Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTIVITES PROFESSIONNELLES

Conseil culinaire et
Accords mets-vins


Atelier enfants et adultes 

 

Blog sur les vins de la Vallée du Rhône  logo_cdrnews.jpg 

Blog de cuisine pour enfants
Trois petits tours et cuisinons !


PARTENARIAT 
Maison d'hôte les Santolines 

 

Translation
In english
Auf Deutsch

Liens à suivre
blogs, communautés et sites...

Pour ne rien manquer
 
twitter.jpg Follow Me on Pinterestfacebook.jpg

PANEM ET CIRCENSES !

Jeux glou et miam
de la blogosphère
 

Jeux à retrouver ici

29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 15:02

La tomate "Principe Borghese" est un "grand" classique en Italie mais de petite taille (format "cocktail") ; cette ancienne variété, déjà citée en 1905 est une tomate rouge vif ovoïde, charnue, savoureuse, douce et sans acidité. Sa marque indélébile : elle est marquée d'un ombilic un peu pointu.

principeborghese.jpg

On la trouve le plus souvent en grappe, à la façon del Piennolo del Vesuvio, DOP qui intègre plusieurs cultivars, dont la Principe Borghese. On dit qu'on suspend les grappes en intérieur et qu'ainsi, elle continue de mûrir durant l'hiver !
C'est une tomate plutôt productive, surtout utilisée pour la conservation : tomate confite (en Campanie notamment, on la fait traditionnellement sécher au soleil) et coulis de tomate, mais je lui préfère la San Marzano pour ce dernier usage.  Pour la confire, la couper en deux, placer au four à 120/130°C avec des herbes, des épices, de l'huile d'olive, du gros sel concassé. Adapter le temps de cuisson, selon le résultat désiré : juste cuite, confite, demi-séchée, séchée...

 

Cette petite tomate n'est pas bien éloignée de la pendelotte provençale décrite pat Estérelle ici...
On la trouve encore et pour quelques semaines encore au Jas bio.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Potager et verger
commenter cet article
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 09:01

Très simple cette idée qui nous vient directement des Etats-Unis (via Pinterest et les foody blogs de là-bas) ! "Egg in a hole", un oeuf dans un trou littéralement, est une tranche de pain troué dans lequel on casse un oeuf que l'on fait cuire à la poêle, comme un oeuf frit. Selon l'utilisation, on le garde plus ou moins cuit et coulant... On peut même en faire un sandwich en incluant du fromage, des légumes de la viande hachée, du bacon etc ... Une bonne idée pour un brunch ou un plateau-repas, non ? Je propose donc ce egg in a hole et bacon à Stéphane pour le Défi du mois.egginahole.jpgIngrédients
- 2 oeufs
- 2 tranches de pain de mie
- 2 tranches de bacon
- huile d'olive ou beurre
- sel, poivre
Préparation
Découper des cercles à l'emporte pièce dans le pain de mie. Dorer le pain dans la poêle légèrement sur une face, retourner, puis casser un oeuf dans le creux (on peut ne mettre qu'une partie du blanc, selon la taille du trou réalisé). Servir en gardant l'oeuf coulant, ou si vous préférez que ça se tienne (et préparer un genre de sandwich), cuire un peu plus longtemps, en retournant à nouveau les tranches de pain pour 5 secondes. Faire revenir ou griller le bacon qui accompagnera ces "eggs in a hole" ! Et pour la verison "sandwich" :egginahole2.jpg

