chemisé de papier sulfurisé ou de rhodoïd. Placer des demi-fraises tout autour du cadre. Alterner crème mousseline à la pistache et fraises. Battre la crème avec le fructose et terminer de décorer de crème fouettée et de fraises. Réserver au frais jusqu'au service.

Partager cet article

Repost 0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 10:32

La semaine a beau être dense, nous avons reçu hier soir deux charmants grands-parents accompagnés de leurs non moins charmants petites-enfants. Mon amie Geneviève avait préparé l'entrée, une panna cotta oignon/parmesan sur tomate séchée qui a eu beaucoup de succès auprès des adultes, onctueuse et goûteuse ! J'avais préparé de la lotte en blanquette aux légumes de printemps : asperges vertes, petits pois, fèves, carottes fanes et pommes de terre nouvelles, ici Bonnottes de Noirmoutier. J'avais agrémenté la sauce de graines de fenouil qui offraient une note anisée bien sympathique... Un autre recette de blanquette de la mer ? Ici, avec de la lotte, au safran.
NB l'assiette ci-dessous est un reste mangé ce midi...blanquettelottelegumeprintemps.jpgIngrédients (pour 3 ou 4)
- 2 belles queues de lotte
- 1,5 kilo de petits pois
- 1 kilo de fèves
- 300 grammes d'asperges vertes
- 3 carottes fanes
- 1 échalote
- 1 jaune d'oeuf
- 3 cuilllères à soupe de farine + un peu plus pour la lotte
- 15 grammes d'huile dolive + un peu plus pour la cuisson
- 5 cl de bouillon de cuisson des légumes
- 1/2 verre de vin blanc
- 7/8 cl de crème liquide
- 1,5 cuilllère à café de graines de fenouil
- sel, poivre
Préparation
Peler asperges et carottes. Ecosser fèves et petits pois.
Cuire les fèves 3 minutes dans l'eau bouillante salée, rafraîchir puis enlever la peau. Réserver. Cuire les petits pois al dente dans l'eau bouillante et réserver. Procéder de même pour les asperges vertes coupées en tronçons.
Tailler les carottes finement et les cuire également à l'anglaise, dans l'eau de cuisson des asperges, en les gardant bien fermes. Conserver
Parer la queue de lotte et couper la chair en gros morceaux.
Faire revenir l'échalote, ajouter les morceaux de lotte singés et faire dorer dans un mélange huile/beurre. Réserver la lotte. Mettre huile d'olive et farine, mélanger puis ajouter environ 15 cl de bouillon de légume et le vin blanc. Ajouter les graines de fenouil et faire épaissir.
Ajouter la lotte et tous les légumes, sauf les pointes d'asperge et les fèves, cuire un petit quart d'heure à feu pas trop fort. Ajouter les pointes d'asperge et les fèves. Servir avec l'accompagnement de votre choix, ici des bonnottes en robe des champs.

Partager cet article

Repost 0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 05:59

Une fin de semaine sur les chapeaux de roue, avec une jolie expérience au domaine Dalmeran, suivie de l'arrivée de mon père, qui m'a apporté des framboises, des cerises de Montmorency et de l'oseille congelées, le tout de son jardin ainsi que des cèpes, congelés aussi, résultat d'une cueillette de l'automne dernier ! Du coup, vite-vite, on a mangé les fruits, notamment les framboises avec du basilic (après ce duo fraise-basilic) et un crumble amande.framboisebasiliccrumbleamande.jpgIngrédients
- 100 grammes de framboise (et/ou groseille en mélange pour ceux qui aiment, ou encore des fraises fraîches !)
- 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
- 2 cuillères à soupe de sirop d'agave
- 5 à 8 feuilles de basilic (selon taille)
pour le crumble amande
- 20 grammes de poudre d'amande
- 20 grammes de farine
- 20 grammes de sucre blond
- 20 grammes de beurre froid
Préparation
Mélanger les ingrédients du crumble et enfourner à 200°C (en passant éventuellement au froid environ 40 minutes). Laisser refoidir.
Mélanger les framboises avec l'huile d'olive, le sirop d'agave et le basilic ciselé. Parsemer de crumble et déguster !

Partager cet article

Repost 0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 06:32

Lors d'une discussion (post-animation mets-vins) avec Kelly McAuliffe, le sommelier-viking spécialiste des Côtes-du-Rhône, et Bertrand Couderc, chef du restaurant Les Genets à Sablet, nous avons parlé du hamburger le plus cher du monde !fleurburger.jpg C'est au restaurant Fleur (anciennement Fleur de Lys) de Las vegas, dans le Mandalay Bay Resort & Casino que le chef français Hubert Keller propose aux gourmets fortunés et autres stars américaines, son "Fleur Burger", un hamburger façon Rossini au boeuf de Kobé qu'il vend quand même 5000 $ ! Mais outre la viande de Wagyu, le foie gras et la truffe, la particularité et le coût exorbitant de ce plat est dû en grande partie à la bouteille de Petrus qui l'accompagne ! Au Burger Bar voisin, toujours sous la houlette du chef Joseph Keller, on trouve des hamburgers nettement moins prohibitifs et gourmands à base d'Angus, de boeuf américain, de saumon, ou encore des versions végétariennes. Pour ceux qui se trouvent dans le Vaucluse, on peut en ce moment goûter un hamburger au boeuf (pas de Wagyu) et foie gras, très goûteux mais moins bling-bling au restaurant Les Genets : émincé de boeuf charolais minute, foie gras poêlé, bacon et confit d'échalotes comme un burger. Et chez Jean-Jacques Prévôt, vous pouvez emporter votre Mac Prévôt, celui de printemps au saumon, asperges, céleri cuit, oignons frits, parmesan craquant, salade et sauce aux herbes par exemple... Avis aux gourmands !