Partager cet article

Repost 0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 06:59

Warinka parut très attrayante ce jour-là à Serge Ivanitch ; tout en marchant à ses côtés, il se rappela ce qu’il avait entendu dire de son passé et ce qu’il avait remarqué lui-même de bon et d’aimable en elle. Son cœur éprouvait un sentiment particulier, ressenti une seule fois, jadis, dans sa première jeunesse, et l’impression de joie causée par la présence de la jeune fille fut un instant si vive qu’en mettant dans le panier de celle-ci un champignon monstre qu’il venait de trouver, leurs yeux se rencontrèrent dans un regard trop expressif.
« Je vais chercher des champignons avec indépendance, dit-il, craignant de succomber comme un enfant à l’entraînement du moment, car je m’aperçois que mes trouvailles passent inaperçues. » – « Pourquoi résisterais-je, pensa-t-il quittant la lisière du bois pour s’enfoncer dans la forêt, où, tout en allumant son cigare, il se livra à ses réflexions ? Le sentiment que j’éprouve n’est pas de la passion, c’est une inclination naturelle, à ce qu’il me semble, et qui n’entraverait ma vie en rien. Ma seule objection sérieuse au mariage est la promesse que je me suis faite, en perdant Marie, de rester fidèle à son souvenir. » Cette objection, Serge Ivanitch le sentait bien, ne touchait qu’un rôle poétique qu’il jouait aux yeux du monde. Aucune femme, aucune jeune fille, ne répondait mieux que Warinka a tout ce qu’il cherchait dans celle qu’il épouserait. Elle avait le charme de la jeunesse sans enfantillage, l’usage du monde sans aucun désir d’y briller, une religion élevée et basée sur de sérieuses convictions. De plus, elle était pauvre, sans famille, et n’imposerait pas, comme Kitty, une nombreuse parenté à son mari. Et cette jeune fille l’aimait. Quelque modeste qu’il fût, il s’en apercevait. La différence d’âge entre eux ne serait pas un obstacle ; Warinka n’avait-elle pas dit une fois, qu’un homme de cinquante ans ne passait pour un vieillard qu’en Russie ; en France, c’était « la force de l’âge ». Or, à quarante ans, il était « un jeune homme ». Lorsqu’il entrevit la taille souple et gracieuse de Warinka entre les vieux bouleaux, son cœur se serra joyeusement, et, décidé à s’expliquer, il jeta son cigare et s’avança vers la jeune fille.
(...)
« Barbe Andrevna, dans ma jeunesse je m’étais fait un idéal de la femme que je serais heureux d’avoir pour compagne ; ma vie s’est passée jusqu’ici sans la rencontrer, vous seule réalisez mon rêve. Je vous aime et vous offre mon nom. »
champignonsCes paroles sur les lèvres, Serge Ivanitch regardait Warinka agenouillée dans l’herbe à dix pas de lui, et défendant un champignon contre les attaques de Gricha afin de le réserver aux plus petits.
« Par ici, par ici, il y en a des quantités, criait-elle de sa jolie voix bien timbrée. Elle ne se leva pas à l’approche de Kosnichef, mais tout, dans sa personne, témoignait de la joie de le revoir.
— Avez-vous trouvé quelque chose ? lui demanda-t-elle, tournant son aimable visage souriant vers lui.
— Rien du tout », répondit-il.
Après avoir indiqué les bons endroits aux enfants, elle se leva et rejoignit Serge ; ils firent silencieusement quelques pas ; Warinka, étouffée par l’émotion, se doutait de ce que Kosnichef avait sur le cœur. Tout à coup, quoiqu’elle n’eût guère envie de parler, elle rompit le silence pour dire presque involontairement :
« Si vous n’avez rien trouvé, c’est qu’il y a toujours moins de champignons dans l’intérieur du bois que sur la lisière. »
Kosnichef soupira sans répondre, cette phrase insignifiante lui déplaisait ; ils continuèrent à marcher, s’éloignant toujours plus des enfants. Le moment était propice pour une explication, et Serge Ivanitch, en voyant l’air troublé et les yeux baissés de la jeune fille, s’avoua même qu’il l’offensait en se taisant ; il s’efforça de se rappeler ses réflexions sur le mariage, mais, au lieu des paroles qu’il avait préparées, il demanda :
« Quelle différence y a-t-il entre un cèpe et un mousseron ? »
Les lèvres de Warinka tremblèrent en répondant :
« Il n’y a de différence que dans le pied. » Tous deux sentirent que c’en était fait ; les mots qui devaient les unir ne seraient pas prononcés, et l’émotion violente qui les agitait se calma peu à peu.
« Le pied du mousseron fait penser à une barbe noire mal rasée, dit tranquillement Serge Ivanitch.
— C’est vrai », répondit Warinka avec un sourire. Puis leur promenade se dirigea involontairement du côté des enfants. Warinka était confuse et blessée, mais cependant soulagée. Serge Ivanitch repassait dans son esprit ses raisonnements sur le mariage, et les trouvait faux. Il ne pouvait être infidèle au souvenir de Marie.
« Doucement, enfants, doucement », cria Levine voyant les enfants se précipiter vers Kitty avec des cris de joie.
Derrière les enfants parurent Serge Ivanitch et Warinka ; Kitty n’eut pas besoin de questionner ; elle comprit, à leur ton calme et un peu honteux, que l’espoir dont elle se berçait ne se réaliserait pas.
« Cela ne prend pas », dit-elle à son mari en rentrant.

Anna Karénine - Léon Tolstoï

Partager cet article

Repost 0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 06:42

J'aime beaucoup la polenta, "la farina di mais", je trouve qu'elle se plie délicieusement à de nombreux caprices culinaires et j'ai ainsi testé de nombreuses recettes à base de polenta : en gâteau sucré, carrés sucrés, cake salé, brioche, foccacia, grissini, polpette (boulettes), terrine végétalienne, ainsi qu'en biscuits, ceux-là à l'orange et au grué de cacao, les zaletti vénitiens et les paste di meliga du Piémont. J'ai récemment voulu tester la polenta version pancakes et, après vérification, j'ai trouvé pas mal de pancakes à la polenta sur Internet. La recette, à peine retouchée provient de ce blog italo-américain.  A faire "minute" car ils ont tendance à sécher, durcir, davantage que les pancakes traditionnels... NB C'est très bon mais ce n'est pas sans gluten.pancakepolenta.jpg

Ingrédients
- 1 oeuf
- 70 grammes de polenta
- 25 grammes de farine de blé
- 10 grammes de sucre
- 100 ml de lait (entier)
- 1/2 cuillère à café de poudre à lever
- 1/4 de cuillère à café de bicarbonate
- 1 bonne pincée de sel
- beurre
Préparation
Mélanger polenta, farine, sucre, poudre à lever, sel, bicarbonate. Ajouter lait et oeuf, mélanger et laisser reposer 15 minutes. Cuire dans une crêpière (la mienne est en fonte), dans un peu de beurre. Déguster seul ou avec un peu de beurre fondu, de fromage italien ou de sucre, selon que vous préférez la version salée ou sucrée !pancakepolenta2.jpg

Partager cet article

Repost 0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:04

Je l'ai attentu puis oublié, jusqu'à ce qu'Estérelle en reparle sur facebook. Par un concours de circonstances, je l'ai découvert, trônant dans une débauche de livre sur les champignons forestiers, même pas au rayon "cuisine" ! Je n'ai pas su résister à la tentation de son écriture, de ses sublimes photos signées Philippe Barret, et des recettes du chef étoilé Régis Marcon chez qui j'avais eu le plaisir de dîner il y a deux ans.
RegisMarcon_Champignons.jpgPas moins de 400 pages présentant plus de 60 champignons, cette "bible" se découpe en deux parties, avec un premier volet sur les différentes variétés de champignons, que Régis Marcon connaît depuis ses plus jeunes années, glanées en prairie et en sous-bois : célèbres girolles, coulemelles, cèpes, morilles, lectaires, russules, mousserons... mais aussi de moins connus, comme les tricholomes,  le laccaria moelleri, le marasme des oréades... Le second volet présente l'art de les préparer, nettoyer, cuire, cuisiner ainsi que les recettes du chef d'entrées, boissons (la fameuse tisane de champignon), plats et même desserts ! On ne cite plus le chocolat ou le praliné aux cèpes et j'ai encore en mémoire l'incroyable harmonie de la banane et du caramel de morilles... Reste à découvrir d'autres merveilles telles que la bouillabaisse de girolles, la "pissaladière" de champignons,  le "biscuit aux cèpes" ( tourte à la farce de veau et aux cèpes)... Champignon_RMarcon_pissaladiere.JPG"Champignons" de Régis Marcon vient de paraître aux Editions La Martinière  et renferme des trésors pour tout amateur de sporophores !