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Zoom
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 05:54

chayuan.jpgConnaissez-vous les thés Cha Yuan ? Il s'agit de maisons de thé hauts de gamme qui abordent le thé sous son angle global, naturel, culturel, social. Il ne s'agit pas ici de vendre un produit seulement mais d'en expliquer la provenance, le terroir et surtout, la dimension humaine. Car la démarche de sa créatrice Nadia Bécaud depuis 1990 est équitable et rejoint le quête de qualité, un peu comme Gérard Vives pour les poivres...
chayuan_thes.jpgIl existe des maisons de thé Cha Yuan à Reims, Lyon, Annecy et Bruxelles. Depuis quelques semaines, il en existe aussi une à Avignon, rue Viala. Invitée à l'inauguration, j'ai pu déguster des thés que je ne connaissais pas, comme le Pu'er, un thé chinois fermenté (testé en deux temps d'infusion), ainsi que des thés verts japonais, du thé fumé... Nous avons également grignoter des mets à base de thé (j'ai beaucoup aimé le velouté de chou-fleur au thé fumé) ; nous avons discuté avec des experts passionnés...
Cha Y
chayuan_coinceremonie.jpguan propose quelques 250 variétés de Chine, mais aussi d’Inde, de Ceylan, du Japon et d’Afrique, purs ou en mélange floraux ou fruités. On y trouve également des boîtes laquées et de très jolies thermos fleuris, des théières et services à thé, des "zhongs" (tasses à couvercle dans lequel on infuse directement le thé), des livres sur le thé... Mais surtout, il existe un petit espace en retrait, confortable, discret, dans lequel j'espère prochainement assister à une cérémonie du thé, en compagnie de la maîtresse des lieux, Nataly Andreoni.
La maison de thé Cha Yuan est située 4 rue Viala à Avignon (ouverture du mardi au samedi de 10h30 à 13h30 et de 15h00 à 19h00 - Tél. 06 79 19 28 37)
.
Je suis repartie avec du Tarry Souchong "Crocodile" de Formose*, un thé fumé subtil, plus fumé mais surtout plus aromatique que le Lapsang Souchong (que je bois parfois seul, pour accompagner des plats ou que j'utilise aussi en cuisine).
Le thé fumé se marie et relève bien les agrumes, notamment l'orange. J'ai donc préparé un caramel au Tarry Souchong avec un gâteau à l'orange. Je l'ai testé avec cette recette mais elle m'a moyennement emballée, pas assez de saveur "orange", je vous recommande plutôt celle-ci. Toutefois, sa douceur ayant plu à ces demoiselles, je vous transmets quand même la marche à suivre...chayuantarry.jpg
*ancien nom de Taïwan
Ingrédients
pour le gâteau à l'orange
- 4 gros œufs
- 150 gr de sucre
- 180 gr de farine
- 100 ml d'huile
- 125 ml de jus d'orange
- zeste de 3 oranges
- 1 sachet de levure chimique
pour le caramel au thé fumé Terry Souchong
- 1 cuillère à café de thé Terry "crocodile"
- 50 grammes de sucre
- 15 cl de crème liquide

Préparation

Fouetter les œufs avec le sucre, ajouter le zeste et le jus d'orange, l'huile d'olive et mélanger. Incorporer la farine et la poudre à lever. verser dans un moukle souple ou un moule beurré et fariné.
Enfourner à 180 degrés environ 30 minutes, vérifier la cuisson à l'aide d'une pointe de couteau. Laisser tiédir et démouler.
Pour le caramel, faire infuser le thé dans la crème à l'avance. Caraméliser le sucre à sec ou avec un peu d'eau de un trait de jus de citron. Décuire avec la crème au thé, chaude. Servir le caramel au thé fumé avec le gâteau à l'orange.gateauorangecaramelthefume.jpg

Partager cet article

Repost 0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 05:38

En cuisine, en bonne compagnie aujourd'hui et demain, je vous propose une recette de saison, afin de fêter ce "Sacre du Printemps" au domaine Dalmeran. Que diriez vous de mêler très simplement les gariguettes et les asperges dans un dessert tout en fraîcheur ? Les fraises sont ici marinées avec du miel (ou au sirop d'agave) et du jus de citron, elles sont accompagnées d'asperges vertes confite à la vanille et d'un pistou sucré.fraisemarineeaspergeconfitevanille.jpg

Ingrédients
- 250 grammes de gariguettes
- 1 cuillère à soupe de miel ou de sirop d'agave
- 1 cuillère à soupe de jus de citron
pour les asperges vertes confite à la vanille
- 3 asperges vertes
- 100 grammes d'eau
- 4 cuillères à soupe de sucre blond
- 1/2 bâton de vanille (même un peu usagé)
pour le pistou sucré voir ici
Préparation

Couper les fraises en 4 ou 6 selon leur taille, arroser de jus de citron et de miel ou sirop d'agave. Laisser mariner quelques heures au frais. Faire confire les asperges en deux temps dans l'eau sucrée et vanillée, d'abord les tiges, puis les pointes, jusqu'à ce que'elles soient tendres. Laisser refroidir et réserver. Préparer le pistou sucré comme indiqué ici. Servir les fraises marinées avec les asperges confites et un peu de pistou sucré.

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?