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Zoom
commenter cet article
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 06:03

Le goûter a une importance évidente dans l'alimentation quotidienne des enfants et des adolescents, le "sauter" est une erreur. Laitage, sucres lents, fruit, tel est le trio de base, et le meilleur goûter est le plus simple, celui d'antan : pain et beurre et/ou confiture, chocolat... Même si on a parfois envie de les gâter avec une friandise, une viennoiserie, un bon gâteau au chocolat ! En la matière, rien ne vaut le "fait maison". J'ai rejoint la team de Y a quoi pour le goûter ? sur facebook, qui propose chaque jour un goûter différent. Je me lance avec cette recette d'escargot brioché à la crème citron et aux myrtilles, comme un pain au raisin. Je suis partie de la recette de pains aux raisins de Gracianne, que j'ai donc customisée : crème pâtissière au citron et myrtilles fraîches. Très gourmand au goûter, rien n'empêche d'en manger au petit déjeuner, il en restera ! Sinon, congelez-les, ça se fait très bien et vous aurez ainsi une viennoiserie toute prête si vous être pressé(e) une autre fois...

escargotbriochecremecitronmyrtille.jpg

Ingrédients
- 350 grammes de farine
- 4 œufs bien froids
- 8 grammes de sel
- 45 grammes de sucre blond
- 21 grammes de levure de boulanger fraiche
- 220 grammes de beurre à température ambiante, coupé en morceaux
- 150 grammes de myrtilles environ
- 1 œuf pour la dorure
- un peu de sirop d'agave allongé d'eau pour faire briller
pour la crème pâtissière au citron
Préparation
Mettre la farine dans la cuve du robot (ou sur le plan de travail si vous préparez à la main), faire un puits et déposer 4 œufs bien froids. Ajouter autour, en formant un triangle le sel, le sucre et 21 g de levure de boulanger fraîche (les trois ingrédients doivent être bien séparés). Pétrir pendant 10 à 15 minutes.
Incorporer le beurre en plusieurs fois, pétrir une dizaine de minutes pour obtenir une pâte non collante.
Laisser la pâte reposer pendant 30 minutes. La déposer sur le plan de travail et faire deux rabats pour la rendre un peu plus ferme et y incorporer de l’air avant de la bouler. Faire une boule, la mettre dans un saladier légèrement fariné, couvrir de film alimentaire au contact et mettre au frigo pendant au moins 3 heures (idéalement toute la nuit, a contrario, la pâte se se raffermit pas assez et est diffiile à travailler).
Le lendemain, sortir la pâte du réfrigérateur. Etaler au rouleau sur 5 mm d’épaisseur sur un plan de travail bien fariné. Etaler la crème pâtissière au citron sur la pâte et parsemer de myrtilles. Rouler la pâte sur elle-même. Placer au  frais (voire au congélateur environ 30 minutes) afin de pouvoir la découper plus facilement. Découper des rondelles de 2/2,5 cm de large et les placer sur la plaque du four couverte de papier cuisson. Couvrir d’un torchon propre et laisser lever 1h30 à 2h00 jusqu’à ce que les pains doublent de volume.
Dorer à l’œuf battu. Enfourner pour une vingtaine de minutes jusqu’à ce que les pains soient dorés. Badigeonner de sirop d'agave étendu d'eau pour les faire briller. escargotbriochecremecitronmyrtille2.jpg

Partager cet article

Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 06:57

Parmi les belles racines, l'une a été très en vogue, venue d'Italie pour enchanter nos cuisiniers : la betterave Chioggia. Originaire de la côte vénitienne de Chioggia (qui lui a prêté son nom), face à la jolie cité lacustre, elle bénéficie de la douceur climatique de cet habitat, mais on la cultive ici aussi puisque j'en trouve au Jas bio : il s'agit de la culture de Mario Salamo, italien d'origine, à qui l'on doit aussi des variétés telles que les tomates San Marzano (avec lesquelles je prépare mes coulis, sauces, ragù etc), ces courgettes italiennes ou des tomates format cocktail que je vous présenterai dans les jours à venir...carpacciobetteravefigue.JPGLégume de printemps et d'automne plus que d'été, la betterave Chioggia a une saveur plus douce que la betterave rouge d'ici et présente d'esthétiques cercles concentriques et de jolis effets marbrés, ce qui en fait un légume tout trouvé pour un carpaccio ! Celui-ci se parfume d'huile de noix et de pulpe de figue, tout simple mais très bon ! Nous en avons fait plusieurs fois et nous retrouverons cet apprêt dans une future recette...
Ingrédients

- 1 betterave Chioggia
- 2 petites figues fraîches (ici grises de la Saint Jean de mon jardin)
- 2 cuillères à soupe d'huile de noix
- 1 cuillère à soupe de condiment balsamique blanc
- sel, poivre blanc
Préparation
Mélanger huile de noix et condiment balsamique. Ecraser la pulpe d'une figue.
Tailler des rondelles fines de betterave Chioggia à la mandoline, badigeonner du mélange huile de noix/balsamique, poudrer de sel et de poivre blanc et ajouter un peu de pulpe de figue. Ajouter quelques tranches fines de figue. carpacciobetteravefigue2.JPG

Partager cet article

Repost 0
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 15:09

La cuisine fait bon ménage avec la littérature, les beaux arts et le cinéma bien sûr. On trouve ici de nombreux extraits, représentations d'artistes ayant trait à la nourriture et la gourmandise (et là d'autres encore pour les enfants). En piochant vous trouverez pêle-mêle du homard et Jean gabin dans Gueule d'amour, le gazpacho andalou de Pedro Almodovar dans Femmes au bord de la crise de nerf, un clin d'oeil à l'oeuvre de Claude Chabrol et son "poulet au vinaigre", le cochon de la Traversée de Paris, et encore Jean Gabin, le plat de côtes de Lino Ventura dans les Barbouzes,  entre autres. Et puis certains films inspirent des recettes (tout comme certains livres, et cette salade de veau toute récente) : scacciata siciliana inspirée de Godfather de Francis Ford Coppola et garbure du film le Bonheur est dans le pré d'Etienne Chatiliez. Aujour'hui c'est à un joli film et sa recette éponyme que je rends hommage : Beignets de tomate verte. Ici la scène des beignets ratés :
Je suis partie de la recette d'Isa qui avait elle même lancé un jeu sur ce thème il y a 6 ans. Mais quelques soucis, j'ai changé le "babeurre" (lait fermenté) contre de l'oeuf battu, éclairci de lait entier. En y trempant les rondelles de tomates et en les passant dans le mélange de farine et chapelure, j'ai obtenu un bon résultat, croustillant à l'extérieur, fondant à l'intérieur, légèrement acidulé, et un peu pimenté, un délice dégusté avec une volaille rôtie. Et comme il me restait de quoi en faire plus, j'ai terminé avec du fenouil !

Ingrédients
- 5 tomates vertes trouvées au Jas bio
(+ fenouil taillé en rectangles d'environ 1cmx 2 ou 3 cm)

- 1 oeuf battu
- 1 cuillère à soupe de lait
- 40 grammes de farine
- 30 grammes de polenta
- 30 grammes de chapelure Panko
- 1/2 cuillère à café de sel (et un peu pour saupoudrer)
- 1/2 cuillère à café de paprika
- piment d'Espelette
- huile de friture
- gros sel
Préparation
Couper les tomates en rondelles de 4/5 mm environ Poudrer de gros sel et laisser dégorger sur une grille.
Mélanger les farines et chapelure, le sel, le parika, un peu de piment d'Espelette dans une assiette creuse.
Battre oeuf et lait.
Tremper les rondelles de tomate dans le mélange lait-oeuf puis dans le mélange farines-chapelure-épices, frire de chaque côté et déposer sur papier absorbant. Saler et poudrer de piment d'Espelette. Vous en prendrez bien un ?beignetstomateverte

Partager cet article

Repost 0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 08:02

trivial-pursuit-gastronomique.jpgAimez-vous les jeux de société ? En voici quelques-uns sur le thème de la gastronomie et du vin, histoire de passer cette journée de Fête de la Gastronomie de façon ludique. Ce sont plutôt des jeux pour adultes mais  certains se jouent aussi en famille, l'occasion d'une petite initiation auprès des plus jeunes...
On connaissait bien l'initiation aux sens qui consiste à reconnaître les parfums (on y joue chez des copains avec les filles, elles aiment bien...). Mais côté gastronomie, on a plus ardu : le Trivial Pursuit Gastronomie. Un peu difficile pour elles, mais elles connaissent certaines choses et en apprennent d'autres, même si le jeu est davantage destiné aux adultes... 100 cartes questions-réponses sur différents sujets :

- Cuisine d'ailleurs
- Ingrédients
- Les Mots de la cuisine
- Vins & Boissons
- Repas & Mets d'exception
- Cuisine & Tradition
champagnevigneronsjeu.jpgOn en apprend à tout âge, j'ai moi-même séché sur plusieurs questions !
Les Champagnes de Vignerons ont édité avec le concours du chef Akrame Benallal, un jeu de carte de 7 familles, sur le thème des accords entre Champagne et mets, par famille de mets, où plus exactement, d'artisan/commerçant : chez le fromager, le maraîcher, le boucher, le poissonnier, le chocolatier, le pâtissier et le volailler. Dans chaque famille figurent différents types de Champagne tels que Brut sans année (BSA), Champagne rosé, Millésimé, Extra brut, Blanc de Blancs ; dans la famille "patissier", je voudrais le Champagne rosé et je tombe par exemple sur l'accord suivtant : glace verveine-citron. Une façon ludique d'appréhender le Champagne, non ? On peut retrouver le jeu sous forme d'application sur la page facebook des
aocjeu.jpgChampagnes de Vignerons.
A venir très prochainement, AOC (Amusement d'Origine Contrôlée), un jeu sur le vin aux Editions Hachette Vin : 640 questions sur les thèmes suivants : cépages, appellations, grands crus, culture de la vigne, vinification, réglementation, vins du monde. Avec les pions en forme de bouteille, vous trouverez un livret qui regroupe et explique plus de 250 mots associés et détaille une centaine de cépages.Mais pour y jouer il faudra attendre le 23 octobre.
Sans oublier les jeux édités pars les chaînes des émissions de télé-réalité comme Masterchef etc...
En attendant excellente fête de la gastronomie !

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiuscha - dans Zoom
commenter cet article
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 11:24

Aujourd'hui c'est #grenacheday ! Pour l'occasion, j'ai choisi le dernier-né de mon voisin vigneron, Jean-Pierre Sergiuer, un vin de France blanc à base de grenaches conduits en biodynamie sur une parcelle du Massif d'uchaux : La Louronne 2012 du Château Simian. En accord, deux mets simples et rapidement cuisinés ce midi : des palourdes à la crème de coco et au shiso (ou pérille à défaut), et des encornets sautés au cumin, pesto et tomate. Les herbes aromatiques et les épices ont leur importance pour conduire les accords avec le vin, il en font ressortir la minéralité et la fraîcheur, tout en s'associant aux notes d'épices douces du vin. La crème de coco apporte de la douceur à l'accord et atténue le sel des coquillages ; la tomate répond au caractère épicé de ce joli grenache. Pour en savoir plus sur le vin, cliquez ici...palourdecocoshiso_louronneblancsimian.jpgPalourdes à la crème de coco et shiso
Ingrédients
- 12 palourdes
- 3 cuillères à soupe de crème de coco
- 1,5 cuillère à soupe de shiso ciselé
Préparation
Ouvrir les palourdes à couvert avec une cuillère à soupe de shiso et 1 cuillère à soupe de crème de coco.
Oter les coquillages uen fois ouverts. Faire épaissir le jus de palourde avec le reste de crème de coco. Ajouter les palourdes, réchauffer et ajouter le reste de shiso en fin de cuisson.
Encornets tomate, pesto, cumin
Ingrédients
- 2 encornets
- 2 cuillères à soupe de sauce tomate ("maison")
- 1 cuillère à soupe de pesto
- 2 ou 3 belles pincées de cumin en poudre
- huile d"olive
- sel, poivre cubèbe (ou autre)
Préparation
Sauter à l'huile d'olive les encornets taillés en lamelles, puis ajouter les tentacules. Saler, poivrer ajouter le cumin, la sauce tomate, le pesto et bien mélanger pour amalgamer les saveurs. Déguster avec La Louronne blanc 2012 du Château Simian.encornetsautetomatepestocumin_louronneblancsimian.jpg

Partager cet article

Repost 0

Article ? Recette ?